PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

364
PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE Version: Core 8.0 | Annexe 7.0 2020-2021 Région de l'Est Zone d'intervention REDACTED COPY

Transcript of PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page 1: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

PLAN D’ACTIONPOUR INTERVENTIOND’URGENCE

Version: Core 8.0 | Annexe 7.0 2020-2021

Région de l'Est Zone d'intervention

REDACTED COPY

Page 2: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Effective 2020-2021 Version: Core 8.0/Annexe 7.0

© Enbridge Pipelines Inc.

This material is protected by copyright and is the exclusive property of Enbridge Pipelines Inc. and its affiliates. No external distribution or transmission of this material is permitted without the prior written consent of Enbridge Pipelines Inc. Applications for the copyright holder’s written permission to reproduce any part of this publication should be addressed to the Law Department of Enbridge Pipelines Inc. at Enbridge Center, Suite 330, 10180 - 101 Street, Edmonton, AB T5J 3S4. Enbridge Pipelines Inc. assumes no responsibility for errors or omissions in this document or for direct, incidental or consequential losses or damages that may result from the external use or duplication of this material.

REDACTED COPY

Page 3: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 1

Table of Contents Page

1.0 INTERVENTION INITIALE (LISTE DE CONTRÔLE) .................................................. 3

1.1 Premier intervenant d’Enbridge ............................................................................................ 3

1.2 Direction Régionale / Regional On-Call ................................................................................ 4

1.3 Formulaire SCI 201 ................................................................................................................. 5

2.0 DESCRIPTION DE LA ZONE D’INTERVENTION (RÉSUMÉ DES INFORMATIONS)11

2.1 Région de l’Est ...................................................................................................................... 11

2.2 Information sur les pipelines de la région de l’Est ............................................................ 12

2.3 Carte de la région de l’Est ................................................................................................... 15

3.0 DÉCOUVERTE / DETECTION ................................................................................... 16

3.1 Diagramme de classification de l’incident ......................................................................... 18

4.0 INTERVENTION INITIALE - PREMIER INTERVENANT D'ENBRIDGE |COMMANDANT D’INTERVENTION INITIAL ................................................................................................. 19

4.1 Intervention initiale – Priorités ............................................................................................ 20

4.2 Intervention initiale - Arrêt d'urgence ................................................................................. 20

4.3 Intervention initiale - Responsabilités ................................................................................ 21

4.4 Intervention initiale - Niveau d’intervention ....................................................................... 21

4.5 Intervention initiale - Actions initiales ................................................................................ 23

5.0 PROCÉDURES DE NOTIFICATION .......................................................................... 25

5.1 Notification d'urgence / activation ...................................................................................... 25

5.2 Tableau des notifications .................................................................................................... 26

5.3 Communications régionales (premier intervenant / direction régionale) ........................ 28

5.4 Centre de contrôle ................................................................................................................ 29

5.5 Notifications externes .......................................................................................................... 29

6.0 RAPPORTS D’INCIDENTS – ACTIVATION DES RESSOURCES ........................... 31

6.1 Notifications requises / Contacts d’urgence .................................................................... 31

6.2 Liste de l'équipe de gestion des incidents ......................................................................... 32

6.3 Critères de rapports réglementaires ................................................................................... 36

6.4 Intervenants d'urgence et agences gouvernementales .................................................... 36

6.5 Liste des contacts du pipeline de Sarnia– Lambton ........................................................ 41

6.6 CAER – Intervention d'urgence de sensibilisation communautaire [Community Awareness Emergency Response] ....................................................................................................................... 42

6.7 Déversements sur le lac Ontario (Secteur du St-Laurent) ............................................... 45

6.8 Intervention d’urgence – produits raffinés ........................................................................ 46

REDACTED COPY

Page 4: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 2

6.9 SIMEC Informations requises pour une demande d’intervention .................................... 48

6.10 Plan d’évacuation de l’école Confédération ...................................................................... 49

6.11 Offices de protection de la nature ...................................................................................... 52

7.0 ZONES DE PROTECTION ET ÉVACUATION .......................................................... 53

7.1 Distance d’isolement (chaude, tiède, froide) ..................................................................... 53

7.2 Configuration des zones de travail ..................................................................................... 56

7.3 Évacuation du personnel ..................................................................................................... 57

7.4 Évacuation des communautés ............................................................................................ 59

8.0 OPÉRATIONS ............................................................................................................ 63

8.1 Système de gestion des interventions d'Enbridge ........................................................... 63

8.2 Niveaux d'urgence et activation du SCI ............................................................................. 64

8.3 Organigramme SCI 207 ........................................................................................................ 65

8.4 Organigramme des sections des opérations ..................................................................... 66

8.5 Cycle de planification de la phase opérationnelle ............................................................. 67

8.6 Responsabilités Communes du SCI ................................................................................... 69

8.7 Considérations quant aux dangers particuliers pour les équipes d’intervention sur le terrain………………………………………………………………………………………….…………………73

8.8 Mesures d'intervention propres au danger ........................................................................ 75

8.9 Points de Contrôle ............................................................................................................... 91

9.0 ÉQUIPEMENT D'INTERVENTION ............................................................................. 92

9.1 Organismes d'intervention en cas de déversement – Emplacements internes et externes………………………………………………………………………………………………………….92

9.2 Équipement local d'intervention en cas de déversement ................................................. 93

9.3 Cartes des Temps d'intervention en cas d'urgence .......................................................... 97

10.0 CONSEIL GÉNÉRAL ............................................................................................... 100

11.0 PROTECTION, CONFINEMENT ET RÉCUPÉRATION .......................................... 101

11.1 Guide des tactiques d'intervention en cas de déversement à l'intérieur des terres ..... 102

11.2 Table conversions impériales / métriques ....................................................................... 107

11.3 Désinfection biologique en eau douce ............................................................................. 108

12.0 ACRONYMES / GLOSSAIRE .................................................................................. 109

12.1 Acronymes .......................................................................................................................... 109

12.2 Glossaire ............................................................................................................................. 114

13.0 FICHES SIGNALÉTIQUES (“FSSP”) ..................................................................... 134

REDACTED COPY

Page 5: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 3

1.0 INTERVENTION INITIALE (LISTE DE CONTRÔLE)

1.1 Premier intervenant d’Enbridge

À utiliser par le premier intervenant d'Enbridge | le commandant d’intervention initial pour les actions d’intervention initiales

Sécurité Effectuer une évaluation des risques au niveau du terrain Approcher en montée et en amont du vent Porter un EPP approprié, y compris un moniteur à quatre gaz Désigner un officier à la sécurité dès que possible Arrêter le travail si en cours Éliminer toute source d'inflammation

Isolé Contrôle de la source - contactez l’OCC pour arrêter et isoler le système Sécuriser et restreindre l'accès au site Évacuer le personnel superflu / inutile

Notifications

Contacter le directeur régional et le responsable de personnels (service régional sur appel)

Vérifier que le centre de contrôle a été informé Documentation Examiner les actions d'intervention spécifiques aux dangers et l’intervention

initiale au sein du plan d’action pour intevnetion d’urgence (PAIU) Documenter les actions initiales sur 214a - Journal individuel Lancer le formulaire SCI 201

Considérations supplémentaires: • Augmentation de la taille de la scène - estimation du volume de sortie pour

déterminer le niveau d'urgence et les actions d’intervention à plusieursniveaux, revoir la classification de l'incident (section 2.2.5a).

• Le cas échéant:o travailler avec la première agence d'intervention externe sur lieu, pour

assurer une intervention coordonnée.o dirigez tous les médias vers l’officier à l'information publique, sinon sur

place, voir les communications régionales pour passer à l’action.

Centre de contrôle - Edmonton 1-877-420-8800 Régions Canadiennes (Prairie et Est)

Ligne info- médias d’Enbridge 1-888-992-0997

REDACTED COPY

Page 6: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 4

1.2 Direction Régionale / Regional On-Call

À utiliser par la direction régionale / le service régional sur appel pour les actions d’intervention initiale.

Activer le(s) plan(s) d’intervention Plan de contingence intégré Plan d’action pour intevnetion d’urgence

Tous les autres documents pertinents de l'entreprise (Incident Management Handbook, Inland Response Tactics Guide, Control Points, OMMs, Safety Procedures etc.)

Notifications internes

Activer les services de support (sécurité, conformité, sensibilisation du public et gestion des urgences pour aider avant la mise en place de la structure SCI)

Activer l'équipe d'intervention sur le terrain

Activer l’équipe de gestion d’intervention (ÉGI), et mettre les membres potentiels sur préavis d'attente

Notifications externes

Engager la conformité de la région pour effectuer des notifications réglementaires fédérales

Activer les entrepreneurs d'intervention en cas de déversement (si nécessaire)

Examiner la liste des parties prenantes externes dans la section de notifications, notifier si nécessaire

Documentation Documenter les actions initiales sur 214a - Journal individuel Commencer l'élaboration du plan d'action de l’intervention

Rapports réglementaires fédéraux

1-403-299-2773 Ligne d'incident de la régie del'énergie du Canada1-819-997-7887 Ligne d'incident du bureau de lasécurité des transports

REDACTED COPY

Page 7: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 5

1.3 Formulaire SCI 201

Le formulaire “Réunion d’information sur l’incident” (SCI 201) fournit au commandant d’intervention (et au commandement et au personnel de direction) des informations de base sur la situation de l'incident et les ressources allouées à l'incident . Le SCI 201 est plus q'un document d'information, il sert également de feuille de travail initiale. Il sert comme un enregistrement permanent de la réponse initiale à l'incident.

Le formulaire SCI 201 inclus dans ce plan peut faire partie du plan d'action initial en cas d'incident (PAI); cependant, tous les formulaires (GU, PCI et SCI) sont disponibles pour tout le personnel dans la bibliothèque de documents de gouvernance [GDL] sous [EM Forms] au lien suivant : https://esites.enbridge.com/sites/GDL/IMS-07/Lists/GD%20Metadata/EM%20Forms.aspx

Les dossiers seront crées et conservés au fil des événements pour capturer les informations suivantes :

• Notification• Actions de réponse• Communications avec le personnel n'appartenant pas à l'entreprise• Liste de toutes les personnes présentes sur les lieux• Coûts encourus

À remplir dans la phase réactive d'une intervention. Les formulaires électroniques à remplir se trouvent dans la bibliothèque de documents de gouvernance [GDL] et dans le logiciel PAI.

SCI 201-1 Réunion d’information sur l’incident SCI 201-2 Objectifs actuels prévus SCI 201-3/207 Structure Organisationnelle SCI 201-4 Sommaires des ressources SCI 201-5 Sécurité du site

REDACTED COPY

Page 8: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 9: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Incident Briefing Map/Sketch ICS 201-1

Retention: Retained in the Region Permanently Page 1 of 1 VERSION 2: (Revised March 12, 2014)

Incident: Prepared By: at:

Period: Version Name:

REDACTED COPY

Page 10: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 11: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Summary of Current Actions ICS 201-2

Retention: Retained in the Region Permanently Page 1 of 1 VERSION 2: (Revised March 12, 2014)

Incident: Prepared By: at:

Period: to Version Name:

Incident Information

Initial Incident Objectives

Summary of Current Actions

Date/Time Action Notes

REDACTED COPY

Page 12: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 13: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

ICS 207 Organization Chart

Incident Name: Operational Period: Prepared by: at_____:________

INCIDENT COMMAND / UNIFIED COMMAND

Operations Section Chief Staging Area Director

Operations Section Deputy Staging Area Manager

Recover & Prot. Branch Wildlife Branch Emergency Resp. Branch

Protection Group Recover Group Fire Suppression Group

On Water Group Rehab Group EMS/Rescue Group

Disposal Group Air Ops Branch

Decon Group Air Support Group

Shoreside Recovery Group

Planning Section Chief Logistics Section Chief

Planning Section Deputy Logistics Section Deputy

Resource Unit

Situation Unit

Documentation Unit

Environment Unit

Technical Specialist

Support Branch Director

Supply Unit

Security Unit

Facilities Unit

Finance Section Chief

Finance Section Deputy

Cost Unit

Comp./Claims Unit

Time Unit

Procurement Unit

Services Branch Director

Food Unit

Medical Unit

Communication Unit

Federal

State/Prov.

Local

Incident Commander / Responsible Party

Public Information Officer

Safety Officer

Liason Officer

Illustration shows suggested ICS positions. ICS is scalable; the positions are filled according to the needs of the incident.If positions are not filled, the responsibility is assumed by the Section Chief or Incident Commander.

REDACTED COPY

Connee
Typewritten Text
Connee
Typewritten Text
201-3/207
Connee
Typewritten Text
Connee
Typewritten Text
Connee
Typewritten Text
Connee
Typewritten Text
Connee
Typewritten Text
Connee
Typewritten Text
Connee
Typewritten Text
Connee
Typewritten Text
FORM
Connee
Typewritten Text
Page 14: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 15: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Resource Summary ICS 201-4

Retention: Retained in the Region Permanently Page 1 of 1 VERSION 2: (Revised March 12, 2014)

Incident: Period:

ID Supplier Resource Type Description Quantity Size Area of Operation Status Status Date/Time

REDACTED COPY

Page 16: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 17: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Site Safety and Control Analysis ICS 201-5

Retention: Retained in the Region Permanently Page 1 of 1 VERSION 2: (Revised March 12, 2014)

Incident: Prepared By: at:

Period: Version Name:

Site Control

1. Is Site Control set up? Yes No

2. Is there an on-scene command post? Yes No

If so, where?

3. Have all personnel been accounted for? Injuries: Fatalities:

Yes No Don’t Know Unaccounted: Trapped:

4. Are observers involved, or rescue attempts planned?

Observers: Yes No

Rescuers: Yes No

5. Are decon areas setup? Yes No

If so, where?

Hazard identification, immediate signs of: (if yes, explain in Remarks)

1. Electrical line(s) down or overhead? Yes No 2. Unidentified liquid or solid products visible? Yes No

3. Wind direction across incident: Towards your position

Wind Speed : Away from your position

4. Is a safe approach possible? Yes No

5. Odors or smells? Yes No

6. Vapors visible? Yes No

7. Holes, ditches, fast water, cliffs, etc. nearby? Yes No

8. Fire, sparks, sources of ignition nearby? Yes No

9. Is local traffic a potential problem? Yes No

10. Product placards, color codes visible? Yes No

11. Other Hazards? Yes No

12. As you approach the scene from the upwind side, do you note a

change in the status of any of the above? Yes No

13. Remarks:

Hazard Mitigation: have you determined the necessity for any of the following?

1. Entry Objectives:

2. Warning sign(s), barriers, color codes in place? Yes No

3. Hazardous material being monitored? Yes No

3a. Sampling Equipment:

3b. Sampling location(s):

3c. Sampling frequency:

3d. Peak Reading:

3e. Personal exposure monitoring:

4. Protective gear / level: 4a. Gloves:

4b. Respirators: 4c. Clothing:

4d. Boots: 4e. Chemical cartridge change frequency:

5. Decon

5a. Instructions:

5b. Decon equipment and materials:

6. Emergency escape route established? Yes No

Route?

7. Field responders briefed on hazards? Yes No

8. Remarks:

REDACTED COPY

Page 18: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 19: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 11

2.0 DESCRIPTION DE LA ZONE D’INTERVENTION (RÉSUMÉ DES INFORMATIONS)

2.1 Région de l’Est

La région de l’Est appartient à Enbridge Pipelines Inc. Cette zone d’intervention comprend neuf pipelines actifs et cinq pipelines inactifs qui cheminent de la frontière États-Unis / Canada à la rivière Sainte-Claire, vers l’est jusqu’au terminal de Sarnia, à Sarnia en Ontario. À partir du terminal de Sarnia, les conduites continuent vers l’est jusqu’au terminal de Montréal, à Montréal au Québec. Une conduite chemine de Westover vers Nanticoke et vers le sud-est près de Niagara Falls, où elle traverse la frontière Canada / États-Unis. Il y a quatre terminaux dans la zone. Ils sont situés à Sarnia, Westover, Nanticoke et Montréal. (Le terminal Clarkson est hors service).

REDACTED COPY

Page 20: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 21: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 12

2.2 Information sur les pipelines de la région de l’Est

La région de l’Est comprend 1 pipeline dont la longueur approximative de pipeline est de 1625 km (1 010 miles) et les tuyaux sont d’un diamètre allant de 30,48 cm (12 pouces) à 76,2 cm (30 pouces).

Table 1 - Début et fin du stationnement des pipelines Diamètre de la

conduite Section du pipeline Lat. du début

Long. du début

Début PM

Lat. de la fin

Long. De la fin

Fin PM

Conduite 5 (30 po - PB, LGN)

De la frontière CA / É.-U. (rivière Sainte-Claire) au terminal de Sarnia 42 -82 1735,32 42 -82 1741,94

Conduite 78 (30 po – PB)

De la frontière CA / É.-U. (rivière Sainte-Claire) au terminal de Sarnia 42 -82 1849,58 42 -82 1741,94

Conduite 7 (20 po – PB)

De Sarnia (Ontario) à la station Westover (le segment entre Westover Nord et la jonction Bronte est inactif)

42 -82 1742,68 43 -80 1862,56

Conduite 8 (20 po – PR)

De Sarnia (Ontario) à la jonction de Millgrove qui croise Waterdown (Ontario) (le segment entre la jonction de Millgrove et la jonction Bronte est inactif)

42 -82 1742,69 43 -79 1873,17

Conduite 9 (30 po – PB)

De Sarnia (Ontario) à Montréal (Québec) 42 -82 1742,71 45 -73 2259,53

Conduite 95 (20 po – PB) Du T.O. de Shell au Terminal Sarnia 42 -82 1736,40 42 -82 1741,94

Conduite 10 (20 po – PB)

De Westover (Ontario) à la frontière CA / É.-U. de Niagara Falls (Ontario) (le segment de la jonction Nanticoke à West Niagara (12 po) est désactivé)

43 -80 1883,52 43 -79 1883,5362

REDACTED COPY

Page 22: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 13

Diamètre de la conduite Section du pipeline Lat. du

début Long. du

début Début

PM Lat.

de la fin Long. De la

fin Fin PM

Conduite 11 (20 po / 16 po – PB)

De Westover (Ontario) à Nanticoke (Ontario) 43 -8 1863,07 42 -80 1909,76

Conduite 12 (16 po – RA)

Terminal Clarkson au terminal Bronte - Inactif 43 -79 1882,10 43 -79 1884,31

Conduite 22 (24 po– RA) Pipeline latéral de Clarkson - Inactif 43 -79 1887,00 43 -79 1878,53

LGN – Liquide du Gaz Naturel * Toutes les conduites énumérés ci-dessus sont réglementés par le REC . PB – Pétrole Brut (non raffiné)

REDACTED COPY

Page 23: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 14

Table 2 - Tableau des réservoirs de la région

Nº de réservoir Emplacement Date de mise

en place Volume

total

Capacité totale en barils du terminal

301-TK-220

Westover (WS)

2012 80 000

868 000

301-TK-221 1986 80 000 301-TK-222 2008 120 000 301-TK-223 2009 96 000 301-TK-224 1997 96 000 301-TK-225 1999 96 000 301-TK-226 2015 150 000 301-TK-227 1999 150 000 301-TK-201

Sarnia (SA)

2000 120 000

3 030 000

301-TK-202 2011 120 000 301-TK-203 2004 120 000 301-TK-204 2003 120 000 302-TK-205 2014 150 000 302-TK-206 2005 120 000 302-TK-207 2006 150 000 302-TK-208 1986 150 000 302-TK-209 2006 150 000 302-TK-210 2010 150 000 302-TK-211 2019 150 000 303-TK-212 2013 200 000 303-TK-213 2014 200 000 303-TK-214 2006 150 000 303-TK-215 2012 390 000 303-TK-216 2001 390 000 303-TK-218 2004 200 000 Capacité totale : Région de l’Est 3 898 000

REDACTED COPY

Page 24: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 25: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

²³

²³

²³

UT

²³

²³

²³

#*

UT

#*

²³

UT

UT

#*

²³

²³

²³

#*

²³

²³

#*

²³

²³

²³

o

o

#*

o

#*

#*

²³

²³

UT

#*

#*

!u!u!uSouthwestRegion

Eastern RegionBRYANSTON

KEYSER

TERREBONNE

BRONTE

CARDINAL

CLARKSON

HILTON

MILLGROVE JUNCTION

MONTRÉAL

NANTICOKEJUNCTION

NORTH WESTOVER

SARNIAEAST

WESTOVER

SHELL

MARYSVILLE

NORTH BRANCH

TONAWANDA

KIANTONE

ORTONVILLE

LEONARD ST.CLAIR

NOVASUNCOR

BRONTE JUNCTION

CLARKSON LINE9 TEMPORARYPURGE SITE

SMITHVILLE

SARNIA

NANTICOKE

WESTNIAGARARIVER COMPOUND

GRAND ISLANDNIAGARA EAST

MISSISAUGA DAMAGEPREVENTION &

PLM OFFICE

EASTERN REGIONAL OFFICE

BELLEVILLEPLM OFFICE

COUNTYOF BRANT

MUNICIPALITY OFCHATHAM-KENT

CITY OFKINGSTON

CITYOF KAWARTHA

LAKES

HALDIMANDCOUNTY

NORFOLKCOUNTYCITY OF

LONDON

TOWNSHIPOF SOUTH

ALGONQUIN

TOWNSHIP OFPAPINEAU-CAMERON

MUNICIPALITY OFWHITESTONE

TOWNSHIP OF CENTRALMANITOULIN

CITY OFNORTH

BAY

MUNICIPALITYOF WEST

NIPISSING

MUNICIPALITYOF TEMAGAMI

TOWNSHIPOF SEGUIN

TOWN OFKEARNEY

MUNICIPALITY OFFRENCH RIVER

MUNICIPALITY OFKILLARNEY

TOWNSHIP OFSABLES-SPANISH

RIVERS

CITY OFELLIOTLAKE

CITY OFGREATERSUDBURY

CITY OFOTTAWA

Buffalo

Albany

Detroit

Barrie

Flint

Kingston

Guelph

Irondequoit

London

Montréal

Rochester

SaintCatharines

Oshawa

Ottawa

Toronto

Sudbury

Syracuse

GRANDISLE

FRANKLIN ORLEANS

ORLEANS

CLINTON

FRANKLIN

LAMOILLE

CHITTENDEN

ESSEX

WASHINGTON

ADDISON

HAMILTON

HERKIMER

WINDSOR

RUTLAND

WASHINGTON

WARREN

SARATOGA

BENNINGTON

FULTON

MONTGOMERY

RENSSELAER

SCHENECTADY

OTSEGOSCHOHARIE

ALBANY

DELAWARE

COLUMBIA

GREENE

ULSTER

DUTCHESS

SULLIVAN

WAYNE

WYOMING WYOMING LACKAWANNA

ORANGE

PIKE

PUTNAM

WESTCHESTERROCKLAND

ST. LAWRENCE

ALCONA

IOSCO

JEFFERSON

LEWIS

HURON

TUSCOLA

OSWEGO

SANILAC

ONEIDA

CAYUGA

NIAGARA

ORLEANS

MONROE

WAYNE

LAPEER

ONONDAGA

GENESEE

MADISON

ST. CLAIR

GENESEE

ERIE

ONTARIOSENECA

LIVINGSTON

MACOMB

OAKLAND

WYOMING

CORTLAND

LIVINGSTON

YATES

CHENANGO

TOMPKINS

STEUBEN

CHAUTAUQUA

SCHUYLER

CATTARAUGUSALLEGANY

BROOMETIOGA

CHEMUNG

ERIE

BRADFORDTIOGA

SUSQUEHANNA

MCKEANPOTTER

LAMBTONCOUNTY

KENT COUNTY

DUFFERINCOUNTY

WELLINGTONCOUNTY

WATERLOOREGIONAL

MUNICIPALITY

PERTH COUNTY

BRANT COUNTY

OXFORD COUNTY

MIDDLESEXCOUNTY

HURON COUNTY

ELGIN COUNTY

GREY COUNTYBRUCE COUNTY

VICTORIACOUNTYSIMCOE COUNTY

YORKREGIONAL

MUNICIPALITY

DURHAMREGIONAL

MUNICIPALITY

TORONTOMETROPOLITANMUNICIPALITY

PEEL REGIONALMUNICIPALITY

HALTONREGIONAL

MUNICIPALITY

HAMILTON-WENTWORTHREGIONAL

MUNICIPALITY

NIAGARA REGIONALMUNICIPALITY

HALDIMAND-NORFOLKREGIONAL

MUNICIPALITY

PETERBOROUGHCOUNTY

LEEDS ANDGRENVILLE UNITED

COUNTIESFRONTENAC

COUNTY

LENNOX ANDADDINGTON

COUNTYHASTINGSCOUNTY

NORTHUMBERLANDCOUNTY

PRINCEEDWARDCOUNTY

SUDBURYDISTRICT

MANITOULINDISTRICT

ALGOMADISTRICT

SUDBURY REGIONALMUNICIPALITY

NIPISSINGDISTRICT

PARRY SOUNDDISTRICT

MUSKOKADISTRICT

MUNICIPALITY

HALIBURTONCOUNTY

LA VALLÉE-DE-LA-GATINEAU

RENFREWCOUNTY

LANARK COUNTY

TÉMISCAMINGUE

PONTIAC

ANTOINE-LABELLE

MATAWINIE

PRESCOTTAND RUSSELL

UNITED COUNTIES

OTTAWA-CARLETONREGIONAL

MUNICIPALITY

STORMONT

PAPINEAU

LESCOLLINES-DE-L'OUTAOUAIS

COMMUNAUTÉ-URBAINE-DE-L'OUTAOUAIS

DEUX-MONTAGNES

VAUDREUIL-SOULANGES

BEAUHARNOIS-SALABERRY

LE HAUT-SAINT-LAURENT

LESLAURENTIDES

LESPAYS-D'EN-HAUT LA RIVIÈRE-DU-NORD

MIRABELARGENTEUIL

JOLIETTE

MONTCALM L'ASSOMPTION

LESMOULINS

THÉRÈSE-DE BLAINVILLE LAJEMMERAIS

LA VALLÉE-DU-RICHELIEU

LE HAUT-RICHELIEU

LESJARDINS-DE-NAPIERVILLE

LAVAL CHAMPLAIN

COMMUNAUTÉ-URBAINE-DE-MONTRÉAL

ROUSSILLON

ROUVILLE

DRUMMOND

ACTONLESMASKOUTAINS LE VAL-SAINT-FRANÇOIS

LAHAUTE-YAMASKA

BROME-MISSISQUOI

MEMPHRÉMAGOG

LE BAS-RICHELIEU

Lake Huron

Lake Ontario

Lake Erie

Lake St.Claire

KP 3250

KP 3300

KP 3500

KP 3450

KP 3350

KP 3050KP 3050

KP 3400

KP 3050

KP 3100

KP 3150

KP 3200

KP 2800

KP 2850

KP 2900

KP 2950

KP 3050

KP 3100

KP 3000KP 3000

Legend!u Valve/Trap!( Injection²³ StationUT Terminal#* Take-offo Office

Kilometer Post/Mile PostActive Liquid PipelineProposed Liquid PipelineAbandoned; Deactivated; IdleParkIndigenous ReserveMilitary Reserve

RegionsEasternGreat Lakes

0 10 20 30 40 50Miles

0 10 20 30 40 50KM

MAP DISCLAIMER:This map has been compiled from the best existing sources available at the time of preparation.However, Enbridge Inc., Enbridge Energy and/or its affiliates and/or subsidiaries do not guaranteethe accuracy of the map or assume responsibility of liability for any reliance thereon. Scale isapproximate only.Projection: WGS 1984 Web Mercator Auxilary Sphere Drawn by: PI & GIS Date: 10/29/2020Further mapping products can be found online at EMap.Enbridge.com

Lines 05

Lines 08

Carte de la région de l'Est 2020

Line 09

Line 10

Line 78

Eastern Region

REDACTED COPY

Page 26: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 27: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 16

3.0 DÉCOUVERTE / DETECTION Observation, découverte et détection

La détection d’une fuite du système de pipeline de la compagnie peut se produire de plusieurs façons, notamment par le personnel de la compagnie, les patrouilles de pipeline ou le public en général. La détection d’une fuite peut se produire par le système SCADA et / ou par le contrôleur au centre de contrôle qui surveille l’écoulement et la pression de la plupart des conduites ainsi que les écarts de niveaux du pétrole des réservoirs. Les tracés des pipelines sont choisis pour éviter les zones géologiquement instables et pour minimiser l'impact environnemental. Pour atténuer davantage le risque et l'impact d'un incident, les pipelines sont conçus de manière à pouvoir être arrêtés en toute sécurité et que les segments peuvent être isolés en installant des vannes d'arrêt à des intervalles stratégiques le long du système. Le cas échéant, des mesures de sécurité supplémentaires telles que l'augmentation de l'épaisseur de la paroi du tuyau ou de la profondeur de recouvrement sont prises pour aider à atténuer les risques. Alarme de pression Dans le cas d'un changement de pression au-delà d'une plage spécifique, l'opérateur sera averti par une alarme qui peut l’entraîner à arrêter le fonctionnement du pipeline associé ou l'équipement de procédé.

Procédures d’alarme du centre de contrôle

S'assurer que le pipeline ou le terminal est dans un état sécuritaire.

Aviser le superviseur / gestionnaire de toute opération anormale.

À la suite de la décision d’interruption de service, du personnel sera expédié pour évaluer la situation.

Le superviseur / gestionnaire peut demander une inspection sur le terrain de l’emprise du pipeline en question pour identifier la source de la fuite suspectée.

Dans l’éventualité où un déversement est découvert le long du pipeline, ce plan sera activé.

Dans le cas où aucun déversement n'est observé, une investigation sur la cause de la variation de pression se poursuivra jusqu'à ce qu’elle soit déterminée.

REDACTED COPY

Page 28: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 17

Si une fuite est détectée, le personnel doit informer les autorités compétentes (voir Annexe 2- Procédures de notifications). Détection de fuite aux installations (réservoirs, terminaux et canalisations) Les installations d'Enbridge sont dotées d'alarmes de niveau élevé comprenant des interrupteurs mécaniques. Si ce «niveau élevé» est atteint, une alarme est également envoyée au centre de contrôle. Lorsque l'entreprise reçoit ces alarmes, le réservoir en question est arrêté et un contact est immédiatement établi avec l'opérateur de l'installation en service ou le personnel sur appel. Le seuil d'alarme de niveau élevé est inférieur à la hauteur de trop-plein du réservoir afin que la canalisation ait le temps de s'arrêter avant le remplissage excessif.

REDACTED COPY

Page 29: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

NIVEAU D’ALERTE Zone d’impact minimale Contrôle immédiat à portée de main Restreint au site Faible probabilité d’empirer Pas d’impact immédiat sur les opérations *Peut compléter la notification d'une tierce

partie

NIVEAU 1 D’URGENCE Pas de danger immédiat pour les per-

sonnes Pas de danger pour les infrastructures, pas

d’effets en dehors de la propriété de la Com-pagnie, effets très limités sur la servitude du pipeline

Contrôle en cours du produit libéré Effets environnementaux minimaux

(incluant faune et écosystèmes) Impact minimal sur les opérations Peut répondre avec les ressources existantes Impact minimal sur la propriété de la Compa-

gnie et pas d’impact sur la propriété publique

NIVEAU 2 D’URGENCE Il existe un risque de blessures / danger pour

les personnes Impact hors site possible Danger potentiel sur les infrastructures de la

Compagnie, pas de danger immédiat en de-hors de la propriété de la Compagnie, effet mo-déré sur la servitude du pipeline

Effets environnementaux modérés Impact limité ou à court terme sur les opéra-

tions Ressources externes peuvent être néces-

saires

NIVEAU 3 D’URGENCE Décès, blessure grave, maladie ou menace en

cours pour la sécurité publique Menace en cours pour les infrastructures Impact environnemental élevé Potentiel d’impact significatif ou à long terme

sur les opérations (ou pas d’indication sur la durée totale de l’impact)

Ressources externes nécessaires

INTERVENTION À L’ALERTE Effectuée selon des procédures normales

d'opération sous la direction du superviseur ou d’un travailleur senior sur le site

PALIER 1 D’INTERVENTION Intervention facilement sous contrôle et peut

rapidement se déplacer au palier 2 si la situa-tion l’exige

SCI est activé, EGI est doté en personnel comme requis

Bloc SCI 201 complété Ressources locales / entrepreneurs et or-

ganismes d’intervention peuvent être requis Activités d’intervention sous la direction du

commandant de l’intervention

PALIER 2 D’INTERVENTION Actions prises pour assurer la sécurité de la popu-

lation Supporter le personnel et les équipements de la

région avoisinante avisée et attendre l’avis de déploiement selon les besoins

Plus large éventail d’activités d’intervention Équipe de gestion de crise (EGC) est avertie si l’ur-

gence le justifie SCI est activé, l’équipe de gestion d’interven-

tion (EGI) va gérer les phases réactive et proactive

Un PAI est requis pour les périodes opéra-tionnelles multiples

Ressources locales et entrepreneurs et organismes d’intervention requis et déterminés

PALIER 3 D’INTERVENTION Actions prises pour assurer la sécurité du pu-

blic Supporter le personnel et les équipements

déployés provenant de la région avoisinante EGC est avertie Activation de l’équipe EGI complète PAI détaillé est créé pour chaque phase opé-

rationnelle EIUEE est activée pour supporter un inci-

dent à long terme Participation immédiate requise de plu-

sieurs agences, CU est établi Ressources locales et entrepreneurs et orga-

nismes d’intervention requis et identifiés

Note: 1) Les niveaux de classification règlementaires peuvent ne pas correspondre avec les classifications d’Enbridge. 2) Dans la région de l’Est, les notifications en provenance d’une tierce partie seront déclarées pour les incidents avec niveau d’alerte.

