Programme National du Secteur Rural (PNSR) 2011-2015 · 2015-06-10 · PNSR : Programme national du...

of 67 /67
Burkina Faso Unité-Progrès-Justice Programme National du Secteur Rural (PNSR) 2011-2015 Document de programme (version provisoire) Septembre 2011

Embed Size (px)

Transcript of Programme National du Secteur Rural (PNSR) 2011-2015 · 2015-06-10 · PNSR : Programme national du...

Burkina Faso Unit-Progrs-Justice

Programme National du Secteur Rural (PNSR)

2011-2015

Document de programme (version provisoire)

Septembre 2011

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Pageii

TABLE DES MATIERES

AVANT PROPOS --------------------------------------------------------------------------------------------------------------- v

SIGLES ET ABREVIATIONS ----------------------------------------------------------------------------------------------- vi

INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 7

A. LE CONTEXTE -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 8

A.1. Bref aperu sur le Burkina Faso -------------------------------------------------------------------------------- 8

A.2. Potentialits, opportunits et contraintes du secteur rural -------------------------------------------- 9

A.2.1 Potentialits et opportunits ------------------------------------------------------------------------------------ 9

A.2.2 Contraintes du secteur rural ---------------------------------------------------------------------------------- 10

A.3. Les principales spculations agricoles et la situation alimentaire -------------------------------- 10

A.4. Le contexte politique, conomique et social -------------------------------------------------------------- 11

A.5. Le contexte sectoriel et strategique ------------------------------------------------------------------------- 13

A.5.1 Place du secteur rural dans lconomie du Burkina Faso --------------------------------------------- 13

A.5.2 Le cadrage stratgique ---------------------------------------------------------------------------------------- 13

A.5.3 Le cadrage institutionnel du secteur rural ----------------------------------------------------------------- 14

A.6. Bilan des Programmes mis en oeuvre ---------------------------------------------------------------------- 15

B. ORIGINE ET PROCESSUS DELABORATION DU PNSR ----------------------------------------------------- 16

B.1 Origine du PNSR ---------------------------------------------------------------------------------------------------- 16

B.2 Processus dElaboration ----------------------------------------------------------------------------------------- 17

C. OBJECTIFS, PRINCIPES DIRECTEURS ET CHAMP DU PROGRAMME ----------------------------- 18

C.1. Vision et objectifs du pNSR --------------------------------------------------------------------------------- 18

C.2 Champ du programme et principes directeurs ------------------------------------------------------- 19

C.2.1 Champ du programme ----------------------------------------------------------------------------------- 19

C.2.2 Principes directeurs -------------------------------------------------------------------------------------------- 19

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Pageiii

D. DESCRIPTION DU PROGRAMME ----------------------------------------------------------------------------------- 20

D.1. Axe 1 Amelioration de la securite et de la souverainete alimentaires ------------------------- 20

Sous Programme 1.1 Dveloppement durable des productions agricoles ----------------------------- 21

Sous Programme 1.2 Amlioration de la productivit et de la comptitivit des productions animales ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 22

Sous Programme 1.3 Amlioration de la sant animale et de la sant publique vtrinaire ------ 24

Sous-programme 1.4. Dveloppement durable de lhydraulique agricole -------------------------------- 25

Sous Programme 1.5 Prvention et gestion des crises alimentaires et nutritionnelles ------------- 27

D.2. axe 2. Amlioration des revenus des populations rurales ------------------------------------------- 28

sous programme 2.1. promotion de lconomie agricole ------------------------------------------------------ 28

D.3. Axe 3 Dveloppement durable et gestion des ressources naturelles ---------------------------- 29

sous programme 3.1. Gouvernance environnementale et promotion du dveloppement durable - 30

Sous Programme 3.2. Gestion durable des eaux, des sols et scurisation foncire en milieu rural ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 31

Sous Programme 3.3 Scurisation et gestion des ressources pastorales ----------------------------- 34

Sous Programme 3.4 Dveloppement des productions forestires, fauniques et halieutiques --- 35

D.5. Axe 4: Amlioration de laccs leau potable et du cadre de vie --------------------------------- 37

Sous Programme 4.1 Eau potable et assainissement ------------------------------------------------------ 37

Sous Programme 4.2 Assainissement de lenvironnement Amlioration du cadre de vie --------- 38

D.5. Axe 5: Dveloppement du partenariat entre les acteurs du Monde rural ------------------------ 40

Sous Programme 5.1 Pilotage et soutien ---------------------------------------------------------------------- 40

E. CADRE DES RESULTATS --------------------------------------------------------------------------------------------- 42

F. IMPLICATIONS POLITIQUES ----------------------------------------------------------------------------------------- 42

G. MESURES DE SAUVEGARDE --------------------------------------------------------------------------------------- 43

H. EVALUATION DES COUTS ET PLAN DE FINANCEMENT --------------------------------------------------- 44

H.1. Historique du Financement du secteur rural ------------------------------------------------------------- 44

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Pageiv

H.2. Cots du programme --------------------------------------------------------------------------------------------- 44

H.3. Montage financier et contribution des acteurs partenaires ------------------------------------------ 47

I. ANALYSE ECONOMIQUE ET FINANCIERE ----------------------------------------------------------------------- 48

I.1. Rsultats financiers et conomiques ------------------------------------------------------------------------- 48

I.2. Bnfices conomiques et sociaux --------------------------------------------------------------------------- 49

J. MECANISME DE MISE EN uvre ------------------------------------------------------------------------------------ 50

J.1. Mcanismes de pilotage ------------------------------------------------------------------------------------------ 50

J.2. mecanismes de Coordination ---------------------------------------------------------------------------------- 51

J.3. roles respectifs des divers acteurs dans la mise en uvre ------------------------------------------ 52

J.4. passage a lapproche programme ---------------------------------------------------------------------------- 53

J.5. Suivi-valuation et mesure des performances ------------------------------------------------------------ 54

K. EVALUATION DES RISQUES ----------------------------------------------------------------------------------------- 54

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ---------------------------------------------------------------------------------- 56

ANNEXES ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 57

Annexe 1 : Cadre de rsultat du PNSR ---------------------------------------------------------------------------- 57

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Pagev

AVANT PROPOS Le secteur rural demeure la base du dveloppement socio-conomique du Burkina Faso. A ce titre, il a toujours fait parti des secteurs dont les planificateurs du dveloppement national ont toujours accord de limportance. Depuis les Offices rgionaux de dveloppement (ORD) aux Centres rgionaux de promotion agricole (CRPA) et plus rcemment les Programmes dajustement structurelle (PASA), plusieurs priodes ses ont succds dans la gestion de ce secteur.

Dans ce cadre, suite ladoption du Cadre stratgique de lutte contre la pauvret (CSLP) en 2000, le Gouvernement sest dot en 2003 dune Stratgie de dveloppement rural (SDR) lhorizon 2015. La SDR constitue le cadre de rfrence politique de lensemble des interventions en faveur du monde rural. Pour son oprationnalisation, il a t labor et mis en uvre diffrents politiques, stratgies et programmes sous sectorielles agricoles dont les principales sont le PISA, le PDA/ECV et le PAPISE. Ces diffrents documents ont t diffremment appropris et par consquent les sous secteurs connaissent des scnarios de dveloppement qui ne sont pas toujours en phase.

En engageant llaboration du Programme national du secteur rural (PNSR), nous reconnaissons la ncessit dassurer une meilleure coordination des actions dans le secteur rural en faisant de ce document lunique cadre de rfrence oprationnel pour les interventions. Le PNSR couvre ainsi lensemble des missions des dpartements en charge du secteur rural. Nous nous engageons ainsi, avec tous les acteurs du secteur daller dans le sens du respect de la Dclaration de Paris, de Maputo et de la Directive de lUEMOA sur le budget programme. Le PNSR se fixe un objectif trois dimensions interdpendantes savoir contribuer de manire durable la scurit alimentaire et nutritionnelle, une croissance conomique forte et la rduction de la pauvret.

Les systmes de productions actuelles de notre pays sont bass sur des exploitations familiales de taille diverses. La mise en uvre PNSR sappuiera sur ces exploitations dans la vision de les rendre plus performantes mais favorisera aussi le dveloppement dun vritable entreprenariat agricole.

Nous voudrions vivement fliciter tous les acteurs qui ont contribu llaboration du prsent document et traduire notre reconnaissance tous les partenaires qui ont cru et accompagn ce processus. Le succs de la mise en uvre du PNSR ncessite lengagement et la participation de tous et nous sommes convaincus quil sera sans nulle doute appropri par tous au vu de la dmarche participative et itrative ayant guid son laboration. Cest ensemble que nous relverons les dfis de notre secteur.

Le Ministre de lAgriculture et de lhydraulique

Dr Laurent SEDOGO Grand Officier de lOrdre National

Le Ministre de lEnvironnement et du Dveloppement durable

Pr Jean COULDIATY Chevalier de lOrdre National

Le Ministre des Ressources Animales

Dr Jrmie OUEDRAOGO Chevalier de lOrdre National

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Pagevi

SIGLES ET ABREVIATIONS

AEPA : Approvisionnement en eau potable et assainissement APD : Aide publique au dveloppement CDMT : Cadre de dpenses moyen terme CONEDD : Conseil national pour lenvironnement et le dveloppement durable COP : Comit dorientation et de pilotage CSLP : Cadre stratgique de lutte contre la pauvret CTI : Comit technique interministriel ECOWAP : Politique agricole de la CEDEAO FAO : Organisation des nations unies pour lagriculture et lalimentation GIRE : Gestion intgre des ressources en eau IAP : Instrument automatis de prvision INSD : Institut national de la statistique et de la dmographie MAH : Ministre de lagriculture et de lhydraulique MEDD : Ministre de lenvironnement et du dveloppement durable MRA : Ministre des ressources animales OMD : Objectifs du millnaire pour le dveloppement ONEA : Office national de leau et de lassainissement OPA : Organisation professionnelles agricoles OSC : Organisation de la Socit civile PAPISE : Programme dactions et plan dinvestissement dans le secteur de llevage PAU : Politique agricole de lUEMOA PDA/ECV : Programme dcennal daction de lenvironnement et du cadre de vie PDDAA : Programme dtaill de dveloppement de lagriculture en Afrique PISA : Programme dinvestissement dans les secteurs de lagriculture, de lhydraulique et des ressources

halieutiques

PNSR : Programme national du secteur rural PTF : Partenaires techniques et financiers RGPH : Recensement gnral de la population et de lhabitat SCADD : Stratgie de croissance acclre et de dveloppement durable SDR : Stratgie de dveloppement rural SNAT : Schma national damnagement du territoire SNVACA : Stratgie nationale de vulgarisation et dappui conseil agricole SP/CPSA : Secrtariat permanent de la coordination des politiques sectorielles agricoles UEMOA : Union conomique et montaire ouest africaine UICN : Union internationale pour la conservation de la nature

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page7

INTRODUCTION 1. Le prsent document prsente le Programme national du secteur rural (PNSR) du Burkina Faso pour la priode 2011-2015. Le PNSR est le cadre doprationnalisation de la Stratgie de dveloppement rural (SDR) et ainsi du volet dveloppement rural de la Stratgie de croissance acclre et de dveloppement durable (SCADD) pour la priode 2011-2015. Il traduit la volont du Gouvernement de se doter dun cadre unique de planification et de mise en uvre de laction publique en matire de dveloppement rural. Il fournit galement tous les autres acteurs du secteur un cadre de rfrence qui permet dinscrire leurs actions dans un programme national partag et dvaluer leurs contributions respectives sa mise en uvre.