C

lass

ifica

tion

de l’

Inci

dent

—Se

ctio

n 3

.1

Section 3.1—Classification de l’Incident

Tous les critères ne sont pas nécessaires pour déterminer un niveau spécifique. Cependant, il peut y avoir des cas où un aspect de l'urgence est si important que cela affecterait le niveau à augmenter. Le commandant des opérations sur le lieu de l'incident ou son représentant est chargé de déterminer le niveau de l'urgence.

Mis à jour: 04-Novembre-2020

REDACTED COPY

Page 30: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 31: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 19

4.0 INTERVENTION INITIALE - PREMIER INTERVENANT D'ENBRIDGE |COMMANDANT D’INTERVENTION INITIAL Les actions de commandement initiales sont celles prises par le personnel local aussitôt qu'il prend connaissance d’un déversement ou d'un incident d'urgence. Le premier intervenant d'Enbridge assume le rôle du commandant d’intervention (CI) jusqu'à ce qu'un transfert de commandement se produise ou que l'incident soit suspendu. Des mesures immédiates doivent être prises au début ou à la découverte d’un incident afin d’atténuer ses répercussions, minimiser les risques potentiels à la santé humaine et à l’environnement et pour mettre en œuvre une intervention efficace. Il est également important d'agir de façon décisive afin de créer un climat de travail professionnel entre la compagnie et le personnel des organismes de réglementation et les fonctionnaires. Des mesures immédiates seront prises au début ou à la découverte d'un incident pour atténuer les impacts et mener une intervention efficace. En aucun cas, les membres du personnel ne doivent s’exposer à une situation dangereuse ou se mettre en danger sous les ordres d’autres personnes lorsqu’ils prennent part à des activités d’intervention. Tous les employés agissant comme premiers intervenants doivent avoir reçu une formation complète avant d’être envoyés sur le site.

Ces priorités d'intervention initiales doivent être pris en compte lorsqu'un incident est observé ou confirmé:

Figure 1: Sécurité, isolation, notification

Sécurité Isolation Notification

REDACTED COPY

Page 32: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 20

4.1 Intervention initiale – Priorités C'est le premier intervenant d'Enbridge qui assume le rôle du commandant d'intervention (CI) jusqu'à ce qu'un transfert de commandement se produise ou que l'incident soit suspendu. Les Priorités du premier intervenant d'Enbridge: S – sécurité d'abord et toujours

• Assurer la santé et la sécurité de soi et des autres à tout moment

• Désigner un officier à la sécurité

I – isoler et refuser l'entrée

• Arrêtez le travail – contactez l’OCC pour arrêter et isoler le système

• Sécuriser et restreindre l'accès au site • Évacuer en amont du vent jusqu'au point de rassemblement

(à pied)

N – notifications

• Contacter la direction régionale et le responsable du personnel (service régional sur appel)

• Vérifier que le centre de contrôle a été informé / soutenir les communications continues avec l’OCC et le service régional sur appel

4.2 Intervention initiale - Arrêt d'urgence

Après vérification d'une urgence, l'arrêt des actifs est requis jusqu'à ce que le redémarrage soit jugé sûr. Assurez-vous que les actions suivantes sont effectuées:

• Vérifiez avec l’OCC que la ligne est arrêtée et isolée. • Si le lieu exact de la libération est inconnu, le superviseur immédiat

demandera une patrouille aérienne, ou si les conditions sont favorables, une patrouille à pied, et de la main-d'œuvre pourra être utilisée pour suivre la ligne.

Une fois qu'un site de fuite a été localisé, les informations suivantes doivent être confirmées:

• Éliminer les sources d’ignition • Évaluer si les prises d'eau sont à risque • Évaluer si une évacuation publique est nécessaire • Restreindre l'accès au site:

o Demander le soutien des forces de l'ordre

REDACTED COPY

Page 33: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 21

• Informer les agences d'intervention locales des caractéristiques et de la manipulation du produit; utiliser les précautions qui sont décrites dans la FSSP – OCC à titre de support.

• Avertissez les chemins de fer ou les entreprises de services publics de la région 4.3 Intervention initiale - Responsabilités

Responsabilités du premier intervenant d'Enbridge:

Actions internes

• Contacter le centre de contrôle pour isoler le système. • Contacter la direction régionale et le responsable du personnel, voir

le calendrier du directeur régional sur appel si après les heures de bureau.

• Assumer le rôle de commandant d’intervention initial et affecter un officier à la sécurité.

• Demander des services de soutien (sécurité, conformité, sensibilisation du public et gestion des urgences) pour aider avant la mise en place de la structure du SCI.

• Activer le(s) plan(s) d'intervention d'urgence: o Integrated Contingency Plan o Plan d’action pour intervention d’urgence o Tout autre document d'entreprise pertinent (OMM, procédures de

sécurité, etc.) • Prendre des mesures pour réduire l'impact de l'incident. • Le cas échéant, verrouiller les ponceaux / égouts, barrer les fossés,

couper les sources d'inflammation et maintenir la sécurité du personnel impliqué dans ces activités.

Actions externes

• Le cas échéant, travailler avec la première agence d'intervention externe sur lieu, pour assurer une intervention coordonnée.

• S'il y a lieu, diriger tous les médias vers l’officier de l'information publique, sinon sur place, voir les communications régionales pour passer à l’action.

4.4 Intervention initiale - Niveau d’intervention

Le niveau d’ intervention dépend de quelques facteurs :

• gravité de la libération • le volume • impact environnemental, social et économique potentiel • l'intérêt public attendu pour l'événement

REDACTED COPY

Page 34: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 22

Si la commande a été transférée à la direction régionale ou au service régional sur appel, assurez-vous que les données des besoins en ressources sont clairement communiquées. Déterminez le niveau d'urgence et l’intervention correspondante en fonction de la taille et de l'ampleur de l'incident. L'escalade des niveaux entraîne une augmentation des ressources requises, des exigences en matière de notification et une augmentation potentielle de la complexité des interventions, pour faire face à l'urgence. Les actions d'intervention suivantes s'appliquent à tous les niveaux d'urgence :

• Notifications • Resources • Impacts environnementaux • Système de commandement

d’intervention • Équipe(s) d'intervention d'urgence :

o Équipe d'intervention d'urgence sur le terrain

o Équipe de gestion d’intervention (ÉGI)

o Équipe de soutien aux interventions (ESI)

o Équipe de gestion de crise (EGC)

• Documentation

Figure 2: Niveaux d’urgence Une fois qu'un incident a été confirmé par le premier intervenant d'Enbridge, et que le centre de contrôle et la direction régionale ont été avisés, une évaluation de la situation sera menée, si necessaire, pour déterminer le niveau de classification d'urgence et le niveau d'intervention approprié. Voir Section 3.1: Classification de l'incident pour plus de détails sur les impacts, les notifications, l'activation de l'équipe d'intervention et la documentation d'urgence requise.

Niveau d'alerte

Niveau 1 d'urgence

Niveau 2 d'urgence

Niveau 3 d'urgence

REDACTED COPY

Page 35: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 23

4.5 Intervention initiale - Actions initiales

À utiliser par le premier intervenant d'Enbridge | le commandant d’intervention initial pour les actions d’intervention initiales. Sécurité Effectuer une évaluation des risques au niveau du terrain Approcher en montée et en amont du vent Porter un EPP approprié, y compris un moniteur à quatre gaz Désigner un officier à la sécurité dès que possible Arrêter le travail si en cours Éliminer toute source d'inflammation

Isolé Contrôle de la source - contactez l’OCC pour arrêter et isoler le système Sécuriser et restreindre l'accès au site Évacuer le personnel superflu / inutile

Notifications Contacter la direction régionale et le responsible du personnel (service

régional sur appel) Vérifier que le centre de contrôle a été informé

Documentation Examiner les actions d'intervention spécifiques aux dangers et l’intervention

initiale au sein du plan d’action pour intevnetion d’urgence (PAIU) Documenter les actions initiales sur 214a - Journal individuel Lancer le formulaire SCI 201

Considérations supplémentaires: • Augmentation de la taille de la scène - estimation du volume de sortie pour

déterminer le niveau d'urgence et les actions d’intervention à plusieurs niveaux, revoir la classification de l'incident (section 3.1).

• Le cas échéant: o travailler avec la première agence d'intervention externe sur lieu, pour

assurer une intervention coordonnée. o dirigez tous les médias vers l’officier à l'information publique, sinon sur

place, voir les communications régionales pour passer à l’action.

Centre de contrôle - Edmonton 1-877-420-8800 CDN Regions (Prairie and Eastern)

Ligne info- médias d’Enbridge 1-888-992-0997

REDACTED COPY

Page 36: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 24

À utiliser par la direction régionale / le service régional sur appel pour les actions d’intervention initiale. Activer le(s) plan(s) d’intervention Plan de contingence intégré Plan d’action pour intevnetion d’urgence

Tous les autres documents pertinents de l'entreprise (Incident Management Handbook, Inland Response Tactics Guide, Control Points, OMMs, Safety Procedures etc.)

Notifications internes

Activer les services de support (sécurité, conformité, sensibilisation du public et gestion des urgences pour aider avant la mise en place de la structure SCI)

Activer l'équipe d'intervention sur le terrain

Activer l’équipe de gestion d’intervention (ÉGI), et mettre les membres potentiels sur préavis d'attente

Notifications externes

Engager la conformité de la région pour effectuer des notifications réglementaires fédérales

Activer les entrepreneurs d'intervention en cas de déversement (si nécessaire)

Examiner la liste des parties prenantes externes dans la section de notifications, notifier si nécessaire

Documentation Documenter les actions initiales sur 214a - Journal individuel Commencer l'élaboration du plan d'action de l’intervention

Rapports réglementaires fédéraux

1-403-299-2773 Ligne d'incident de la régie de l'énergie du Canada 1-819-997-7887 Ligne d'incident du bureau de la sécurité des transports

REDACTED COPY

Page 37: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 25

5.0 PROCÉDURES DE NOTIFICATION Des mesures immédiates doivent être prises au début d’une intervention en cas d’urgence afin de limiter ses répercussions, minimiser les risques potentiels à la santé humaine et à l’environnement et pour coordonner une intervention efficace. Il est également important d'agir de façon décisive afin de créer un climat de travail professionnel entre la compagnie et les parties prenantes. Cette section dournit des étapes pour déterminer les mesures d'intervention et de notification initiales appropriées qui devraient être réalisées dans le cas d'un déversement ou autre situation d'urgence. Les procédures internes de notification sont essentiellement les mêmes pour tous les incidents d’urgence. Cependant, les notifications externes varient selon le type d’incident, le type et la quantité de matériel déversé et leurs conséquences (blessures, décès et dommage à la propriété). Le personnel de la compagnie a l’autorité et l’obligation de mettre fin à toute opération en réponse à une situation anormale, menaçante ou dangereuse.

5.1 Notification d'urgence / activation

Le tableau de la page suivante est un aperçu des rôles que le personnel ou les groupes remplissent lors de la découverte initiale d’un incident pour gérer une urgence. Ça commence avec le signalement de l'urgence jusqu’à l'activation des équipes d'intervention d'urgence.

REDACTED COPY

Page 38: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 39: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Section 5.2 - Tableau des notifications pour la région de l'Est 

Cen

tre

de

Con

trôl

e de

s O

pera

tions

 

Obs

erva

teur

de

l'In

cide

ntH

aute

Dire

ctio

n d'

Edm

onto

n

  Mise à jour le 12-Nov-2020

Un membre du public appelle le

numéro sans frais

Un utilisateur industriel ou la police locale

contacte le Centre de Contrôle

L'employé d'Enbridge qui découvre l'incident contact le Centre de

Contrôle d'Edmonton1-877-420-8800

Documenter l'appel reçu de l'observateur

de l'Incident

 Contacter la direction régionale / le service

régional sur appel pour expédier le premier

intervenant de la compagnie

Alerter la police*si necéssaire Mettre en place les

notifications de l'OCC

L'alarme Interne retentit

Pendant les heures normales de travail :

(en dehors des heures normales, voir l'horaire du service régional sur appel)

Expédition du premier intervenant

(l'employé le plus proche ou la personne sur appel)

Urgence à la frontière Canada/États-Unis

Enbridge US – Schererville

Notifications du GouvernementOntario – Centre d'intervention en cas de déversement (800) 268-6060Québec – Ministère de l'Environnement (en Françaisseulement) (866) 694-5454Québec - Centre des opérations gouvernementales -Ministère de la Sécurité Publique (866) 650-1666Bureau de la Sécurité des transports (BST)Ligne des incidents 819-997-7887Télécopieur 819-953-7876Courriel [email protected]égie de l'Énergie du Canada (RÉC)Ligne des incidents 403-299-2773Système de signalement d'un évènement en ligne du RÉC(https://apps.cer-rec.gc.ca/ERS/Accueil/Index/)

Si le système de signalement d'évènement n'est pas accessible, les entreprises doivent signalé les événements à la ligne d'assistance téléphonique du BST.

Principal

VP Opérations Canadienne

Substitut

Sr. VP Opérations

Mobiliser les services de soutien (sécurité, conformité, GU,

sensibilisation du public); transition vers les rôles

SCI

Gestion de Crise

* 1. Toute partie doit passer à l'étape suivante si le contact ne peut être établi. *2. Des rapports d'urgence peuvent être reçus de la police, du public, des employés ou des alarmes. 

SI CONFIRMÉ; ACTIVER LE PLAN D'INTERVENTION

D'URGENCE (PCI et PAIU) et SCI

Consultez les listes de notifications pour:

• Activer l'équipe de gestion des incidents• Notifier les agences gouvernementales

requises• Informer les parties prenantes externes• Activer les ressources de soutien

(coopératives de déversement, etc.)

*Système de répondeurtéléphonique au Québec

Dire

ctio

n R

égio

nale

REDACTED COPY

Page 40: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 41: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

*Au Québec, les citoyens appellent le 1-877-420-8800 pour signaler une urgence. Ces appels sont dirigés vers le service téléphonique bilingue (TAS) de Montréal. Le TAS transmet ensuite les informations au centre de contrôle des operations

Ligne pointillée ( - - - - ): Notification facultative / non systématique.

Section 5.2 - Diagramme d'alerte et de mobilisation, mis à jour par le sous-comité technique des mesures d'urgence des pipelines Last update: 2016-04-26

de l'

Inci

dent

Obs

erve

urIn

term

ed

iaire

s

au Q

be

c

Cent

re d

e Co

nrôl

e de

s O

péra

tions

d'E

dmo

nto

nDi

rect

ion

Régi

onal

eHa

ute

Dire

ctio

n

d'Ed

mon

ton

Ontario: Citoyen, utilisateur

industriel ou police locale

Employé d'EnbridgeSystème

automatique de détection de fuite

Québec: Services d'urgence

locaux

*Service de téléphone bilingue au Québec

(TAS) 1-877-420-8800

9-1-1 Centre d'appels d'urgence et/ou

centres d'expédition

Documenter l'appel reçu de

l'observateur de l'Incident

Contacter la personne sur appel de la

direction régionale pour expédier le

premier intervenant de la compagnie

Québec: Notifier 9-1-1 Centre d'appels d'urgence

Ontario: Notifier les services d'urgence locaux (pompiers/police/9-1-1)

Mettre en place les notifications du

centre de contrôle des opérations

(CCO)

Frontière du Canada/États-Unis

Enbridge aux États-Unis - Schererville

Notifications du GouvernementOntario - Centre d'intervention en cas de déversement(800)268-6060Québec - Urgence-Environnement (en Français seulement) 1-866-694-5454Québec - Centre des opérations gouvernementales - Ministère de la Sécurité Publique1-866-776-8345Canada - Bureau de la Sécurité des transports (BST)

819-997-7887819-953-7876

Ligne des incidents Télécopieur Courriel [email protected]égie de l'Energie du Canada (RÉC)Ligne des incidents 403-299-2773 Système de signalement d'évènement en ligne (ERS) https://apps.rec-cer.gc.ca/ERS/Accueil/Index/

Si le système de signalement d'évènement du RÉC n'est pas accessible, les entreprises seront dirigées au numéro d'urgence de rapport d'incident du BST.

Substitut

Sr. VP Ops

Gestion de Crise

Services d'urgence locaux**

2

Québec: Citoyen (entreprise

ou autre)

1

Pendant les heures normales de travail:

En dehors des heures normales de travail

Aviser la haute direction

d'Edmonton

Expédition du premier intervenant

de la compagnie (l'employé le plus

proche ou la personne sur

appel)

Ligne complet (______): Notification systematique.

Principal

VP Ops Canadienne

Substituts

Si l'urgence est confirmée et q'une

assistance supplémentaire est

requise, activez l'équipe de soutien

aux incidents

Voir l'horaire et le repertoire des intervenanats d'urgence sur

appel pour la région de l'Est pour contacter la personne sur

appel

** Les services d'urgence locaux comprennent la police, les pompiers, les ambulances, la protection civile et les autres services requis.

REDACTED COPY

Page 42: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 43: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 28

5.3 Communications régionales (premier intervenant / direction régionale)

Toute personne qui observe ou prend connaissance d'une fuite doit immédiatement rapporter l'incident au centre de contrôle et à la directrion régionale / le service régional sur appel. Le premier intervenant d’Enbridge sur place devra :

• aviser le centre de contrôle; • contacter la direction régionale / le responsable du personnel, voir l'horaire

régional sur appel après les heures du travail; • activer le SCI, assumer le poste de commandant d’intervention et désigner

un officier à la sécurité; • le cas échéant, soutenir le premier organisme intervenant externe sur les

lieux pour assurer une intervention coordonnée; et • le cas échéant, diriger tous les médias vers l’officier à l'information publique

(OIP). Si le OIP n'est pas disponible: o Fournisser la ligne médiatique sans frais (1-888-992-0997). o Communiquer avec le public et les médias de manière calme,

professionnelle et respectueuse. o Soyez préoccupé par leur sécurité en vous assurant qu'ils se trouvent

dans un endroit sûr. Comme l'exige la portée de l'incident, la direction régionale / le représentant / le représentant sur appel devra :

• expédier un premier intervenant d’Enbridge pour enquêter sur le rapport; • aviser le centre de contrôle si un intervenant d'Enbridge a été expédié pour

enquêter, fournir des mises à jour et établir un plan de communication; • notifier les services de support (sécurité, conformité, sensibilisation du public

et gestion des urgences) dans la phase réactive du SCI, y compris le OIP sur appel;

• soutenir une évaluation des besoins en ressources, fournir un avis de disponibilité ou l'activation de l'équipe de gestion des incidents avant la transition IC du premier intervenant d'Enbridge;

• utiliser le système d'alerte d'Enbridge si besoin; • s'assurer que les notifications réglementaires ont été effectuées avec le

soutien de la Conformité • contacter les agences d’intervention ou des agences de nettoyage de

déversements du pétrole (annexe 2) au besoin; et • selon les circonstances de l'urgence, envisagez de demander le déploiement

d'aéronef pour avoir information sur la situation.

REDACTED COPY

Page 44: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 29

5.4 Centre de contrôle Toute condition d'opération anormale détectée par le centre de contrôle, ou toute situation d'urgence rapportée, observée ou possible se verra attribuée un statut d’urgence jusqu’à ce que le rapport soit confirmé ou rejeté. Une enquête de suivi et une confirmation de déversement ou d’un risque de déversement seront effectuées immédiatement. Le personnel du centre de contrôle avertira :

• la direction régionale / représentant sur appel • les autres personnes identifiées dans les procédures d’opérations du centre

de contrôle • les services d'urgence municipaux / communautaires seront avisés, sauf

indication contraire du personnel régional.

5.5 Notifications externes Le commandant d’intervention initial / premier intervenant d'Enbridge est chargé de s'assurer que toutes les notifications / rapports requis sont remplis en temps opportun pour tous les incidents jusqu'à ce qu'un transfert de commandement au service régional sur appel ait lieu. Le centre de contrôle, l’officier de liaison (OL) et l’officier à l’information publique sur appel (OIP) confirmeront que les notifications supplémentaires sont complétées, y compris celles destinées aux :

• représentants du gouvernement (élus et services publics, diverses juridictions)

• autorités locales / responsable communautaires • régulateurs • propriétaires fonciers • entrepreneurs d’intervention • groupe autochtones au Canada ou aux États-Unis • parties prenantes

Toutes les déclarations publiques doivent être préalablement approuvées par l’officier à l’information publique (OIP) s'il est nommé, par l’officier juridique, et approuvées par le commandant d'intervention (CI). Les responsables locaux des pompiers, de la police et des services médicaux d'urgence (SMU) seront invités à communiquer la situation d'urgence aux personnes à proximité de l'incident.

REDACTED COPY

Page 45: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 30

Le rôle de l’officier de liaison (qui peut être rempli par des groupes tels que des représentants des relations communautaires, des relations avec les parties prenantes et des relations autochtones ou des agents fonciers pour la région) contactera également / assurera le suivi avec les propriétaires fonciers locaux, les représentants municipaux, le gouvernement, les régulateurs, les groupes autochtones et d'autres parties prenantes.

REDACTED COPY

Page 46: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 47: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 31

6.0 RAPPORTS D’INCIDENTS – ACTIVATION DES RESSOURCES Documenter toutes les informations pertinentes relatives à l’intervention en cas d’incident dans la zone d’intervention de l’Est dans le formulaire du SCI 214a - Registre Individuel. Essayez d’inclure autant d'informations que possible. Une liste des coordonnées d’urgence, détaillant les notifications internes requises et les coordonnées des agences externes, se retrouve dans cette section. Ce qui suit est un résumé des coordonnées d’urgence.

6.1 Notifications requises / Contacts d’urgence Toute personne qui observe ou prend connaissance d'une libération doit immédiatement signaler l'incident au centre de contrôle et à la direction régionale / le service régional sur appel. Le cas échéant, dirigez tous les médias vers l’Officier à l'Information Publique (OIP). Si le OIP n'est pas disponible, dirigez les medias vers :

CENTRE DE CONTRÔLE

Centre de de contrôle d'Edmonton

Régions du Canada incluant le Québec

877-420-8800

LIGNE INFO-MÉDIAS D'ENBRIDGE

Canada 888-992-0997

INDIVIDUS QUALIFIÉS D’ENBRIDGE

Titre du poste Nom Téléphone au bureau Cellulaire

Directeur Régional, Région de l’Est

Substituts

Gestionnaire, Services régionaux

Gestionnaire, Opérations de la zone de Sarnia

REDACTED COPY

Page 48: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non con exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.e om ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 32

6.2 Liste de l'équipe de gestion des incidents

La région a des personnels désignés qui seront activées en fonction des besoins de l'intervention en cas d'incident pour remplir les rôles de commandement et d'état-major général au sein du système de commandement d’intervention.

Poste du SCI Titre du poste normal Nom Téléphone au bureau Autre numéro

Personnel de Commandement Commandant d’Intervention (CI)

Directeur des Opérations, région de l'Est 519-339-0511

CI substitut Gestionnaire, Opérations de la zone de Sarnia 519-337-0924

CI substitut Gestionnaire, Services régionaux 519-339-0516

Officier de Liaison (OL)

Conseiller, Conformité règlementaire 519-339-0507

OL substitut Conseiller, Terrains et Droit de Passage 514-798-2517

OL substitut Superviseur des communications interne 519-333-6799

Officier à l’Information Publique (OIP)

Stratège sénior en engagement communautaire

519-339-0325

OIP Substitut

Conseiller sénior, Engagement communautaire et autochtone

613-355-6561

OIP Substitut

Gestionnaire, Engagement communautaire et autochtone

226-989-2019

Officier à la Sécurité (OS)

Conseiller sénior des services de sécurité 519-339-0506

OS Substitut Spécialiste du terminal 519-332-2101

OS Substitut

Superviseur des services de sécurité des opérations canadiennes (PL)

780-420-5373

OS Substitut Superviseur de l'Équipe de Prévention des Dommages

905-659-2038

REDACTED COPY

Page 49: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non co exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.e m ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 33

Poste du SCI Titre du poste normal Nom Téléphone au bureau Autre numéro

Section des Opérations Gestionnaire de la Section des Opérations (GSO)

Gestionnaire, Opérations de la zone de Sarnia 519-337-0924

GSO Substitut Gestionnaire des opérations de la zone du Saint-Laurent

514-798-2510

GSO Substitut Gestionnaire des opérations de la zone 905-659-2012

GSO Substitut Superviseur élu / Méc. et opérations 514-444-0970

Chargé du Site de Transition (CST)

Spécialiste mécanique 905-659-2015

CST Substitut Superviseur des services d’entretien 905-659-2018

CST Substitut Superviseur des services d’entretien 519-346-4961

Section deGestionnaire de la Section de la Planification (GSP)

Gestionnaire des services régionaux 519-339-0516

GSP Substitut Superviseur, Ingénierie et services techniques 519-339-0518

GSP Substitut Superviseur de la planification de la maintenance

519-339-0512

GSP Substitut Ingénieur sénior 519-333-6790 Responsable de l’Unité de la Situation (RUS)

Superviseur, Terrains et Droit de Passage 519-339-0503

REDACTED COPY

Page 50: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non con xemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.e m ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 34

Poste du SCI Titre du poste normal Nom Téléphone au bureau Autre numéro

Section de la Planification (cont.)

RUS Substitut Superviseur de la maintenance des pipelines - Branchton

905-659-2049

RUS Substitut Superviseur de la maintenance des pipelines - Belleville

343-362-0306

Responsable de l’Unité Environnementale (RUE)

Conseiller sénior de l’environnement 905-659-2084

RUE Substitut Superviseur, Programmes environnementaux

780-392 4762

RUE Substitut Gestionnaire de l'environnement 780-392-4201

Responsable de l’Unité de la Documentation (RUD)

Assistante administrative III 905-659-2017

RUD Substitut Conseiller régional en formation opérationnelle 519-333-6761

RUD Substitut Assistante administrative III 514-798-2506

Responsable de l’Unité des Ressources (RUR)

Superviseur de la maintenance des pipelines - Sarnia

519-332-4704

RUR Substitut Superviseur des opérations 519-337-2885

RUR Substitut Ingénieur 519-339-0509

RUR Substitut Spécialiste en maintenance électrique 519-339-0326

Section dGestionnaire de la Section de la Logistique (GSL)

Analyste sénior, Terrains et Droit de Passage 519-339-0080

GSL Substitut Spécialiste du Terminal 519-332-2101

REDACTED COPY

Page 51: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 35

Poste du SCI Titre du poste normal Nom Téléphone au bureau Autre numéro

GSL Substitut Superviseur de la maintenance des pipelines - Sarnia

519-332-4704

GSL Substitut Coordinateur de projet 519-333-6755

Section Gestionnaire de la Section des Finances (GSF)

Superviseur, Services d’Entreprise 519-339-0505

GSF Substitut Analyste des contrôles de projet 519-333-6797

GSF Substitut Analyste financière des Opérations II 519-339-0346

REDACTED COPY

Page 52: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 36

6.3 Critères de rapports réglementaires Les exigences de rapport d'incident pour l'entreprise sont décrites dans le Livre 1 de l’OMM : Référence générale de conformité, 02-02-01 Rapport d'incident [Book 1 : General Compliance Reference, 02-02-01 Incident Reporting]. Les normes comprennent des rapports verbaux et écrits. Les rapports verbaux comprennent des notifications immédiates aux departements internes appropriés, ainsi que des rapports externes aux organismes fédéraux / provinciaux / municipaux sur les lignes sous règlementations provinciale et fédérale. La copie de contrôle se trouve dans la bibliothèque de documents de gouvernance [GDL] et est accessible à tout le personnel de l'entreprise

6.4 Intervenants d'urgence et agences gouvernementales Assurez-vous que toutes les notifications / rapports requis sont remplis en temps opportun pour tous les incidents.

REDACTED COPY

Page 53: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

1 11/24/2020

Compagnie Province Téléphone Téléphone TélécopieurCatégorie: 1. Services d'urgence de l'Ontario (31 services)

911911911 (888) 310-1122

ON (519) 464-4400 (519) 464-4407ON (905) 494-2120 (416) 494-2120ON (519) 751-5544ON (613) 345-5649ON (519) 621-2330 (519) 740-4938ON (519) 882-4325 (519) 882-3711ON (613) 938-4240 (613) 930-4502ON 1-866-314-0472ON (647) 329-1200ON (613) 525-2222ON (416) 601-2174 (888) 438-6646ON (613) 932-5170ON (905) 521-2100ON (613) 632-1111ON (613) 549-6666ON (905) 576-8711ON (519) 685-8500ONONON (866) 898-7372

(613) 548-3232

(519) 685-8380(866) 517-0571 (416) 326-0498(416) 325-3000 (416) 314-6713(800) 667-1940

ON (905) 378-4647ON (905) 378-4647ON (519) 426-0130 (519) 429-6998ON (416) 756-6000ON (519) 744-3311 (519) 749-6426ON (416) 340-3111ON (905) 848-7100

AmbulanceService des incendies / PompiersPolice provinciale de l'Ontario (OPP)Bluewater HealthHôpital municipal de BramptonHôpital général de BrantfordHôpital général de BrockvilleHôpital Memorial de CambridgeHôpital Charlotte Eleanor Englehart de Bluewater HealthHôpital communautaire de CornwallGestion des situations d'urgence OntarioBureau du commissaire des incendiesHôpital Memorial de GlengarryCentre de commande de GO Transit (CCGT)Réseau Grands Lacs / Voie maritime du St-LaurentHôpital général de HamiltonHôpital général de HawkesburyHôpital général de KingstonLakeridge HealthCentre des Sciences de la Santé de LondonMinistère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels (MSCSC)Min. de l’Env. et de l’Action...chan. clim. de l'Ontario (MEACC), C. d’int. en cas de dév. Ministère des Richesses naturelles et des Forêts (MRNF)Système de santé de Niagara (St. Catharines)Système de santé de Niagara (Welland)Hôpital général de NorfolkHôpital général de North YorkHôpital général de St. Marys (Kitchener)Hôpital général de TorontoCentre de santé TrilliumHôpital général de Woodstock ON (519) 421-4211

Catégorie: 2. Principaux organismes de l’Ontario (54 organismes)

ON (519) 336-8410 (519) 336-0382ON (613) 968-6481ON (905) 335-7600ON (905) 546-2489ON (613) 546-4291ON (905) 615-4311 (905) 615-4081ON (905) 356-7521ON (905) 436-3311 (800) 667-4292 (905) 436-5642ON (905) 683-7575 (866) 683-2760 (905) 420-6064ON (613) 392-2841 (866) 485-2841ON (519) 332-0330 (519) 332-3995ON (905) 227-6613 (905) 227-5590ON (416) 392-2489ON (905) 735-1700 (905) 732-1919ON (866) 532-3161

ONON (519) 873-4100 (416) 327-9200ON (905) 623-3379 (800) 563-1195ON (519) 666-0190 (800) 220-8968ON (519) 294-6244 (888) 793-9637 (519) 294-0573

Première nation AamjiwnaangVille de BellevilleVille de BurlingtonVille de HamiltonVille de KingstonVille de MississaugaVille de Niagara FallsVille de OshawaVille de PickeringVille de Quinte WestVille de SarniaVille de ThoroldVille de TorontoVille de WellandMinistry of Health and Long Term Care (MOHLTC) Ministry of Labour (MOL)Ministry of Transportation (MTO)Municipalité de ClaringtonMunicipalité de Middlesex CentreMunicipalité de North MiddlesexMunicipalité de Port Hope ON (905) 753-2230 (905) 753-2434

(866) 797-0000(877) 202-0008

(416) 326-50601-800-268-6060

REDACTED COPY

Page 54: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

2 11/24/2020

Compagnie Province Téléphone Téléphone Télécopieur(866) 425-7306 (519) 268-3928(905) 357-6702(416) 734-3300(905) 619-2529

(613) 475-3453(613) 354-6545(905) 878-6995(905) 815-2025

(866) 271-0391 (905) 892-5055(877) 313-3939 (519) 845-0597(905) 430-4300(866) 525-8878 (519) 247-3411

(905) 349-3529(613) 925-3499(519) 463-5881

(877) 272-4263 (905) 355-2821(519) 462-2961

(866) 848-9099 (613) 658-3445(613) 345-7235(613) 923-2421(905) 342-2818

(866) 220-2327 (613) 659-3619

(519) 632-8700(800) 265-0619 (613) 543-1076

(613) 347-3411(800) 265-3915 (613) 534-2280(800) 809-0301

(613) 396-2080(519) 845-6136(905) 957-3219

(888) 699-3868 (519) 485-2520

Municipalité de Thames CentreON Power Generation,régularisation des rivières (barrage de réglementat. internat.) Office des normes techniques et de la sécurité (ONTS)Ville de AjaxVille de BrightonVille de Greater NapaneeVille de MiltonVille de OakvilleVille de PelhamVille de Plympton-WyomingVille de WhitbyCanton d'Adelaide MetcalfeCanton d'Alnwick HaldimandCanton d'AugustaCanton de Blandford-BlenheimCanton de CramaheCanton d'East Zorra-TavistockCanton d'Edwardsburgh CardinalCanton d'Elizabethtown-KitleyCanton de Front of Yonge (Mallorytown)Canton de HamiltonCanton de Leeds and the Thousand IslandsCanton de LoyalistCanton de North DumfriesCanton de South DundasCanton de South GlengarryCanton de South StormontCanton de St. ClairCanton de TyendinagaCanton de WarwickCanton de West LincolnCanton de ZorraCommission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail (CSPAAT)

ON (519) 268-7334ON (905) 357-6700ON 1-877-682-8772ON (905) 683-4550ON (613) 475-0670ON (613) 354-3351ON (905) 878-7252ON (905) 845-6601ON (905) 892-2607ON (519) 845-3939ON (905) 668-5803ON (519) 247-3687ON (905) 349-2822ON (613) 925-4231ON (519) 463-5347ON (905) 355-2821ON (519) 462-2697ON (613) 658-3055ON (613) 345-7480ON (613) 923-2251ON (905) 342-2810ON (613) 659-2415ON (613) 389-3648ON (519) 632-8800ON (613) 543-2673ON (613) 347-1166ON (613) 534-8889ON (519) 867-2021ON (613) 396-1944ON (519) 849-9326ON (905) 957-3346ON (519) 485-2490ON 1-800-387-0750 (416) 344-1000

Catégorie: 3. Principaux organismes du Québec (27 organismes)

Arrondissement de Rivière-Des-Prairies QC 311 (514) 872-0311Bureau du Prévot des Incendies QC (866) 694-5454Commission de la Santé et de la sécurité du travail (CSST) QC (866) 302-2778La Commission de la Santé et de la Sécurité du Travil du Québec (CNESST) QC (844) 838-0808Ministère de l"Emploi et de la Solidarité Sociale QC (418) 644-4545Ministère de la Santé et des Services Sociaux QC (418) 644-4545 (877) 644-4545Ministère de la Sécurité Publique QC (866) 650-1666 (866) 776-8345

(800) 561-1616Ministère du Dévelopment durable, de l'Environment, de la Lutte Contre Les Chang... QC Ministère du Développement durable, de l'Environment, de la Faune et des Parcs (M... QC (866) 694-5454 (800) 561-1616 (418) 646-5974Ministère du Ressources Naturelles QC (866) 694-5454 (866) 248-6936

QC (514) 934-1934QC (450) 451-5178 (450) 451-4649QC (450) 537-3527 (450) 537-3070QC (450) 451-5203 (450) 451-8894QC (450) 258-2305 (514) 230-8221 (450) 258-3059QC (800) 363-4735 (418) 648-4557QC (450) 764-3573 (450) 764-3180QC (514) 598-4141QC 911

Hôpital général de MontréalMunicipalité de Pointe-FortuneMunicipalité de Saint-André-d'Argenteuil Municipalité de Très-Saint-Redempteur Municipalitié de Saint-PlacideProgramme d'intervention en cas d'urgence environnementale du Québec Sainte Justine de NewtonSûreté du Québec Transport de marchandises dangereusesTransports Québec QC (866) 964-5454 (888) 355-0511

REDACTED COPY

Page 55: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

3 11/24/2020

Compagnie Province Téléphone Téléphone TélécopieurQC (450) 978-8000 (450) 978-6569QC (450) 475-8653 (450) 475-7195QC (514) 872-0311QC (514) 905-2000 (514) 645-7485QC (450) 451-0869 (450) 451-4227QC (450) 478-0211 (450) 478-5660

Ville de LavalVille de MirabelVille de MontrealVille de Montreal-EstVille de RigaudVille de Sainte-Anne-des-Plaines Ville de Terrebonne QC (450) 961-2001 (450) 471-4482

Categories: 4. Principaux organismes du Fédéral (21 organismes)

AB (403) 292-4800 (800) 899-1265 (403) 292-5503MB (800) 665-3825 (204) 467-9028ON (866) 992-7433ON (613) 925-0666 (613) 925-4519ON 1-800-668-6767 (613) 949-8259ON 1-888-226-8832 (613) 996-6666ON (866) 283-2333ON (905) 336-6240ON (418) 648-2239ON (705) 750-0269ON (613) 925-2865ON 1-866-290-3731ON (613) 957-2991 (866) 225-0709 (613) 941-5366ON (800) 622-6232ON 911QC 1-800-668-6767 (613) 949-8259QC 1-888-226-8832 (613) 996-6666QC (866) 283-2333 (514) 283-2333QC (800) 361-8003QC (514) 385-7252 (888) 385-7252

Régie de l'énergie du Canada (REC)Ducks Unlimited Contrôle de la circulation aérienne (London) Garde côtière canadienne (Prescott)Service canadien de la fauneCANUTECEnvironnement CanadaPêches et Océans Canada (Burlington) Pêches et Océans Canada (Général)Pêches et Océans Canada (Peterborough) Pêches et Océans Canada (Prescott)Pêches et Océans Canada (Sarnia)Santé CanadaEmploi et Développement social Canada (EDSC) Transport de marchandises dangereuses Service canadien de la fauneCANUTECCentre d'Urgence d'Environnement Canada Gaz MétroHydro QuébecBureau de la sécurité des transports du Canada QC (819) 997-7887 (800) 387-3557 (819) 997-2239

Categories: 5. Services de soutien (5 services)

ON (519) 332-2010 (519) 332-2015ON (613) 537-2255 (613) 537-8561ON (613) 230-7369 (613) 230-7344ON (800) 251-7773

Organisme de coordination des services d'intervention d'urgence de la Chemical Valley (CVECO)

David Brown Construction LtéeSociété d'intervention Maritime, Est du Canada (SIMEC)Quantum MurrayConstruction Simdev QC (514) 316-8685 (514) 313-5525

Categories: 6. CVECO (23 services)

(519) 339-7317AB (403) 920-2000 (800) 661-3805 (403) 920-2200ON (519) 332-1500ON (519) 337-8251ON (519) 336-2261ON (800) 567-3776ON (519) 433-7710 (519) 433-7588ON (519) 862-1473ON (800) 567-3776ON (519) 862-2911ON (519) 862-1001 (519) 862-6799ON (519) 336-4270ON (519) 332-0730ON (800) 251-7773ON (519) 481-1100ON (877) 969-0999ON (519) 862-5900

INEOS Styrolution Canada LtéeTransCanada Pipelines LtéeAir ProductsArlanxeo Canada Inc (Formerly Lanxess)Cabot CanadaCanada Fuels Operations Imperial Oil (C.F.O)Lagasco Inc.Enbridge Gas, StockageImperial Oil, Division de la Production NOVAPembina Pipelines CorporationPlains MidstreamPraxair Canada IncQuantum MurrayShell CanadaUnion Gas/St. Clair Pipelines/Vector Pipelines St. Claire Energy/InvenergyStyrolution Canada Ltée

ON (519) 339-7339

REDACTED COPY

Page 56: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

4 11/24/2020

Compagnie Province Téléphone Téléphone TélécopieurON (519) 337-1754ON (519) 337-2301ON (519) 332-5010ON (519) 867-2739

Sun Canadian PipelineSuncor EnergySunoco Logistics c/o LamSar IncTerra/CF IndustriesThe Dow Pipeline Company c/o MIG Engineering Ltée ON (519) 337-8000

Categories: 7. Services d'urgence du Québec (32 services)

911 (450) 974-5300QC (514) 323-7260 (514) 323-8622QC (450) 562-3761QC 911 (450) 974-5300QC (450) 562-2442 1-800-565-0911QC (450) 537-3527 ex. ... (450) 562-2442 (450) 537-3070QC (450) 456-3883 (450) 456-3804QCQC

(450) 479-1313

QC(450) 258-2305

AmbulanceHopital en Sante Mental Rivière-Des-Prairies Hôpital du CISSS d'ArgenteuilPompiersMunicipalité de Saint-André-d'Argenteuil, Surete du Quebec-LachuteMunicipalité de Saint-André-d'Argenteuil, PompiersMunicipalité de Très-Saint-Rédempteur, Surete Du Quebec Municipalité de Sainte-Placide, Surete du Quebec OkaMunicipalité de Sainte-PlacidePolice

QC911

QC(450) 371-9920

QCQC

(514) 230-8221 (450) 258-3059(450) 974-5300

QC

(450) 662-4242

QC

(450) 662-4450

Sainte Justine de Newton, Hospital du Suroit Ville de Laval, Laval Police ServicesVille de Laval, Division Prevention lncendie Ville de Mirabel, Hospital Regional of Saint-Jerome

QC

(450) 432-2777

QC

(450) 475-7708

QC

(450) 473-6811Ville de Mirabel, Mirabel Police Department Ville de Mirabel, Hopital St-Eustache Ville de Mirabel, Mirabel Fire Dept

QC

(450) 475-2010

QC

(514) 280-2222

QC

(514) 872-4074(514) 872-9765

QC

(514) 280-2222

QC

(514) 872-9765

QC

1-800-634-3400(514) 280-2222(514) 252-3400

QCQC

Ville de Montréal, Montreal Police Dept Ville de Montréal, Montreal Fire Dept Ville de Montréal-EastVille de Montréal-East Montreal Police Dept Ville de Montréal-East, Hospital Maisonneuve RosemontVille de Sainte-Anne-Des-Plaines Ville de Sainte-Anne-Des-Plaines Ville de Sainte-Anne-Des-Plaines, Terrebonne PoliceVille de Terrebonne, Terrebonne Police DeptVille de Terrebonne, Hospital Pierre LeGardeurVille de Terrebonne

QC

(450) 471-4121 ex. (450) 478-2520 (450) 668-1010(450) 471-4121(450) 471-4121(450) 654-7525(450) 471-4121

REDACTED COPY

Page 57: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

1.800.400.2255Rev. No.: 61

Date de Révision : Printemps 2020

COMPAGNIE / PROPRIÉTAIRE PERSONNES A CONTACTER NUMÉRO DE TÉLÉPHONE COURRIEL NUMÉRO DE TÉLÉPHONE D'URGENCE

Air Products Canada Ltd. 519.332.6193519.332.6193

ARLANXEO Canada Inc. 519.337.8251 x 4974519.337.8251 x 7737

519.330.9463Cabot Corporation 519.339.8250 519.312.0681

519.331.2907The Dow Pipeline Companyc/o MIG Engineering (2011) Ltd. 519.337.8000 x 407Enbridge Pipelines Inc. 519.339.0516 1.877.420.8800

519.339.05031.877.969.0999

Enbridge Gas Inc. 519.862.6675519.862.1473

519.862.6059519.330.1146519.683.3445 1.800.265.5260519.683.3444 1.877.969.0999

Imperial Oil Prod. Div. 519.339.2483519.339.5770519.339.2254

Imperial Oil416.736.2782

Canada Fuels Operations 519.339.4017Sarnia Products Pipe Line (SPPL) 289.391.0132INEOS Styrolution Canada Ltd. 226.784.3117 226.784.3117

226.784.30511.877.590.19901.519.796.90541.519.903.0583

1.519.868.5618 519.862.2911 x 2318

519.481.2628

519.481.5172

519.481.2572

Plains Midstream Canada 519.254.4332 x 122

519.383.3561

Pembina Pipelines Corporation 519.862.6774519.862.6775

Praxair Canada Inc. 519.332.1311 x 1519.332.0253 x 1

519.332.1311 x 3519.332.1311 x 0

519.332.0253 x 0Shell Canada 519.481.1243(Incl. Chem Plant - former Basell) 519.481.1209St. Clair Energy/Invenergy 519.862.5900 x 2227

519.862.5900 x 2226Sun Canadian Pipe Line 519.337.1754

519.337.1754Suncor Energy 519-346-2478

519-383-3630519-383-1740

Suncor - St. Clair Ethanol Plant 519-333-4078519-481-0454 x 245

Sunoco Logistics c/o LamSar Inc. 226.932.6415 519.332.5010 x 6Terra/CF Industries 519.867.2739 x 1201

519.867.2739 x 1295

TCEnergy 905.951.4362

905.951.4356NOTES:

1. La liste de contacts est un compléme ur toute modification.

SARNIA-LAMBTON - LISTE DES CONTACTS D'URGENCES POUR PIPELINE

519.337.8251 x 4272

1.888.982.7222

1.800.263.6641

519.862.5900 x 2227

519.862.2822

519.339.5666

1.888.441.4565

519.332.1311 x 0

519.862.3561

519.862.2002

www.migeng.com

519.332.6193

1.877.590.1990

1.800.265.1423

519.383.3640

519.481.0552

519.867.2739 x 8

NOVA Chemicals (Canada) Ltd. (Incl. Genesis Pipeline Canada Ltd.)

MIG Engineering (2011) Ltd.

Lagasco Inc.

1.800.372.9597

Phone: 519.337.8000

REDACTED COPY

Page 58: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 59: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 42

6.6 CAER – Intervention d'urgence de sensibilisation communautaire [Community Awareness Emergency Response]

Un code CAER est communiqué à la police de Sarnia en composant le 911 pour les urgences ou le 519-344-8861 pour les situations non urgentes. Les communications à la CAER sont acheminées par l'entremise de leur administrateur au 519-383-1222.

CODE CVECO Signification

CODE 5 Incident externe à l'industrie nécessitant possiblement l'aide de la CAER.

CODE 6 Plein contrôle de la circulation demandé aux endroits désignés. CODE 7 Alerte à la bombe.

CODE 8 Notification par un membre de la CAER d'un événement interne anormal. Aucune mesure prise par les intervenants de la CAER.

CODE 9 Demande d'intervention par le service municipal des incendies.

CODE 10 Rapport d'un déversement susceptible d'atteindre la rivière Sainte-Claire ou le lac Huron

CODE 10-1 Rapport d'un déversement qui a déjà atteint la rivière Sainte-Claire ou le lac Huron

Demande particulière d'aide supplémentaire à la suite d'un code 9.

CODE 91 Un incident s'est produit et vous savez exactement le soutien qui est requis du CAER / aide mutuelle (c.-à-d. qui et quel équipement).

CODE 92 Un incident s'est produit et vous avez besoin du plein soutien de la CAER / aide mutuelle.

REDACTED COPY

Page 60: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 43

REDACTED COPY

Page 61: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 44

REDACTED COPY

Page 62: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 45

6.7 Déversements sur le lac Ontario (Secteur du St-Laurent) Mobilisation de la Garde côtière canadienne (GCC) La Garde côtière est l’organisme principal pour les sources de polluants suivants :

• un navire dans les eaux d’intérêt canadien, à moins d’être limité par un autre territoire;

• un déversement mystère dans les eaux d’intérêt canadien; • toute source provenant d’eaux étrangères qui traverse dans les eaux

canadiennes; • les points d’amarrage au large lorsque le déversement provient de

l’équipement d’un navire; • une exploration pétrolière ou installation de production au large dont la

plateforme est en transit. Les organismes suivants prendront la relève pour les sources de polluants indiqués:

Organisme Source de polluants

Autorités de la Voie maritime du St-Laurent

Navire contrôlé par les autorités de la Voie maritime du St-Laurent à l’intérieur du canal Welland ou de ses écluses (mur à mur) de la section Montréal-lac Ontario

Défense nationale

Navires exploités par la Défense nationale

Ministère de l’Environnement de la province ou du territoire et Environnement Canada (pour les installations fédérales)

Basé à terre

Ressources naturelles, Canada et ministère des Ressources naturelles de l’Ontario

Exploration pétrolière au large des côtes ou installation de production pour une foreuse dans le lit des Grands Lacs

La ou les province(s) Points d’amarrage au large des côtes pour un pipeline sous-marin ou autre équipement fourni pour / de la rive.

REDACTED COPY

Page 63: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 46

6.8 Intervention d’urgence – produits raffinés Introduction La conduite 8 est un pipeline de 20 po qui appartient à Enbridge Pipelines Inc. Elle transporte des produits pétroliers raffinés pour la Pétrolière Impériale, de leur raffinerie de Sarnia jusqu’à la Sarnia Products Pipelines à la jonction de Milgrove (près de Waterdown, Ontario). Le débit moyen de cette conduite se situe entre 330 et 500 m3/h. Les types de produits transportés sont (fiches signalétiques jointes) :

• du naphta catalytique décomposé léger; • des distillats légers (incluant du mazout n° 1, du mazout n° 2, des diesels); • des raffinats; • de l’essence.

Premier intervenant Le personnel d’Enbridge sera expédié en tant que premier intervenant si l’on soupçonne une fuite de la conduite 8. Le premier intervenant doit vérifier si une fuite s’est réellement produite, évaluer le secteur touché et agir en tant que premier commandant d’intervention jusqu’à ce qu’il soit adéquatement relevé de ses fonctions. Remarque : Les procédures d’intervention d’urgence pour le type de produit de la conduite 8 sont les mêmes que pour les fuites de pétrole brut sur les autres pipelines d’Enbridge, que ce soit sur terre ou dans un cours d’eau. (Se référer aux guides rapides de référence pour les équipes d’intervention terrain à la section 2 pour de plus amples instructions). Se référer à la liste des coordonnées d’urgence pour savoir comment faire un rapport sur les incidents comportant des produits raffinés. Contrôle du pipeline Le pipeline de la conduite 8 est contrôlé par Sarnia Products Pipeline (SPPL), le centre de contrôle de Houston, avec le centre de contrôle d’Enbridge à Edmonton (ECC) ayant la capacité de quelques fonctions de substitution.

REDACTED COPY

Page 64: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 47

Le SPPL arrêtera et démarrera les unités de pompage.

• Si un arrêt d'urgence de la conduite (AU) devenait nécessaire et que le module de protection de la conduite (MPC) n'avait pas encore enclenché d’AU, l'opérateur d'Enbridge peut retirer l’autorisation de pompage des unités du SPPL, arrêtant ainsi leurs pompes.

• Le ECC aura accès à l’affichage de l’état et au contrôle d’arrêt uniquement pour les unités du SPPL à Sarnia.

• Si un AU est initié, Enbridge peut alors isoler et sectionner au besoin. Enbridge ne peut ouvrir les vannes de Sarnia ou de Millgrove que si les autorisations du SPPL sont définies.

• Enbridge et le SPPL utiliseront chacun leur propre programme de détection de fuite indépendant pour la conduite. Les conditions d'alarme de l'un ou l'autre des systèmes peuvent déclencher un arrêt de la conduite si une condition de fuite ne peut pas être réglée en moins de 10 minutes. La consultation entre les salles de contrôle déterminera si la ligne doit être arrêtée.

Notifications en cas d'urgence Si le public, un employé ou le logiciel du système de bilan matières (SBM) a signalé une fuite ou une fuite suspectée :

• Le ECC enclenchera les procédures d'urgence du ECC. • Le ECC informera le Sarnia Products Pipeline de la possibilité d’une fuite et

le SPPL déclenchera l’arrêt de la conduite 8. • L’opérateur du ECC demandera à la direction régionale / l'employé sur appel

de lancer l’envoi du premier intervenant . • Voir l'onglet 2.1 - Intervention Initiale pour les procédures à suivre une fois

que la direction régionale / l'employé sur appel a été contacté. • Le Sarnia Products Pipelines informera leur gestionnaire de la zone ou leur

personnel sur appel de toute fuite potentielle. • Le ECC et le SPPL détermineront le type de produits raffinés se trouvant

dans la conduite et le produit ayant potentiellement fuit de la ligne. Coordonnées du Sarnia Products Pipelines

Centre de contrôle de Houston du SSPL 1-800-372-9597

Gestionnaire principal de la zone – 519-333-7556

Superviseur des Operations – 905-745-1294

REDACTED COPY

Page 65: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 48

6.9 SIMEC Informations requises pour une demande d’intervention

ECRC~SIMEC

NUMÉRO D’URGENCE DE LA SIMEC : 613 930-9690 NUMÉRO DE CONTRAT : PROBLÈME : ÉTAT ACTUEL : CONDITIONS AU SITE DU DÉVERSEMENT :

CECI EST (ENCERCLER) URGENCE EXERCICE ALERTE INTERVENTION R.O. DEMANDÉE PAR (NOM DE LA PERSONNE)

DE (NOM DE LA COMPAGNIE MEMBRE) AU NOM DE NAVIRE INSTALLATION / TRANSPORTEUR (NOM)

LE PRODUIT EST LE VOLUME DU DÉVERSEMENT EST (ENCERCLER) GAL. / Litres / Barils /Tonnes. VOLUME TOTAL À RISQUE (INDIQUER LES UNITÉS)

SITUÉ À LA LATITUDE LA LONGITUDE OU SITUATION GÉOGRAPHIQUE OU EST SITUÉ À km / milles (N. / N.-E. / E. / S.-E. / S. / S.-O. / O. / N.-O.) DE (NOM DE LA VILLE)

L’AÉROPORT LE PLUS PRÈS EST ON PEUT ME JOINDRE AUX NUMÉROS SUIVANTS : TÉL. : CELL. : TÉLÉAVERT. :

SIMEC Informations requises pour une demande d’intervention 30 Nov 2007

REDACTED COPY

Page 66: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 49

6.10 Plan d’évacuation

PLAN D’ÉVACUATION D’UN PIPELINE D’ENBRIDGE

17 Mai 2017 Dans l'éventualité d'une urgence liée à un ou à plusieurs pipelines d’Enbridge dans la cour de récréation arrière, le plan d'évacuation d'urgence rédigé conjointement par Enbridge et la commission scolaire doit être mis en œuvre. Ce plan se trouve dans le cahier « Procédures d'urgence » et le département de Santé et sécurité en possède également un exemplaire. Ce document décrit la meilleure façon de mettre ce plan en œuvre. Il a été testé sur le terrain le 17 mai 2017 et s'est avéré sécuritaire. Une fois qu'une urgence a été identifiée et qu’Enbridge et le département de Santé et de sécurité ont tous deux été informés, le personnel et les étudiants doivent être informés qu'une évacuation peut être nécessaire. Cette annonce permettra au personnel de rassembler tout le matériel nécessaire dont il aurait besoin hors site, y compris son classeur d'urgence. Le personnel d’urgence, qui sera sur place, déterminera s’il faut évacuer l’école. Entre-temps, le directeur de l'une ou l'autre des écoles (lorsque cette école aura emménagé sur l'ancien site du SCSS)

(dans son établissement de remplacement) doit être prévenu qu'une évacuation vers son emplacement pourrait être nécessaire. Le site d'évacuation sur l'ancien site il s’agit Le département des transports doit également être averti d'une évacuation possible et que cinq autobus scolaires seraient alors nécessaires, à raison de deux classes par autobus. Tant que le personnel d'urgence n'aura pas déterminé qu'il n'est plus possible de rester sur les lieux de l'école, les élèves y sont gardés et le programme régulier est suivi, bien que personne ne sera autorisé à sortir. Si toutefois il n’est plus possible de rester sur les lieux de l’école, une évacuation sera déclarée. Lorsqu’une annonce d’évacuation est faite, il faut rappeler au personnel que la classe la plus âgée sera jumelée à la classe la plus jeune, que la deuxième classe la plus âgée s’associera à la deuxième classe la plus jeune et ainsi de suite, dans le but que les élèves les plus âgés aident les enseignants avec les chaussures et les manteaux, si cela était nécessaire. Il faut également rappeler aux enseignants de comptabiliser les présences avant de quitter leurs salles de classe et d’apporter leur classeur d’urgence avec eux sur le site d’évacuation. Le personnel et les étudiants seront dirigés vers l’un des trois « points de rassemblement » extérieurs. Il s’agit de la zone gazonnée entre

l’allée immédiatement à l’est et l’allée immédiatement

REDACTED COPY

Page 67: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 50

à l’ouest. Le personnel d'urgence déterminera laquelle utiliser en fonction de la direction du vent et d'autres facteurs. Si cela est nécessaire, les classes évacueront l'école par paires, comme décrit dans le paragraphe précédent. Il est prévu que les services d'urgence fermeront la rue Confédération, rendant ainsi cette procédure beaucoup plus sûre que s'il y avait du trafic routier. Parce que le directeur sera le dernier à partir, l’enseignant(e) responsable doit être dans le premier bus à quitter pour pouvoir prendre en charge le lieu de l’évacuation. La secrétaire doit également être dans le premier bus pour pouvoir prendre en charge la procédure de présence et la procédure de départ. Il est prévu que les élèves quitteront pour aller rejoindre leurs parents à partir du site d’évacuation. Pour cette raison, l'enseignant(e) ressource, qui initiera la procédure de départ d'urgence, doit également monter à bord du premier bus. Le cartable d’organisation de la secrétaire contient son projet de départ d’urgence. Un parent devra donner sa signature lorsqu’il quittera le site d’évacuation avec un enfant. Hormis le C1, tous les autres membres du personnel qui ne supervisent pas directement les élèves doivent monter dans le premier bus afin de pouvoir aider à prendre en charge le site d'évacuation. Cela deviendra d’autant plus important au fur et à mesure que plus d’élèves y arriveront. Les EA s’assigneront eux-mêmes aux étudiants qui ont le plus besoin de soutien en ce moment et prendront le bus approprié. Pendant l’embarquement dans le dernier autobus, le C1 « examinera » l’un des des couloirs, vérifiera les salles de classe pour les retardataires et verrouillera chacune d'entre elles après les avoir vérifiées. De même, les autres pièces, y compris les toilettes, seront vérifiées et verrouillées. Le directeur ou un autre membre du personnel, si disponible, fera de même avec l'autre couloir. Le directeur verrouillera porte d’entrée principale et montera à bord de l’autobus, qui se rendra ensuite à la porte du stationnement et attendra le C1, qui se chargera de l’alarme et du verrouillage de cette porte. Le dernier autobus partira ensuite pour le site d'évacuation. Pendant ce temps, sur le site d’évacuation, les enseignants disposeront leurs classes en ligne droite, par ordre alphabétique, la classe la plus âgée étant assise à côté de la classe la plus jeune et ainsi de suite. Les présences seront comptabilisées et un rapport sera donné à la secrétaire. Lorsque le dernier autobus arrivera et que la présence de ces élèves aura été vérifiée, la décision de renvoyer les élèves à la maison sera prise en consultation avec le surintendant. Si tel est le cas, la procédure de départ d'urgence devra être mise en place dès que la secrétaire disposera du formulaire de signature approprié. L'enseignant(e) ressource commencera la procédure d'appel conformément au plan déjà défini en septembre, lorsque la secrétaire aura mis en place une chaîne téléphonique. Le directeur de l’école d’accueil fournira à l’enseignant(e) ressource et aux autres membres du personnel

REDACTED COPY

Page 68: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 51

non requis pour de la supervision des téléphones à cet effet. En aucun cas, un parent ne sera autorisé à prendre un enfant sans s’identifier à la secrétaire et donner sa signature pour cet enfant. Aucun membre du personnel ne quittera le site d'évacuation avant que le bien-être de chaque élève soit assuré et que le directeur, ou le surintendant, ait déterminé que sa présence n'était plus nécessaire. Le surintendant déterminera la date de réouverture de l’école Confédération Central. En cas d'urgence, les parties suivantes doivent être informées dans cet ordre :

NOM NUMÉRO DE TÉLÉPHONE POSTE

Enbridge 877-420-8800 Évaluer l’urgence et assurer la liaison avec l’officier de santé et sécurité de la LKDSB

Santé et sécurité 31468 Assurer la liaison avec Enbridge et conseiller le directeur à propos de l’urgence

Surintendant 31464

Fournir une assistance et informer les autres personnes de la commission scolaire de la situation, y compris les relations avec les médias

Directeur du site d’évacuation

Site du SCSS : XXXXX;

Préparer les locaux de son école et alerter son personnel et son corps étudiant

Département des transports 877-330-4287

Fournir suffisamment d'autobus en assurant la liaison avec les fournisseurs de transport

REDACTED COPY

Page 69: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 52

6.11 Offices de protection de la nature

Il y a 36 autorités de conservation de la nature en Ontario. Si vous souhaitez contacter une autorité de conservation, veuillez utiliser ce lien https://conservationontario.ca/conservation-authorities/find-a-conservation-authority/ et cliquez sur la carte interactive ou sur la liste par région pour afficher les coordonnées.

REDACTED COPY

Page 70: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 71: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 53

7.0 ZONES DE PROTECTION ET ÉVACUATION 7.1 Distance d’isolement (chaude, tiède, froide)

Établir le périmètre de contrôle initial sur la base des lignes directrices suivantes (voir Figure 4) :

• zone chaude • zone tiède – peut d’abord être considérée comme une zone de confinement • zone froide

La figure suivante illustre la distance d’isolement recommandée par la dernière version du guide d'intervention d'urgence (GIU) du Department of Transportation et de Transports Canada. Il est recommandé de consulter la dernière version de ce guide afin de confirmer la distance de sécurité par rapport aux conditions spécifiques du site. Mettre en place un poste de commandement d’intervention, des sites de transition et des stations de décontamination au besoin, selon les circonstances.

REDACTED COPY

Page 72: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 73: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 54

Distance d’isolement / guide d’intervention d’urgence * ** ***

Produit Guide No ID Mesure d'évacuation

préventive immédiate

Évacuation pour un grand déversement

Évacuation en cas d'incendie

Condensat (diluant), gaz naturel, butane, éthane, méthane, propane

115 1971, 1011, 1075, 1035,

1078

100 meters (330 pieds) 800 meters (½ mile) 1,600 meters

(1 mile)

Naphtalène brut 133 1334 25 meters (75 pieds)

100 meters (330 pieds)

800 meters (½ mile)

Pétrole brut, produits pétroliers, hexane, heptane, octane, nonane, décane, pentane

128

1270, 1267, 1265,1268, 1208, 1206, 1262, 1920,

2247

50 meters (150 pieds)

300 meters (1,000 pieds)

800 meters (½ mile)

Pétrole brut sulfureux, inflammable, toxique 131 3494 60 meters

(200 pieds) 800 meters (½ mile) 800 meters (½ mile)

Benzène, toluène, xylène 130 1114, 1294, 1307

50 meters (150 pieds)

300 meters (1,000 pieds)

800 meters (½ mile)

Gaz de sulfure d’hydrogène 117 1053 100 meters

(330 pieds) 300 meters

(1,000 pieds) 1,600 meters

(1 mile)

REDACTED COPY

Page 74: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 55

*

Un embrasement éclair ou une explosion de nuage de vapeur devraient être considérés comme des dangers potentiels en zones structurellement condensées (zones urbaines denses) spécialement par vent calme et conditions météorologiques stables. Les feux en nappe devraient être considérés comme des dangers potentiels en zones structurellement condensées (zones urbaines denses) spécialement si les vents sont forts et que l’allumage est retardé (le produit s’est accumulé significativement). Ces dangers peuvent entraîner un front de déplacement de la flamme, de la surpression dommageable ou une exposition aux radiations thermiques. Ainsi, les intervenants devraient utiliser les distances identifiées pour « l’évacuation en cas d’incendie » même s’il n’y a pas de feu. En cas de rupture complète de la paroi où il y a un risque d’embrasement éclair ou une explosion de nuage de vapeur, ces distances devraient être doublées.