2. Le PNSR sinscrit donc dans une vision commune des diffrents acteurs du secteur rural pour relever les dfis actuels tout en permettant de rpondre aux engagements pris aux plans international et sous rgional pour une plus grande performance des politiques de dveloppement et de laction publique. En cela, il participe latteinte des objectifs de la Dclaration de Paris sur lefficacit de laide au dveloppement, de la Dclaration de Maputo sur lallocation dau moins 10% des budgets nationaux au secteur agricole et la ralisation dau moins 6% de croissance. Enfin le PNSR consacre lapplication de la Directive 06-2009/CM/UEMOA qui prvoit linstauration des budgets programmes dans les pays de lUEMOA. Le PNSR sera aussi le cadre de mise en uvre du Programme dtaill de dveloppement de lagriculture africaine (PDDAA), de la Politique agricole de la Communaut conomique des Etats de lAfrique de lOuest (ECOWAP/CEDEAO) et de la Politique agricole commune de lUEMOA (PAU). Son champ dapplication couvre les domaines de comptences des ministres en charge du secteur rural que sont (i) lagriculture et de lhydraulique, (ii) lenvironnement et le dveloppement durable et (iii) les ressources animales.

3. Le document est construit autour de onze sections. Les sections A et B prsentent le contexte gnral du Burkina Faso et celui de llaboration du PNSR. Les sections C, D et E dcrivent le Programme dans ses objectifs, ses sous programmes et son cadre de rsultat. Les sections F, G situent sur les mesures de sauvegarde et les implications politiques de la mise en uvre du Programme tandis que la section H est consacre au cot. Une analyse conomique de la mise en uvre du Programme est faite dans la section I pendant les sections J et K prsentent respectivement les mcanismes de mise en uvre et les risques.

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page8

A. LE CONTEXTE

A.1. BREF APERU SUR LE BURKINA FASO 4. Le Burkina Faso est un pays situ au cur de lAfrique de lOuest, avec une superficie de 274.000 km. Sur le plan administratif, le territoire est subdivis en treize (13) rgions, quarante cinq (45) provinces et trois cent cinquante une (351) communes dont trois cent deux (302) communes rurales (voir carte ci-dessous).

Carte 1 : Carte administrative du Burkina Faso

Source : Adapt de lInstitut gographique du Burkina, 2009.

5. En termes de population, selon lInstitut national des statistiques et de la dmographie (INSD) le Burkina Faso comptait 15.730.977 habitants en 2010 avec une croissance dmographique forte de 3,1% par an. Les principales caractristiques de cette population sont sa jeunesse (les jeunes de moins de 15 ans reprsentent 47%), sa ruralit (77% vivent en milieu rural) et sa composition 52% de femmes.

6. Le contexte agro-cologique. Pays sahlien climat essentiellement semi-aride, le Burkina Faso est confront des conditions agro-cologiques relativement difficiles en raison de la pjoration climatique et la pression anthropique croissante. Prs de la moiti (46%) du territoire est soumise au phnomne de la dgradation des terres (disparition du couvert vgtal, fragilisation appauvrissement des sols, rosion et la baisse des nappes phratiques) (FAO, 2007). La pluviomtrie est dans son ensemble faible (environ 1200 mm dans le Sud Ouest et 300 mm dans le Sahel par an), irrgulire et mal rpartie. Les terres, les ressources en eau, les ressources pastorales, les ressources forestires, fauniques et halieutiques sont les principales ressources naturelles sur lesquelles le Burkina Faso fonde en grande partie son dveloppement conomique et social. Ainsi, la croissance conomique du pays est pour une bonne partie fonction de lvolution de lactivit agricole, qui elle-mme reste trs dpendante de la variabilit de ces conditions agro-climatiques.

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page9

A.2. POTENTIALITES, OPPORTUNITES ET CONTRAINTES DU SECTEUR RURAL A.2.1 POTENTIALITES ET OPPORTUNITES 7. Les potentialits agro-cologiques du Burkina Faso peuvent permettre de raliser durablement une croissance acclre du secteur rural afin de garantir la scurit alimentaire des populations et le dveloppement conomique et social.

8. Un grand potentiel en terres cultivables et irrigables. Le Burkina Faso dispose dun grand potentiel en terres cultivables estim 9 millions dhectares dont environ 46% sont actuellement exploits. Les terres irrigables atteignent 233.500 ha, dont environ 12% actuellement exploites. En outre, le pays dispose de 500 000 ha de bas-fonds facilement amnageables. Les potentialits pour le dveloppement de lirrigation, de la pche et de laquaculture sont immenses. Avec environ 1.200 plans deau (barrages, lacs, marres), le pays peut mobiliser jusqu cinq (05) milliards de mettre cube deaux de surface par an. En outre, le rseau hydrographique constitu par 5 fleuves principaux (le Mouhoun, le Nakamb, le Nazinon, la Como, le Sourou, et la Lraba) permet le rapprovisionnement des nappes phratiques.

9. Des conditions favorables au dveloppement de llevage. Lexistence dun grand nombre de zones pastorales, daires villageoises de pture, de couloirs de transhumance et les diffrentes zones agro cologiques permettent le dveloppement dun levage diversifi qui compte dj un cheptel numriquement important (8.400.000 bovins, 8.200.000 ovins, 12. 300.000 caprins, 2.200.000 porcins et 37.500.000 ttes de volaille) (DGPSE 2010).

10. Un vaste potentiel de production et de conservation de la biodiversit. La conservation de la biodiversit est rendu possible par : (i) une superficie daires classes estime 3.815.000 ha (14 % du territoire), dont deux (2) Rserves de la Biosphre (Parc National W- 350 000 ha, et la mare aux hippopotames de Bala -19 200 ha-) ; et (ii) quinze (15) zones humides dimportance internationales pour la conservation des oiseaux. Cela a favoris dj lexistence dune faune riche et varie comprenant environ 128 espces de mammifres, environ de 470 espces doiseaux et au moins 60 espces de reptiles et amphibiens. Une diversit despces ligneuses composes de 376 espces constitue un potentiel en produits forestiers ligneux et non ligneux.

11. Des centres de recherches performants et un bon savoir faire paysan. LInstitut de lEnvironnement et de la Recherche Agronomique (INERA) dispose de 5 centres de recherche agricole et environnementale performants qui ont gnr des paquets technologiques adapts aux diverses zones agro-cologiques. La valorisation du savoir-faire des paysans burkinab a permis de mettre au point des techniques prouves de conservation de la fertilit des sols, de la biodiversit et de mobilisation/valorisation des eaux de surface.

12. Sur le plan rglementaire, le secteur rural est encadr par un certain nombre des textes importants. On cite notamment : (i) la loi sur le foncier rural et la loi dorientation relative la gestion de leau ;(ii) les codes forestiers, de lenvironnement et les textes relatifs aux rserves de faune et (iii) la loi dorientation relative au pastoralisme (LORP).

13. Sur le plan et institutionnel, la dynamique engrange dans le processus de dcentralisation permet la prise en compte des dimensions rgionales et locales dans la mise en uvre des plans et politiques de dveloppement. Des associations locales de lutte contre la dgradation des ressources naturelles et la dsertification sont promues et les communauts sont de plus en plus responsabilises pour la gestion durable des ressources naturelles. Le pays dispose dune bonne exprience en matire de mise en uvre

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page10

de lapproche programme dans le sous secteur de leau potable et de lassainissement qui peut tre capitalise par lensemble du secteur rural.

14. Sur le plan de la commercialisation et de la transformation, il convient de noter lexistence dun march sous-rgional porteur pour les produits agricoles (nib, ssame, oignon, mas) et animaux. Il existe aussi un march domestique avec un rel potentiel de croissance. En effet, lurbanisation et lenrichissement national (PIB) offrent de bonnes perspectives de croissance de la demande en produits agricoles (lait, produits carns, halieutiques et maraichers).

A.2.2 CONTRAINTES DU SECTEUR RURAL 15. Globalement, le secteur rural est confront des difficults de financement (difficults daccs aux crdits et faiblesse du financement public), la faible capacit des acteurs et de leurs organisations et la faible coordination et harmonisation des multiples interventions.

16. Les principales contraintes lies la production agricole sont la faiblesse de la pluviomtrie et surtout sa mauvaise rpartition, la faible matrise de leau, le cot lev des intrants et des quipements et la persistance de linscurit foncire.

17. En ce qui concerne la transformation et la commercialisation, les principales contraintes sont le cot lev de lnergie et des quipements, lenclavement des zones de production, la volatilit des prix des matires premires et des produits finis et laccs difficile aux marchs rgionaux.

A.3. LES PRINCIPALES SPECULATIONS AGRICOLES ET LA SITUATION ALIMENTAIRE 18. Les productions vgtales. Les crales (mil, sorgho, mas, riz, fonio) constituent les principales productions vgtales au Burkina Faso. Selon le dernier recensement gnral de lagriculture (RGA 2008), elles sont pratiques sur 4.190.344 ha en 2008 (soit 78% des superficies). Parmi les crales, le mil, le sorgho et le mas constituent les plus importantes. Elles reprsentent respectivement 29%, 35% et 11% des superficies cralires, le riz ne couvrant que 1%. En moyenne 4,2 millions de tonnes de crales ont t produits par an, au cours des cinq dernires annes, ce qui permet de couvrir globalement les besoins alimentaires du pays. Les autres cultures vivrires (nib, igname, patate douce, voandzou) reprsentent 3% des superficies totales emblaves. Les cultures de rente (coton, ssame, arachide, soja) sont pratiques sur environ 19% des superficies totales emblaves. En outre, on note la pratique de cultures horticoles (tomate, loignon, la pomme de terre,).

19. Les productions animales. Llevage au Burkinab repose sur un cheptel numriquement important (environ 30 millions de ttes de btail en 2009) et trs vari (bovins, ovins, caprins, porcins, camelins, asins, equins). Les principales espces sont en terme numrique les caprins (38%), les bovins (27%) et les ovins (25%). Ces trois espces reprsentent elles seules 90% des effectifs du cheptel. On value 38 millions le nombre de ttes de volailles (poulet principalement et pintades).

20. Les forts et la faune. Les cosystmes terrestres couvrent 91,22% du territoire burkinab, les cosystmes aquatiques nen reprsentent que 0,26 % et les cosystmes intermdiaires 1,34%. Le Bois et charbon de bois constituent la principale source dnergie pour plus de 92% de la population selon lenqute sur les conditions de vie des populations de 2007. La production annuelle en bois de chauffe est estime 95 000 de stres dans les zones amnages. En matire de faune, le pays compte 27 aires classes but faunique totalisant 3 287 925 ha. La faune sauvage terrestre totalise prs de 35 espces de grands mammifres dont les plus reprsentes sont les buffles, hippotragues, lphants, bubales,

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page11

phacochres, cobs de buffon, babouins, cphalophe de Grimm, hippopotames, ourbis (Bouch et al. 2003).

21. Les productions halieutiques. Les productions halieutiques au Burkina se rsument essentiellement au poisson dont la production est estime environ 15 000 tonnes par an en moyenne pendant la priode 2008-2010. Une petite production de crevettes est observe mais non encore prise en compte dans les statistiques.

22. La transformation des produits agricoles. Le niveau de transformation des produits agricoles reste faible. Celle-ci reste essentiellement artisanale. Les units de transformation industrielle et semi-industrielle sont rares. On peut retenir les suivantes : (i) deux brasseries utilisant les produits secondaires des quelques autres units semi industrielles de transformation de crales et du Grand Moulin du Burkina (GMB), qui produisent aussi de la farine ; (ii) la Nouvelle Socit Sucrire de la Como (SN-SOSUCO) dont la production couvre environ 46% des besoins nationaux ; (iii) La production nationale dhuile alimentaire ne couvre que 52% des besoins nationaux; (iv) une vingtaine dusines dgrenage du coton ; (v) une usine de transformation de la mangue et des agrumes (traitant environ 10% de la production nationale) ; (vi) une seule usine de transformation industrielle des cuirs et peaux, ct de plusieurs dizaines dunits de transformation artisanale ; (vii) un grand nombre dtuveuses de riz traitant plus de 50% de la production nationale ; (viii) une dizaine dunits semi-industrielles de dcorticage du riz ; (ix) quelques units de transformation artisanale des produits forestiers non ligneux. Cette situation sexplique par la faible demande des produits transforms, le faible niveau daccs des producteurs aux quipements et infrastructures de transformation, le manque dincitation pour les entreprises de transformation des produits agricoles, et la forte concurrence des produits imports. Cependant, lurbanisation progressive, le nombre croissant de femmes urbaines travailleuses, et la demande croissante des citadins pour les produits transforms, constituent autant de facteurs qui laissent envisager un dveloppement croissant des units de transformation des produits agricoles, si lEtat rend lenvironnement des affaires plus attrayants pour les entreprises agricoles.

23. La scurit alimentaire et nutritionnelle. Les bilans craliers montrent que le pays est gnralement excdentaire mais la production moyenne par individu est en baisse. Les crales (sorgho, mil, mas, riz) contribuent pour prs de 73% l'apport nergtique total, les produits d'origine animale pour seulement 4 %. Les rsultats de lEnqute dmographique et de sant mene en 2010, montrent une situation nutritionnelle toujours proccupante. Environ 35 % des enfants souffrent de malnutrition chronique dont 15 % sous la forme svre (source DHS). Chez 75 % des enfants, lintroduction dautres liquides ou supplments alimentaires a lieu un ge trop jeune par rapport aux recommandations internationales en matire dalimentation des jeunes enfants. Les zones de vulnrabilit gnralise dinscurit alimentaire couvrent une vingtaine de provinces structurellement dficitaires localises essentiellement dans 4 rgions (Nord, Sahel, Centre Nord, Est). A ces provinces chroniquement dficitaires sajoutent conjoncturellement des zones dinondation intervenant souvent en juillet et aot et des zones priurbaines dans lesquelles des catgories sociales vivent dans une pauvret chronique.

A.4. LE CONTEXTE POLITIQUE, ECONOMIQUE ET SOCIAL 24. Le contexte politique. Le Burkina Faso jouit dune stabilit politique depuis 1987, avec la Rectification de la rvolution, qui a marqu son orientation vers des politiques conomiques davantage axes sur le march et sa rintgration au sein de la communaut internationale. Depuis 1991, des lections prsidentielles, lgislatives et municipales sont rgulirement organises.

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page12

25. Le contexte macro-conomique. Le Burkina Faso est un pays enclav dAfrique subsaharienne faible revenu, et pauvre en ressources naturelles. Lconomie tait fortement tributaire des exportations de coton et vulnrable aux chocs exognes, mais depuis 2009-2010, le secteur minier a pris de lampleur sur le plan des exportations du Burkina Faso. Ces deux annes sont marques par des taux de croissance annuels moyens de 5,2 %. Le taux de croissance annuel a chut de 5,2% en 2008 3,2% en 2009 du fait d'une srie de chocs exognes: choc climatique, crise nergtique, la fluctuation des prix des matires premires et la crise financire mondiale. L'conomie s'est redresse en 2010 (taux de croissance de 7%) en raison d'une augmentation substantielle des exportations d'or (l'exploitation de six mines d'or a t lance au cours des trois dernires annes) combine une hausse des prix du mtal sur les marchs internationaux. Le taux de pauvret au Burkina Faso est estim 43,9% et le pays occupe le 161 rang sur 169 pays selon lindice du dveloppement humain (IDH) 2010 publi par le PNUD.

26. Les dfis en matire de dveloppement. Si des efforts importants sont consentis la libralisation de lconomie, au soutien au secteur priv et laccs aux services de base, les dfis de dveloppement demeurent encore trs importants. Lconomie du Burkina Faso reste, peu diversifie et trop fortement tributaire des performances du secteur cotonnier qui reprsentait 23% des exportations en 2009 contre 32% en 2008. Ceci rend la lconomie particulirement vulnrable aux fluctuations des prix du coton et aux effets des variations climatiques sur les campagnes agricoles. Malgr une augmentation des exportations de lor (42% en 2009 et 53% en 2010), le Burkina Faso a besoin de surmonter sa vulnrabilit conomique et de dvelopper une base de ressource plus large et plus durable par l'intensification et la diversification de l'conomie. La Stratgie de Croissance Acclre et du Dveloppement Durable (SCADD) qui a t rcemment adopte vise atteindre une croissance de 10% par an au cours des 5 prochaines annes afin de tacler la pauvret. Le dfi dans ce cadre consiste dvelopper des secteurs-cls de croissance et ayant un potentiel d'exportation et aussi de percevoir des revenus dans les zones rurales. Dans cette optique, des ples de croissance tourns vers le secteur priv ont t labors en vue de renforcer les actions entreprises dans le cadre de la SCADD.

27. Les progrs sociaux. Des efforts soutenus et des investissements ont gnr des tendances positives en matire de dveloppement humain: le taux de mortalit infantile est tomb de 107 dcs pour 1.000 naissances vivantes en 1995 81 en 2008, le taux de mortalit maternelle est pass de 484 pour 100.000 307,3 pour 100.000 naissances vivantes, et le taux de prvalence contraceptive a augment de 13% 26,7%. Nanmoins, ces chiffres demeurent trs levs. Le taux brut de scolarisation au niveau primaire a enregistr des progrs rapides, passant de 57 % en 2005 72,4 % en 2008, et 74,8% en 2010. Le taux dalphabtisation des jeunes est de 28,7 % en 2010 et lesprance de vie la naissance stablissait 57 ans en 2007, contre 50 ans pour lensemble de lAfrique subsaharienne. Avec une possibilit de manuvre fiscale limite, une croissance dmographique importante et le processus de dcentralisation des prestations de services en cours, la promotion de la bonne gouvernance et le soutien lefficacit et la qualit des services sont essentiels pour raliser des progrs dans le dveloppement humain.

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page13

A.5. LE CONTEXTE SECTORIEL ET STRATEGIQUE A.5.1 PLACE DU SECTEUR RURAL DANS LECONOMIE DU BURKINA FASO 28. Le secteur rural joue un rle prpondrant dans lconomie burkinab. Il occupe environ 86 % de la population active (RGPH 2006) et sa contribution la formation du Produit intrieur brut (PIB)1 est estime en 2009 environ 30% (IAP, 2010). Au cours de la priode 2000-2009, la croissance conomique du Burkina Faso a t en moyenne de 5,2% en termes rels, avec un pic de 8,7% en 2005. La contribution du secteur primaire cette croissance a t en moyenne de 1,3 point de pourcentage, aprs le secteur tertiaire (3,1 points). Les alas climatiques ont un impact rel sur cette croissance, dmontrant ainsi le rle primordiale du secteur rural. Outre sa forte contribution la scurit alimentaire, le secteur rural fournit 61,5% des revenus montaires des mnages agricoles. Ces revenus proviennent 67% de la production vgtale, 30,9% de llevage et 2,1% des produits de lenvironnement (DGPER, 2010).

A.5.2 LE CADRAGE STRATEGIQUE 29. La stratgie de croissance acclre et de dveloppement durable (SCADD 2011-2015) a t adopte en dcembre 2010, en lieu et place du Cadre stratgique de lutte contre la pauvret (CSLP adopt en 2000, rvis en 2003). Son objectif est de raliser une croissance conomique forte (10% par an), soutenue et de qualit, gnratrice d'effets multiplicateurs sur le niveau d'amlioration des revenus, la qualit de vie de la population et soucieuse du respect du principe de dveloppement durable . Ceci permettrait datteindre les Objectifs du Millnaire pour le dveloppement, et de rduire la pauvret moins de 35% en 2015. L'intensification des investissements du secteur priv, le recours aux partenariats public-priv et aux ples de croissance sont des lments cls dans la mise en uvre de ses quatre axes stratgiques2. De toute vidence, les principaux ples rgionaux de croissance seront construits autour des potentialits naturelles et agricoles. Le niveau de contribution lconomie nationale dfini par la SCADD pour le secteur rural est la ralisation dun taux de croissance moyen de 10,7% sur les cinq ans (2011-2015).