** Des conditions supplémentaires qui devraient être considérées lors de la détermination d’une zone d’évacuation incluent la météo, la rupture complète d’une paroi, la vitesse du vent, ciel couvert / ciel dégagé et jour / nuit.

*** Ces produits sont également toxiques par inhalation (TIH) et les distances de nuit sont différentes de celles indiquées plus haut.

REDACTED COPY

Page 75: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 56

7.2 Configuration des zones de travail Le CI ou son délégué évaluera l’accessibilité du site et le divisera en trois zones distinctes afin d’identifier clairement les zones à haut risque et de réduire les risques pour les intervenants sur place. Les trois zones peuvent être définies comme la zone de sécurité, la zone dangereuse et la zone de décontamination. Zones de protection - Afin de minimiser la propagation de la contamination du site d’urgence aux zones non touchées, l’officier de sécurité doit enregistrer des zones de protection (voir Figure 4) sur le formulaire de sécurité et de contrôle du site SCI 201-5. Les zones de protection doivent identifier ce qui suit :

• zone chaude • zone tiède • zone froide

Zone chaude - La zone chaude est le site de déversement ou le site des opérations de nettoyage. Toute zone qui nécessite une protection respiratoire doit être incluse dans les limites d’une zone chaude désignée. L’accès à la zone chaude est restreint au personnel d’intervention d’urgence formé et correctement équipé. Le personnel qui n’est pas impliqué dans les opérations d’urgence ne doit pas être autorisé à entrer et doit être escorté hors du site au besoin. Zone tiède - La zone tiède est une zone de transition où l’équipement peut être nettoyé et les vêtements contaminés peuvent être enlevés avant de quitter le site. Suivre le plan de décontamination établi. Un EPP approprié est nécessaire. Zone froide - La zone froide est la plus grande zone comprenant toutes les zones qui ne sont pas immédiatement impliquées dans la situation d’urgence. Toutes les mesures possibles doivent être prises pour s’assurer que la contamination ne se propage pas dans cette zone. La surveillance de l’air délimite le périmètre où les contaminants de l’air et les vapeurs combustibles cessent d’être détectés. La zone froide doit être établie à l’extérieur de ce périmètre. Le poste de commandement et la zone de rassemblement (rassemblement avant déploiement pour l'équipement arrivant sur place) doivent se trouver dans la zone froide. Dans le cas des incidents de grande ampleur, il faut s'assurer que le poste de commandement n'est pas situé près de l'incident.

REDACTED COPY

Page 76: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 57

7.3 Évacuation du personnel

Les plans d’évacuation seront situés aux installations applicables. Toutes les directives d’évacuation seront communiquées par un signal sonore, soit de vive voix par une personne désignée, ou par l’activation d’un système d’alarme. Tout le personnel des installations est formé régulièrement pour les procédures d’intervention d’évacuation et de secours. Les installations ne contiennent aucun équipement essentiel que les employés doivent continuer à faire fonctionner après que l’avis d’évacuation soit déclaré. L’objectif du plan d’évacuation est de fournir des indications dans l’éventualité ou un arrêt ou une évacuation sont nécessaires. En cas d’incident, l’opérateur de l’installation arrêtera l’écoulement du produit selon les procédures normales d’opération. Le superviseur / le gestionnaire des installations devra être avisé immédiatement de la situation d’urgence. Tous les membres du personnel des installations doivent évacuer les lieux, sauf ceux désignés pour rester sur place (se référer aux procédures de sécurité du PL pour plus de détails). Le service d’incendie sera avisé s’il y a lieu. Le personnel dépêché sur les lieux, l’équipement et les ressources de lutte contre l’incendie arriveront à la barrière principale ou au point de rassemblement des installations, à moins qu’il ne soit jugé dangereux de le faire. Le déploiement tactique des ressources dépêchées dépendra de la situation actuelle. L’évacuation du personnel doit s’effectuer d’une manière ordonnée. Le superviseur / le gestionnaire ou la personne désignée fera le décompte de tous les employés et organisera une assistance médicale au besoin. Lorsque l’alarme sonne ou qu’un signal d’évacuation est donné, tout le personnel doit :

Liste de vérification en cas d'évacuation Cesser immédiatement les activités de travail. Vérifier la direction du vent. Se déplacer face ou de travers au vent. Vérifier à nouveau le vent.

Effectuer un dénombrement afin de connaître l’ensemble du personnel présent à l’installation.

Aider à alerter et à accompagner le personnel, y compris les visiteurs et les entrepreneurs, au point de rassemblement approprié.

Aviser le centre de contrôle. Arrêter l'équipement en cours d'exécution, si sûr de le faire

REDACTED COPY

Page 77: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 58

Aider aux activités de contrôle des risques comme demandé. Enregistrer au point de rassemblement pour la reddition de comptes Aider à rechercher et à secourir les personnes disparues.

Le personnel blessé sera transporté vers le centre médical d’urgence le plus près. Tous les autres membres du personnel resteront au point d’évacuation jusqu’à ce que le signal « hors de danger » soit donné.

Remarque : L’évacuation doit être effectuée de manière ordonnée. Le personnel doit marcher et NE doit PAS courir ou paniquer.

La direction d’évacuation du personnel est en outre définie comme suit : Les employés des installations – Tous les employés de la compagnie qui ne sont pas directement impliqués dans la réduction de l’urgence seront immédiatement évacués de la zone d’urgence. Ils emprunteront une voie non menacée vers la barrière principale des installations et resteront en mode « attente » jusqu’à ce que la direction des installations donne l’instruction d’agir autrement. Si l’accès à la barrière principale des installations est menacé par la situation d’urgence, se diriger vers un emplacement non menacé des installations et aviser le coordonnateur d’urgence et / ou le superviseur de la zone et / ou la personne désignée de vos allées et venues dès que possible. Les sous-traitants, les transporteurs de marchandise, les fournisseurs et les autres visiteurs – Tout le personnel qui ne travaille pas pour la compagnie est immédiatement évacué de la zone lorsqu’une urgence est déclarée. Tout le chargement et déchargement de matériel est interrompu. Le personnel qui ne travaille pas pour la compagnie sortira immédiatement après l’approbation de la direction des installations. Si l’accès à la barrière principale des installations est menacé par la situation d’urgence, se diriger vers un emplacement non menacé des installations et aviser le coordonnateur d’urgence et / ou le superviseur de la zone et / ou la personne désignée de vos allées et venues dès que possible. Après que l’évacuation du personnel ait été lancée, les organismes d’intervention d’urgence et les équipes sont avisés (soit à partir du site ou hors site immédiatement après que l’évacuation ait été réalisée), et des mesures d’intervention immédiates sont entreprises pour réduire les menaces à la santé humaine et à l’environnement. Personnel hors service - Une fois que tout le personnel sur le site a été évacué et compté, le superviseur / gestionnaire ou la personne désignée contacte tous les membres du personnel hors service pour confirmer qu’ils ne sont pas sur le chantier et pour leur demander de rester à l’écart du chantier jusqu’à nouvel ordre.

REDACTED COPY

Page 78: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 59

7.4 Évacuation des communautés

L’évacuation du public doit seulement s’effectuer lorsqu’il est sécuritaire de le faire et UNIQUEMENT en coopération et en coordination avec les services locaux d’urgence. Comme l’indique le cadre des plans d’intervention d’urgence de la communauté, la responsabilité et la décision d’évacuer relèvent de la communauté. La compagnie appuiera l’évacuation et couvrira les coûts liés à l’intervention. Il est important de se rappeler que les évacuations au-delà de la propriété de la compagnie devront être initiées et coordonnées par les organismes locaux d’intervention / de gestion d’urgence qui ont le pouvoir légal d’ordonner la circulation des personnes. Les autorités provinciales, territoriales, autochtones et locales ont la responsabilité et l’autorité de planifier l’évacuation et d’organiser le transport, l’hébergement, la sécurité publique et la sécurité des personnes et des biens non fédéraux au sein de leurs juridictions respectives. Les défis uniques auxquels pourraient être confrontés les gouvernements provinciaux, territoriaux, locaux et autochtones durant une évacuation massive pourraient les obliger à demander de l’aide supplémentaire, de nature logistique ou opérationnelle, au sein de leur province, des autres provinces en vertu de l’entraide et des pactes d’assistance ou du gouvernement fédéral. La compagnie :

• Devrait s’assurer que les organismes d’intervention / de gestion d’urgence locaux sont informés selon une recommandation claire d’évacuer le public si la compagnie est avisée d’un danger immédiat pour la vie et la sécurité qui pourrait ne pas être du ressort des premiers intervenants.

• Servira uniquement à titre consultatif lors d’un ordre d’évacuation et pourrait aider à la logistique de l’évacuation.

• Doit fournir le plus de renseignement possible sur les produits à toutes les organisations de gestion des urgences qui coordonnent l’évacuation. La dernière version du guide des mesures d’urgence (GMU) devrait être consultée afin de déterminer les distances d’évacuation sécuritaires.

La priorité pour l’ensemble du personnel de la compagnie dans une situation d’urgence est de protéger le public et les intervenants.

REDACTED COPY

Page 79: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 60

Empêcher l’accès au site d’urgence au public lorsqu’il y a un risque d’explosion, d’incendie, de vapeurs dangereuses ou d’autres conditions dangereuses, par exemple :

• Bloquer les routes d’accès au site d’urgence et établir un périmètre de sécurité.

• Communiquer avec la police locale pour mettre en place des barrages routiers à tous les points d’accès, le cas échéant.

• Les employés / les sous-traitants, la police et / ou le personnel de sécurité peuvent être utilisés, ainsi que des obstacles physiques (par ex. : des barricades, des bandes réfléchissantes) pour contrôler l’accès aux zones dangereuses.

Coordonner avec les organismes externes d’intervention d’urgence (par ex. : la police, les pompiers et les services médicaux d'urgence [SMU]) pour établir des mesures d’intervention appropriées pour la protection du public selon les besoins, y compris :

• la surveillance des atmosphères dangereuses; • l’évacuation des personnes de la zone (habitations et entreprises); • l’élimination des sources de combustion à proximité du site de déversement; • la prévention des sources de combustion d’entrée au site de déversement; • l’interruption de la circulation (par ex. : sur les routes, les voies ferrées, les

ponts), au besoin.

Dans le cas peu probable où les plans d’évacuation soient requis au-delà de la limite de l’établissement, la personne désignée communiquera d’autres directives. Ces plans comprendront des conseils sur l’endroit où déplacer les parties susceptibles d’être touchées afin de minimiser les menaces à la santé humaine et à l’environnement. Cela se fera en collaboration avec les responsables des services d’urgence locaux. Les mécanismes de notification seront fondés sur la surveillance de la qualité de l’air et d’autres situations qui pourraient survenir pendant la situation d’urgence. L’évacuation est recommandée pour les incidents où le panache est visible et que sa trajectoire peut aller dans n’importe quelle direction hors du panache. La décision d’évacuer doit être prise par un individu qualifié / le commandant d’intervention ayant accès aux moniteurs de limite inférieure d'exposition (LIE) et / ou au suivi de la qualité de l’air.

REDACTED COPY

Page 80: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 61

Sous la direction de l’EGI, l’évacuation de la communauté sera coordonnée en collaboration avec l’autorité locale. La recommandation d’évacuer relèvera du CI. Se référer au GMU à titre d’orientation pour le produit / l’évacuation. Si le public doit être évacué avant que les organismes d’intervention externes arrivent ou si ces organismes ne sont pas disponibles, le CI doit prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection du public (par ex. : affecter des employés de la compagnie pour commencer une évacuation en faisant du porte-à-porte), puis remettre ces fonctions à des organismes communautaires dès que possible. Pour les déversements à long terme, il est préférable de procéder à une évacuation plutôt que de trouver refuge si la sécurité publique peut être assurée pendant le processus. L’évacuation est une mesure de protection du public viable dans les cas suivants :

• L’emplacement du panache est connu et des voies d’évacuation sécuritaires peuvent être assurées.

• Le déversement ne sera probablement plus contenu dans un avenir rapproché.

• La visibilité et les conditions routières sont bonnes. • Les résidents comprennent clairement leur itinéraire.

Les résidents devraient également être évacués pendant le brûlage ou la combustion d’urgence si leur état de santé ou leur sécurité pouvaient être affectés par l’opération. Lors de la planification de l’évacuation, les éléments suivants doivent être considérés :

• la taille et durée prévue du déversement; • les voies d’évacuation; • les conditions météorologiques actuelles et prévues; • le potentiel de combustion inattendue.

Trouver refuge est la principale mesure de protection du public pour les produits à pression de vapeur élevée et lorsque le danger est d’une durée limitée. Trouver refuge dans un bâtiment crée une zone tampon pour protéger les personnes affectées des concentrations plus élevées (plus toxiques) qui pourraient être présentes à l’extérieur. L’objectif est de réduire la circulation de l’air à l’intérieur et à

REDACTED COPY

Page 81: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 62

l’extérieur du bâtiment jusqu’à ce que le danger soit passé ou que d’autres actions d’urgence appropriées puissent être entreprises (telles que l’évacuation). Trouver refuge à l’intérieur est une mesure viable de protection du public dans les circonstances suivantes :

• Le temps et les avertissements sont insuffisants pour évacuer le public de façon sécuritaire.

• Les résidents sont en attente pour de l’assistance lors de l’évacuation. • Le déversement sera d’une taille et / ou d’une durée limitée. • L’emplacement du déversement n’a pas été identifié. • Le public serait plus à risque s’il était évacué.

En concomitance avec les stratégies de refuge sur place et d’évacuation, un rejet de gaz naturel peut être allumé à la source afin de réduire l’exposition du public au danger. Si une menace immédiate existe pour la vie humaine et que le temps manque pour évacuer la zone de danger, le CI est autorisé à enflammer le déversement.

REDACTED COPY

Page 82: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 83: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 63

8.0 OPÉRATIONS 8.1 Système de gestion des interventions d'Enbridge

Système de Commandement d’intervention

Enbridge utilise le SCI conformément au NIMS. Le SCI permet une intervention bien gérée et limite les effets d’une urgence par une intervention rapide, efficace et coordonnée des ressources. Le SCI se veut la procédure internationale standard de gestion des urgences et clarifie les rôles du personnel impliqué dans l’intervention d’urgence. Le SCI est efficace lors d’interventions d’urgence, car l’information et les ressources essentielles sont organisées selon une structure logique de planification et de mise en œuvre des actions nécessaires. Il fournit également une structure organisationnelle d’intervention d’urgence flexible préétablie pour tout type ou taille d’incident. La structure requise du SCI dépend de la nature et de la complexité de la situation d’urgence et est fondée sur le besoin plutôt que sur une structure organisationnelle rigide. En ce qui concerne les situations d’urgence de niveau 1, un poste peut assumer plusieurs responsabilités, alors que dans les situations d’urgence de plus haut niveau (niveaux 2 et 3), plusieurs postes peuvent être nécessaires. L’EGI serait mobilisée, le cas échéant, pour remplir les rôles du SCI. Les fonctions de l’EIT sont remplies en vertu de la section des opérations du SCI. L’EIT est constituée de personnel formé qui interviendra lors de tous les incidents d’urgence de la compagnie. Des sous-traitants et des tierces parties formés et entrainés seront contactés afin de remplir les rôles du système de commandement d’intervention / commandement unifié (SCI / CU) au besoin, notamment des postes dans les sections des opérations, de la planification, de la logistique et des finances. Notez également que si l’agence locale de gestion des urgences en fait la demande, Enbridge peut affecter un officier de liaison au centre des opérations d’urgence de la communauté.

Les principales responsabilités de l’EIT sont harmonisées à la structure organisationnelle du SCI (se reporter à l’organigramme SCI 207). L’attribution des responsabilités au sein du SCI commence par la hiérarchie supérieure (c.-à-d. le CI) et se poursuit vers le bas, tel que requis. Les postes du CI et de l’OS doivent être pourvus en tout temps pendant la situation d’urgence Le CI mobilisera les postes directement en dessous de lui, au besoin. Lorsqu’un poste n’est pas mobilisé, le poste juste au-dessus assumera les responsabilités.

REDACTED COPY

Page 84: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 64

Déterminer le niveau d’urgence et le niveau d’intervention nécessaire pour gérer efficacement l’intervention. Se référer au tableau de classification d’urgence et de niveau d’intervention coordonnée de la compagnie situé à la section 3.1 – Classification de l’incident.

8.2 Niveaux d'urgence et activation du SCI

Le SCI est adaptable et sera activé pour répondre aux besoins d’une urgence

Niveau 1 Le SCI est activé, l'EGI est formée selon les besoins et au moins le CI et un officier de sécurité seront en poste.

Niveau 2

Le SCI est activé si plusieurs périodes opérationnelles peuvent être nécessaires en fonction de l'évolution des tactiques et / ou des besoins en ressources supplémentaires; l’EGI est utilisée pour gérer les phases réactives et proactives. Le commandement et le personnel général seront nécessaires avec un potentiel pour occuper des postes supplémentaires. L’EGC sera averti sur la base des critères importants de l’incident. L’ESI devrait être informée.

Niveau 3 L’EGI complète est activée, l’EGC et l’ESI sont averties.

REDACTED COPY

Page 85: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 65

8.3 Organigramme SCI 207

REDACTED COPY

Page 86: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 66

8.4 Organigramme des sections des opérations

REDACTED COPY

Page 87: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consu régie interne d’Enbridge.

8.5 Cycle de planification de la phase opérationnelle Pour un incident qui ne devrait pas entrer dans la phase proactive; et/ou incidents de faible ampleur et sous contrôle; et/ou l'incident ne devrait pas s'étendre; et/ou l'incident peut être géré à l'aide du SCI 201, le cycle de planification simplifié peut être utilisé. En situation d’urgence complexe de niveau 2 ou de niveau 3, la planification de la phase opérationnelle suivante se déroulera pendant la phase proactive. Le passage de la phase réactive à la phase proactive sera propre à la situation et dépendra de l'intervention, d’un ensemble de compétences et du personnel disponible. Une fois l'ampleur et l’envergure de l'événement déterminées (une évaluation de la situation est effectuée et un portrait opérationnel commun est établi), le CI devrait discuter avec l'EGI et déterminer quand un passage à la phase proactive serait approprié. Un plan d’action en cas d’incident (PAI) détaillé sera mis en place et les réunions qui s’ensuivent seront tenues afin de s’assurer que tous les membres du personnel ont été informés des objectifs et ont en main le plan de travail approprié.

REDACTED COPY

Page 88: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consu régie interne d’Enbridge.

REDACTED COPY

Page 89: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consu régie interne d’Enbridge.

8.6 Responsabilités Communes du SCI

Recevoir une mission de votre organisation, y compris

Réviser l’attribution des tâches (par ex : désignation de l’équipe d’attaque, poste, etc.)

Recevoir un bref aperçu du type et de l'ampleur de l'incident.

Recevoir le numéro de commande de la ressource et le numéro de la demande.

Recevoir les instructions de voyage ainsi que le lieu et l'heure du rapport..

Recevoir toute instruction de communication spéciale (par ex : voyage, fréquence radio).

Avant le départ

Surveiller les informations relatives à l'incident provenant des médias, d'Internet, etc., si disponibles.

Évaluer l'état de préparation de l'équipement personnel pour un incident et un climat spécifiques (par ex. médicaments, argent, ordinateur, dossier médical, etc.). Maintenez une liste de contrôle des articles et un Go-Kit personnel.

Informer les autres de votre destination et de la manière de vous contacter. Suivez le processus de gestion des trajets d'Enbridge [Enbridge Journey Management Process].

Consulter le manuel de gestion des incidents [IMH] et les exigences spécifiques à un rôle. les plans de contingence, les plans régionaux / locaux, les modèles de plans spécifiques d'Enbridge et d'autres documents.

Profiter du temps de trajet disponibles pour vous reposer avant votre arrivée.. À l'arrivée à l'incident

À votre arrivée à l’incident, enregistrez-vous au lieu d’enregistrement désigné. Vous pouvez vous enregistrer à l’un des endroits suivants: Poste de commandement, base / camps, site de transition et bases hélibases Recevoir le formulaire d'orientation sur la sécurité [SOFR].

Les représentants d'agence des agences d'assistance ou des agences coopérantes se rapportent à l’officier de liaison au poste de commandement d’intervention après l'enregistrement.

Si vous êtes instruit à vous connecter directement à une affectation sur scène, enregistrez-vous auprès du superviseur de division / groupe, ou auprès du gestionnaire de la section des opérations.

REDACTED COPY

Page 90: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consu régie interne d’Enbridge.

Recevoir un briefing d'orientation du superviseur immédiat. À l'arrivée à l'incident (suite) Acquérir du matériel de travail. Respectez et défendre les valeurs et le code de conduite d'Enbridge

Participez aux réunions et briefings de l'équipe de gestion d'incident, le cas échéant.

Assurer le respect de toutes les pratiques et procédures de sécurité. Signalez les conditions dangereuses à votre superviseur et à l’officier de la sécutrité.

Les superviseurs doivent maintenir la responsabilité de leur personnel affecté en ce qui concerne l'emplacement exact (s), la sécurité et le bien-être personnel en tout temps, surtout lorsque vous travaillez dans ou autour des opérations d'incident.

Si vous remplacez quelqu'un, obtenez un briefing de cette personne. Présentez-vous au moins 30 minutes à l'avance pour recevoir votre briefing.

Organiser et informer les subordonnés.

Connaître les méthodes et procédures de communication qui vous ont été attribuées pour votre domaine de responsabilité et assurez-vous que l'équipement de communication fonctionne correctement.

Soutenir la collecte et la communication des données de situation.

Réviser et adhérer au plan d'action en cas d'incident (PAI), s'il est mis en place.

Utiliser un texte clair et une terminologie du SCI (sans codes) dans toutes les communications radio.

Remplir les formulaires et les rapports requis pour le poste attribué et assurer la bonne disposition de la documentation d'incident selon les directives du responsible de l'unité de la documentation.

Recevoir un journal individual - SCI 214a, pour documenter les actions et les événements.

Assurez-vous que le matériel dont vous avez besoin est opérationnel avant chaque période de travail.

Signaler tout signe / symptôme de stress prolongé, de blessure, de fatigue ou de maladie chez vous ou vos collègues à votre superviseur.

Informer l’équipe de remplacement sur les opérations en cours si le remplacement survient pendant les périodes opérationnelles ou par rotation.

REDACTED COPY

Page 91: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consu régie interne d’Enbridge.

Sur avis de démobilisation

Répondre aux ordres de démobilisation et informer les subordonnés de la démobilisation.

Préparer vos possessions personnelles pour la démobilisation. Remettre tout l'équipement assigné à l'emplacement approprié.

Recevoir un formulaire d'évaluation de la performance du personnel d'incident - SCI 225, le cas échéant.

Participer aux activités après action comme indiqué.

Terminer le processus de vérification de la démobilisation avant de retourner à la base, conformément au plan de démobilisation en cas d'incident (utiliser ICS 221 - Désinscription à la suite d'une démobilisation, si nécessaire).

Lors de la démobilisation, suivez les procédures de gestion des trajets d'Enbridge [Enbridge's Journey Management procedures]. Transmettez toute la documentation, les données, les images et les clés USB au responsable de l’unité de la documentation

Passer en revue les responsabilités communes.

À votre arrivée, recevez un briefing du commandant d’intervention, du gestionnaire de section, du coordonnateur de bloc ou du superviseur, selon le cas.

Participer aux réunions de planification des incidents et aux séances d'information, au besoin.

Déterminez l'état actuel des activités de l'unité. Déterminez les besoins en ressources.

Commander des ressources supplémentaires (équipement, personnel, fournitures), le cas échéant.

Confirmer l'expédition et l'heure d'arrivée estimée du personnel et des fournitures.

Informer le personnel puis attribuer des tâches spécifiques; superviser le personnel. Réaliser les tâches comme indiqué.

Remplir les formulaires et les rapports requis du poste assigné et envoyez-les au superviseur pour les remettre au responsible de l'unité de la documentation.

Déveloper et mettre en œuvre des mesures de responsabilisation, de sûreté et de sécurité pour le personnel et les ressources.

Superviser la démobilisation de l'unité, y compris le stockage des fournitures.

REDACTED COPY

Page 92: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consu régie interne d’Enbridge.

Sur avis de démobilisation (suite.)

Fournir au responsable de l'unité de l'approvisionnement une liste des fournitures à réapprovisionner, en utilisant le formulaire SCI 213 RR - demande de ressources.

Tenir des dossiers, y compris le journal individuel - SCI 214a. Les intervenants individuels conserveront un journal personnel des actions, des décisions et des événements.

Remplir le formulaire d'évaluation de la performance du personnel d'incident - ICS 225, le cas échéant.

REDACTED COPY

Page 93: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consu régie interne d’Enbridge.

8.7 Considérations quant aux dangers particuliers pour les équipes d’intervention sur le terrain

Enbridge suit une approche de « Tous les dangers » pour atténuer une variété de risques et de menaces et pour intervenir en conséquence. Les considérations quant aux procédures générales d'intervention indiquées ci-dessous devraient aussi être suivies lorsqu’il le faut. Pour des stratégies supplémentaires, reportez-vous au guide d’Intervention d’Urgence.

8.7.1 Priorités

La compagnie interviendra avec prudence à tout incident en considérant les priorités dans l'ordre suivant: Personnes

• Assurer la sécurité des employés et des sous-traitants sur le terrain. • Assurer la sécurité du personnel se trouvant à l'intérieur des bâtiments

régionaux. • Assurer la sécurité de la communauté environnante. • Réparer et redémarrer les actifs.

Environnement

• Prendre des mesures d'atténuation afin de prévenir les conséquences d'un incident.

Actifs (biens matériels)

• Lorsque cela est possible, protéger les actifs de la société qui sont situés sur la propriété régionale (réservoirs, pipelines, équipement, véhicules, etc.).

Réputation 8.7.2 Sécurité

• Effectuez une évaluation du danger. • Assurez-vous que la documentation appropriée a été remplie (autorisation

d'exécuter des travaux en toute sécurité, évaluation du danger sur le terrain, etc.).

• Priorisez votre sécurité avant tout et ensuite la sécurité des autres. • Restez en dehors de la zone de danger, • Si vous effectuez une reconnaissance, approchez-vous de la zone contre le

vent, en montant et en amont avec un équipement de protection respiratoire approprié.

REDACTED COPY

Page 94: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consu régie interne d’Enbridge.

• Déterminez la zone chaude immédiate. • Garantir des niveaux appropriés d’EPP. • S’assurer que l’EPP respecte le plan de santé-sécurité au site (PSSS). • Établir le contrôle du site (zone chaude, zone tiède, zone froide et sécurité).

8.7.3 Notifications

• Suivre les procédures de notification (section de notifications de ce plan, section 5).

8.7.4 Isoler et interdire l’accès

• Évacuez immédiatement la zone. • Interdisez l'accès à la zone immédiate. • Demandez de l’aide pour interdire l'accès à la zone. • Si vous êtes sur les lieux, demandez de l’aide aux ressources de l’agence

pour interdire l’accès à la zone immédiate. 8.7.5 Gestion du commandement • Les premiers intervenants assument le rôle du commandant d’intervention

jusqu’à ce que le transfert de commandement s’effectue. • Faire une annonce aux gens présents que vous avez pris le commandement. • Installez la caravane du poste de commandement d’intervention contre le vent,

en montant et en amont de l'incident dans la zone froide. • Établissez une zone de rassemblement contre le vent, en montant et en amont

de l'incident dans la zone froide. • Commencer l’attribution des postes du SCI comme pour l’équipe régionale de

gestion des incidents. • Rencontrez, accueillez et informez les organismes d'intervention à leur arrivée

dans la caravane du poste de commandement d’intervention. • Assurez-vous que l'agent de la sécurité commence un plan de sécurité au site et

le termine.

REDACTED COPY

Page 95: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consu régie interne d’Enbridge.

8.8 Mesures d'intervention propres au danger Les mesures particulières à prendre pour l'atténuation et l'intervention propres aux dangers suivants figurent ci-dessous : 8.8.1 Urgences médicales

Voici les trois étapes de base à suivre en cas d'urgence médicale :

VÉRIFIER la personne

• Est-ce que la personne veut votre aide? Si la personne est incapable de répondre, présumez que vous avez son consentement implicite pour administrer les premiers soins.

• Vérifiez les points ABC de la personne.

APPELER pour obtenir de l'aide / des ressources supplémentaires

• Si la personne répond, déterminez s'il est nécessaire

d'appeler pour obtenir de l'aide supplémentaire (par ex. : 911, SMU) • Si la personne ne répond pas, appelez pour obtenir de

l'aide.

PRENDRE SOIN en premier lieu des états mettant la vie en danger.

• Réduire le risque de transmission de maladie en

utilisant un équipement de protection, tels des gants jetables, comme barrière.

REDACTED COPY

Page 96: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consu régie interne d’Enbridge.

8.8.2 Déversement d'un pipeline Dans le cas d’un déversement d’un pipeline, prenez les mesures suivantes :

• Avisez l’OCC. • Arrêtez l’écoulement. • Isolez la section de canalisation où se trouve la fuite. • Effectuez le confinement de façon sécuritaire. • Contrôlez le drainage de la section de canalisation isolée. • En cas de déversement dans l’eau :

o Consultez les cartes de points de contrôle et des zones écologiquement sensible pour connaître les stratégies d’intervention appropriées.

o Examinez les cartes des zones ecosensibles pour localiser les zones sensibles pouvant être touchées.

o Consultez le guide des tactiques d’intervention en cas de déversement dans les eaux intérieures pour connaître l’équipement et les tactiques recommandés.

• Déclenchez les mesures de récupération / de nettoyage. 8.8.3 Bris d’un réservoir Dans le cas du bris d’un réservoir, prenez les mesures suivantes :

• Avisez l’OCC. • Cessez immédiatement les activités de travail. • Si sécuritaire, s’assurer que les drains de digue sont fermés. • Avisez le superviseur ou le gestionnaire du terminal ou la personne désignée. • Sécurisez la zone. • Déclenchez les mesures d'intervention. • Fermez l’écoulement vers le réservoir. • Commencez à transférer le contenu vers d'autres réservoirs.

8.8.4 Bris d’équipement En cas d’un bris d’équipement, prenez les mesures suivantes :

• Fermez l’écoulement et les pompes de transfert. Fermez la nourrice et les

soupapes des réservoirs. • Avisez le responsable / gestionnaire des opérations du terminal. • Évacuez la zone, si cela est nécessaire.

REDACTED COPY

Page 97: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consu régie interne d’Enbridge.

• Drainez le contenu restant vers les réservoirs de confinement. • Sécurisez la zone, s'il est possible de le faire sécuritairement. • Serrez la soupape ou le raccord qui fuit, s'il est sécuritaire de le faire. • Déclenchez les mesures d'intervention.

REDACTED COPY

Page 98: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 99: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Commencer à surveiller les déversements le plus tôt possible pour aider le personnel d'intervention à évaluer le volume du produit déversé, son déplacement et les zones risquant d'être touchées.

De loin, les ombres des nuages, les sédiments, les matières organiques flottantes, les bancs de sable immergés ou les formes dessinées sur l'eau par le vent peuvent donner l'illusion qu'il s'agit de nappes d'hydrocarbure.

Il est difficile de pouvoir bien observer la présence de produit pétrolier sur l'eau depuis un bateau, un quai ou la côte. Il est conseillé de surveiller les déversements depuis un hélicoptère ou un petit avion. Les hélicoptères sont préférables, car ils

permettent une meilleure visibilité et sont beaucoup plus maniables. Si le choix se porte sur un avion à voilure fixe, il faut savoir que les types dits à « aile haute » favorisent davantage la visibilité que

ceux à aile basse. Les vols devraient réduire autant que possible l'impact sur la faune. Consigner toutes les observations par écrit, avec des photographies et des bandes vidéo. Indiquer les dimensions approximatives de la nappe d'hydrocarbure à partir des points de référence existants (p. ex., navire,

caractéristiques du littoral, installations, etc.). Parcourir la nappe en longueur et en largeur à bord d'un avion ou d'un navire (si la sécurité le permet) en chronométrant chaque passage. Calculer la dimension et la superficie approximatives de la nappe en multipliant la vitesse par la durée.

Inscrivez les observations aériennes sur des cartes détaillées. Si la visibilité est réduite, par exemple en cas de brouillard épais ou de couverture nuageuse, il est possible de patrouiller en

bateau afin de consigner l'emplacement et le déplacement du déversement. Cette solution ne doit être adoptée qu'en l'absence de dangers pouvant découler, par exemple, du climat sur place et des caractéristiques du produit.

La surveillance est également de mise lors des activités d'intervention en cas de déversement, afin de mesurer leur efficacité, de faciliter la mise en place des récupérateurs et d'évaluer continuellement la dimension, le déplacement et les répercussions du déversement..

Directives de surveillance des déversements

És

timat

ion

du D

éver

sem

ent

et S

uivi

du

Volu

me

du P

rodu

it 8.

8.5

Il convient d'estimer le volume du déversement dès le début de l'intervention dans les objectifs suivants : en faire rapport aux organismes; définir les besoins en matière de récupération de liquide; évaluer les besoins de main-d'oeuvre et de matériel; établir les besoins en matière d'élimination et de stockage temporaire; s'il est impossible de calculer le volume réel du déversement, il faudra l'estimer (voir le diagramme de processus). Premières estimations : Les renseignements fournis par le poste de commandement, s'il y a lieu, peuvent servir à effectuer une première estimation du volume du déversement. La quantité écoulée doit correspondre à la différence constatée lors de la mesure du stock. Réservoirs : S'il est possible d'isoler la source de la fuite sur un réservoir, l'estimation du volume sera calculée de la manière suivante : Volume = changement de hauteur du réservoir x volume par pouce affiché sur la table de jaugeage du réservoir Écoulement depuis la conduite principale - Le volume d'écoulement initial se calcule de la manière suivante : Volume = (débit de la conduite principale x temps nécessaire pour isoler) + volume de drainage du lieu de l'écoulement. Le calcul du

drainage est documenté dans “OMM Book 3”, Sujet: eng.”Drainup and Linefill”.) Il est possible de vérifier l'estimation du volume de l'écoulement en calculant la différence entre le résultat du débitmètre d'injection et

celui du débitmètre de refoulement, ou le changement de volume du réservoir. Si des tuyaux ATMOS sont utilisés pour la détection des fuites (réseau collecteur), le volume estimé de la fuite s'affiche sur l'écran de l'utilisateur.

Au sol : Voici une liste des moyens possibles pour déterminer le volume d'un déversement au sol.

Outil d'estimation d'un déversement au sol depuis un moyen de transport SCADA (calcul au poste de commandement) Programme de données des réservoirs

Déversement au sol - Mesure sur place : Pour estimer sur place le volume d'un déversement, il faut diviser ce dernier en segments, puis additionner les résultats de toutes les surfaces correspondantes. Le volume de chaque surface correspond à sa longueur multipliée par sa largeur et par sa profondeur. Conversions : 1 m3 = 6,29 barils 1 pi3 = 0,178 baril 1 po = 0,0254 mètre 1 po = 0,0833 pied Eau : Observation visuelle et étalonnage avec le groupe de travail d'API sur le nettoyage des déversements d'hydrocarbure, tableau matriciel d'estimation de la dimension des déversements pour la protection de l'air et de l'eau. Voici, entre autres, les méthodes pouvant servir à déterminer la dimension et le volume d'un déversement :

Calcul de la capacité du navire/de la conduite Imagerie thermique infrarouge

Fuite sur l'eau - Observation visuelle : Il est peu probable d'obtenir une estimation précise du volume du produit déversé sur l'eau par la simple observation visuelle. Autant que possible, l'observation doit s'effectuer selon l'une ou l'autre des méthodes précédentes (calcul de l'écoulement au réservoir ou à la conduite avec données du poste de commandement). La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) propose un outil de travail facilitant l'estimation visuelle du volume d'un écoulement sur l'eau. Toutefois, il sert surtout à qualifier et à décrire ce dernier de manière subjective. Cet outil se trouve au http://response.restoration.noaa.gov/oil-and-chemical-spills/oil-spills/resources/open-water-oil-identification-job-aid.html.

Estimation du volume du déversement et méthodes

Diagramme de processus pour l'estimation du volume REDACTED COPY

Page 100: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

És

timat

ion

du D

éver

sem

ent

et S

uivi

du

Volu

me

du P

rodu

it 8.

8.5

La première estimation de la trajectoire des déversements d'hydrocarbure ou de LGN permettra de prédire le sens et la vitesse du déplacement de la nappe. Les calculs de trajectoire servent à prévoir l'endroit où les nappes d'hydrocarbures toucheront les côtes et d'autres zones vulnérables, ainsi qu'à estimer les lieux où il conviendrait de déployer des mesures de protection, de confinement et de récupération. La méthode suivante sert à prédire le déplacement du déversement : Programmes informatiques de modélisation de la trajectoire, notamment :

World Oil Spill Model (WOSM) - General NOAA Oil Modeling Environment (GNOME) OilMap - Plateforme de gestion et d'analyse des indicateurs de durabilité (eng.”SIMAP”)

Au besoin, la société utilisera des outils spécialisés internes en compagnie de consultants pour analyser la trajectoire et modéliser le devenir et les effets du déversement.

Estimation de la trajectoire des déversements

Il s'agit d'une estimation du volume de produit récupéré. Pour obtenir des renseignements utiles, il est nécessaire d'établir, à l'occasion des activités de remediation organisées à l'endroit de l'écoulement, une procédure uniforme d'échantillonnage, d'analyse et de calcul du volume de produit récupéré qui soit propre aux lieux.

Pour suivre le volume du produit, il convient de recenser tous les flux des déchets. Voici des exemples types de flux des déchets d'un écoulement d'hydrocarbures : Sol ou sédiment touché par l'hydrocarbure (dangereux ou non dangereux) Débris (p. ex., sorbants touchés, barrages flottants, tampons, plastique, EPI, végétation) Eau (dangereuse et non dangereuse) Gadoue

Un protocole sera fixé pour chaque flux des déchets et peut contenir les éléments suivants : Nombre d'échantillons nécessaires par volume de déchets générés Analyses en laboratoire nécessaires Exigence en matière de communication des données En cas d'écoulement de pétrole brut, il est possible d'utiliser les données fournies par les entrepreneurs d'élimination des flux des déchets (p. ex. volumes convertis en masse) et les résultats validés des analyses (pétrole et graisse en mg/kg) pour calculer le volume de pétrole brut récupéré par charge de déchets. Ces calculs seront conservés dans une feuille de calcul intitulée le tableur de "Suivi des déchets".

Suivi du volume de produit

Tableau de calcul du volume de pétrole

Les variables d'entrée pour une modélisation correcte incluent, mais ne se limitent pas à: Lieu, volume et durée du déversement Nature du déversement : continu ou incident isolé Vitesse et sens du vent Vitesse, sens et déplacement (courant) de l'eau Température de l'eau Température de l'air Caractéristiques du produit déversé

Ces informations peuvent être obtenues de nombreuses sources, notamment: Rapports du personnel sur les lieux du déversement Services commerciaux de météorologie NOAA Bases de données internes de la société Logiciel de cartographie de l'huile.

REDACTED COPY

Page 101: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Petite fuite Si la fuite de LGN crée un risque pour la sécurité locale, le LGN peut alors être allumé en suivant la procédure d’allumage du LGN (voir ci-dessous). Lorsque disponible, un brouillard d’eau peut être utilisé pour briser et disperser de petits nuages de vapeurs. Des soufflantes constituent également une méthode efficace pour fournir une circulation d’air dans des espaces confinés ou à l’intérieur de bâtiments. Vérifier que les soufflantes peuvent être utilisés sans danger dans l'environnement ambiant. Grande fuite Si la fuite de LGN est grande ou que la fuite de LGN ne peut être pompée hors du site de la fuite, allumer le LGN en suivant la procédure standard. Si le panache de vapeur se dirige vers une zone peuplée, la zone sera évacuée. Si le nuage de vapeur ne peut pas être allumé et que les procédures de réparation doivent commencer, tout l’équipement et les véhicules devront être situés à un minimum de 0,5 mi (0,8 km) de la fuite en amont du vent. Surveiller en permanence le périmètre du nuage de vapeur et détecter tout changement dans le nuage de vapeur. Isoler la section du pipeline Lorsque le LGN s’échappe sans être contrôlé, la section du tuyau concernée sera immédiatement isolée en fermant les soupapes de sectionnement appropriées. Dépressurisation Utiliser l’une des méthodes suivantes pour dépressuriser la section du pipeline rejetant du LGN. Si du LGN est présent à la purge de la soupape, installer une conduite

de refoulement et enflammer le LGN. Transférer le produit dans un récipient de confinement de pression

nominale appropriée. Installer une pompe avec une soupape d’arrêt de décharge pour

pomper dans la vanne de sectionnement en aval. Si l’élévation ne permet pas une tête en hauteur dans la section isolée,

une pompe de transfert connectée à la soupape de purge sera nécessaire pour remplir un récipient de confinement de pression nominale appropriée.

Évacuation et sécurité au site En raison de la grande inflammabilité du LGN et la possibilité qu’un panache de vapeur se forme, il peut être nécessaire d’évacuer les travailleurs et les visiteurs de la région, et de sécuriser le site pour protéger le public et la propriété. Creuser sur un site de fuite Les opérations de réparation impliquant du LGN sont difficiles, lentes et dangereuses. Des poches de gaz peuvent être piégées dans le sol. De plus, si le LGN fuyait depuis longtemps, le condensat peut avoir saturé le sol sur une distance considérable autour du site. Avant de commencer l’excavation ou la réparation de la ligne, les rejets actifs de LGN sont allumés ou laissés à brûler. En creusant sur un site de fuite de LGN, les méthodes suivantes devront être utilisées. S’assurer que le liquide a remplacé le LGN au site de fuite. Respecter les normes appropriées de la Compagnie pour l’excavation

du pipeline. S’assurer que le matériel d’extinction d’incendie est immédiatement à

portée de main. Envisager d’obtenir des services et des équipements de lutte contre

les incendies externes. S’il ne vente pas, utiliser des soufflantes pour maintenir un mouvement

de l’air au travers du chantier et à l'écart des travailleurs. Surveiller en permanence l’air à l’aide d’un détecteur de gaz. Surveiller en permanence la direction du vent.

Le répondant d’Enbridge prendra des mesures pour atténuer la situation et prévenir l’escalade s’il est sécuritaire de le faire. Pour l’acti on initiale, il est important de se rappeler ce qui suit. Ne pas essayer de contrôler une plus grande surface que celle qui

peut être efficacement isolée et contrôlée. Plus il y a de temps, de distance et de protection entre le répondant d’Enbridge et le produit libéré, plus le risqué diminue. Déterminer un signal d’évacuation d’urgence et identifier la point

d'appel si une évacuation d’urgence est nécessaire. Assurer des niveaux appropriés d’ÉPP. Utiliser un système de compagnon avec le personnel de soutien. Ne jamais permettre au personnel d’intervention d’effectuer des

activités dans les zones où des gaz ou des vapeurs non enflammées peuvent s’accumuler.

Évaluer les risques liés à la fuite (santé, physique, chimique ou autre).

Informer immédiatement le centre de contrôle; contacter le IQ et fournir un rapport de situation. Évaluer le niveau d’urgence et activer les SCI en function des besoins. Le répondant d’Enbridge le plus qualifié sur la scène assumera le rôle de CI et dirigera les activités d’intervention sur les lieux jusqu’à ce qu’il soit remplacé.

Découverte et Enquête

Les indications d’un rejet de LGN comprennent: Nuage de vapeur ou de brume (causé par la condensation et l’hu-

midité qui givre) Accumulation de glace sur le tuyau exposé ou du sol gelé autour

d’un tuyau enfoui Végétation brune (indique la saturation du sol) Neige teintée jaune (peut indiquer une accumulation de LGN sous la

neige Odeur (qui est la fraction de condensat du LGN).

Gestion rapide et efficace de la fuite

Identifier les rejets de LGN

Assurez-vous que la documentation appropriée a été complétée (permis de travail sécurisé, évaluation des risques sur le terrain, etc.).

Déterminer la direction du vent et s’approcher avec précaution dans le sens du vent.

Stationner les véhicules dans des zones libres de vapeur et sur un terrain élevé dans le sens du vent, si possible.

Arrêter les véhicules lorsqu’il ne sont pas utilisés. Éliminer ou couper toutes les sources potentielles de combustion dans

la zone immédiate. Explorer à pied la zone de fuite soupçonnée seulement en portant

l’ÉPP approprié et en utilisant si possible le système de compagnon. Ne pas transporter de sources de combustion. Ne pas tenter de marcher dans le produit rejeté ou ses vapeurs. Maintenir une communication constante ou planifiée avec le com-

pagnon ou le personnel de soutien. Utiliser un équipement de sécurité intrinsèque (c.-à-d.:, lampes de

poche, radios bidirectionnelles, détecteurs de gaz avec alarmes sonores).

Évaluer le site pour les impacts potentiels, par exemple: Lignes électriques par terre ou en hauteur Liquide visible non identifié ou des produits solides Vapeurs visibles Odeurs ou risques respiratoires. Feu, étincelles ou autres sources de combustion Trous, cavernes, fossés profonds, rapides ou pentes abruptes à prox-

imité Trafic local Conditions du sol (sec, humide ou gelé). Il n’y a pas une seule barrière qui aura pour effet de combiner à la fois les protections chimique et thermique. De plus, tout type ou niveau de vêtements de protection imperméable crée un potentiel de stress par la chaleur. L'EPP (équipement de protection personnelle) constitue le moy-en de défense ultime. Des représentants d’Enbridge ont été sérieusement brûlés ou blessés parce qu’ils n’ont pas utilisé leur vêtements ou leur équipement de pro-tection. Les liquides et les gaz inflammables dégagent une énorme quantité de chaleur rayonnante. Les intervenants doivent en être conscients et pro-téger les zones exposées de façon appropriée. Aucune tentative ne devrait être faite pour éteindre un feu de gaz inflammable. Toujours contrôler ou isoler la source de la fuite du mieux possible. Si la source ne peut être isolée, tenter de réduire la pression d’opération du pipeline. Essayer de permettre à l’incendie de s’éteindre par lui-même, si possi-ble, et de consumer le carburant résiduel qui peut rester à l’intérieur ou à l’extérieur du pipeline. En plus des précautions de sécurité standard, lorsque qu’il faut explorer à l’extérieur, utiliser un détecteur de gaz pour déterminer s’il y a pré-sence de vapeurs. Le gaz naturel est inodore et incolore. Toutefois, qu’il y ait ou non odeur, une concentration dangereuse peut être présente. Un explosimètre ou un détecteur de gaz à ionisation de flamme (DIF) pourrait être utilisé pour déterminer les risques d’inflammabilité. La plu-part des explosimètres et des détecteurs de gaz inflammables sont pro-grammés pour déclencher une alarme à 10 % de la LIE du gaz à partir duquel le capteur est calibré (environ 4000 ppm). Dans le secteur du gaz naturel, pratiquement tous les capteurs d’explosimètres et de gaz inflam-mables sont calibrés pour le méthane.

Consignes de sécurité standard

Avant d’allumer un panache de LGN: S’assurer que la zone où les gens se rassemblent est et demeure la

zone froide, en utilisant des détecteurs de gaz. S’assurer d’avoir les permis nécessaires pour les armes à feu et

l’allumage s'il y a lieu. S’assurer que la zone de panache de vapeur est maintenue libre de

toute personne et de tout véhicule, et que personne ne puisse s’approcher de la zone.

Évaluer l’impact potentiel sur les installations adjacentes. S’assurer que toutes les tentatives pour obtenir l’autorisation de la

direction régionale et du chef du service d’incendie municipal ont été faites.

Réviser les procédures de manipulation sécuritaires du pistolet à fusées (les règles de compétence pour les armes à feu s’appliquent).

S’assurer que le pistolet disponible est en bon état, vérifier le nombre de fusées disponibles et s’assurer qu’elles sont du bon type pour l’arme à feu.

S'il est impossible de communiquer rapidement avec l'intermédiaire qualifié ou le commandant du lieu de l'incident (p. ex., pas de liaison cellulaire dans le secteur ou pas de réponse définitive) et qu'il existe un risque immédiat pour le public, l'intervenant d'Enbridge ou un délégué formé en inflammation de LGN peut procéder à l'allumage. Le cas échéant, avoir le service d’incendie local sur les lieux avant toute tentative d’allumage. Réviser l’organigramme décisionnel de l’allumage à la page suivante.

Allumer un panache de LGN

G

uide

de

l'Équ

ipe

d'In

terv

entio

n su

r le

Terr

ain

— In

cide

nt a

vec

Gaz

Nat

urel

et

Liqu

ide

du G

az N

atur

el (L

GN

) 8.8

.6 (p

age

1)

Le gaz naturel peut suivre les sols remaniés et entrer dans les zones entourant la conduite ou à d’autres endroits. Le domaine d’inflammabilité du gaz naturel est de 4 % à 15 % dans l’air par volume. Le contrôle des sources de combustion est une priorité. Quelques exemples que vous pouvez ne pas avoir identifiés : Sonnettes de porte Lampes de poche Téléphones Systèmes d’alarme antivol Systèmes de chauffage Véhicules et camions Téléavertisseurs Interrupteurs d’éclairage Télécommandes de portes de garage. Comme le gaz naturel est extrêmement inflammable, les éléments suivants devraient être considérés: Avec toute fuite, toujours anticiper et s’attendre qu’une com-

bustion va se produire. Le gaz naturel libéré à l’intérieur des bâtiments représente un

des plus grand risques de combustion pour les intervenants d’urgence. Les bâtiments remplis de gaz naturel ne doivent être approchés qu’en cas de besoin avec une extrême pru-dence et un nombre minimum de personnes.

Le gaz naturel ou méthane (UN1971) est plus léger que l’air et va monter.

Ne pas fermer les soupapes principales ou n’importe quelle autre grosse soupape de transmission ou de distribution. Cela peut conduire à des problèmes sérieux ailleurs dans le sys-tème de pipeline de gaz naturel.

Lors du démarrage, les vapeurs peuvent brûler à la source du gaz; ainsi il faut s’assurer que la source est contrôlée.

Les vapeurs peuvent causer des étourdissements ou de l’as-phyxie.

Établir un périmètre sûr et efficace. Placer tout le soutien de réponse hors de la zone de danger. Sécuriser les lieux et interdire l’accès. Si nécessaire, évacuer la population à une distance sécuri-

taire. Surveiller l’atmosphère en utilisant plusieurs moniteurs, où

c’est possible. Surveiller les gaz s’éloignant de la source vers les expositions. Contrôler les sources de combustion (cigarettes, flammes

nues, véhicules, moteurs à combustion interne et moteurs). Ne pas faire fonctionner des appareils électriques tels que des

interrupteurs, etc. Les étincelles pourraient causer une com-bustion; et

Si la sécurité le permet, aérer la pièce, en gardant à l’esprit que pendant ce processus, l’atmosphère inflammable est au-dessus de la LSE, le gaz pourrait passer dans la zone d’explo-sivité de 4 % à 15 % de gaz dans l’air.

Consignes de sécurité standard (suite) REDACTED COPY

Page 102: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Gui

de d

e l'É

quip

e d'

Inte

rven

tion

sur l

e Te

rrai

n —

Inci

dent

ave

c G

az N

atur

el e

t Li

quid

e du

Gaz

Nat

urel

(LG

N) 8

.8.6

(pag

e 2)

REDACTED COPY

Page 103: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

8.8.7 Guide de l'Équipe d'Intervention sur le Terrain d'Enbridge – Feu et Explosion

Bâtiments avec Systèmes de Mousse à Air Comprimé

Si l’un des capteurs de détection d’incendie UV/IR du båtiment du compresseur détecte un incendie:1. La condition d’arrêt d’urgence (AU) est remplie, ce qui arrête automatiquement toutes les unités d’exploitation, isole la station de la ligne principale et évacue tout le gaz provenant de la station.2. Une alarme de feu sonne.3. La pompe à incendie s’enclenche, puise de l’eau dans les réservoirs de béton et la mélange avec l’agent moussant liquide.4. La mousse est pompée à partir du bâtiment de contrôle vers le bâtiment du compresseur, où elle est éjectée à travers les gicleurs dans le plafond; cela se poursuit jusqu’à ce que l’incendie soit éteint ou que le système de mousse soit désactivé. Ne pas utiliser d’eau pour éteindre les incendies dans ou à proximité de l’appareillage électrique

Installations avec des Systèmes Fixes au CO2

Lorsqu’un système fixe se déclenche, un signal sonore de pré-décharge sonne comme avertissement que le système s’activera dans les 30 prochaines secondes. Dans les enclos de l’unité du compresseur, là où il n’y a pas de délai ou d’alarme sonore, il y a une indication visuelle pour indiquer que le système de CO2 est activé.

1. Dès que l’incendie est détecté ou que le signal sonore de pré-décharge sonne, évacuer la zone protégée.2. Si le système d’extinction ne se déclenche pas automatiquement, l’activer manuellement.

Incendie de Réservoir

Incendie de Réservoir de Diesel

1. Si c’est possible et sécuritaire de le faire, isoler le réservoir de diesel enfermant les soupapes actionées automatiquement ou manuellement.2. Enlever tous les matériaux combustibles (ex.: bois, chiffons) situés près del’incendie.3. Laisser le réservoir se consumer.4. Garder les autres installations dans le voisinage au frais en les arrosant avec de l’eau si possible.

Lutte Contre un Incendie Standard1. Regarder ou appeler pour de l’aide.2. Avertir les pompiers.3. Activer une alarme de feu, s’il y en a une de disponible.4. Mettre en oeuvre les procédures d’urgence et le plan d’évacuation.5. S’il est sécuritaire de le faire, fermer les sources de combustibles etl’équipement électrique et éliminer les sources de combustion.6. Arrêter le pompage seulement si c’est essentiel pour combattre oucontrôler l’incendie pour arrêter une fuite.7. Signaler l’incendie au centre de contrôle et commencer le rapport.

1. Activer l’alarme d’incendie.2. Évacuer la zone.3. Aviser le centre de contrôle.4. Informer le service d’incendie, le cas échéant.5. A une distance sécuritaire, évaluer le type d’incendie.6. Mettre en oeuvre les procédures d’urgence et le plan d’évacuation7. Activer le plan pré-feu du terminal pour:− les actions du premier répondant− les contacts des services d’incendie locaux et la liste des équipements− les fiches techniques santé-sécurité (SIMDUT)− les fiches techniques des réservoirs et des réservoir d’incendie.8. Répondre en conséquence aux procédures décrites dans les plans avant incendie.

Incendie de Gaz Naturel

Incendie de Puisards1. Évaluer l’incendie.2. Lancer la lutte contre l’incendie. − Si l’incendie est mineur et dans les premiers stades, et qu’il est sécuritaire de le faire, essayer de l’éteindre à l’aide d’extincteurs à poudre chimique. − Pour empêcher l’incendie de se propager ou de se rallumer, utiliser l’eau disponible pour refroidir les bâtiments à proximité ou le métal du puisard. − Si l’incendie est important ou à pleine capacité, suivre la procédure de lutte contre un incendie standard.3. Isoler le puisard et fermer le couvercle si possible.

Incendie de la Tuyauterie ou des Collecteurs de la Station de Triage

1. Suivre la procédure de lutte contre un incendie standard.2. Tenter de contenir l’incendie avec des digues de terre ou une couverture en mousse, ou encore en atomisant avec de l’eau .3. S’assurer que toutes les sources de combustion (ex.: courts-circuitsélectriques) ont été isolées ou éliminées.4. Éteindre l’incendie avec des extincteurs à mousse ou à poudre.5. Refroidir les conduites et les réservoirs en les arrosant avec de l’eau, si possible.

Incendie du Réseau Principal1. Évaluer l’incendie.2. Débuter la lutte contre l’incendie.− Si l’incendie est mineur et dans les premiers stades, et qu’il est sécuritaire de le faire, essayer de l’éteindre à l’aide de plusieurs extincteurs portatifs simultanément, y compris les unités roulantes de 150 lb ou 350 lb.− Si l’incendie est important ou à pleine capacité:• suivre la procédure de lutte contre un incendie standard• informer les locataires voisins, les propriétaires et les entreprises• mettre un coupe-feu autour du périmètre de l’incendie si possible.− Si l’incendie est près d’un pipeline et qu’il n’y a pas de fuite du pipeline, continuer de pomper pour le maintenir frais.

Incendie de BPC

1. Activer l’alarme d’incendie, le cas échéant.2. Évaluer la situation.3. Si l’incendie est mineur et dans les premiers stades, et qu’il est sécuritaire de le faire, essayer de l’éteindre à l’aide d’extincteurs à poudre chimique. Sinon, se retirer et sécuriser la zone.

Déflagration, explosion d’un nuage de vapeur,feu en nappe

HAUTEMENT INFLAMMABLE : s’enflammera facilement sous l’effet de la chaleur, d’étincelles ou de flammes. MISE EN GARDE : Tous ces produits ont un point d’éclair très faible. L’utilisation d’un brouillard d’eau pulvérisée pour lutter contre un incendie peut ne pas être efficace. Pour les mélanges qui contiennent un solvant ionisant ou à base d’alcool, une mousse anti-alcool peut être plus efficace.

1. Ne pas éteindre l’incendie à moins de pouvoir arrêter l’écoulement.2. Tenir à l’écart les personnes non autorisées.3. Utiliser suffisamment d’eau pour inonder la zone, un brouillard par exemple. Les jets d’eau puissants pourraient propager l’incendie.4. Refroidir tous les contenants touchés avec suffisamment d’eau pour les inonder.5. Arrosez le feu d'eau en vous tenant aussi loin qu'il est possible.6. Si le feu devient impossible à maîtriser ou que le contenant est exposé directement aux flammes, envisagez l'évacuation.

1. Évacuer et sécuriser la zone.2. Appeler le service d’incendie ou le responsable des matières dangereuses.3. S’assurer que l’alimentation des équipements contenant des BPC est horstension (ex.: transformateur ou condensateur).4. Si l’incendie est dans un bâtiment fermé, fermer les entrées et sorties d’air et les accès au système de ventilation du bâtiment.5. Aider les pompiers ou les employés des mati│res dangereuses à éteindrel’incendie.

*En aucun cas, les employés d'Enbridge ne doivent avoir recours à des tactiques offensives de lutte contre l'incendie, sauf s'ils sont formés et agréés et ont l'EPI et le matérield'extinction du feu adéquats.

1. Suivre la procédure de lutte contre un incendie standard.2. Fermer les soupapes appropriées pour isoler la section de la conduite.3. Considérer d’abaisser la pression dans un endroit sûr.4. Laisser le feu brûler.5. Ne pas éteindre un incendie de gaz naturel tant que le feu n’a pas terminé de brûler; l’écoulement de gaz peut être arrêté et il n’y a aucune chance de rallumage.

Incendie de Véhicule

REDACTED COPY

Page 104: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 105: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Actions à Prendre Avant / Pendant un Incendie

Suivez les principes de FireSmart, gérez en permanence lavégétation dans et autour des installations.

Identifiez les zones de rassemblement d'évacuation dans lesplans d'évacuation pour une utilisation lors d'un incendie.

Configurez les déclencheurs d'évacuation.

S'assurer que la qualité de l'air est surveillée dans toutes lesinstallations humaines touchées.

Assurez-vous que le personnel est au courant des alertesd'évacuation, des itinéraires d'évacuation et des zones derassemblement d'évacuation à l'écart de l’incendie.

Identifier les moyens de transport pour l'évacuation (air, sol,eau).

Obtenir et maintenir des listes de contacts d'urgence.

Diminuez le nombre de membres du personnel sur le site lorsd'un incendie.

Restez à l'écoute des médias locaux pour des mises à jour surles conditions de l'incendie.

Les mesures pouvant être prises lors d’un incendie sauvage pour atténuer un rejet comprennent:

Une discussion est nécessaire avant de fermer la (les) ligne (s)car le mouvement du produit peut réduire le flux de chaleur surle système.Shutting down the lines, etc.

Isolement des systèmes sous tension.

Réévaluez la nécessité de mieux gérer la végétation dans etautour des installations et de la réduire si nécessaire.

Acquérir une connaissance de la situation du comportement dufeu, surveiller la répartition du carburant et la direction du ventpour prévoir les modifications éventuelles de la zone de danger.

Effectuer une patrouille de survol en cas d'incidence sur lecomportement du feu en coordination avec les autorités localeset en respectant les NOTAM (préavis adressés aux aviateurs).

Autres référenceswww.ready.gov/wildfireswww.firewise.org/wildfire-preparedness.aspxwww.redcross.org/prepare/disaster/wildfirehttp://www.enform.ca/resources/detail/66/firesmart-field-guide-for-upstream-oil-and-gas-industry

INCENDIES 8.8.8

Notifications Supplémentaires

Coordonnateur / agent de écurité

Feu incontrôlé État / Provinciale et/ou Fonctionnaires Forestiers

Actions d'Atténuation des Rejets

REDACTED COPY

Page 106: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 107: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Si dehors: Restez à l'extérieur, n'entrez pas dans un bâtiment. Éloignez-vous des bâtiments, des fils électriques, des conduites

de carburant et de gaz. Si vous êtes à l'extérieur, éloignez-vous des murs extérieurs

d'un bâtiment. Une fois à l’air libre, descendez doucement (pour éviter d’être

renversé par de fortes secousses) et restez-y jusqu’à ce que les secousses cessent.

Si dans un véhicule: Arrêtez-vous aussi rapidement et en toute sécurité que possible. Déplacez votre véhicule sur l’épaule ou le trottoir, à l’écart des

câbles et des passages supérieurs ou inférieurs. Restez dans la voiture et serrez le frein de stationnement. Allumez la radio pour obtenir des informations de diffusion

d'urgence. Surveillez les dangers créés par le séisme.Si à l’intérieur: Ne pas évacuer à l'extérieur, restez où vous êtes jusqu'à ce que

les secousses cessent. “Baisser, Couvrir et and Attender”

* Baissez / Laissez-vous tomber sur vos mains et les genoux* Couvrez-vous la tête et le cou* Attendez à votre abri

Ne vous glissez pas dans une porte, car cela ne vous protégera pas des chutes de débris.

Éloignez-vous des vitres et des fenêtres.

Tremblement de Terre 8.8.9

Références Supplémentaires Système de surveillance sismique, USGS: https://earthquake.usgs.gov/monitoring/ www.getprepared.gc.ca/cnt/hzd/rthqks-en.aspx www.fema.gov/earthquake-safety-home PI-97 Procédure de surveillance sismique

Notifications Supplémentaires Département Geohazard d'Enbridge Coordonnateur /Agent de Sécurité Département de l'Intégrité des Installations

Actions à Prendre Durant un Tremblement de Terre Actions à prendre après un Tremblement de Terre Vérifier les blessures, administrer les premiers soins si

nécessaire et appeler pour obtenir de l'aide. Vérifiez les dangers secondaires qui pourraient avoir résulté

après le séisme, en gardant à l'esprit que des répliques peuvent se produire à tout moment.

Éteignez les petits incendies, fermez l’alimentation en eau si des tuyaux cassés fuient, coupez l’électricité lorsque des câbles endommagés risquent de provoquer des incendies, fermez le gaz si vous soupçonnez une fuite.

Évaluer les dommages (constituer une équipe d’évaluation des dommages). L'accès aux bâtiments ayant subi des dommages structurels devrait être interdit jusqu'à ce qu'ils puissent être évalués par un ingénieur en structure.

Évacuer les bâtiments en présence de l'un des risques mentionnés ci-dessus ou en cas de dommage structurel.

Les actions suivantes pourraient être prises lors d'un séisme pour limiter les dégâts supplémentaires: Isolez et / ou éteignez les systèmes sous tension pour anticiper

les répliques et / ou les tremblements supplémentaires Fermeture des lignes, etc. (autres du groupe Geohazard).

Actions d'Atténuation des Rejets.

REDACTED COPY

Page 108: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 109: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

8.8.10 Guide de l'Équipe d'Intervention sur le Terrain d'Enbridge - Inondation

Actions de Protection du PersonnelActions à considérer après une inondation: Après les inondations et lorsque l’accès au fleuve est

disponible pour la première fois, déterminez si l’inondation a mis à nu ou miné les canalisations en raison des nouveaux profils de chenaux. Ceci est mieux réalisé par une étude de profondeur de couverture.

Le cas échéant, les enquêtes sur les conduites sous-marines doivent inclure l’inspection visuelle par des plongeurs ou la détection par instruments. Les pipelines dans les terres récemment inondées adjacentes aux rivières doivent également être évalués pour déterminer la profondeur de couverture restante. Vous devez partager les informations recueillies lors de ces enquêtes avec les propriétaires fonciers concernés. Les agences agricoles peuvent aider à informer les agriculteurs des dangers potentiels d'une couverture réduite au-dessus des pipelines.