30. Le cadre stratgique du secteur rural. Au regard de limportance de la contribution du secteur rural au dveloppement socio-conomique du pays, le gouvernement a labor et mis en uvre des politiques et stratgies visant crer les bases dune croissance acclre et une amlioration des conditions de vie des populations.

31. La Stratgie de Dveloppement Rural (SDR). En 2003, ladoption de la Stratgie de dveloppement rural (SDR) lhorizon 2015, en cohrence avec le CSLP, visait sappuyer sur ce secteur pour lutter contre la pauvret et linscurit alimentaire et contribuer la croissance de lconomie nationale. Lobjectif de la SDR est dassurer une croissance soutenue du secteur rural en vue de contribuer la lutte contre la pauvret, au renforcement de la scurit alimentaire et la promotion dun dveloppement durable .

32. La Stratgie Nationale de Scurit Alimentaire (SNSA. A travers cette stratgie adopte en 2003, le Gouvernement sest assign comme objectif de rduire de 50 % le nombre de personnes souffrant de la

1 Elle est passe de plus de 35% en 1999 pour stablir autour de 30% en 2009 2 (i) dveloppement des piliers de la croissance acclre ; (ii) consolidation du capital humain, y compris la promotion de la protection sociale ; (iii) renforcement de la bonne gouvernance et (iv) prise en compte des priorits transversales dans les politiques et programmes de dveloppement

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page14

faim et de la malnutrition dici 2015. La finalit est alors de construire les conditions dune scurit alimentaire durable.

33. La Politique nationale de scurisation foncire en milieu rural (PNSFMR). Adopte en 2007, Elle vise assurer lensemble des acteurs ruraux, laccs quitable au foncier, la garantie de leurs investissements et la gestion efficace des diffrends fonciers dans le but de promouvoir une agriculture productive et durable. Cette politique est renforce par loi N034-2009/AN portant rgime foncier rural et dont les dcrets prioritaires de mise en uvre sont disponibles.

34. La politique nationale denvironnement (PNE). Son adoption par le Gouvernement en janvier 2007 dote le secteur de lenvironnement dun cadre de dialogue pour les acteurs et les partenaires nationaux et internationaux. En fdrant toutes les ambitions du gouvernement en matire denvironnement en un seul document de rfrence, elle vise favoriser lintgration de la dimension environnementale dans les politiques, plans et programmes de tous les acteurs et partenaires. Son oprationnalisation sest fait jusque l travers essentiellement le Plan dcennal daction de lenvironnement et du cadre de vie (PDA/ECV).

35. La politique nationale de dveloppement durable de llevage (PNDEL). Adopt en septembre 2010, la vision du PNDEL lhorizon 2015 est de parvenir un levage comptitif et respectueux de lenvironnement autour duquel sorganise de vritables chanes de valeurs portes par des professionnelles, tournes vers le march et qui contribue davantage la scurit alimentaire et lamlioration du niveau de bien-tre des burkinab. Il est oprationnellement dcrit par le Plan dactions et Programme dinvestissements du sous- secteur de llevage (PAPISE) qui est a servi dintrant llaboration du Prsent PNSR.

36. La Stratgie nationale de dveloppement durable de lagriculture irrigue. Elle sinsre dans la vision de la SCADD, notamment en son axe 2 dont les actions prioritaires sont : (ii) les infrastructures agricoles et hydro-agricoles pour accrotre la productivit et faciliter la conservation et/ou la transformation ainsi que l'coulement des produits. Elle vise impulser le secteur de lirrigation, comme moyen de lutte contre la pauvret et linscurit alimentaire des mnages et contribuer fortement lemploi. Elle a mobilis dimportants investissements, entre autres de la Banque mondiale, de la Banque africaine de dveloppement, du Fonds International de dveloppement agricole, de la FAO et de nombreux partenaires bilatraux.

A.5.3 LE CADRAGE INSTITUTIONNEL DU SECTEUR RURAL 37. Sur le plan organisationnel, le secteur rural couvre laction de trois ministres que sont (i) agriculture et hydraulique, (ii) environnement et dveloppement durable et (iii) ressources animales. Chacun de ces ministres est structur en Directions gnrales et centrales, en structures rattaches et de mission, en 13 directions rgionales, en 45 directions provinciales, en zones dappui ou services dpartementaux en nombres variables. En plus de ces trois ministres, dautres dpartements interviennent dans le secteur pour les aspects tels que la recherche, les finances, le commerce et lindustrie agro-alimentaire, le dsenclavement, lalphabtisation, la scurit, la sant et la nutrition, ladministration territoriale et dcentralisation, etc. Les activits sont menes par des acteurs organiss en groupements, unions, fdrations, coopratives et interprofessions dont la plupart est regroupe au sein de la confdration paysanne du Faso (CPF). Par ailleurs, il faut noter lmergence dacteurs privs et la prsence dun nombre important dorganisations non gouvernementales dont les rles dans le monde rural sont de plus en plus significatifs. Avec la dcentralisation, les communauts de base exercent des prrogatives et des responsabilits plus importantes dans la conduite des actions de dveloppement et la gestion de leurs

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page15

ressources. Enfin, une chambre rgionale dagriculture a t cre dans chacune des 13 rgions avec une chambre nationale.

A.6. BILAN DES PROGRAMMES MIS EN OEUVRE 38. La SDR adopte en 2003 a t mise en uvre travers les trois programmes et plans dactions ministriels dont les bilans de mise en uvre sont prsents ci-dessous.

39. Le Programme dinvestissement dans les secteurs de lagriculture, de lhydraulique et des ressources halieutiques (PISA). En matire de productions vgtales, les actions ont permis de dvelopper lagriculture irrigue, de promouvoir les technologies de conservation des eaux et du sol, lutilisation de la fumure organique et des semences amliores, de renforcer la mcanisation agricole, damliorer le cadre institutionnel et de mettre en place un cadre de concertation sur la scurit alimentaire. Ces actions ont gnr la croissance de la production agricole en termes rels de 6% par an sur la priode 1995-2006 et lamlioration de la scurit alimentaire avec laugmentation de la production cralire de 5% par an, rythme suprieur au taux daccroissement dmographique (3,1% par an). En ce qui concerne les ressources halieutiques, avec la stratgie nationale adopte en 2003, dimportants rsultats ont t obtenus, notamment laccroissement de la production piscicole 10 % de 2008 2009 et 25 % de 2009 2010. En ce qui concerne laccs leau potable et lassainissement familial, des avances ont t enregistres depuis linstitutionnalisation du Programme National dApprovisionnement en Eau Potable et dAssainissement (PN-AEPA) en 2006. En sappuyant sur une approche programmatique sectorielle pour latteinte des OMD lhorizon 2015, ce programme a permis de faire passer le taux daccs leau potable, de 51,5% en 2006 56,63% en 2010 pour le milieu rural et de 63% 75% en milieu urbain sur la mme priode. Quant lassainissement, les rsultats de lenqute nationale y relative (DGAEUE, 2010) montrent quen 2010, moins de 10% des mnages en urbain et moins de 1% en milieu rural ont accs un assainissement familiale.

40. Le programme dcennal daction de lenvironnement et du cadre de vie (PDA-ECV). La mise en uvre de la Politique Forestire Nationale a enregistr des acquis significatifs en matire damnagement et de gestion durable de forts, de rduction de la demande en combustibles ligneux (diffusion de technologies dconomie dnergie et promotion dnergies alternatives) et de valorisation des produits forestiers non ligneux (PFNL). En ce qui concerne la gestion de la faune, des textes lgislatifs et rglementaires ont t adopts. Les populations sont dsormais impliques dans le systme de gestion et le rle du secteur priv a t promu. Enfin, lOffice National des Aires Protges (OFINAP), une structure jouissant dune autonomie de gestion a t cr, et est dsormais fonctionnelle.

41. Le programme dactions et plan dinvestissement dans le secteur de llevage (PAPISE). Les principaux rsultats obtenus de la mise en uvre du PAPISE adopt en octobre 2000 sont : (i) la mise en place dun cadre juridique et rglementaire (loi dorientation relative au pastoralisme - LORP 2002 et dcrets dapplication) favorable la gestion des ressources pastorales ; (ii) la valorisation des zones vocation pastorale ; (iii) lamlioration de la productivit (viande et lait) grce des actions damlioration gntique. En outre, dans le domaine de la sant animale, la performance du rseau de surveillance pidmiologique a t amliore (en 2006, le Burkina a obtenu le statut de pays indemne de la peste bovine et ce statut a t conserv jusqu prsent). Par ailleurs, le programme a permis damliorer la comptitivit et l'accs aux marchs des produits animaux par la ralisation dun certain nombre dinfrastructures structurants (infrastructures de mise en march, infrastructures de transformation) tels que les march btail, les abattoirs et aires dabattage, les boucheries et tals de boucherie et les units

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page16

de transformations du lait. Enfin, la structuration des acteurs des filires et t renforce et des interprofessions promues dans certaines filires.

42. Au total, la mise en uvre de ces programmes a permis denregistrer des progrs, mais de nombreuses insuffisances persistent et le monde agricole vit toujours dans une certaine prcarit. Cet tat de fait sexplique par : (i) la faible appropriation de ces programmes par les acteurs tous les niveaux (acteurs tatiques et non tatiques), (ii) la dominance de lapproche projet au niveau des Ministres et aussi au niveau des PTF, (iii) la faible adhsion des PTF certains de ces programmes et plans dactions, (iv) linsuffisance des ressources de lEtat alloues au secteur agricole. A cela sajoute linstabilit institutionnelle aussi bien dans le secteur qu lintrieur des sous secteurs qui est source dincohrence des politiques et programmes et de faible coordination des interventions. Le PNSR a t conu en tenant compte de ces insuffisances, mais aussi des acquis enregistrs dans leur mise en uvre.

B. ORIGINE ET PROCESSUS DELABORATION DU PNSR

B.1 ORIGINE DU PNSR 43. Llaboration du PNSR du Burkina Faso sest effectue dans un contexte international, rgional (Afrique), sous-rgional (Afrique de lOuest) et national marqu par des engagements ainsi que des politiques et stratgies.

44. Au plan international. Le PNSR sera la principale rfrence sur laquelle le Burkina Faso sappuiera pour raliser : (i) lOMD3 1 savoir llimination de lextrme pauvret et de la faim dici 2015 ; (ii) la cible A de lOMD 7 savoir, rduire de moiti d'ici 2015, le pourcentage de la population nayant pas accs de faon durable une eau potable salubre ni des services dassainissement de base. Le programme est conu pour tre mis en uvre dans lesprit de la Dclaration de Paris sur lefficacit de laide au dveloppement. En matire denvironnement et de gestion durable des ressources naturelles, le PNSR prend en compte les conventions que le Burkina Faso a ratifies, notamment celles relatives aux changements climatiques, la biodiversit, la lutte contre la dsertification et aux Polluants organiques persistants.

45. Au plan africain, le PNSR est en droite ligne avec le Programme dtaill de dveloppement de lagriculture africaine (PDDAA). A travers le PDDAA, les Chefs dEtats et de Gouvernements africains ont reconnu le rle primordial de lagriculture dans la promotion du dveloppement global et dans lacclration du processus dintgration des conomies africaines. Le PDDAA vise restaurer la croissance agricole, le dveloppement rural et la scurit alimentaire en Afrique. La majorit des sous-programmes du PNSR sinscrivent dans les quatre piliers du PDDAA que sont : (i) laccroissement des superficies bnficiant dune gestion durable des terres et de systmes fiables de matrise des eaux, (ii) lamlioration des infrastructures rurales et des capacits de commercialisation pour un meilleur accs aux marchs, (iii) laugmentation de loffre alimentaire et la rduction de la faim en levant la productivit des petits exploitants et en amliorant les dispositions prises en cas durgences alimentaires, (iv) lamlioration de la recherche agricole et la diffusion et ladoption de technologies appropries. Enfin, llaboration du PNSR

3Objectif du Millnaire pour le Dveloppement

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page17

est guide par la Dclaration de Maputo4 sur lallocation dau moins 10% des budgets nationaux aux investissements agricoles et la ralisation dau moins 6% de croissance dans ce secteur.

46. Au niveau sous-rgional, le PNSR rentre dans le cadre de loprationnalisation des politiques agricoles communes : la Politique agricole de la CEDEAO (ECOWAP) et la Politique agricole de lUEMOA (PAU). Lobjectif de lECOWAP est le dveloppement du secteur agricole et lutilisation maximale de toutes les potentialits de ce secteur dans un esprit de complmentarit des zones cologiques en vue dassurer lautosuffisance alimentaire au sein de la sous rgion . Quant la PAU, elle vise contribuer, de faon durable la satisfaction des besoins alimentaires de la population de la Rgion, au dveloppement conomique et social des Etats membres et la rduction de la pauvret en milieu rural . Aussi, il est labore en vue de permettre lapplication dans le secteur rural de la Directive 06-2009/CM/UEMOA qui prvoit linstauration des budgets programmes dans les pays de lUEMOA lhorizon 2017.

47. Au niveau national, llaboration du PNSR sinscrit dans la dynamique de programmation du dveloppement court, moyen et long terme qui sest traduite par la conduite de lEtude prospective Burkina 2025, llaboration du Schma national damnagement du territoire (SNAT) et plus rcemment par ladoption de la Stratgie de croissance acclre et de dveloppement durable (SCADD). Le PNSR prend en compte et traduit de faon oprationnelle dans ses sous-programmes, la Stratgie de dveloppement rural (SDR), la Politique nationale de scurisation foncire en milieu rural (PNSFMR), la Politique nationale de dveloppement durable de llevage (PNDEL), la Politique nationale denvironnement (PNE), la Politique nationale de leau (PNEau) et la Politique nationale et stratgie dassainissement (PNSA). Il sinscrit galement dans les rformes en cours en matire de dcentralisation et de communalisation intgrale qui donnent de nouvelles responsabilits aux acteurs locaux dans le dveloppement rural.

B.2 PROCESSUS DELABORATION 48. Llaboration du PNSR a t voulue par le gouvernement du Burkina Faso, en accord avec tous les autres acteurs du secteur rural, dans le but de renforcer les acquis enregistrs dans la mise en uvre de la SDR et faire face aux nouveaux dfis auxquels le secteur est confront. Ila t convenu que le premier principe du processus dlaboration du PNSR soit la participation effective des diffrents groupes dacteurs (Administration, OSC, PTF, OPA, Secteur priv). Cela dans le but de prendre en compte les leons tires de la mise en uvre des politiques et stratgies existantes et dy traduire au mieux les proccupations/aspirations de tous..

49. Le processus dlaboration du PNSR a t lanc par ladoption dune note de cadrage en mai 2010 et llaboration dune feuille de route. La ralisation dune revue du secteur rural en juillet a permis de fixer les grands axes dintervention du PNSR la suite de laquelle un pacte a t sign le 22 juillet 2010 pour marqu lengagement et ladhsion des diffrents groupes dacteurs.. Les ressources ncessaires la conduite du processus ont t mobilises travers un protocole daccord de financement commun sign le 1er octobre 2011 entre le gouvernement et ses partenaires. Dans le but dobtenir un consensus sur la

4 Ratifie par les Chefs dEtat et de Gouvernement de lUnion Africaine en juillet 2003.

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page18

dfinition des activits et sur leurs lments constitutifs, une nomenclature unifie des activits du secteur rural a aussi t labore.

50. Pour la conduite du processus, trois organes ont t mise en place. Le Comit de coordination des travaux dlaboration du PNSR (CC-PNSR), animateur principal du processus et alors charg dassurer le suivi permanent des travaux. Le Comit technique interministriel (CTI-PNSR) prsid par les Secrtaires gnraux des trois ministres en charge du secteur et compos dune quarantaine de membres issus de toutes les catgories dacteurs nationaux du secteur avec mission essentielle de faire des propositions dorientations pour le pilotage du programme. Enfin, le Comit dorientation et de pilotage (COP-PNSR) coprsid par les ministres du secteur avec pour membres le Ministre en charge des finances, les PTF et aussi des acteurs non tatiques. Sa mission essentielle est dorienter et de piloter le programme dans son laboration et sa mise en uvre. Aussi dans le but doptimiser la participation des acteurs non tatiques, diffrentes rencontres de concertation ont t inities spcifiquement en leur intention.

51. Loption a t prise de btir les sous programmes du PNSR autour des grands domaines de missions des ministres du secteur rural. Dans ce sens, suite lidentification des sous programmes, diffrents groupes de travail ont t mis en place pour dcrire ces sous programmes. Les rsultats de ces travaux ont constitu la matire premire pour une quipe de rdaction supervise par le SP/CPSA qui a travaill pour produire une toute premire version du PNSR. Cette version a t soumise la premire session du Comit technique interministriel (CTI-PNSR), le 02 septembre 2011.

52. Au cours de ce processus, lquipe a bnfici de lappui de diffrentes organisations africaines et internationales qui ont passs en revue le document pour assurer sa qualit par rapport aux prescriptions internationales.

C. OBJECTIFS, PRINCIPES DIRECTEURS ET CHAMP DU PROGRAMME

C.1. VISION ET OBJECTIFS DU PNSR 53. Le PNSR sinscrit dans une vision qui sintitule comme suit : A lhorizon 2025, lAgriculture burkinab est moderne, comptitive, durable et moteur de la croissance, fonde sur des exploitations familiales et des entreprises agricoles performantes et assurant tous les burkinab un accs aux aliments ncessaires pour mener une vie saine et active .

54. Son objectif global est de contribuer de manire durable la scurit alimentaire et nutritionnelle, une croissance conomique forte, et la rduction de la pauvret . Les objectifs sont (i) dassurer une meilleure couverture des besoins alimentaires des populations par la production nationale, (ii) rduire la malnutrition travers la rduction de la proportion de la population en de du minimum dapport calorique et de la prvalence de linsuffisance pondrale chez les enfants de 0 5 ans, (iii) assurer une croissance forte du produit intrieur brut agricole,(iv) rduire considrablement la pauvret en milieu rural, et (v) rduire sensiblement la dgradation du couvert vgtal.

55. Les bnficiaires du programme sont constitus par la population burkinab dans son ensemble, plus spcifiquement les groupes vulnrables ruraux et urbains, travers les impacts positifs sur lconomie nationale et la scurit alimentaire. Les agriculteurs, leveurs et pcheurs, hommes et femmes, les entrepreneurs, les transformateurs des produits agricoles, les commerants, les transporteurs et autres travailleurs ruraux devraient connatre une amlioration sensible de leurs revenus et de leurs conditions de vie.

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page19

C.2 CHAMP DU PROGRAMME ET PRINCIPES DIRECTEURS C.2.1 CHAMP DU PROGRAMME 56. Le PNSR guidera : (i) les rponses du Burkina Faso en matire de politique et dinvestissements pour raliser les objectifs de lECOWAP/PDDAA et lengagement de Maputo, travers lallocation dau moins 14% des dpenses publiques au secteur agricole et rural ; (ii) la planification court, moyen et long termes de laide au dveloppement pour soutenir les efforts du pays ; (iii) et le partenariat public-priv ainsi que les initiatives du secteur priv pour augmenter et soutenir les investissements ncessaires dans le secteur rural.

57. Le champ dapplication du PNSR est de porte globale. Au Burkina Faso, le champ daction du secteur rural regroupe celui des trois dpartements ministriels actuels que sont lagriculture et lhydraulique, lenvironnement et le dveloppement durable ainsi que les ressources animales. Par consquence, le champ dapplication du PNSR couvre tous les domaines de comptences de ces dpartements que sont : (i) les productions vgtales, animales, et halieutiques; (ii) les amnagements hydro agricoles ; (iii) la gestion des ressources naturelles en gnral (forts, faune, pturage, pcherie) ; (iv) la gestion du foncier rural; (v) les amnagements hydro-agricoles et lapprovisionnement en eau potable ; (vi) lamlioration du cadre de vie ; (vii) lorganisation du monde rural ; (viii) la gestion et la prvention des crises alimentaires.