Assurez-vous que les repères de ligne sont toujours en place ou sont remplacés rapidement. Aviser les entrepreneurs, les services des routes et les autres personnes participant aux activités de restauration après une inondation de la présence de pipelines et des risques liés à la réduction de la couverture.

Le cas échéant, les enquêtes sur les installations inondées devraient inclure une évaluation des rejets non planifiés des puisards, des zones de stockage des déchets et des équipements. Signaler les rejets et les impacts environnementaux négatifs conformément à “la norme de rapport d'incident."

Contrôle du Site et Sécurité

Sécurité supplémentaire contre les inondations Surveillez les hautes eaux, soyez conscient des changements

soudains des conditions de l'eau et / ou de l'augmentation des débits.

Références Supplémentaireswww.getprepared.gc.ca/cnt/hzd/flds-en.aspx

www.ready.gov/floods

PHMSA Advisory Bulletin Volume 81, Numéro 11 publié le 18 Janvier 2016

NotificationsNotifications en plus de la procédure de notification d'urgence standard: Coordonnateur / Agent de Sécurité. Représentant du programme GeoHazards.

Actions de Protection du PersonnelActions à considérer avant une inondation: L'intégrité des pipelines (IP) évalue le potentiel des rivières

à récurer et à exposer nos pipelines. IP utilise des experts, y compris des ingénieurs hydrotechniques, pour identifier l'ampleur de l'inondation qui amorcera l'inspection, l'atténuation et / ou l'intervention.

Évaluez chaque pipeline traversant une rivière pour déterminer la méthode d'installation du pipeline et déterminer si cette méthode (et l'état actuel du pipeline) est suffisante pour résister aux risques posés par les conditions d'inondation anticipées, l'affouillement ou la migration des chenaux. Dans les zones sujettes à ces conditions et à ces risques, envisagez d'installer des pipelines utilisant un forage directionnel horizontal pour aider à placer les pipelines sous les élévations maximales de l'affouillement et en dehors des limites de la migration du canal latéral.

Déterminez le flux maximal ou les conditions d'inondation dans les rivières où l'intégrité du pipeline est menacée en cas d'inondation (par exemple, en cas d'affouillement) et prévoyez des plans d'urgence pour fermer et isoler ces pipelines lorsque ces conditions se produisent.

Évaluez l'accessibilité des installations de pipeline et des composants susceptibles d'être compromis, tels que les réglages des vannes, qui sont nécessaires pour isoler les passages d'eau ou d'autres sections de pipeline.

Le personnel et l'équipement de prépositionnement dans le cas où une action d'urgence est requise, y compris l'arrêt, l'isolement ou le confinement.

Étendez les orifices de ventilation du régulateur et les colonnes de secours au-delà du niveau d'inondation prévu, le cas échéant.

Coordonner avec les intervenants en cas d'urgence et de déversement sur l'emplacement des pipelines, les conditions de franchissement et les produits transportés. Fournissez des cartes et d’autres informations pertinentes à ces intervenants afin qu’ils puissent élaborer des stratégies d’intervention appropriées.

Actions d'Atténuation des ActifsLes actions pouvant être entreprises pendant une inondation pour atténuer une libération incluent:

Fermer les lignes, etc. Isolement des systèmes sous tension.

Actions de Protection du PersonnelActions à considérer durant une inondation: Coordonnez-vous avec les autres opérateurs de pipeline dans

les zones inondées et établissez des centres d’intervention d’urgence qui serviront de relais pour les problèmes et solutions de pipeline.

Déployez le personnel de manière à ce qu'il soit en mesure de fermer, d'isoler, de contenir ou d'exécuter toute autre action d'urgence sur un pipeline affecté.

Déterminez si les installations normalement hors-sol (vannes, régulateurs, dispositifs de décharge, etc.) sont submergées et risquent d'être heurtées par des navires ou des débris et, si possible, marquez ces installations avec l'approbation de la Garde Côtière Américaine (US Coast Guard) bouée appropriée.

Effectuez des patrouilles fréquentes, y compris les survols appropriés, pour évaluer les conditions de droit de passage aux traversées de cours d'eau pendant les inondations et après la décrue. Signalez toute inondation, qu'elle soit localisée ou systémique, au personnel de l'intégrité afin de déterminer si les traversées de canalisations ont pu être endommagées ou pourraient être menacées de manière imminente par de futures inondations.

Ayez des communications ouvertes avec les autorités locales et les autorités de l'État pour répondre à leurs préoccupations concernant les expositions de pipeline observées, les inondations localisées, les barrages de glace, les barrages de débris et l'érosion étendue des berges pouvant affecter l'intégrité des passages de pipeline.

Les mesures de protection du personnel préviennent et atténuent les dommages aux installations de pipeline et assurent la sécurité du public et de l'environnement dans les zones touchées par les inondations.

REDACTED COPY

Page 110: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 111: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Actions Avant / Pendant une Tornade Tous les employés doivent se rendre immédiatement à l’abri-

tempête le plus proche. Voir les cartes de chantier et la carte d'évacuation du terminal pour connaître les abris.

Si vous êtes accompagné de visiteurs, amenez-les à votre refuge désigné.

Si vous êtes pris à l'extérieur sans abri:* Allongez-vous dans un fossé ou une dépression à proximité et couvrez-vous la tête avec vos mains. Soyez conscient du

potentiel d'inondation.* Ne pas passer sous un viaduc ou un pont. Vous êtes plus en sécurité dans un endroit bas et plat.* N'essayez jamais de dépasser une tornade dans des zones urbaines ou encombrées dans une voiture ou un camion. Au lieu de cela, quittez le véhicule immédiatement pour un abri sûr.* Attention aux débris volants. Les débris volants des tornades causent la plupart des décès et des blessures.

Envisagez l’utilisation du système d’arrêt d’urgence pour les terminaux.

Les actions pouvant être entreprises pendant une tornade pour atténuer une libération incluent:

Fermer les lignes, etc. Isolement des systèmes sous tension.

Références Supplémentaireswww.ready.gov/tornadoeswww.redcross.org/get-help/how-to-prepare-for-emergencies/types-of-emergencies/tornado.htmlwww.getprepared.gc.ca/cnt/hzd/trnds-en.aspx

Notifications Supplémentaires Département de l'Intégrité des Installations.

Coordonnateur / Agent de Sécurité.

Actions Après une Tornade Vérifier les blessures, administrer les premiers soins si

nécessaire et appeler pour obtenir de l'aide.

Vérifiez les dangers secondaires qui pourraient avoir résulté après la tornade.

Éteignez les petits incendies, fermez l’alimentation en eau en cas de fuite des tuyaux brisés, coupez l’électricité en cas de dommages sur le câblage qui risquent de provoquer des incendies, fermez le gaz si vous suspectez une fuite.

Évacuer le bâtiment en présence de l'un des risques mentionnés ci-dessus ou en cas de dommage structurel.

Actions d'Atténuation des Actifs

REDACTED COPY

Page 112: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 113: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Se reporter au « Guide d’Enbridge des tactiques d’intervention en cas de déversement sur les terres » et au « Guide du plan d’intervention pour la récupération des équipements et des hydrocarbures immergés »

IMPACT DES TECHNIQUES D’INTERVENTION PAR HABITAT (extrait du rapport technique 425 d’API)

Techniques d’intervention pour les pétroles

La substance est transportée chaude. Les brûlures graves représentent l’un des dangers des plus importants.

L’exposition aux vapeurs peut irriter les yeux, le nez et les voies respiratoires. Un incendie peut produire des gaz irritants, corrosifs et/ou toxiques. Les vapeurs peuvent former un mélange explosif avec l’air et/ou se rendre à la source

d’allumage et provoquer un retour de flamme. Les vapeurs se répandent au sol et s’accumulent dans de zones basses ou confinées.

Les vapeurs peuvent causer des étourdissements ou la suffocation. Lorsqu’il est manipulé à chaud, l’odeur de bitume peut également camoufler l’odeur de H2S. Si l’eau entre en contact avec du bitume chaud, il y a un risque de réaction violente - l’eau

s’évapore et augmente en volume, provoquant des éclaboussures. Dans un camion-citerne ou un camion de stockage, la pression peut augmenter et entrainer une violente irruption de bitume chaud. Si le camion-citerne est fermé, il peut exploser.

Le liquide utilisé pour contrôler un incendie ou l’eau de dilution peut provoquer de la pollution.

Dangers potentiels

Par mesure de précaution immédiate, isoler la zone de déversement ou de fuite sur au moins 50 mètres (150 pieds) dans toutes les directions.

Garder le personnel non autorisé à distance. Rester face au vent, dans un endroit légèrement surélevé et/ou en amont. Ventiler les espaces fermés avant d’entrer. S’assurer de porter l’ÉPI requis. L’ÉPI doit couvrir toutes les parties de la peau

exposée afin d’empêcher tout contact avec le bitume chaud (écran facial complet, gants résistants à la chaleur, etc.). Porter un appareil de protection respiratoire autonome à pression positive (APRA), au besoin.

En cas de déversement important, envisager une ÉVACUATION initiale dans la direction du vent à au moins 300 mètres (1 000 pieds).

Si un réservoir, un wagon ou un camion-citerne est impliqué dans un incendie, ISOLER sur 800 mètres (1/2 mille) dans toutes les directions. De plus, envisager une évacuation initiale de 800 mètres dans toutes les directions.

Mesures de sécurité initiales/isolement/évacuation

Inci

dent

de

bitu

me

chau

d - 8

.8.1

2

8.8.12 - Incident de bitume chaud

* Ces procédures tiennent compte des protocoles « SMART – Special monitoring for Applied Response Technologies » (surveillance spéciale pour les technologies d’interventions appliquées) mis au point par la « NOAA, US Coast Guard ». Les procédures complètes sont disponibles en ligne à l’adresse : http://response.restoration.noaa.gov/sites/default/files/SMART_protocol.pdf

Appeler le 9-1-1 ou le service médical d’urgence. S’assurer que le personnel médical

est au courant du matériel impliqué afin de prendre les précautions nécessaires. Amener la victime à l’air frais et pratiquer la technique de RCR si elle ne respire pas. Si un travailleur entre en contact avec du bitume chaud, la zone du corps touchée

doit être refroidie le plus tôt possible pour éviter que la chaleur endommage davantage la peau exposée. Tremper dans l’eau froide pendant au moins 10 minutes les brûlures de la peau et au moins 5 minutes les brûlures aux yeux. NE JAMAIS essayer d’éliminer le bitume des zones brûlées! La couche de bitume sera fermement attachée à la peau et son retrait ne devrait pas être tenté à moins d’être effectué dans un établissement médical sous la supervision d’un médecin.

Retirer et isoler les vêtements contaminés UNIQUEMENT S’ILS ne collent pas à la peau.

Garder la victime calme et au chaud.

Premiers soins

ÉLIMINER toutes les sources d’inflammation (interdiction de fumer, pas de torches, d’étincelles ou de flammes dans la zone immédiate).

Tous les équipements utilisés lors de la manipulation du produit doivent être mis à la terre. Ne pas toucher ou marcher sur le produit déversé. Si vous pouvez le faire sans risque, arrêter la fuite. Les déversements ou les fuites sont à la base un matériau fondu et chaud et peuvent

entrainer de risques de brûlures graves. Le bitume va se refroidir et devenir solide. Empêcher toute pénétration dans les voies navigables, les égouts ou les zones confinées. Une mousse anti-vapeur peut être utilisée pour réduire les vapeurs. L’eau pulvérisée

peut réduire les vapeurs, mais n’empêche pas l’inflammation dans des espaces clos. Absorber ou couvrir avec de la terre sèche, du sable ou un autre matériau non

combustible et transférer dans des conteneurs. Petit déversement : Laisser le bitume refroidir et se solidifier. Enlever

mécaniquement mettre des dans conteneurs pour l’élimination ou la récupération conformément à la réglementation.

Grand déversement: Empêcher la propagation en creusant une tranchée ou en créant une barrière avec du sable, de la terre ou un autre matériau.

Déversement ou fuite

Attention : le produit a un point d’éclair très bas : l’utilisation d’eau pulvérisée pour combattre le feu peut être inefficace. Petit incendie : Poudre chimique sèche, CO2, eau pulvérisée ou mousse ordinaire. Grand incendie : Eau pulvérisée, brouillard ou mousse régulière. Ne pas utiliser de flux directs. Si c’est possible de le faire sans risque, éloigner les conteneurs des zones d’incendie. Incendie impliquant des citernes ou des voitures/remorques. Lutter contre le feu depuis une distance maximale ou utiliser des supports à tuyaux

autonomes ou des lances monitors. Se retirer immédiatement en cas de bruit provenant des dispositifs de

ventilation de sécurité ou de décoloration du réservoir. TOUJOURS rester à l’écart des réservoirs en flammes. Pour les incendies massifs, utiliser des supports tuyaux autonomes ou des lances

monitors. Si cela est impossible, quitter la zone et laisser le feu brûler.

Incendies

REDACTED COPY

Page 114: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Passer en revue le plan de sécurité spécifique au site, le plan de décontamination, le plan médical, le plan de communication, le plan d’élimination des déchets et le plan d’urgence en cas d’intempéries. Le personnel doit effectuer une analyse des risques professionnels avant chaque phase d’opération et lorsque les tâches ou les conditions environnementales changent.

Le personnel affecté aux opérations de confinement et de récupération doit être expérimenté et correctement formé, avec les certifications appropriées.

Tout le personnel travaillant sur le site doit porter l’équipement de protection individuelle requis pour éviter toute exposition et blessure, notamment un casque, une protection auditive, des lunettes de sécurité, des bottes et une combinaison/Tyvek®, des gants appropriés et des vestes de sauvetage approuvées ou des gilets de travail lorsque les travaux sont à proximité de l’eau.

La surveillance de la qualité de l’air devrait être menée pour protéger les voies respiratoires ainsi que pour la collecte de données nécessaires aux rapports quotidiens.

La protection respiratoire doit être disponible et utilisée par du personnel correctement formé, selon les besoins.

Le personnel ne devrait pas travailler seul au bord de l’eau ou sur une plate-forme et les travailleurs devraient être équipés de matériel de communication adéquat en cas d’urgence.

Les plans médicaux et de sécurité spécifiques au site doivent identifier les infrastructures médicales adéquates à proximité et les meilleurs itinéraires à partir du site du projet.

L’équipement de premiers soins doit être facilement disponible sur le site du projet. Les travailleurs doivent disposer des certifications de secourisme, de RCR et de DEA en

vigueur et être informés des plans de sécurité et médicaux avant le début des opérations. Un cycle de travail/repos adéquat doit être mis en place afin de prévenir la fatigue et les

accidents. Les conditions environnementales doivent être examinées et prises en compte quotidiennement afin de garantir que les travailleurs sont correctement protégés et restent à l’aise pour effectuer les travaux requis.

Liste de contrôle générale de sécurité

Densité spécifique de 0.95–1.00; densité d’API de 10–17.5 Très faible perte de produit par évaporation ou dissolution (à l’exception des produits de

base à bitume dilué où le composant diluant peut s’évaporer avec le temps) De très visqueux à semi-solide A tendance à être très adhésif, généralement pas remobilisé une fois échoué sur les rivages

ou sur les berges. Il est peu probable que des émulsions stables se forment dans les eaux intérieures, car il n’y

a souvent pas suffisamment d’énergie pour le mélange. Des exceptions peuvent survenir lorsque le pétrole traverse des rapides, des cascades ou des barrages.

Faible toxicité aiguë pour le biote de la colonne d’eau. Moins susceptible de pénétrer profondément dans les substrats poreux. Susceptible de

former des mares à la surface ou de créer une couche continue de pétrole épais. Peut provoquer des effets à long terme par étouffement ou revêtement, ou sous forme de

résidus dans la colonne d’eau et de sédiments, bien que généralement moins biodisponibles que les pétroles plus légers.

Forme des nappes relativement épaisses, en particulier lorsque l’épandage est limité dans des plans d’eau plus petits, pouvant augmenter le taux de récupération sur l’eau.

Peu de tendance à la dispersion naturelle dans la colonne d’eau dans des conditions de faible turbulence, en raison de la viscosité initiale et de la très forte viscosité ultérieure du pétrole altéré.

Peut se déplacer verticalement dans la colonne d’eau pendant les périodes de fortes variations de température jour-nuit, car le pétrole altéré peut devenir très visqueux et dense, le rendant flottant de manière neutre ou plongeant au font la nuit puis remontant à la surface pendant le jour lorsque les températures augmentent.

Utiliser une grande quantité de composants plus persistants (asphaltènes et résines) qui peuvent résister et qui pourraient nécessiter un retrait plus agressif pour atteindre les objectifs de nettoyage.

Propriétés et comportement typique du pétrole brut lourd (y compris le bitume dilué)

Si possible, les sols saturés en pétrole peuvent être enlevés manuellement et en toute sécurité.

Utiliser de la machinerie où l’excavation manuelle n’est pas possible. S’attendre à utiliser des méthodes d’élimination plus agressives (excavation et creusement de

tranchées) en raison du faible taux de vieillissement des résidus pétrole et du potentiel de rejets chroniques d’hydrocarbures causés par les précipitations et les crues.

Le brûlage in situ peut être efficace sur les déversements de pétrole piégés dans des sédiments ou de la végétation, dans lesquelles des taches de pétrole liquide persistent dans les sédiments de surface, ou lorsque le pétrole a pénétré dans la neige ou a été contenu dans la glace.

Installer des planches, des « tapis de sable » géotextiles ou d’autres matériaux dans les zones d’accès recouvertes de substrats meubles pour empêcher le pétrole de se mélanger aux sédiments de nuire à la végétation.

Prévoir de grandes quantités de débris, de feuilles, de bâtons et de brindilles mélangées au pétrole à la surface, nécessitant des pompes volumétriques équipées de couteaux. Réduire au minimum l’enlèvement de débris non huilés ou légèrement huilés, particulièrement les gros débris ligneux.

On peut utiliser des techniques manuelles et/ou mécaniques pour éliminer les sédiments imbibés en fonction de l’accès à l’équipement et de la logistique. Le remaniement des sédiments peut être un traitement final pour briser les résidus dans les habitats non végétalisés.

Envisager d’ajouter des absorbants organiques après l’extraction globale de pétrole, pouvant réduire les risques de contact pour la faune, en particulier dans les zones sensibles où l’élimination pourrait entrainer des dommages supplémentaires.

Le cas échéant, n’enlever que la partie supérieure de la végétation imbibée, en limitant les perturbations des systèmes racinaires, en particulier le long des rives des cours d’eau afin de prévenir l’érosion.

Phase de nettoyage sur terre

Identifier rapidement les endroits où le pétrole pourrait atteindre un plan d’eau et installer des barrières d’interception.

Fournir les consignes des activités de perturbation de sol. Bloquer les drains des systèmes souterrains en utilisant des sacs de sable, des sacs en plastique remplis

d’eau, ou des agents absorbants pour empêcher le pétrole d’atteindre les eaux de surfaces ou les eaux souterraines.

Les bermes, les tranchées et d’autres méthodes peuvent empêcher la propagation du pétrole. Des bâches en plastique recouvrant les côtes des bermes de sédiment peuvent empêcher ou minimiser la

pénétration de pétrole dans les substrats perméables, tels les sédiments grossiers ou les débris. Ajouter de l’eau et maintenir une couche d’eau pour le pétrole contenu derrière les barrières afin de

réduire la pénétration dans les substrats poreux. Une inondation et un rinçage à basse pression peuvent libérer le pétrole des substrats et le rediriger vers

les dispositifs de récupération, en prenant soin d’éviter de mélanger le pétrole avec des sédiments et de ne pas éroder les sédiments soumis à des pressions d’eau trop élevées.

Récupérer le plus rapidement possible le pétrole libéré collecté, ce qui, selon le volume, pourrait impliquer des systèmes d’aspirations mobiles ou des absorbants.

Prévoir de grandes quantités de débris, de feuilles, de bâtons et de brindilles mélangées au pétrole à la surface, nécessitant des pompes volumétriques équipées de couteaux.

Envisager de brûler in situ (sur le site) le pétrole plus dense emprisonné dans des zones humides, des terres cultivées, du pâturage, de la neige ou de la glace.

Phase de contrôle et de confinement sur terre

Dans les rivières et les grands cours d’eau, les barrages peuvent contenir le pétrole ou l’orienter vers des zones à faible débit et des zones de captage naturelles (chenaux latéraux, en aval des bancs de méandre et à l’écart des berges découpées), en assurant un accès aux opérations de récupération par l’eau ou par la terre.

S’il n’y a pas de point de collecte naturel accessible, envisager l’excavation d’une fosse ou d’un fossé au bord de la rivière et détourner le pétrole pour le récupérer.

Déployer des barrages anti-pollution pour protéger les zones sensibles et les prises d’eau. S’il y a un barrage ou une structure de contrôle en amont, maintenir le contact avec les autorités

d'exploitation pour s'assurer que les changements en décharge / débits sont communiqués aux équipes d'intervention afin de permettre aux préparations appropriées de confinement.

Surveiller la direction du vent pour faciliter les efforts de déviation et de confinement. Surveiller les prévisions météorologiques, car une augmentation potentielle des débits d’eau et des

niveaux d’eau plus élevés pourraient entrainer une défaillance du confinement et la propagation du pétrole sur de plus grandes surfaces. Se préparer à contenir le pétrole remobilisé dans ces conditions et envisager des mesures d’élimination plus agressives pour éviter la perte de confinement.

Dans les petits cours d’eau, construire des barrières ou des tranchées en aval pour empêcher la propagation du pétrole, par exemple dans une frayère de saumon ou d’un habitat d’alevins. L’écoulement d’eau en aval est maintenu avec des barrages sous le flux, des barrages à siphon ou des barrières filtrantes. Dans les zones de fortes pluies, envisager la construction d’au moins deux barrages par site afin de permettre la redondance du système pour réduire les risques de défaillance du barrage lors d’un fort ruissellement.

Une inondation et un rinçage à basse pression peuvent permettre de remobiliser le pétrole en vrac qui est emprisonné dans les embâcles, les barrages de castor et la végétation ou qui est imbibé de sédiments au bord de l’eau jusqu’à la récupération. Ceci peut être fait avec des pompes, du lavage par hélices avec des bateaux ou du flux d’air dirigé depuis des hydroglisseurs ou des souffleuses à feuilles. Avec ces types d’hydrocarbures, les conditions météorologiques, une viscosité et une adhésion accrues pourraient réduire l’efficacité de cette option.

Les clôtures en grillage pour poules, en tissu ou tout autre matériau en tamis pourraient empêcher les débris de pénétrer dans les dispositifs de récupération.

Les matériaux absorbants peuvent récupérer de petites quantités d’hydrocarbures sortant des barrages de confinement ou sous les barrières du cours d’eau.

Les absorbants détachés particulaires ne doivent pas être utilisés dans l’eau courante, mais pourraient être utilisés sur des masses d’eau isolées pour augmenter les taux d’élimination de pétrole. Récupérer tout le matériel absorbant.

Envisager de brûler in situ le pétrole plus dense (nécessite au moins 5 à 10 millimètres sur l’eau pour l’allumage) dans les barrages ou emprisonné dans des débris flottants, la neige ou la glace. Les pétroles plus lourds peuvent avoir plus de résidus qui pourraient avoir besoin d’être enlevés après la combustion. Envisager des modifications à court terme des niveaux d’eau susceptibles de provoquer le blocage des hydrocarbures aux niveaux inférieurs ou remobiliser le pétrole aux niveaux supérieurs.

Phase de contrôle et de confinement sur l’eau In

cide

nt d

e bi

tum

e ch

aud

- 8.8

.12

Les rinçages peuvent être en mesure de remobiliser les hydrocarbures piégés dans la végétation, dans les débris le long de la rivière et des berges de cours d’eau en vue de les récupérer à l’aide d’absorbants.

Il existe des absorbants spécialement conçus pour les hydrocarbures lourds et visqueux afin de maximiser l’absorption tout en minimisant la production de déchets.

Les absorbants nécessitent généralement une utilisation pendant de longues périodes en raison de la persistance des pétroles plus lourds, en particulier dans les environnements à faible consommation d’énergie.

Pour les cours d’eau avec des débits intermittents et fluctuants, envisager l’utilisation de pompes pour détourner le débit de l’eau autour d’aires de travail fortement imbibées ou pour diriger l’eau vers des terres adjacentes.

Lorsque le pétrole pénètre dans les sédiments à grains grossiers des cours d’eau, l’inondation et l’agitation du cours d’eau peuvent être faites afin que le pétrole soit récupéré avec des absorbants ou pour chasser le pétrole en aval aux zones de récupération.

Il sera peut-être nécessaire de retirer la végétation et les débris fortement imbibés, car l’hydrocarbure peut rester collant pendant des semaines, posant des risques de contact avec la faune.

Pour les débris légèrement ou modérément imbibés, tenir compte du temps qu’il faut avant que l’hydrocarbure sèche et ne pose plus de risque de contact avec la faune ainsi que la période où la faune se sert en particulier de gros débris ligneux qui ont une valeur importante dans l’habitat. Envisager d’appliquer des absorbants organiques pour des sédiments secs à fines granules afin de réduire les risques de contacts.

Il n’est pas recommandé de retravailler les sédiments des rives des cours d’eau, car de telles méthodes pourraient provoquer la déstabilisation et l’érosion des berges. Penser plutôt à un rinçage à basse pression au niveau de la rive.

L’enlèvement manuel des sédiments du rivage imbibé qui rejettent des hydrocarbures dans les eaux de surfaces peut être approprié, car les hydrocarbures lourds ont une variation plus lente.

Surveiller les prévisions météorologiques, car la pluie augmente le débit d’eau et crée des niveaux d’eau plus élevés qui pourraient aider à chasser le pétrole des substrats et des débris, et des opérations judicieuses de confinements peuvent tirer parti de ce processus d’élimination naturelle.

Phase de nettoyage sur l’eau

REDACTED COPY

Page 115: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

8.8.13 Bombe et Menace à la SécuritéExplosion d’une Bombe, Menace Confirmée ou Crédible

Si (a) une bombe explose ou (b) une menace à la sécurité est confirmée ou considérée comme crédible et sérieuse, la direction régionale / personne en charge est responsable de: Être proactive et d’activer le SCI. Évacuer les travailleurs et les visiteurs de la zone selon le Plan régional de

procédures d’urgence et d’évacuation. Sécuriser la zone pour assurer la sécurité des travailleurs, des visiteurs et du

public. Si la lutte contre l’incendie ou une autre intervention médicale devient nécessaire,

activez le SCI et mobilisez le personnel et les équipements d’intervention.

L’entreprise a développé des procédures à employer pour répondre aux menaces à la bombe, identifier les étrangers sur le lieu de travail ou autres communications suspectes, parmi lesquelles certaines peuvent être liées aux actes de terrorisme ou aux enlèvements.Procédures en cas d’appel de menace ¢ la bombeLes menaces de bombe seront généralement faites par téléphone; n’importe qui sur le site pourrait recevoir un tel appel.

Le superviseur préviendra les autorités locales et la direction de l’entreprise. Sécurisez l’accès et évacuez l’installation jusqu’à ce que les autorités locales

permettent de revenir. Un dossier complet par écrit de chaque incident sera conservé par le superviseur et

toutes photos ou preuves physiques seront préservées jusqu’à ce que l’entreprise traite l’incident.

Le superviseur doit assurer qu’une enquête de suivi de l’incident ait lieu et que des mesures de sécurité supplémentaires appropriées, le cas échéant, soient établies et tous problèmes identifiés résolus.

Menace de bombe reçue par note manuscrite (en plus des procédures ci-dessus) Contactez immédiatement votre superviseur. Manipulez la note le moins possible.Menace de bombe reçue par courriel (en plus des procédures ci-dessus) Contactez immédiatement votre superviseur. Ne supprimez pas le message.

Colis SuspectSi une menace est reçue par la poste, (a) placez toutes les lettres et les enveloppes associées au courrier dans un sac ou une grande enveloppe et (b) prévenez immédiatement la direction ou la personne en charge, ainsi que la police locale. Les indicateurs de courrier/colis suspects peuvent inclure : Pas d’adresse de l’envoyeur ou une adresse de réexpédition qui n’a pas de sens; Une rigidité ou une masse inhabituelle ou des irrégularités; Des adresses ou de étiquettes mal écrites ou mal tapées; Des odeurs particulières, surtout les odeurs sucrées; Un excès de matériaux pour entourer, attacher ou lier; Un excès ou un manque d’affranchissement, ou pas d’affranchissement; Pas de correspondance entre le cachet de la poste et l’adresse de réexpédition; Une écriture, adresse ou affranchissement étrangers; Une orthographe incorrecte de noms, titres ou endroits communs; Des fuites ou des taches; et/ou Des fils métalliques, ficelle ou ruban qui dépassent.

Si un courrier/colis suspect est re u par la poste ou remarqué dans les installations de l’entreprise: Prévenez immédiatement la direction ou la personne en charge qui à son tour

devra notifier la police locale. Laissez le colis suspect là où il se trouve. N’ouvrez pas ni ne manipulez le paquet et ne permettez à personne de toucher ou

de déplacer le paquet. N’utilisez pas de radios bidirectionnelles ou de téléphone mobile dans un rayon de

100 m autour du colis. Ne recouvrez pas le colis.

Classification de sécuritéLes informations de sécurité proviennent de plusieurs sources. Ils comprennent les employés, l’industrie, le public, les services de police locaux, les organisations provinciales / étatiques et fédérales. Cette information, normalement transmise par téléphone, courrier électronique, courrier électronique et / ou canaux de communication doit être évaluée par Enterprise Security. Une fois les informations examinées, des avis ou notifications ultérieurs sont émis à l’échelle mondiale ou aux régions touchées.La sécurité de niveau 1 fournit des directives sur les exigences minimum dans les installations. Celles-ci comprennent le contrôle de l’accès, les clôtures, les portails, les gardes de sécurité, la prise de conscience des employés, les communications, l’éclairage de l’installation, la détection des intrus, un circuit fermé de vidéo et des politiques et pratiques générales.La sécurité de niveau 2 fournit des directives au cas où les mesures de sécurité ont besoin d’être renforcées. Les changements comprennent en général un contrôle du périmètre plus rigoureux, des restrictions de visiteurs et une surveillance accrue du périmètre.La sécurité de niveau 3 fournit des directives dans le cas où ces mesures de sécurité doivent être renforcées à la suite d’une menace crédible imminente. Les changements comprennent généralement la sécurité de niveau 2, plus des restrictions supplémentaires au personnel et aux véhicules, des contrôles du périmètre plus fréquents et aléatoires, des restrictions de travail et des restrictions opérationnelles potentielles.Bien que la plupart des menaces pour la sécurité anonymes soient des canulars destinés à créer une atmospère d’anxiété et de panique afin d’interrompre les opérations normales, toutes les menaces doivent être prises au sérieux.

Évaluation d’une MenaceEn cas de notification d’alerte à la bombe ou autre menace pour la sécurité, la direction régionale ou la personne en charge est responsible de : Évaluer le sérieux de la menace; Déterminer le niveau de réponse adéquat ; Assurer que la police a été prévenue ; Pour évaluer le sérieux de la menace, prenez en compte :

L’information est-elle crédible (par ex. l’identité de l’appelant, la probabilité de l’accès à l’installation pour placer l’explosif)?

L’information est-elle corroborée (par ex. des activités ou du personnel suspect ont-ils été remarqués)?

La menace est-elle spécifique (par ex. heure de détonation, emplacement, type d’engin explosif, cible prévue)?

Quelles sont les conséquences potentielles?

Activités SuspectesSi l’un des éléments suivants est remarqué dans les installations de l’entreprise, prévenez immédiatement la direction régionale ou la personne en charge : Personnel inconnu; Véhicules non identifiés ou véhicules conduits de manière anormale ; Paquets ou colis abandonnés; et/ou

Activités suspectes (par ex. Rôdeur).

Intervention InitialeEn vous basant sur l’évaluation de la menace, considérez les options d’intervention initiale suivantes: Évacuation générale de l’installation (si la menace est confirmée ou si elle est

considérée comme crédible et sérieuse). N’évacuez pas (si la menace est considérée comme un canular et non crédible.