58. Le moteur de la croissance agricole : la matrise de leau et lintensification des productions. Le contexte au Burkina est marqu par la diversit des systmes de productions. En effet, face aux conditions agro-climatiques varies et la grande diversit sociale, on note la coexistence de pratiques dagriculture, dlevage et dexploitation de produits forestiers rpondant des logiques diffrentes et parfois combines (autosubsistance, commerciale). Par consquent, latteinte des objectifs en matire de rduction de la pauvret et de croissance agricole passe par la mise en uvre dactivits dans un grand nombre de filires. Cependant, afin de maximiser les effets de linvestissement public et des mesures daccompagnement du secteur, la priorit est accorde la mobilisation et la maitrise de leau (19,5% du budget du PNSR), facteurs de base pour la russite de lintensification des productions agricoles et animales dans climat sahlien. La mobilisation et la maitrise de leau seront soutenues, par une amlioration du niveau daccs des producteurs aux quipements et aux intrants (semences amliores, engrais organiques et minraux, pesticides,) avec 13,5% du budget. Lamlioration de la productivit animale est la troisime priorit dinvestissement productif du PNSR avec 8,8% du cot. Aussi, lamlioration des conditions de vie des populations travers un approvisionnement adquat en eau potable et en assainissement occupe 18,3% du Budget.

C.2.2 PRINCIPES DIRECTEURS 59. La mise en uvre du PNSR sera rgie par les principes directeurs de la SCADD savoir : (i) lanticipation (ii) lappropriation nationale, (iii) la responsabilisation, (iv) le dveloppement durable, (v) la priorisation et la cohrence des actions et (vi) la gestion axe sur les rsultats. En outre, elle sappuiera sur les 6 principes directeurs spcifiques.

60. La bonne gouvernance subsidiarit, respect des procdures de passation des marchs et de gestion administrative et financire, tolrance zro la corruption, alignement et harmonisation des interventions des partenaires techniques et financiers.

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page20

61. Le dveloppement du capital humain renforcement des capacits techniques et organisationnelles des acteurs tous les niveaux.

62. La prise en compte du genre dans les analyses, les orientations, les choix stratgiques, ainsi que la formulation et la mise en uvre des investissements prioritaires.

63. La rduction des disparits rgionales travailler dans le contexte de la dcentralisation la recherche de lquit spatiale et de la paix sociale au vu des avantages naturels de chaque rgion.

64. La responsabilit mutuelle travers la mise en uvre du systme de gestion axe sur les rsultats et des instruments requis pour la reddition effective des comptes.

65. Le renforcement du partenariat travers linstitution dun dialogue permanent entre les reprsentants des diffrents groupes dacteurs du secteur.

D. DESCRIPTION DU PROGRAMME 66. Le PNSR est structur en 13 sous-programmes regroups autour de 5 axes, et conus pour fonctionner de faon harmonieuse. Ces programmes sont le rsultat dun dcoupage des missions des ministres en charge du secteur et ce titre ils prennent galement en compte les volets urbain et transversaux des missions des trois ministres.

67. Laxe 1 porte sur lamlioration de la scurit et de la souverainet alimentaires. Il regroupe cinq sous-programmes savoir : (1.1) Dveloppement durable des productions agricoles ; (1.2) Amlioration de la productivit et de la comptitivit des productions animales ; (1.3) Amlioration de la Sant Animale et renforcement de la sant publique vtrinaire ; (1.4) Dveloppement durable de lhydraulique agricole ; (1.5) Prvention et gestion des crises alimentaires et nutritionnelles.

68. Laxe 2 est centr sur laugmentation des revenus des populations rurales. Il porte essentiellement sur le sous-programme 2.1 Promotion de laccs aux marchs.

69. Laxe 3 est intitul dveloppement durable des ressources naturelles. Il couvre quatre sous-programmes savoir : (3.1) Gouvernance environnementale et promotion du dveloppement durable ; (3.2) Gestion durable des eaux des sols et scurisation foncire en milieu rural ; (3.3) Scurisation et gestion des ressources pastorales ; (3.4) Amlioration des productions forestires et fauniques et halieutiques.

70. Laxe 4 porte sur lamlioration de laccs leau potable et du cadre de vie. Deux Sous Programmes y seront mis en uvre : (4.1) Eau potable et assainissement ; et (4.2) Assainissement de lenvironnement et amlioration du cadre de vie.

71. Laxe 5 est centr sur le dveloppement du partenariat entre les acteurs du monde rural. Il sera mis en uvre travers le seul Sous Programme (5.1) Pilotage et soutien, sous programme fdrateur ddi la coordination et la gestion de lensemble du secteur rural.

72. Chaque programme est compos dactions (dix au maximum) dont une action soutien et de pilotage qui consiste essentiellement assurer la coordination et le pilotage rapproch du programme selon le principe de subsidiarit.

D.1. AXE 1 AMELIORATION DE LA SECURITE ET DE LA SOUVERAINETE ALIMENTAIRES

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page21

SOUS PROGRAMME 1.1 DEVELOPPEMENT DURABLE DES PRODUCTIONS AGRICOLES 73. Contexte. L'agriculture burkinab est caractrise par une faible productivit due non seulement la pjoration des conditions climatiques et linscurit foncire, mais surtout aux difficults daccs aux intrants et aux quipements agricoles. Seulement 44% des exploitants agricoles ont accs aux services de mcanisation, 15% aux semences amliores et la dose brut dengrais minraux lhectare est de 40 kg. La production de fumure organique reste trs insuffisante par rapport aux besoins. Les rendements actuels lhectare ne dpassent gure 0,75 tonne pour le mil, 1 tonne pour le sorgho, 1,5 tonnes pour le mas, 1,3 tonnes pour le riz, 1,2 tonnes pour le coton. Le niveau dorganisation et de professionnalisation des producteurs demeure faible. Lenjeu est de relever le niveau de la production agricole en portant notamment : (i) le volume de production de crales de 4,6 millions de tonnes en 2010 6 millions de tonnes en 2015 travers une augmentation significative des rendements ; et (ii) volume de production des cultures de rente (y compris le coton) de 980 000 tonnes en 2010, 1,7 millions de tonnes en 2015. Laccent sera mis sur la promotion des exploitations agricoles familiales, mais aussi sur la promotion des gros producteurs et des entreprises agricoles.

74. Lobjectif du Sous Programme est daccrotre durablement et de diversifier les productions agricoles. Sa mise en uvre devra permettre daccrotre la productivit et la production agricole, de dvelopper de nouvelles spculations porteuses et couvrir les besoins alimentaires de base des populations. Pour cela les principales actions entreprendre sont dcrites ci-dessous.

75. Action 1 : Promotion de laccs des producteurs aux intrants et quipements agricoles. Il sagit de construire des mcanismes de march, devant garantir laccs des producteurs aux semences amliores, aux engrais, pesticides et aux quipements et autres machines agricoles. Pour ce faire, il sera procd une revue des politiques menes actuellement dans ces divers domaines. Ceci implique un dialogue structur entre lEtat, les producteurs et leurs organisations, les oprateurs du march, les institutions de financement, et les partenaires techniques et financiers. Les conclusions de ces revues vont permettre didentifier les nouveaux arrangements institutionnels (rglementation, mcanismes de march, instruments techniques, financiers et organisationnels) mettre en place pour assurer durablement, laccs des producteurs aux ces diffrents biens et services de qualit et des cots abordables. Le Sous Programme soutiendra alors la mise en uvre de ces nouvelles politiques, notamment en mettant en place les diffrents mcanismes prvus. Entre, lobjectif du Gouvernement de mettre dispositions des producteurs 20.000 quipements de traction animale sera ralis travers cette action.

76. Action 2 : Protection des vgtaux. Lintervention permettra de : (i) renforcer les capacits techniques des agents ; (ii) renforcer les ressources matrielles et logistiques des structures charges de la protection des vgtaux ; (ii) assurer le suivi rgulier de l'tat sanitaire des vgtaux et produits vgtaux ; (iii) contrler la qualit des pesticides; (iv) promouvoir des technologies de lutte contre les flaux et les autres nuisibles des denres stockes

77. Action 3. Appuyer la vulgarisation et lappui conseil agricoles. Il sagira de (i) capitaliser les bonnes pratiques agricoles issues de la recherche et des savoirs locaux; (ii) renforcer les capacits techniques (support et outils de vulgarisation, formation des agents) et logistique des services de vulgarisation des agents ; (iii) mettre en uvre les programmes dappui -conseil aux producteurs ; et de (v) mettre en place des cadres de concertation entre les acteurs impliqus (chercheurs, agents de vulgarisation, producteurs, secteur priv) l'appui conseil depuis le niveau central lchelon local.

78. Action 4 : Gestion durable de la fertilit des sols. Lintervention permettra de : (i) renforcer les capacits techniques des agents et des producteurs en la matire (ii) garantir laccs des producteurs et

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page22

des communauts aux quipements ncessaires ; (iii) promouvoir les techniques de gestion durable de la fertilit des sols (za, demi-lunes, CES/DRS5, RNA6, etc.) ; (iv) laborer et diffuser des protocoles sur des thmatiques de gestion intgre des sols. Des tests et essais de pr-vulgarisation seront conduits en milieu rel.

79. Action 5 : Diversification de la production agricole. Il sagira de promouvoir au niveau des exploitations agricoles, de nouvelles spculations porteuses (ssame, souchet, nib, manioc, etc.) et/ou valeur nutritive prouve, notamment travers la mise disposition des semences et paquets technologiques ncessaires, et la promotion de laccs aux marchs pour les producteurs. Le Sous Programme appuiera aussi lintroduction et la sauvegarde des ressources phytogntiques.

80. Action 6 : Renforcement de lorganisation des producteurs. En collaboration avec le Sous Programme 2.1 Economie agricole-, il sagira de contribuer renforcer les capacits des organisations des producteurs nouer des relations de partenariat avec les operateurs de march, afin de garantir leur accs aux intrants agricoles et des produits.

81. Action 7 : Promotion de la Recherche-Dveloppement en matire de productions vgtales. Les besoins en matire de recherche agricole dans le domaine des productions vgtales seront valus et intgrs dans un contrat- plan qui sera sign avec lInstitut de lEnvironnement et de la Recherche agronomique (INERA) et les autres structures du systme national des recherches agricoles. La mise en uvre de ce Contrat-plan permettra de : (i) de promouvoir la liaison recherche services de vulgarisation producteurs et autres usagers ; (ii) acclrer ladoption des nouvelles technologies prouves ; et (iii) renforcer les capacits oprationnelles des structures de recherche et des services vulgarisation publics et privs.

82. Le cot du sous-programme est de 165,98 milliards CFA sur les cinq ans, soit 368,85 millions USD. Sur ce montant 90,18 milliards son attendus de ressources propres de lEtat. Environ 26% de ce montant reste mobiliser, soit 43,4 milliards de francs FCA ou encore 96,44 millions USD.

SOUS PROGRAMME 1.2 AMELIORATION DE LA PRODUCTIVITE ET DE LA COMPETITIVITE DES PRODUCTIONS ANIMALES 83. Contexte. Linscurit alimentaire du btail, la persistance de certaines affections, la faible performance des races locales et la faible matrise des techniques de production, expliquent la faible productivit et comptitivit de llevage au Burkina Faso. La production laitire par vache est denviron 110 litres de lait par lactation alors quen production intensive elle peut atteindre au moins 800 litres. Le poids carcasse se trouve actuellement 113 kg pour le bovin, 8 9 kg pour les ovins caprins et de 29 kg pour les porcins. La productivit numrique bovine est actuellement de 0,5 et celle des ovins est de 0,99. Par ailleurs, laccs aux marchs des produits animaux reste confront la faiblesse des infrastructures de transformation et de commercialisation et linsuffisance du cadre lgislatif et rglementaire. Le Sous Programme fournira donc un appui aux producteurs pour ladoption de technologies amliores, la diversification de leurs productions et un meilleur accs aux marchs. Laccent sera mis sur la constitution

5Conservation des eaux et des sols/ Dfense et restauration des sols 6 Rgnration naturelle assiste

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page23

de rserves fourragres, la mobilisation des sous-produits agro-industriels (SPAI), lamlioration des performances des races locales, ainsi que sur le renforcement des infrastructures et quipements de production, de transformation et de commercialisation. En, outre, le Sous Programme renforcera les performances de laviculture traditionnelle et promouvra laviculture de production dufs et de poulets de chair. Enfin des actions spcifiques seront menes pour la promotion de lapiculture et des levages non conventionnels.

84. Lobjectif stratgique de ce sous programme est lamlioration de la comptitivit de llevage par une intensification progressive et un meilleur accs aux marchs pour les leveurs. Sa mise en uvre permettra lhorizon 2015 de : (i) accrotre la productivit pondrale en portant notamment les poids carcasse des bovins 113 kg actuellement 128 kg, des ovins/caprins de 8-9 kg 10 kg et des porcins de 29 kg 33kg, (ii) rduire de 50% au moins, les importations de lait et des produits laitiers (iii) diminuer significativement les exportations danimaux sur pied, (iv) daccrotre le volume des exportations de viande 4000 tonnes. Les actions qui seront entreprises sont dcrites ci-dessous.

85. Action 1 Professionnalisation des acteurs des filires animales. Le Sous Programme appuiera la structuration des acteurs des diffrentes filires animales et renforcera les capacits organisationnelles et fonctionnelles des organisations professionnelles et des interprofessions existantes. Le rpertoire des organisations des acteurs des filires animales sera ralis actualis priodiquement. Le niveau de fonctionnalit et de professionnalisme de ces organisations sera suivi et valu. Lalphabtisation et lducation non formelle des leveurs seront promues, et les manuels de vulgarisation seront traduits. De faon plus gnrale, laccs des leveurs aux technologies amliores sera favoris.

86. Action 2 Amlioration de lalimentation du cheptel. Il sagira de promouvoir la fauche et la conservation du fourrage, notamment par la promotion de laccs des leveurs aux petits matriels (faux, botteleuses, faucille). En facilitant laccs aux semences, le Sous Programme soutiendra aussi la pratique des cultures fourragres. Il promouvra la production et lacquisition des aliments concentrs, en appuyant les acteurs mettre en place des units daliment btail et construire des mcanismes daccs ces intrants. Enfin, les formules de rations alimentaires mises au point par lINERA seront capitalises et vulgarises. A travers ces actions, chaque anne, environ 1.000.000 tonnes de fourrage grossier (foin et rsidus agricoles) seront stockes et 250.000 tonnes daliments produites. En outre, 5 nouvelles fabriques daliment btail seront oprationnalises.

87. Action 3: Amlioration du potentiel gntique des races locales. Il sagira didentifier et de conserver les meilleures souches des races locales slectionnes, de concevoir et appliquer un modle didentification des animaux, et de crer et grer une base de donnes (achat de logiciels, de matriels informatiques performants). La formation, lquipement des brigades locales dinsmination et la mise en place des stations de monte publique seront entreprise afin de promouvoir lamlioration gntique. La loi portant rglementation de l'amlioration gntique sera vulgarise. A travers ces actions, les poids moyens carcasses passeront de 118 kg dans les conditions actuelles pour les bovins 130 kg, 10 11 kg pour les ovins, 9 10 kg pour les caprins et de 29 33 kg pour les porcins. Lge labattage devrait passer de 54 30 mois pour les bovins, de 24 12 mois pour les petits ruminants (ovins et caprins) et de 18 8 mois pour les monogastriques (porcins et volaille). La production laitire moyenne par vache et par lactation devrait passer de 110 870 litres. La production moyenne annuelle dufs de poule locale devrait passer de 45 90, et celle de pintade de 105 110.

88. Action 4 Multiplication de races pures exotiques performantes. Le Sous Programme soutiendra lacquisition danimaux hautes potentialits dorigines diverses, lidentification de paysans multiplicateurs,

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page24

la formation des techniciens en transfert dembryions. Des mres donneuses seront importes et produites. Les oprations de multiplication seront suivies et values.

89. Action 5: Dveloppement des infrastructures de mise en march. Dans le domaine de la transformation, de la conservation et de la commercialisation des produits animaux, lintervention permettra de : (i) construire des infrastructures (une aire dabatage par commune, marchs btail, cinq abattoirs) ; (ii) rhabiliter les infrastructures existantes ; (iii) quiper ces infrastructures ; (iv) mettre en place les organes de gestion et dexploitation ; et (v) former les acteurs de ces organes.

90. Action 6 Cration dun rfrentiel de normes. Il sagira de dfinir des normes pour les infrastructures et les quipements de production, de commercialisation, et de transformation, former les acteurs sur les normes. Ces normes seront diffuses et les acteurs forms.

91. Action 7- Optimisation des systmes de production

92. Il sagira de dfinir et relire des normes de qualit des produits animaux, accompagner les units dans la certification des produits animaux, former les acteurs en matire de normes de production, diffuser les normes de production, contrler lapplication des normes.

93. Cot du programme. Le cot du programme est de 108,20 milliards de francs CFA, soit 240,44 millions USD, sur les cinq ans. Environ 85,7% de ce montant restent mobiliser soit un gap financier de 92,73 milliards de francs CFA ou encore 206,07 millions USD.

SOUS PROGRAMME 1.3 AMELIORATION DE LA SANTE ANIMALE ET DE LA SANTE PUBLIQUE VETERINAIRE 94. Contexte. Au Burkina Faso, le cheptel est confront de nombreuses pathologies dont certaines, (pripneumonie contagieuse bovine, maladie du Newcastle) occasionnent des pertes conomiques trs importantes, reprsentant un vritable frein au dveloppement de llevage. La mortalit bovine est en moyenne de 5% par an (DEP/MRA, 2004), alors que la perte de 1% du cheptel bovin quivaut une perte de 24 milliards de francs CFA. La maladie de Newcastle occasionne une mortalit annuelle denviron 80% de volailles quivalant une perte de plus de 30 milliards de francs CFA. Les dfis majeurs qui se posent ce programme sont : (i) lamlioration de la sant du cheptel afin de mieux contribuer la scurit alimentaire et nutritionnelle, (ii) la contribution lamlioration de la sant publique travers la lutte contre les zoonoses et les affections transmises par les denres dorigine animale. Lexcution du sous-programme sinscrit dans la mise en uvre du plan dactions et du programme dinvestissement du sous secteur levage (PAPISE), et du document de stratgie de la politique nationale de dveloppement durable de llevage (PNDEL) adopte par le Gouvernement en septembre 2010.

95. Lobjectif du Sous Programme est de prvenir, contrler et radiquer efficacement les maladies animales prioritaires. Sa mise en uvre permettra dassurer la couverture vaccinale 100% contre la Pripneumonie contagieuse bovine (PPCB) et 80% contre la maladie de Newcastle, dintensifier la lutte contre les autres maladies prioritaires des animaux et de renforcer le cadre lgislatif et rglementaire. Les mandats et responsabilits respectifs des diffrentes administrations impliques dans les contrles sanitaires des denres animales, les contrles des importations des animaux et produits animaux, seront clarifis et renforcs. Le cadre rglementaire sera mis jour. Les capacits de diagnostic des laboratoires seront renforces. Les mdicaments et rsidus seront mieux contrls, les performances des services vtrinaires sont amliores, et le contrle vtrinaire aux frontires sera renforc. Les actions qui seront entreprises se dcrivent comme suit.

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page25

96. Action 1- Renforcement du cadre juridique et rglementaire. Lintervention permettra de : (i) de moderniser et adapter la lgislation vtrinaire aux contextes rgional et international et de la diffuser largement tous les acteurs et dcideurs ; (ii) contrler et veiller l'application de cette lgislation et lutter contre les fraudes ; et (iii) mettre en place des systmes de pharmacovigilance, et de traabilit sur l'ensemble de la chane alimentaire. Ceci permettra de mieux protger le consommateur et dassurer l'insertion des productions nationales dans le commerce international, par la sret et scurit sanitaire des aliments d'origine animale.

97. Action 2: Prvention des maladies animales prioritaires. Il sagira de renforcer le systme de surveillance active et passive des maladies prioritaires en mettant laccent sur des diagnostics fiables de laboratoire et des campagnes de vaccination cible.

98. Action 3: Riposte contre les maladies animales prioritaires. En cas de confirmation de foyer de maladie les mesures de police zoo-sanitaire seront appliques. Elles porteront sur lisolement des exploitations, labattage des animaux recenss et la destruction des cadavres, la dsinfection des locaux, la rglementation des mouvements et la ralisation denqutes pidmiologiques. Le succs de ces oprations ncessite la mise en place dun fonds dindemnisation consquent. Des rapports spcifiques seront labors.

99. Action 4: Renforcement de la sant publique vtrinaire et de la scurit sanitaire des aliments. Il sagira de garantir lindpendance de linspection, dlaborer et raliser des programmes dinspection aux frontires, dans les abattoirs, tueries, laiteries et dans les tablissements de commercialisation des produits animaux.

100. Action 5 : Renforcement des capacits oprationnelles de diagnostic du Laboratoire National dElevage. Lintervention permettra de : (i) assurer l'acquisition des quipements, des consommables et des ractifs ; (ii) amliorer la bioscurit du Laboratoire National dElevage (LNE) en passant au niveau 3 ; (iii) mettre en uvre l'assurance qualit du LNE selon la norme ISO 17025 ; et (iv) engager la procdure d'accrditation du LNE et le renforcer en comptences pour les analyses en microbiologie alimentaire.