Procédures Personne en charge – Appelez 911 Éliminez toutes les sources d’ignition. Si cela est sécuritaire, activez l'alarme d'évacuation d'urgence / alarme

incendie Mettez en route l’arrêt d’urgence si nécessaire. Si quelqu’un est blessé, reportez-vous à la liste des urgences médicales. Si un incendie est détecté dans l’une des installations, isolez la source si cela

peut se faire en toute sécurité. Vérifiez la présence de tout le personnel de l’unité ou de la zone ou le feu s’est

déclaré. Évacuez tout le personnel non essentiel, si nécessaire. Établissez des communications. Contactez la personne en charge. Recherchez et portez secours au personnel manquant ou blessé selon les

directives de l’autorité appropriée. Utilisez le système de surveillance mutuelle. Assurez-vous que les opérateurs de l’installation contrôlent le processus. Vérifiez la qualité de l’air pour assurer la sécurité du personnel et des EPP sont

nécessaires pour intervenir. (Pour d’autres informations, voir le Plan de Sécurité et de Santé du site et/ou le coordinateur de la sécurité).

Luttez initialement contre l’incendie à l’aide du personnel (formé à l’utilisation de l’équipement de lutte contre l’incendie et des EPP); cela peut inclure l’emploi de moniteurs, de systèmes de rideau d’eau et d’extincteurs portatifs.

Coordonnez l’évacuation des résidents proches avec les intervenants locaux.

Menace Non ConfirméeS’il s’avère impossible de confirmer une menace à la sécurité, la direction régionale /personne en charge est responsable de prévenir les employés, la police et le centre de contrôle, et d’assurer le retour aux opérations normales.

REDACTED COPY

Page 116: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 117: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge.

8.8.14 Urgences liées aux sources radioactives En cas d'accident (par ex. : incendie, explosion), il peut survenir des dommages ou tout autre incident risquant de compromettre l'intégrité d'une source de rayonnement (par ex. : densitomètres nucléaires portables ou fixes) :

• Cessez toutes les activités dans la zone immédiate. • Évacuez la zone immédiate de la tête de radiation et évacuez le personnel

dans un rayon de six mètres de la tête de radiation. • Avisez le personnel local des opérations ou appelez le numéro d'urgence 24

heures sur 24 qui est indiqué sur le panneau d'avertissement. • Ne pas laisser les employés retourner dans la zone tant que le spécialiste

des radiations n'a pas procédé à un contrôle radiologique. • Si l'appareil présente des dommages importants, contacter un spécialiste des

radiations qui le soumettra à une épreuve d'étanchéité. • Respecter les procédures de la compagnie concernant les notifications

initiales exigées. • Avisez le responsable de service 24 heures sur 24 de la CCSN de l'incident

en composant le 613-995-0479 ou 1-844-879-0805. • Contactez le responsable de la radioprotection d’Enbridge (voir l’annexe 1 du

manuel de conformité générale, sujet 02-02-01.

REDACTED COPY

Page 118: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge.

8.9 Points de Contrôle La planification des points de contrôle tactiques (TCPP) est le développement et la maintenance de plans contenant des tactiques détaillées identifiées pour des emplacements stratégiques (points de contrôle tactiques) le long du système de la société. Ces plans fournissent des tactiques d’intervention rapides et efficaces spécifiques au site pour garantir la protection des ressources sensibles. La tactique doit être flexible pour varier les conditions lorsque cela est possible. Les plans de points de contrôle tactiques complètent ce plan d'urgence intégré. Au cours d’une intervention, l’interprétation des plans de points de contrôle tactiques doit être flexible; il peut être nécessaire d'ajuster (ou d'interrompre) les ressources et les tactiques en fonction de la nature et de la complexité de l'incident ou des conditions environnementales environnantes. Les plans de points de contrôle tactiques ne sont pas destinés à remplacer la communication avec les représentants de l'environnement afin de s'assurer que les ressources à risque sont correctement identifiées et protégées, et ils ne devraient pas annuler les recommandations de changement d'emplacement tactique ou de point de contrôle des intervenants sur le terrain. Durant un incident:

• Reportez-vous aux plans des points de contrôle tactiques pour obtenir des conseils sur les emplacements et les stratégies de protection, de confinement et de recuperation (accessibles sur le visualiseur EMap - Control Points).

• Contactez un représentant de l'environnement pour une analyse détaillée du site lors d'une réponse.

• Si nécessaire, évaluez le site pour détecter les dangers.

• Préparez le site avant de commencer les tactiques (nivellement / nettoyage).

• Demander l’autorisation si elle n’est pas déjà sécurisée pour l’un des éléments suivants: o Routes et routes secondaires o Ponts o Terrains de camping o Lancement de bateaux publics o Points d’accès privés o Couper des lignes ou des

sentiers d’accès à distance

REDACTED COPY

Page 119: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaire contr euvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie i ge.

9.0 ÉQUIPEMENT D'INTERVENTION

9.1 Organismes d'intervention en cas de déversement – Emplacements internes et externes

Emplacements de l'équipement

Numéro de téléphone d'urgence

Adresse Coordonnées

Unités d'intervention de la région de l’Est

Terminal de Sarnia 519-337-0924

1010 Plank Road, Sarnia (Ontario) N7T 7H3 42 -82

Terminal de Westover

905-659-2000

1430 6th Concession Road W., RR #2, Branchton (Ontario) N0B 1L0

43 -80

Bureau de Belleville 613-966-1955

325, boul. Bell, Belleville (Ontario) K8P 4V2 44 -77

Terminal de Montréal 514-643-4755

8400, avenue Broadway Nord, Montréal (Québec) H1B 5B6

45 -73

Bureau de Mississauga

905-659-2004

355, boul.Admiral Mississauga (Ontario) L5T 2N1

43 - 79

Agences d'intervention externes Société d'intervention Maritime, Est du Canada

613-930-9690

481 Polymoore Drive, Corunna (Ontario) N0N 1G0

42 -82

SIMEC ECRC 450-583-5588

110, montée Calixa-Lavallée, Verchères (Québec)

45 -73

Quantum Murray LP

877-378-7745

10, avenue Kenmore, bureau 4, Stoney Creek (Ontario) L8E 5N1

43 -79

613-820-9622

103-215, chemin Stafford Ouest Ottawa (Ontario) K2H 9C1

45 -75

Construction SIMDEV-ECRC

514-316-8685

poste 101, 2455, rue Jetté, Montréal (Québec) H1N 3C1

45 -73

REDACTED COPY

Page 120: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge.

Emplacements de l'équipement

Numéro de téléphone d'urgence

Adresse Coordonnées

CAER — Sensibilisation communautaire et intervention d'urgence (anciennement appelé CVECO)

519-383-1222

1086 Modeland Rd. Sarnia, ON N7S 6L2 42 -82

David Brown Construction ltée DBC Environmental Service ltée, sous-traitants

613-537-2255

14855 Dafoe Road, Ingleside (Ontario) 45 -74

9.2 Équipement local d'intervention en cas de déversement

Il en va de la responsabilité de chaque gestionnaire de la zone / superviseur d'entretien de s’assurer que l’équipement d’intervention en cas de déversement est inventorié et renouvelé au fur et à mesure que les ressources sont utilisées. Maximo héberge la liste principale de tous les équipements régionaux. Le tableau suivant répertorie l'équipement principal de récupération des déversements appartenant à Enbridge et ses capacités. Les remorques d'intervention d'urgence contiennent des estacadess, des écumeurs et des réservoirs portatifs ainsi que divers outils pour une intervention d'urgence initiale en cas de rejets terrestres et aquatiques. Les emplacements de ces installations sont indiqués sur les cartes d'intervention d'urgence.

REDACTED COPY

Page 121: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge.

9.2.1 Liste des équipements d’Enbridge

Sarnia, ON Bâteau Bâteau Jon Quatorze pieds OutboardJet 10 to < 20 HP Remorque Remorque pour bâteau Essieu simple Bâteau Bâteau de travail Dix-huit pieds OutboardPropeller 50 to < 60 HP Remorque Remorque pour bâteau Double essieu Remorque Remorque Réponse incluse Double essieu (20' to <26') Qty: 3 Accessoire pour Estacade Girouette Pompe Bloc d'énergie hydraulique Qty: 3 Pompe Trois pouces Lobe Pompe Trois pouces Écrémeur Aspiration Manta Ray Pompe Deux pouces Déchets Réservoir Portable Pop-Up (1000 gal to <2000 gal, 3785L to < 7570L) Réservoir Portable Pop-Up (2000 gal to <4000 gal, 7570L to < 11356L) Pompe Un pouce Eau Écrémeur Disque MI-30 Generateur Essence 6000W Estacade Rivière Mousse 150' Estacade Rivage 25' Section Length 100' Remorque Plate forme

Belleville, ON Remorque Plate forme Remorque Réponse incluse Generateur Essence 6000W Écrémeur Tambour rainuré TDS118G Bloc d'énergie hydraulique Hydraulique simple Carburant Diesel

Bloc d'énergie hydraulique Écrémeur Seuil Pedco / Pelican Tour d'éclairage mobile Bâteau Bâteau de travail Dix-huit pieds Qty: 2 Remorque Remorque pour bâteau Double essieu Qty: 2 Mississauga, ON Remorque Réponse incluse Double essieu (18' to <20') Accessoire pour Estacade Girouette Bloc d'énergie hydraulique Écrémeur Tambour lisse Écrémeur Aspiration Tête de pelle Remorque Utilitaire

REDACTED COPY

Page 122: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge.

Mississauga, ON (cont.) Remorque Remorque pour bâteau Double essieu Bâteau Bâteau de travail Dix-huit pieds OutboardPropeller 50 to < 60 HP Remorque Utilitaire Double essieu (16' to <18') Vehicule ARGO Remorque Réponse incluse Double essieu (>50') Westover, ON Remorque Réponse incluse Qty: 4 Spécialité Caméra Sous-marine Estacade Rivière Mousse 400' Remorque Plate forme Accessoire pour Estacade Girouette Estacade Lac Mousse 400' Qty: 2 Écrémeur Tambour rainuré TDS118G Réservoir Portable Pop-Up (400 gal to <600 gal, 1514L to < 2271L) Bloc d'énergie hydraulique Qty: 2 Pompe Deux pouces Déchets Écrémeur Écrémeur Seuil Pedco / Pelican Generateur Essence >10000W

Réservoir Portable Pop-Up (1000 gal to <2000 gal, 3785L to < 7570L) Qty: 2

Pompe Un pouce Eau Barrage Porte d’eau Remorque Remorque pour bâteau Double essieu Bâteau Bâteau de travail Vingt-quatre pieds OutboardJet Remorque Remorque pour bâteau Double essieu Bâteau Bâteau de travail Dix-huit pieds OutboardPropeller Vehicule ARGO

Remorque Poste de commandement Double essieu (30' to <50')

Montréal, QC Remorque Plate forme Remorque Remorque pour bâteau Double essieu Qty: 3 Bâteau Bâteau de travail Dix-huit pieds OutboardPropeller 40 to < 50 HP

Bâteau Bâteau de travail Vingt-quatre pieds OutboardPropeller 80 to < 120HP

Bâteau Bâteau de travail Dix-huit pieds OutboardPropeller 40 to < 50 HP Remorque Réponse incluse Double essieu (20' to <26') Qty: 2 Bloc d'énergie hydraulique SingleHydraulics Écrémeur Tambour rainuré Magnum 200G Réservoir Portable Pop-Up (1000 gal to <2000 gal, 3785L to < 7570L) Qty: 2 Écrémeur Aspiration Tête de pelle Generateur Essence 6000W Accessoire pour Estacade Girouette

REDACTED COPY

Page 123: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge.

Montréal, QC (suite) Remorque Réponse incluse Double essieu (18' to <20') Pompe Deux pouces Déchets Écrémeur Seuil Pedco / Pelican Qty: 2 Vehicule ARGO Remorque Utilitaire Estacade Rivage 400'

Remorque Poste de commandement Double essieu (30' to <50')

REDACTED COPY

Page 124: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge.

9.3 Cartes des Temps d'intervention en cas d'urgence

Les temps de conduite indiqués dans les cartes des temps d’intervention d’urgence ont été générés en utilisant le logiciel du [Environmental Systems Research Institute] (ESRI) ArcMap. Les temps ont été calculés en utilisant les limites de vitesse réelles des voies de circulation selon un ensemble de données du réseau au moyen de [ESRI’s StreetMap Premium North America], qui contient des renseignements sur les rues de 2019. Des conditions routières optimales ont été utilisées pour cette analyse des temps d'intervention et le temps réel peut varier selon les voies locales, la circulation et les conditions météorologiques.

Ces cartes des temps d'intervention sont considérées comme présentant des temps conservateurs pour le déplacement vers le lieu de l'incident et n'incluent pas le temps supplémentaire requis pour le déploiement. Lorsqu'un incident se produit, il sera nécessaire de consulter les cartes individuelles.

Les temps de déplacement des stations habitées et des remorques d’intervention d’urgence d’Enbridge sont calculés par incréments d’heures jusqu’à 6 heures. La zone colorée change par heure sur les cartes. Cela montrera le temps de trajet requis depuis les stations habitées et les remorques de l'entreprise jusqu'aux zones le long du pipeline.

Les temps de déplacement des remorques d’aide mutuelle sont représentés en calculant chaque heure jusqu’à 6 heures sur la base des critères ci-dessus. Le changement de couleur représente un changement de temps de déplacement d’une heure. Les délais de réponse peuvent varier selon les emplacements du personnel d’aide mutuelle au moment d’un événement. Ceci est représentatif du temps de déplacement pour les remorques seulement.

REDACTED COPY

Page 125: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REDACTED COPY

Page 126: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 127: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REDACTED COPY

Page 128: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 129: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consul interne d’Enbridge.

10.0 CONSEIL GÉNÉRAL Le présent plan d'action d’intervention en cas d'urgence a pour objectif de fournir un accès rapide aux principaux types d'informations souvent nécessaires lors de la phase initiale d'un incident d'urgence. Les informations fournies dans le présent plan d'action en cas d'urgence sont présentées plus en détail dans d'autres sections du Plan d'Urgence Intégré. Le plan d'action d’intervention en cas d'urgence sera mis à jour et redistribué chaque année. La coordination des mises à jour et des révisions du plan d'action en cas d'urgence relève de la responsabilité du service de gestion des urgences.

Plans de Contingence

- Plan fédéral d'intervention d'urgence - Plan de contingence bilatéral Canada-États-Unis en cas de

pollution dans la zone frontalière intérieure (Annexe III- CANUSCENT. La frontière intérieure combinée de l'Ontario avec les régions 2 et 5 de l’EPA (New York, Minnesota, Michigan))

- Plan d'urgence pour les déversements en mer - Plan d'intervention en cas d'urgence de l'Ontario - Préparation aux situations d'urgence de la commission des

Grands Lacs - Plan national d'intervention en cas d'urgences

environnementales - Lignes directrices environnementales pour l’emplacement, la

construction et l’exploitation de pipelines et d’installations d’hydrocarbures en Ontario

- Plan National de Sécurité Civile

Plans Pre-Incendie

- Terminal de Sarnia - Terminal de L’Ouest

Plans d'Intervention

Tactique

- Rivière Don - Rivière Grand - Rivière Humber - Canal Rideau - Rivière Cataraqui - Rivière des Mille-Îles - Rivière des Prairies - Rivière Sainte-Claire - Plan de la station Finch du TTC (Toronto Transit Commission) - Rivière Trent et Rivière Moira - Autres endroits identifiés dans les cartes des points de contrôle

REDACTED COPY

Page 130: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 131: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consul interne d’Enbridge.

11.0 PROTECTION, CONFINEMENT ET RÉCUPÉRATION La protection fait référence à l'action de prévenir les préjudices et / ou la souffrance de quelqu'un ou de quelque chose. Le confinement et la récupération se réfèrent aux techniques ou méthodes qui peuvent être utilisées pour contenir et récupérer les déversements de pétrole sur l'eau ou le confinement des déversements de pétrole s’écoulant sur le sol. La récupération des fuites sur le sol est souvent très similaire, ou utilise les mêmes techniques que le nettoyage du littoral. D'autres techniques, telles que les tactiques sur glace et la récupération en eau libre, sont décrites dans le guide de tactiques d'intervention en cas de déversement à l'intérieur des terres; les techniques décrites dans le plan de contingence intégré sont les plus couramment utilisées. Les points de contrôle sont accessibles via EMap et contiennent des informations détaillées spécifiques au site, y compris les tactiques recommandées pour les actions d’intervention en cas de déversement, afin de fournir la probabilité la plus élevée d’établir correctement le confinement / la récupération et de garantir la protection des ressources sensibles. Les points de contrôle contiennent également des tactiques détaillées qui sont identifiées pour des emplacements stratégiques répartis sur l’ensemble du système de la compagnie. Ces plans fournissent des tactiques d’intervention rapides et efficaces spécifiques au site pour garantir la protection des ressources sensibles. Les tactiques sont flexibles et s'adaptent à des conditions variables. Les types de tactiques pouvant être utilisées se trouvent dans le guide de tactiques d'intervention en cas de déversement à l'intérieur des terres.

REDACTED COPY

Page 132: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consul interne d’Enbridge.

Les considérations suivantes devraient être prises en compte lors de la planification our de la mise en œuvre des opérations de confinement et de récupération :

Le confinement est plus efficace lorsqu'il est effectué près de la source du déversement où le pétrole ne s'est pas propagé sur une grande surface et où il est d'une épaisseur suffisante pour en permettre la récupération et / ou le nettoyage efficace.

La faisabilité du confinement dépend généralement de la taille du déversement, des moyens logistiques disponibles, de la durée de la mise en œuvre, des conditions environnementales et de la nature du terrain dans la zone du déversement.

Le confinement aquatique (eau) est principalement réalisé grâce à l'utilisation de barrages de confinement pour les déversements de pétrole (il s’agit d’une tactique essentielle pour contrôler les eaux rejetées par les bassins de retenue en amont).

Les écrémeurs sont généralement le moyen le plus efficace pour la récupération des déversements aquatiques, bien que les pompes, les systèmes sous vide et les absorbants peuvent aussi être efficaces, surtout dans les petits cours d'eau.

Le confinement terrestre (terre) implique généralement des bermes ou d'autres barrières physiques.

Le meilleur moyen pour récupérer du pétrole à partir de la surface du sol est d'utiliser des pompes, des sources sous vide et / ou des absorbants.

11.1 Guide des tactiques d'intervention en cas de déversement à l'intérieur des terres

Le guide des tactiques d'intervention en cas de déversement à l'intérieur des terres est un document interne pouvant servir de référence rapide aux premiers intervenants d'Enbridge pour choisir et mettre en œuvre des tactiques de confinement et de récupération à l'aide de matériel d'intervention en cas de déversement d'hydrocarbure appartenant à la compagnie et ce, dans les premières 72 heures de l'intervention. Il décrit une gamme de tactiques terrestres applicables à un déversement de produit liquide à l'aide de ressources pouvant être obtenues sur place, en attendant l'arrivée d'autres ressources et de personnel.

REDACTED COPY

Page 133: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge.

Page 103

Technique Description Exemples d'exigences logistiques

Limitations à l’utilisation1

Impacts environnementaux

potentiels Techniques sur la terre

A. Confinement et bermes de dérivation (3.1.1 du Guide tactique)

Construire des bermes (argile, balles, rochers, bûches, etc.) devant la progression du déversement en mouvement pour le contenir et le faire dériver vers une zone de confinement.

Équipement typique* Pelle rétrocaveuse, bulldozer, chargeuse frontale ou ensemble d'outils manuels, feuilles de plastique

Pentes raides Substrat poreux

Perturbation d'organismes fragiles, de sols de surface et de végétation Augmentation de la pénétration de l'hydrocarbure

B. Tranchée d'interception (3.1.2 du Guide tactique)

Excaver devant la progression du déversement en surface ou proche de la surface pour contenir le produit. Recouvrir de plastique le fond et les côtés en pente.

Équipement typique* Pelle rétrocaveuse ou ensemble d'outils manuels, feuilles de plastique diverses

Pente Débit en profondeur ou proche de la surface

Augmentation de la pénétration de l'hydrocarbure Perturbation d'organismes fragiles, de sols de surface et de végétation

Risque de contamination de l'eau souterraine

C. Tranchées et bermes (3.1.3 du Guide tactique)

Construire des bermes à l'aide du sol de la tranchée pour arrêter la progression du déversement en surface et le récupérer.

Équipement typique* Pelle rétrocaveuse, bulldozer, chargeuse frontale ou ensemble d'outils manuels, feuilles de plastique

Pentes raides

Substrat poreux

Augmentation de la pénétration de l'hydrocarbure Perturbation d'organismes fragiles, de sols de surface et de végétation Risque de contamination de l'eau souterraine

REDACTED COPY

Page 134: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge.

Page 104

Technique Description Exemples d'exigences logistiques

Limitations à l’utilisation1

Impacts environnementaux

potentiels Techniques sur les petits cours d'eau

D. Barrage en aval, déversoir, barrage en siphon (3.2.1, 3.2.2 et 3.2.5 du Guide tactique)

Construire un barrage dans le réseau de drainage / lit pour bloquer et contenir l'hydrocarbure qui s'écoule. Le recouvrir de feuilles de plastique. En présence d'eau courante, installer des tuyaux inclinés pendant la construction du barrage pour faire passer l'eau en dessous.

Équipement typique* Pelle rétrocaveuse, bulldozer, chargeuse frontale ou ensemble d'outils manuels, rouleaux de feuilles de plastique, barrage aquatique, tuyaux de PVC, vanne de décharge, Tiger Dam, sacs d'eau

Capacité de stockage en amont

Augmentation de la pénétration de l'hydrocarbure Risque d'augmentation des sédiments en suspension Risque de limitation du débit en aval

E. Blocage de franchissement (3.2.3 du Guide tactique)

Bloquer les ouvertures des franchissements à l'aide de contreplaqué, de sédiments, de sacs de sable, etc., pour éviter que l'hydrocarbure y pénètre

Équipement typique* Divers outils manuels, divers contreplaqués, sacs de sable, etc.

Capacité de stockage en amont

Augmentation de la pénétration de l'hydrocarbure Risque de limitation du débit en aval

F. Clôture de filtration - Élimination des débris (3.2.4 du Guide tactique)

Installer une clôture de filtration en amont de l'endroit du confinement pour en éliminer les débris ou la glace.

Équipement typique* Divers outils manuels, poteaux de clôture, clôture, fixations, grillage de basse-cour, câbles de soutien, balles, produits absorbants, etc.

Substrat mou Perturbation légère du substrat aux points d'ancrage des poteaux

REDACTED COPY

Page 135: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge.

Page 105

Technique Description Exemples d'exigences logistiques

Limitations à l’utilisation1

Impacts environnementaux

potentiels

G. Absorbants Barrières / clôture filtrante (3.2.4 du Guide tactique)

Construire une barrière en installant deux rangées parallèles de pieux à travers le canal, en y fixant du treillis métallique et en remplissant de matériel absorbant l'espace entre les pieux.

Équipement typique* Divers outils manuels, bateaux, poteaux de clôture, treillis métallique, absorbants, fixations diverses, câbles de soutien, pieux, etc

Substrat mou

Perturbation légère du substrat aux points d'ancrage des poteaux et de la côte Perturbation importante du substrat si un bâteau n'est pas employé

Techniques sur de plus grands cours d'eau

H. Barrages de dérivation (3.3.3.3 du Guide tactique)

Un barrage est installé depuis la rive vers la nappe en approche et ancré ou maintenu en place par un bateau de service. L'hydrocarbure est dérivé vers la rive en vue d'être récupéré.

Équipement typique* Barrage dur, ligne de mouillage, corde, ancres de rive, bateaux, treuils

Littoral vulnérable

Perturbation légère du substrat aux points d'ancrage des poteaux Mazoutage important au point d'ancrage côtier

I.Pose de barrages de confinement sur canal étroit (3.3.3.3 du Guide tactique)

Un barrage est déployé sur toute la largeur du canal dans un angle permettant de contenir l'hydrocarbure flottant qui y circule.

Équipement typique* Barrage dur, ligne de mouillage, corde, ancres de rive, bateaux, treuils

Littoral vulnérable

Perturbation légère du substrat aux points d'ancrage des poteaux Mazoutage important au point d'ancrage en aval

J. Pose de barrages de détournement (3.3.3.1. et 3.3.3.2 du Guide tactique)

Un barrage est déployé à travers ou autour des zones sensibles. L'hydrocarbure en approche est détourné de la zone.

Équipement typique* Barrage dur, ligne de mouillage, corde, ancres de rive, bateaux, treuils

Perturbation légère du substrat aux points d'ancrage

REDACTED COPY

Page 136: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge.

Page 106

Technique Description Exemples d'exigences logistiques

Limitations à l’utilisation1

Impacts environnementaux

potentiels

K. Pose de barrages de déviation (3.3.3.1 et 3.3.3.2 du Guide tactique)

Un barrage est déployé de la rive vers la nappe en approche et ancré ou maintenu en place par un bateau de service. Le pétrole est éloignée de la côte.

Équipement typique* Barrage dur, ligne de mouillage, corde, ancres de rive, bateaux, treuils

Vents soufflant vers la terre

Perturbation légère du substrat aux points d'ancrage Le pétrole n'est pas confiné et peut toucher d'autres rivages

1 Outre la mise en place et l'accessibilité. * Nécessité d'établir un périmètre de sécurité et de respecter les précautions de sécurité au besoin avant le début des travaux.

REDACTED COPY

Page 137: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 107

11.2 Table conversions impériales / métriques

Conversions impériales / métriques D’impérial à métrique De métrique à impérial

Longueur Longueur 1 pouce (po) 2,54 centimètres (cm) 1 cm 0,393 po 1 pied (pi) 0,3048 mètre (m) 1 m 3,28 pi 1 mile (SM) 1,609 kilomètres (km) 1 km 0,621 SM 1 mille marin (NM) 1,852 kilomètres (km) 1 km 0,540 NM

Superficie

1 pied carré (pi/ca) 929 centimètres carrés (cm2) 1 cm2 0,0129 pi/ca 1 pied carré (pi/ca) 0,0929 mètre carré (m2) 1 m2 10,76 pi/ca 1 acre 4,047 mètres carrés (m2) 1000 m2 0,247 acre 1 mille carré (SM2) 2,59 kilomètres carrés (km2) 1 km2 0,386 SM2

Volume

1 gallon US (gal US) 3,785 litres (l) 1 l 0,264 gal US 1 gallon impérial (gal. imp.) 4,546 litres (l) 1 l 0,220 gal. imp. 1 baril 0,16 mètre cube (m3) 1 m3 6,29 baril 1 baril 159 litres (l) 1 l 0,00629 baril

Vitesse

1 mille à l’heure (mi/h) 1,609 kilomètres-heure (km/h) 1 km/h 0,621 mi/h 1 noeud (kn) 1,852 kilomètres-heure (km/h) 1 km/h 0,54 kn 1 pied par seconde (pi/s) 0,3048 mètre par seconde(m/s) 1 m/sec 3,28 pi/s 1 pied par seconde (pi/s) 1,097 kilomètres-heure (km/h) 1 km/h 0,911 pi/s

Poids

1 livre (lb) 0,454 kilogramme (kg) 1 kg 2,205 lb

1 tonne courte 0,907 tonne (t) 1 t 1,102 tonnes courtes

1 tonne forte (tf) 1,016 tonnes (t) 1 t 0,984 tf Température

oF = (oC (9) ÷5) + 32

Pression

1 livre par pouce carré (lb/po2) 0,0689 bar 1 bar 14,504 lb/po2 1 livre par pouce carré (lb/po2) 6,89 kilopascals (kPa) 1 kPa 0,145 lb/po2 1 livre par pouce carré (lb/po2) 0,704 m/colonne d’eau (m/ce) 1 m/ce 1,42 lb/po2

1 pouce de mercure 25,4 millimètres de mercure (mm Hg) 1 mm Hg 0,00132 pouce de mercure

1 atmosphère (atm) 1,033 kg/cm2 1 kg/cm2 0,968 atm 1 atmosphère (atm) 760 millimètres de mercure (mm Hg) 1 mm Hg 0,00132 atm

Écoulement

1 gallon par minute (gal./m) 0,227 mètre cube/heure (m3/h) 1 m3/h 4,403 gal./m 1 pied cube/minute (PCM) 1,699 mètres cubes/heure (m3/h) 1 m3/h 0,5856 PCM 1 baril/jour 1 l/m 1 l/m 9,057 barils/jour

Puissance

1 horse-power (HP) 0,746 kilowatt (kW) 1 kW 1,341 HP

REDACTED COPY

Page 138: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 139: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Les méthodes de désinfection doivent être adaptées au type d'équipement utilisé. Reportez-vous aux procédures d’intervention relatives à la désinfection biologique en eau douce pour des procédures de désinfection détaillées. Il est illégal de transporter des poissons vivants, des appâts ou d'autres organismes d'un plan d'eau à un autre. Si aucune des procédures de désinfection n'est plausible pour certains équipements, limitez leur utilisation à un seul plan d'eau. Désinfection Les procédures de désinfection peuvent varier en fonction du type d’organisme ciblé, ainsi que de ce qui convient le mieux, en fonction de la composition du matériel, de la réactivité de certaines fournitures et de la faisabilité d’obtenir des quantités de solutions de nettoyage suffisamment importantes sur le terrain. Séchage Le séchage peut être utilisé comme processus de désinfection si la procédure suivante peut être suivie : Certaines espèces aquatiques envahissantes peuvent survivre

hors de l'eau pendant plus de deux semaines. Il est important de connaître les espèces potentielles auxquelles du matériel pourrait avoir été exposé. L'équipement doit être séché avant d'être transporté dans un autre plan d'eau, en fonction de l'espèce préoccupante spécifique au site.

Dans le cas des moules zébrées adultes, il faudra peut-être 10 jours pour tuer les organismes par temps frais ou humide.

Dans le cas du Didymosphenia geminata (communément appelé Didymo ou Rock Snot), l’intérieur et l’extérieur de l'équipement doit sécher complètement, puis pendant 5 jours supplémentaires. La congélation d'objets solides tue également les cellules de Didymo. La congélation durant la nuit devrait fonctionner dans la plupart des cas.

Les matériaux poreux doivent être trempés dans les solutions de nettoyage pendant au moins 30 minutes, tandis que les matériaux non poreux doivent être frottés pendant au moins 10 minutes. Les matériaux doivent être secs au toucher, à l'intérieur et à l'extérieur, et laissés à sécher au moins 48 heures supplémentaires avant de pénétrer dans un autre cours d'eau.

Nettoyage Actif Si le séchage ne peut pas être mis en oeuvre, une méthode de désinfection par nettoyage actif sera nécessaire pour limiter le risque de transport d'organismes biologiques d'un environnement d'eau douce à un autre.

La désinfection biologique est la réduction systématique de la probabilité de propagation d'organismes biologiques envahissants entre des environnements d'eau douce. L'application des pratiques de la procédure réduira la probabilité de propagation d'organismes biologiques envahissants entre des environnements d'eau douce par l'entremise de Pipelines Enbridge Inc., Enbridge Energy Partners, LP. (Enbridge) ou l’équipement, le matériel ou les opérations utilisés par les sous-traitants lors d’une intervention ou d’un exercice. La procédure intègre les exigences des juridictions (d’État, provinciales, territoriales et fédérales) dans lesquelles Enbridge exerce ses activités. Les procédures de désinfection incluses dans ce document peuvent ne pas être adaptées à toutes les situations ni à tous les organismes biologiques potentiels. Si des informations supplémentaires sont nécessaires concernant la procédure de désinfection à utiliser, contactez un professionnel de l'environnement ou un organisme de réglementation compétent. Si nécessaire, le CUE est responsable de l’élaboration du plan détaillé de désinfection biologique. Une fois les articles désinfectés, ils ne doivent pas entrer en

contact avec des eaux infectées ou d’autres matières. Évitez de toucher les matériaux absorbants avec d'autres

matériaux absorbants lors de la désinfection. Inspection Une inspection complète de l'équipement est nécessaire afin d'aider à déterminer s'il doit être décontaminé, avant ou après le déploiement. L'inspection devrait se concentrer sur la boue, les plantes et les autres organismes présents sur l'équipement. Tous les équipements doivent être soumis aux procédures de désinfection. Toutes les inspections doivent être documentées sur le formulaire d’inspection et de certification des espèces envahissantes d’Enbridge. D'autres renseignements à propos de l'exécution de l'inspection se trouvent dans les procédures d'inspection d'intervention d'urgence relatives aux espèces aquatiques envahissantes.