101. Cot du programme. Le cot du programme est de 26,58 milliards de CFA, soit 59,07 millions USD sur la priode 2011-2015. Environ 11% de ce budget sont mobiliss. Le gap financier slve donc 23,66 milliards de francs CFA, soit 52,58 millions USD.

SOUS-PROGRAMME 1.4. DEVELOPPEMENT DURABLE DE LHYDRAULIQUE AGRICOLE 102. Contexte. Lagriculture irrigue au Burkina Faso reste faiblement dveloppe, malgr un potentiel de 233.500 hectares de terres irrigables et 500.000 ha de bas-fonds facilement amnageables. Seulement 9% de ces superficies irrigables sont valorises et lagriculture irrigue ne reprsente que 0,6% des terres cultives. La matrise de leau est lun des moteurs sur lequel le PNSR sappuie pour atteindre ses objectifs. La Stratgie nationale de dveloppement durable de lirrigation (SNDDAI) a dailleurs t labore en 2003 pour booster les amnagements de primtres et de bas-fonds en vu compenser les dficits des productions de saisons humides et de procurer des revenus montaires aux producteurs. Son plan daction prvoit lhorizon 2015, lamnagement de 5.000 ha de bas-fonds et 55.000 ha de primtres irrigus. Actuellement, plus de 120 Milliards de FCFA sont mobiliss pour la mise en uvre de projets et

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page26

programmes de ce sous-secteur. Mais la plupart de ces projets (PAFASP7, PIGEPE8, PICOFA9, PPB/BAD&BID10, PIAME11, etc.) sera cltur dici 2013. Le dfi de ce programme est donc de maintenir la dynamique de ralisation des infrastructures dhydraulique agricole afin de porter la part des cultures irrigues et de contre-saison 50% de la production nationale lhorizon 2015 conformment aux objectifs de la SCADD.

103. LObjectif stratgique du programme est daccrotre les superficies en matrise deau en assurant la disponibilit en eaux de surface et souterraine. La mise en uvre de ce programme sera suivi travers les indicateurs suivants : (i) la capacit de stockage en eau de surface, (ii) les superficies en matrise de leau et (iii) la part des productions irrigues dans la production agricole totale. Les actions qui seront entreprises sont les suivantes.

104. Action 1- Coordination du dveloppement de lirrigation. Le Sous Programme permettra de : (i) coordonner la mise en uvre de la politique nationale de dveloppement durable de lagriculture irrigue ; (ii) suivre et valuer les actions de promotion de lirrigation et (iii) mettre en place un environnement favorable l'investissement dans le domaine de l'irrigation.

105. Action 2 : Amnagement/rhabilitation des primtres irrigus et des bas-fonds. Les prvisions portent sur lamnagement de 17 000 ha de nouveaux primtres irrigus ( Samendeni, Sourou, Bagr, etc.) et de 35 000 ha de bas-fonds. Environ 1.500 ha de terres irrigues seront aussi rhabilites (Karfigula, Talembika, Bama, etc.).

106. Action 3 : Dveloppement de petits ouvrages de mobilisation des eaux. Afin damliorer la disponibilit en eau d'irrigation partir des petits ouvrages de captage et/ou de stockage de l'eau des fins agricoles, il est prvu la ralisation de : (i) 7.000 puits marachers, (ii) 105 boulis, (iii) 100 bassins de captage et (iv) des forages manuels partout o cela est possible.

107. Action 4 : Promotion des technologies innovantes d'irrigation. Afin de promouvoir les quipements pour lexhaure de leau pour d'irrigation, il sera acquis 5.200 motopompes et 46.000 tubes PVC pour lirrigation de complment. Un appui consquent sera apport la recherche dveloppement en matire dirrigation, notamment pour la promotion de la micro-irrigation, la fertirrigation.

108. Action 5 : Gestion des amnagements hydro-agricoles. Il sagira de renforcer les capacits des exploitants et des collectivits territoriales pour l'autogestion des primtres irrigus et des bas-fonds, afin dassurer la durabilit de leur exploitation.

109. Action 6 : Mobilisation des ressources en eau de surface. Il sagira de raliser 25 nouveaux barrages, et den rhabiliter 75 autres, afin de mobiliser leau pour lirrigation, le btail et les usages domestiques.

7Programme dappui aux filires agro-sylvo-pastorales 8 Projet dirrigation et de gestion de leau petite chelle. 9 Programme dintensification communautaire et de fertilisation agricole 10 Projet petits barrages lEst (Banqua africaine de dveloppement et Banque islamique pour le dveloppement) 11 Programme dintensification agricole par la matrise de leau

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page27

110. Le Cot du programme est de 241,58 milliards de FCFA soit 536,85 millions USD sur les cinq ans. Su ce montant environ 52% sont actuellement mobiliss travers les conventions avec les PTF. Environ 65,13 milliards soit 27% son attendus de lEtat sur ses ressources propres et 50,42 milliards (112, 05 millions USD) sont mobiliser.

SOUS PROGRAMME 1.5 PREVENTION ET GESTION DES CRISES ALIMENTAIRES ET NUTRITIONNELLES 111. Contexte. Depuis plus dune dcennie, la production cralire au Burkina est globalement excdentaire (115% en moyenne). Cependant, le risque de crise alimentaire reste lev dans certaines zones structurellement dficitaires, dans les zones qui sinondent priodiquement, et au niveau des populations pauvres des zones priurbaines. Les zones de vulnrabilit gnralise couvrent une vingtaine de provinces localises essentiellement dans 4 rgions, structurellement dficitaires et qui ne disposent pas dassez dopportunits gnratrices de revenus : le Nord, le Sahel, le Centre Nord et lEst. Les rgions du Centre Est et du Sud Ouest prsentent galement des zones de vulnrabilit localises, qui sexpliquent par des facteurs socioculturels (non consommation de certains produits par les femmes et les enfants comme les ufs et autres sources de protines,) et une faible diversification des sources de revenus. Face la vulnrabilit de ces populations risque, les stratgies de riposte restent insuffisantes. Ceci confronte le Burkina Faso au dfi dassurer de manire durable, la scurit alimentaire aux populations dans les zones risques et/ou confrontes aux calamits naturelles. Il sagit notamment de rduire les dlais de riposte, damliorer les niveaux des stocks de scurit et de renforcer loprationnalit du systme dalerte prcoce.

112. Lobjectif du sous-programme est de contribuer la scurit alimentaire et nutritionnelle des populations vulnrables. Sa mise en uvre doit permettre damliorer les capacits de riposte du dispositif de scurit alimentaire et de le rendre oprationnel. Elle portera sur les actions ci-dessous dcrites.

113. Action 1. Coordination du dispositif de scurit alimentaire. Le Sous Programme soutiendra le fonctionnement rgulier des structures centrales12 et dconcentres13 ainsi que les instances de gestion14 du dispositif de scurit alimentaire. Celles-ci travailleront en troite collaboration avec les principaux partenaires15 du dispositif.

114. Action 2. Production et diffusion de linformation sur la scurit alimentaire et nutritionnelle. Les informations sur la scurit alimentaire et nutritionnelle issues des rgions seront exploites, agrges, archives et diffuses, ce qui permettra de renforcer le Systme dAlerte Prcoce (SAP). Par ailleurs, le Sous Programme fournira un appui lmergence et la professionnalisation des organisations de dfense des consommateurs.

12SONAGESS, SE/CNSA, SISA, CONASUR 13 DRAH, CRSA, 14 CNSA, 15 PAM, CRS, Ministre de la sant,

PNSR:Programmenationaldusecteurrural(20112015)duBurkinaFaso Page28

115. Action 3. Renforcement des stocks de la scurit alimentaire et nutritionnelle. Il sagit de renforcer et grer le Stock national de scurit alimentaire (SNS) et le Stock dintervention (SI), dassurer la qualit des vivres, de garantir la capacit dintervention (logistique, capacits de stockage) en cas durgence, notamment en dveloppant le partenariat avec les producteurs et distributeurs locaux.

116. Action 4. Appui la production agricole dans les zones structurellement dficitaires au profit des groupes vulnrables. Des interventions adaptes et cibles (amnagements spcifiques, petit levage, embouche, ) seront mises en uvre, en vue de rduire la vulnrabilit des populations dans les zones structurellement dficitaires. De mme des stratgies de production agro-pastorale adapte aux zones risque seront formules et mises en uvre.

117. Action 5. Soutien la mise en uvre des activits Haute intensit de main duvre (HIMO) au profit des populations vulnrables (filets sociaux). Les bnficiaires seront mobiliss autour de travaux dintrt communautaires, avec apport daides alimentaires et non alimentaires.

118. Le cot de ce programme est de 40,70 milliards de francs CFA sur les cinq ans, soit 90,44 millions USD. Environ 62% de ce montant correspondant 25,29 milliards CFA sont mobiliss travers les PTF dont principalement le Programme alimentaire mondiale. Onze (11) milliards son attendus de lEtat et 10,65% (4,33 milliards CFA ou 9,63 millions USD) restent mobiliser. Aussi plus de 10,24 (25%) de ce montant sera utilis pour renforcer les stocks de scurit et 49,44% aux appuis directs aux populations.

D.2. AXE 2. AMELIORATION DES REVENUS DES POPULATIONS RURALES SOUS PROGRAMME 2.1. PROMOTION DE LECONOMIE AGRICOLE 119. Contexte. Laccs aux marchs constitue un grand facteur limitant pour le dveloppement des filires agricoles au Burkina Faso. Cest pourquoi, lamlioration de la production et de la productivit doit tre soutenue et renforce par une amlioration de laccs aux marchs des intrants et aux services de transformation et de commercialisation des produits. Le taux de mise en march des produits reste globalement faible, avec environ 6 9% pour les crales (mil, sorgho, mas, riz et fonio) et 40% pour les cultures de rente, en 2010. Le volume et la diversit des produits exports restent faibles. La transformation demeure encore embryonnaire et domine par des units artisanales et semi industrielles. Les techniques et les infrastructures de stockage et de conservation post-rcolte sont peu performantes (avec des pertes pouvant aller 30% pour les crales) rduisant ainsi la comptitivit des exploitations et filires agricoles. Le systme dinformation sur les marchs reste peu efficace. Les principaux dfis relever sont : (i) laccroissement de la part de la production agricole mise sur le march, en la faisant passer 20% po