Disinfection Biologique Travailleurs et Équipement de Protection Personnelle Lors de l'utilisation de produits chimiques, l'EPP approprié doit être utilisé (p. ex. des gants appropriés, des lunettes de protection et des vêtements de sécurité) et les FSSP doivent être examinées et rendues disponibles. Les fournitures et le matériel de nettoyage recommandés pour la désinfection des travailleurs et de leur équipement de protection personnelle dépendent de la méthode de désinfection jugée appropriée et peuvent inclure : Bâches en plastique épais pour les gros équipements, des

vêtements personnels et des équipements techniques (c.-à-d. cuissardes, bottes-pantalons, bottes en caoutchouc,

moteurs, etc.). Assortiment de brosses à poils doux à manche long ou

court pour frotter l'équipement, les pièces et les bottes. Seaux pour les solutions de lavage et de rinçage. Cuves, réservoirs ou contenants suffisamment grands et

robustes pour contenir de l'eau à plus de 60° C (140° F). Bacs en plastique permettant aux travailleurs de

submerger l'équipement et les vêtements. Méthodes pour contenir les eaux usées. Méthodes d'élimination des eaux usées (p. ex. eaux de

cale, etc.). Solutions de blanchiment :

Eau de Javel à 2 % (200 mL et eau additionnée pour obtenir 10 litres) pour la désinfection générale

Pour le tournis des truites spécifiquement, une solution à 10 % doit être utilisée

Pour la septicémie hémorragique virale (SHV) spécifiquement, une solution à 20 % d'eau de Javel doit être utilisée

L'eau de Javel peut être corrosive pour l'aluminium et l'eau chaude peut écailler le tissue Gore-Tex® et d'autres vêtements ou tissus sensibles. Solution saline à 5 % Solution à 5 % antiseptique pour les mains Agents de nettoyage complets contenant un composé

d’ammonium quaternaire de chlorure d’alkyldiméthylbenzylammonium (ex. Parvasol® et Kennelsol® ou Formula 409® et Fantastic®).

Solution à 5 % de détergent ménager (détergent à vaisselle)

La désinfection des travailleurs et des équipements de protection personnelle doit être effectuée dans l’un des postes de désinfection sur le site. Ces postes doivent être séparés des poste de décontamination du site. Les recommandations suivantes s’appliquent à la désinfection d'équipements lourds et de véhicules. Ceux-ci doivent être utilisés en plus des matériaux et des solutions mentionnés précédemment. Nettoyeur à pression d'au moins 250 lb/po2. Pompes pour collecter les solutions de lavage et vider les

bateaux et autres navires Balais et brosses pour le nettoyage des zones d’opération

à l'intérieur des véhicules et des équipements. Récipients d'élimination des produits de nettoyage jetables

et de tout matériel biologique retiré de l'équipement (p. ex. plantes, poissons-appâts, papier essuie-tout ou autres produits de nettoyage jetables utilisés)

Méthodes pour contenir les eaux usées Méthodes d'élimination des eaux usées (p. ex. eaux de

cale, etc.)

Équipment

Dés

infe

ctio

n B

iolo

giqu

e en

Eau

Dou

ce 1

1.3

Articles Non Absorbants Trempez et frottez les articles non absorbants pendant 10 minutes et les articles absorbants pendant 30 minutes (sauf indication contraire spécifiée ci-dessous) dans l'une des solutions suivantes : Solution à 5 % de liquide à vaisselle (500 ml ou 2 tasses et eau

additionnée pour obtenir 10 litres) Solution à 2 % d'eau de Javel (200 ml et eau ajoutée pour obtenir 10

litres) Solution à 5 % de sel (500 ml ou 2 tasses et eau ajoutée pour

obtenir 10 litres) Nettoyant à 5 % antiseptique pour les mains (500 ml ou 2 tasses et

eau additionnée pour obtenir 10 litres) Une solution à 7 % diluée de peroxyde d'hydrogène et mélangée

dans un ration de 64 ml (peroxyde d'hydrogène) pour 1 litre (eau). Peut être appliquée à l'aide d'un équipement de pulvérisation. Le matériel infecté doit être complètement recouvert de la solution et laissé à reposer environ 60 minutes avant de le rincer à l'eau claire.

Solution d'iodophore de 100 mg / L pour le déplacement d'équipement en dehors des zones de gestion de la septicémie hémorragique virale (SHV)

Trempage dans le vinaigre (100 % de vinaigre pendant 20 minutes) Trempage dans une solution saline à 1 % pendant 24 heures, à la

place du trempage dans le vinaigre Agents de nettoyage complets contenant un composé d’ammonium

quaternaire de chlorure d’alkyldiméthylbenzylammonium (ex. Parvasol® et Kennelsol® ou Formula 409® et Fantastic®)

Ceux-ci peuvent également être utilisés dans un ratio eau / désinfectant de 2 :1

Faire tremper tout le matériel pendant au moins 10 minutes. Lorsque vous décidez de la méthode de nettoyage actif appropriée pour les articles non absorbants, tenez compte des points suivants : La désinfection avec des produits chimiques n’est pas efficace pour

tuer les oeufs de cladocère épineux La désinfection au chlore ou à l’iodophore doit être utilisée si des

travaux sur le terrain sont effectués à l’intérieur et à l’extérieur des zones de gestion de la SHV

Les solutions à base d’eau doivent atteindre au moins 60° C (140º F) et être trempées pendant au moins 20 minutes dans de l’eau chaude maintenue à une temperature supérieure à 45° C (113° F)

Pour les équipements qui ne peuvent pas être immergés, les solutions peuvent être appliquées soit en lavant avec un nettoyeur haute pression, soit avec un tuyau d'arrosage sous pression. Les nettoyeurs à pression doivent atteindre au moins 250 livres par pouce carré (lb/po2). Les nettoyeurs à pression peuvent ne pas convenir à tous les équipements et peuvent endommager certains équipements.

Articles Absorbants Les articles absorbants (p. ex. les cuissardes avec semelles de feutre et les combinaisons de plongée) nécessiteront des temps de trempage plus longs que les articles non absorbants, afin de permettre une saturation complète. Faire tremper les articles absorbants dans les solutions suivantes: Au moins 40 minutes dans de l'eau chaude conservé à plus de 45° C Au moins 30 minutes dans de l’eau chaude maintenue à une

température supérieure à 45° C et contenant une solution à 5 % de détergent

Pour les équipements de plongée, les solutions et les temps de trempage suivants peuvent également être utilisés :

Immerger et laver la combinaison et l'équipement (y compris l'intérieur du gilet stabilisateur avec de l'eau chaude à une température minimale de 40° C (104° F));

Immerger / laver la combinaison et le matériel dans un bac / réservoir avec une solution de sel (1/2 tasse de sel dissous dans 3,4 litres d'eau), puis rincer à l'eau Claire.

Disposition Les matériaux et solutions utilisés dans le processus de désinfection

seront contenus et gérés comme indiqué dans le plan de gestion des déchets spécifique au site.

Les directives générales qui faciliteront la mise en oeuvre de ces PON sont les suivantes : Utiliser un système de marquage pour différencier le matériel infecté

du materiel désinfecté. Regarder dans les fissures / crevasses qui pourraient passer

inaperçues et cacher des organismes indésirables. Utiliser des cuissardes, des gants et des bottes en caoutchouc dans

la mesure du possible, car les cuissardes et les gants en néoprène, ainsi que les bottes à semelle en feutre, retiennent l'humidité et les organismes comme le Rock Snot et le tournis des truites. Les semelles en néoprène et en feutre sont également plus difficiles à désinfecter.

Laisser l'équipement sécher complètement et pendant les durées recommandées entre les utilisations.

Pour aider à prévenir le transfert d'espèces aquatiques envahissantes, en plus des méthodes de désinfection susmentionnées, des efforts devraient être déployés, dans la mesure du possible, pour attitrer de l'équipement et des vêtements personnels dans à un seul plan d'eau.

Il convient de prendre en considération ce qui suit lors de l'installation des postes de désinfection : Les conditions météorologiques. La proximité des étendues d'eau ou des moyens par lesquels l'eau

et les solutions nettoyantes peuvent les pénétrer. Les postes de désinfection comprendront un confinement secondaire

pour capter l'eau de lavage; l'eau de lavage sera captée et éliminée conformément au plan de gestion des déchets spécifique au site.

Lorsque cela est possible, le drainage de l'eau de l'équipement (p. ex. eau de cale) devrait être fait dans le plan d'eau dans lequelle le travail a été effectué.

Le type et la quantité d'EPP, de vêtements, de machinerie lourde et de véhicules à désinfecter.

Directives Générales

Procédures de Désinfection

La désinfection de l'équipement lourd et des véhicules doit être effectuée dans l'un des postes de désinfection du site. Ces postes doivent être séparés des poste de décontamination du site. La décontamination doit avoir lieu avant la désinfection. Si le matériel et les véhicules lourds nécessitent une désinfection après la décontamination, le matériel doit être amené directement du poste de décontamination et ne doit pas être réutilisé avant la fin de la désinfection. Dans la mesure du possible, le matériel potentiellement infecté doit être désinfecté dans l’un des postes de désinfection du site, plutôt que transporté hors site pour la désinfection. Si la désinfection sur le site n'est pas réalisable, l'EPP et les vêtements doivent être retires conformément au plan de décontamination spécifique au site, mis en sac et non utilisés sur d'autres sites avant d'être désinfectés hors site.

Équipment (Suite)

REDACTED COPY

Page 140: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 141: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 109

12.0 ACRONYMES / GLOSSAIRE

12.1 Acronymes La terminologie spécifique aux États-Unis est ombragée en gris.

Acronymes Description AGSO Adjoint du gestionnaire de la section des opérations ANPI Association nationale de protection contre les incendies API American Petroleum Institute API Analyse post-incident APRA Appareil de protection respiratoire autonome AQ/CQ Assurance qualité / contrôle qualité AU Arrêt d'urgence AZH Autre zone habitée (zone sujette à de graves conséquences)

Baril Unité de mesure de volume correspondant à 42 gallons US, 159 litres.

BPJ Baril par jour BST Bureau de la sécurité des transports

CERCLA Comprehensive Environmental Response, Compensation and Liability Act of 1980

CFR Code of Federal Regulations CI Commandant d'intervention CIC Centre d'information conjoint CLAS Coordonnateur local au site CNW Commercially Navigable Waterway (High Consequence Area) COU Centre des opérations d'urgence CRPA/PA Compte rendu post-action / plan d'amélioration CSA Groupe CSA CSEAD Contrôle de supervision et d'acquisition de données CU Commandement unifié CWA Clean Water Act

REDACTED COPY

Page 142: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 110

Acronymes Description DGC Détecteur de gaz combustible DOT U.S. Department of Transportation EENR Équipe d'évaluation du nettoyage des rives EGC Équipe de gestion de crise EGI Équipe de gestion d’intervention EIT Équipe d'intervention de terrain EIU Équipe d'intervention d'urgence EIUEE Équipe d'intervention d'urgence de l’entreprise Enbridge EM Expert en la matière ENR Environnement et ressources naturelles EP Eau potable (zone sujette à de graves conséquences) EPA U.S. Environmental Protection Agency EPL Entretien du pipeline EPP Équipement de protection personnelle ESI Équipe de support aux interventions ESS Environnement, santé et sécurité FAA Federal Aviation Administration (U.S.) FEMA Federal Emergency Management Agency FMT Formation en milieu de travail FOSC Federal On-Scene Coordinator FRP Facility Response Plan FWPCA

Federal Water Pollution Control Act (as amended) (33 U.S.C. 1251 et seq.)

GIUE Government-Initiated Unannounced Exercise in U.S. GMU Guide des mesures d'urgence GNTO Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest GRP Geographical Response Plans GSF Gestionnaire de la section des finances GSL Gestionnaire de la section de la logistique

REDACTED COPY

Page 143: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 111

Acronymes Description GSO Gestionnaire de la section des opérations GSP Gestionnaire de la section de la planification HAZCOM Communications dangereuses HAZMAT Matières dangereuses HAZWOPER Hazardous Waste Operations and Emergency Response

HSEEP Homeland Security Exercise and Evaluation Program IQ Individu qualifié lb/po² Livre par pouce carré LEPC Local Emergency Planning Committee LGN Liquides de gaz naturel LIE Limite inférieure d'explosion LSE Limite supérieure d'explosion MGI Manuel de gestion d'intervention MPC Module de protection de la conduite MPCD Mesures de prévention et de contrôle des déversements NIOSH

National Institute for Occupational Safety and Health (Institut national pour la sécurité et la santé au travail)

NPMS National Pipeline Mapping System NRC National Response Center NRDA Natural Resources Damage Assessment NRS National Response System NRT National Response Team NTSB National Transportation Safety Board (US) OIP Officier à l'information du public OL Officier de liaison OPA 90 Oil Pollution Act of 1990 OS Officier à la sécurité OSHA Occupational Safety and Health Administration

REDACTED COPY

Page 144: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 112

Acronymes Description OSR Officier à la sécurité de la radioactivité OSRO Oil Spill Removal Organization PAI Plan d'action en cas d'incident PAIU Plan d’action pour intervention d’urgence PC Point de contrôle PCI Plan de contingence intégré PCN Plan de contingence national PCZ Plan de contingence de la zone PDSP Paramédic de soins primaires PE Point d'éclair PHMSA Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration (U.S.) PLC Programmable Logic Controller PLR Prior learning recognition – Reconnaissance des acquis PMMS Pression manométrique maximale de service PMU Plan des mesures d'urgence PON Procédure opérationnelle normalisée PPM Parties par million PREP National Preparedness for Response Exercise Program PSP Programme de sensibilisation du public PSSS Plan de sécurité spécifique au site REC Régie de l'énergie du Canada RIU Répertoire des interventions d'urgence ROW Emprise RPT Règlement sur les pipelines terrestres RUDOC Responsable de l’unité de la documentation RUE Responsable de l’unité environnementale SARA Superfund Amendments and Reauthorization Act SAU Système d'alerte d'urgence

REDACTED COPY

Page 145: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 113

Acronymes Description SBM Système de bilan matières SCI Système de commandement d’intervention SDS Fiche signalétique SERC State Emergency Response Commission SGA Système de gestion de l'apprentissage SGIN Système de gestion d'intervention nationale SIG Système d'information géographique SIP Surveillance informatique des pipelines SMART Surveillance spécifique pour technologies d'intervention appliquée SMU Sevices Médicaux d’Urgence SOSC State On-Scene Commander

SUBD Support Branch Director (Note: might not be applicable to French text would need to see original text)

TFR Temporary Flight Restrictions USC U.S. Code USCG U.S. Coast Guard WCD Worst-Case Discharge - Pire scénario de déversement XF Exercice fonctionnel XGD Exercice à grand déploiement XT Exercice sur table ZAS Zone anormalement sensible ZE Zone écosensible (Zone sujette à de graves conséquences) ZGC Zone sujette à de grandes conséquences ZDP Zone densément peuplée (Zone sujette à de graves conséquences)

REDACTED COPY

Page 146: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 114

12.2 Glossaire La terminologie spécifique aux États-Unis est ombragée en gris.

Terme Définition A

Absorbants

Matériels, allant du produit naturel à la mousse de polymère synthétique, placés dans des secteurs confinés pour absorber de petites quantités du pétrole. Les absorbants sont très efficaces pour protéger des allées, les quais, les zones de travail ainsi que des secteurs non contaminés ou précédemment nettoyés.

Activités d’intervention

Activités en matière de confinement et d’enlèvement des hydrocarbures, dans l’eau et sur les berges, d’entreposage temporaire puis d’élimination des hydrocarbures récupérés et toute autre action entreprise pour réduire ou atténuer les dommages causés à l’environnement.

Adversaire

Tout individu, groupe organisme ou gouvernement qui exécute, ou qui a l’intention et la capacité d’exécuter des activités nuisibles aux actifs indispensables (par ex. : services de renseignements des pays hôtes, groupes terroristes politiques, criminels, employés malveillants, intérêts privés, individus initiés ou non initiés au site).

Agents dispersants

Agents chimiques servant à émulsifier, disperser ou solubiliser le pétrole à l’intérieur de la colonne d’eau ou favorisant l’étalement en surface de la nappe d’hydrocarbures pour faciliter la dispersion du pétrole dans la colonne d’eau.

B

Baril Un baril de pétrole brut équivaut à 42 gallons US (environ 159 litres)

Barrage de confinement

Dispositif flottant / de franc-bord à suspension avec jupe / rideau, membrane de renforcement longitudinal et lest, conçu pour emprisonner et retenir le produit jusqu'à sa récupération.

Barrage flottant Barrière flottante temporaire utilisée pour contenir un déversement d’hydrocarbures.

REDACTED COPY

Page 147: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 115

Terme Définition

Barrage flottant de diversion

Dispositif flottant / à franc-bord, fait avec jupe / rideau, renforcement longitudinal et lest / poids, conçu pour détourner ou dévier le produit vers un point de récupération ou à l’écart de certaines zones.

Brûlage in situ Technique de brûlage contrôlé des hydrocarbures déversés sur le site du déversement.

C

Cache Un inventaire prédéterminé d’outils, d’équipement et / ou de fournitures entreposé dans un endroit désigné et disponible lors d’interventions.

Centre des Opérations d'Urgence (COU)

Une installation prédésignée, créée par un organisme ou une autorité pour coordonner l’ensemble de l’intervention de l’organisme ou de l’autorité et pour appuyer l’intervention d’urgence.

Centre d'Information Unifié (CIU)

Installation située à l’intérieur ou à proximité du poste de commandement d’intervention où l’officier d’information et son équipe coordonnent et diffusent les informations concernant l’incident au public, aux médias ainsi qu’aux autres organismes ou agences. Le personnel du CIU est généralement composé de représentants de la juridiction en autorité et de la partie responsable.

CERCLA

Comprehensive Environmental Response, Compensation and Liability Act, (É.-U.) à propos du rejet de substances dangereuses dans l’environnement et le nettoyage de sites d’élimination de déchets dangereux inactifs.

Chef de la section des Opérations

Un membre de l’état-major général qui établit les tactiques afin d’atteindre les objectifs du projet et qui dirige les ressources opérationnelles.

Commandant d’Intervention (CI)

Personne responsable de tous les aspects de l’intervention, incluant l’établissement des objectifs d’intervention et la gestion de toutes les opérations d’intervention. Cette personne est la plus qualifiée, sans avoir nécessairement le plus d’ancienneté, au site.

Communications en situation de crise

Les efforts déployés par la compagnie pour communiquer avec les parties prenantes internes, externes et publiques en cas d’événement imprévu pouvant avoir un impact sur la réputation de la compagnie.

REDACTED COPY

Page 148: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 116

Terme Définition Compagnie Inclut les compagnies situées aux États-Unis et au Canada.

Compétence

Une étendue ou une sphère d'autorité. Lors d’un incident, les organismes publics possèdent la compétence reliée à l’autorité et la responsabilité légales en ce qui concerne les mesures d’atténuation de l’incident. L’autorité législative lors d’un incident peut être politique / géographique (c.-à-d. frontières municipales, régionales, provinciales / d’état ou fédérales), ou fonctionnelle (c.-à-d. service de police, de santé publique, etc.) (voir Juridiction multiple).

Conditions au site Détails de la zone entourant l’installation, incluant une description des berges, conditions météorologiques typiques, dégradation socio- économique, etc.

Conditions relatives à la sécurité (Gaz seulement)

Toute condition d’une installation de pipeline dans une juridiction située dans un rayon de 220 verges de toute construction destinée à l’occupation humaine ou d’une place de rassemblement extérieure ou, est à l’intérieur de l’emprise d’une voie ferrée en activité ou d’une route / rue / autoroute pavée qui répond à l’un des critères suivants :

Un défaut dans les matériaux, un dommage physique ou de la corrosion par piquage localisé sur un pipeline traité et muni d'un système de protection cathodique, opérant à 20 % ou plus du SMYS et requérant des réparations tel que spécifié dans les procédures de la compagnie;

Une fuite dans un pipeline nécessitant une action corrective immédiate pour protéger le public ou la propriété;

Mouvement non voulu ou charge anormale de cause environnementale (par ex. : tremblement de terre, glissement de terrain, inondation) et qui compromet le fonctionnement d’un pipeline, particulièrement lors de l’application de mouvements soudains;

Toute défectuosité de l’équipement ou erreur d’opération causant l’augmentation de la pression à l’intérieur du pipeline au-delà de la pression maximale d’opération (PMO) et de la limite de pression excessive admissible; et

Un arrêt du pipeline ou une réduction de la pression opérationnelle de 20 % ou plus, en réaction à un danger imminent ou une condition dangereuse connue.

REDACTED COPY

Page 149: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 117

Terme Définition

Contrat ou autre entente approuvée

Entente contractuelle écrite avec un sous-traitant responsable de l’intervention. L’entente doit identifier et assurer la disponibilité du personnel et de l’équipement décrit dans ce plan, à l’intérieur du temps d’intervention stipulé pour les régions données;

Certification du propriétaire ou de l'exploitant de l’installation que le personnel et l’équipement décrits dans ce plan appartiennent, sont opérés ou sont sous l’autorité directe du propriétaire ou de l’opérateur de l’installation et qu’ils sont disponibles à l’intérieur du temps d’intervention stipulé pour les régions données;

Membre actif d’un organisme local ou régional pour l’intervention lors de déversement d’hydrocarbures. L’organisme possède le personnel et l’équipement décrits dans ce plan et ceux-ci sont disponibles pour intervenir lors d’un déversement à l’intérieur du temps d’intervention stipulé pour les régions données.

Contrôle de la source

Actions nécessaires pour contrôler la source du déversement et pour prévenir le rejet continuel d’hydrocarbures ou de substance(s) dangereuse(s) dans l’environnement.

Contrôle et sécurité au site

Étapes de mise en place des mesures de protection nécessaires pour protéger le personnel et la propriété, de même que le public, pour assurer l’efficacité des opérations de nettoyage.

Coopérative de déversement d’hydrocarbures (Aide mutuelle)

Organisation coopérative multientreprise développée par l’industrie pour aider lors de l’intervention à la suite d’un déversement et du nettoyage. En général, la main-d’œuvre et l’équipement sont identifiés par la compagnie, sur une base volontaire.

Coordonnateur Local au Site (CLAS)

Représentant local du gouvernement.

Crise

Un incident, une urgence ou une combinaison de circonstances pouvant avoir un impact négatif considérable sur le public, l’environnement ou la compagnie soit : ses employés, ses opérations, sa réputation, ses revenus ou la valeur de ses actions.

D

REDACTED COPY

Page 150: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 118

Terme Définition

Déchets pétroliers Déchets contaminés par des hydrocarbures provenant d’un déversement ou des opérations d’intervention à la suite d’un déversement.

Déchets liquides Liquide contaminé par des matières solides ou mélangé à d’autres liquides (par ex. : émulsion, sols contaminés).

Décontamination L’élimination de toute substance dangereuse sur le personnel et l’équipement afin de prévenir les effets néfastes sur la santé.

Déploiement du barrage

Mise en place d’un barrage sur terre ou sur l’eau pour contenir un déversement de produit.

Déversement Tout écoulement, fuite, pompage, coulage, émission, vidage ou délestage.

Diluants

Terme générique désignant tout mélange d’hydrocarbures liquides légers, utilisé pour diluer un produit pétrolier plus lourd (tel le bitume). À titre de transporteur général, Enbridge peut transporter plusieurs différents mélanges de diluants.

Direction tactique

Instructions données par le chef de la section des opérations, incluant les tactiques appropriées pour la stratégie sélectionnée; le choix et l’assignation des ressources; les applications tactiques et l’évaluation du rendement pour chaque période d’opération.

Dragage Activité d’excavation sous-marine pour laquelle on utilise de l’équipement lourd qui recueille et retire les sédiments du fond marin par grattage ou succion.

E

Écrémeurs

Dispositifs mécaniques utilisés pour écumer la surface de l’eau et récupérer les hydrocarbures flottants. Il existe quatre catégories de base d’écrémeurs : têtes d’aspiration, clapets à battant, unités de surface oléophiles et dispositifs hydrodynamiques. Ils varient en efficacité selon le type du pétrole et de la taille du déversement.

Équipe de support aux interventions (ESI)

La fonction de base de l'équipe de support consiste à identifier et à résoudre les problèmes stratégiques susceptibles de se poser lorsqu’un incident survient et dépasse le cadre des fonctions ou la capacité du Directeur régional. Cette équipe appuiera les interventions d’urgence pour assurer l’engagement d’Enbridge envers la sécurité et la protection des personnes, de l’environnement, des actifs et de la réputation.

REDACTED COPY

Page 151: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 119

Terme Définition

Équipe de conception d’exercice

Équipe, comprenant des représentants fédéraux, provinciaux / d’état et de l’industrie, responsable de concevoir un exercice de zone. L’équipe de conception d’exercice est responsable, en collaboration avec le détenteur principal du plan, d’élaborer la portée, les paramètres et le scénario d’exercice. Malgré tout, la décision finale sur ces aspects revient au détenteur principal du plan.

Équipe de gestion de crise (EGC)

Groupe de direction au sein de la compagnie travaillant hors site pour appuyer l’équipe de gestion d’intervention, pour faciliter la planification, pour gérer les projets de récupération des affaires et évaluer les implications des problèmes et son impact sur la viabilité, l’exploitation et la crédibilité de la compagnie. Fournit un support stratégique hors site.

Équipe de Gestion d'Intervention (EGI)

Équipe intervenant sur ou hors de la scène de l’incident afin d’appuyer les opérations d’intervention tactiques, de faciliter la planification et de répondre aux préoccupations du public et des organismes gouvernementaux.

Équipe d'Intervention de Terrain (EIT)

Équipe d’intervention tactique d’Enbridge qui, sur la scène d’un incident, intervient directement sur la source du problème et ses conséquences. Elle offre un support tactique au site. Cette équipe est composée du groupe d’entretien du pipeline (EPL) ou de tout autre groupe similaire.

Équipe nationale d'intervention

La planification et la coordination des interventions sont effectuées au niveau fédéral par l’équipe nationale d’intervention des États-Unis, un groupe inter agence présidé conjointement par le EPA et le USCG. Cette équipe fournit de l’assistance technique, des ressources ainsi que de la coordination en matière de préparation, de planification, d’intervention et de récupération en cas d’urgence impliquant des substances dangereuses, des polluants, des contaminants, des hydrocarbures et des outils de destruction massive lors de catastrophes naturelles ou technologiques et autres incidents environnementaux d’envergure nationale.

Équipe d'Intervention d'Urgence de l'Entreprise Enbridge (EIUEE)

Regroupement d’individus provenant de chacun des secteurs d’activités (pipelines liquides, traitement du gaz et pipelines, distribution de gaz) afin de s’assurer que la compagnie possède une équipe hautement qualifiée vouée à intervenir pour la compagnie lors d’incidents de grande envergure partout à l’intérieur de la compagnie.

REDACTED COPY

Page 152: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 120

Terme Définition

Étendue du contrôle

Le nombre d’éléments organisationnels qui peut être directement géré par une seule personne. L’étendue du contrôle varie entre trois et sept, et un ratio d’un pour cinq éléments rapportés est recommandé.

Évaluation des dommages

Processus servant à identifier et quantifier les dommages et les lésions sur le milieu humain et les ressources naturelles, incluant les ressources culturelles. Les dommages représentent les différences entre les conditions et l’utilisation des ressources naturelles et du milieu humain qui auraient eu cours sans l’incident et les conditions et utilisations consécutives à l’incident. L’évaluation des dommages inclut la planification de la réhabilitation et l’estimation de coûts de la réhabilitation.

F

Faune, poissons et zones écosensibles

Zones identifiées soit par leur désignation légale ou lors d’évaluation par des comités régionaux (pour planification) ou par des membres de la juridiction en position d’autorité dans la structure d’intervention lors de déversement (lors de l’intervention). Ces zones peuvent inclure des milieux humides, des parcs provinciaux / d’état et nationaux, des habitats critiques pour des espèces protégées ou en voie de disparition, des milieux sauvages et zones de ressources naturelles, des sanctuaires marins et réserves estuariennes, des réserves fauniques, des zones de conservation, des refuges d’animaux sauvages, des rivières sauvages ou scéniques, des régions touristiques, des forêts nationales, un site fédéral ou provincial/d’état servant de zones nationales de recherche, des zones du patrimoine, une zone de fiducie foncière, des sites ou parcs historiques et archéologiques. Ces zones peuvent également inclure des habitats uniques comme des sites d’aquaculture et de captage d’eau de surface pour l’agriculture, des zones de nidification, des zones de ressource biologique essentielle, des voies de migration désignées et des habitats saisonniers désignés.

Fonction

Dans le SCI, la fonction fait référence aux cinq secteurs d’activités majeurs du SCI, soit : Commandement, Opérations, Planification, Logistique et Finance/Administration. Le terme fonction désigne également l’activité elle-même, par ex. : la fonction de planification.

REDACTED COPY

Page 153: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 121

Terme Définition Frontières de la migration

Zones où les impacts dus aux hydrocarbures sont prévus lors de la première journée d’un déversement.

G Groupe d’approvisionnement

Unité fonctionnelle faisant partie du service des finances / administration et associée aux aspects financiers concernant les contrats des fournisseurs.

Guide des mesures d'urgence (GMU)

Ce guide doit être utilisé par les intervenants d’Enbridge lors de la phase initiale d’un incident de transport de matières dangereuses. Ce guide est une publication conjointe de l’ASPMD, de Transport Canada et du Secrétariat des Transports et Communications du gouvernement du Mexique.

H

Hazardous Waste Operations and Emergency Response (HAZWOPER)

Formation requise aux É-U sous OSHA 29CFR§1910.120. pour les intervenants qui sont exposés ou potentiellement exposés aux substances dangereuses incluant les déchets dangereux. Les employés canadiens devront suivre la formation appropriée selon leurs fonctions de travail potentielles pour une intervention transfrontalière.

Huile non minérale Toute huile n’étant pas à base minérale. Ceci inclut, sans s’y limiter, les huiles animales et végétales.

Hydrocarbures submergés

Hydrocarbures en suspension sous la surface ou qui se déposent au fond d’un plan d’eau.

I

Incident Un événement perturbant les opérations de la compagnie et pouvant être une urgence ou une crise.

Individu qualifié (IQ)

Un individu qualifié est la personne autorisée à : (1) solliciter puis engager les organisations chargées du nettoyage du déversement; (2) servir d’agent de liaison avec le coordonnateur au site; et (3) débloquer les fonds nécessaires pour effectuer les activités d’intervention. Pour Enbridge, cette personne sera généralement le Commandant d’intervention.

REDACTED COPY

Page 154: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 122

Terme Définition

Industrie

Dans le cadre de ces directives, le mot « industrie » signifie l’industrie du pétrole et des matières dangereuses tenue de soumettre des plans d’intervention et de se conformer aux exigences d’exercices, tel que spécifié dans la réglementation appropriée pour les navires, les installations, les pipelines et dans la réglementation sur les plates-formes au large du plateau continental. L’USCG, l’EPA, le PHMSA, le REC et l’AER administrent cette réglementation.

Infrastructure critique

Systèmes et actifs, qu’ils soient physiques ou virtuels, si vitaux à l’entreprise que leur non-fonctionnement ou leur destruction aurait un impact débilitant sur la sécurité, la sécurité économique nationale, la santé et la sécurité publiques ou toute combinaison de ceux-ci.

Installation critique

Une installation qui répond à un ou plusieurs des critères suivants :

Peut être considéré comme une cible terroriste probable. Un déversement en provenance de l’installation pourrait causer un très grand nombre de victimes ou avoir un impact considérable sur l’eau potable et affecter un grand centre démographique. Si l’installation est endommagée ou détruite : effet adverse sur la fiabilité ou la capacité d’opérer le pipeline, causant une diminution considérable de service pour un grand nombre de clients pendant une période prolongée.

Si l’installation est endommagée ou détruite : pourrait sévèrement hypothéquer d’autres modes de transport ou d’autres infrastructures critiques (par ex. : centrale électrique, télécommunications, services publics).

Installations indispensables aux affaires

Installations ou actifs, qu’ils soient physiques ou virtuels, si vitaux à la compagnie que leur non-fonctionnement ou leur destruction aurait un impact débilitant sur les individus, l’environnement, la propriété ou la viabilité économique de la compagnie.

Intervenant d’Enbridge

Personne(s) employée(s) par Enbridge qui intervient dans le cadre de l’intervention initiale au site lors d’un déversement ou d’un déversement potentiel de matières dangereuses, dans le but de protéger les personnes, la propriété ou l’environnement à proximité des conséquences du déversement.

Intervention de rétablissement après l’urgence

Étape d’intervention réalisée après que la menace immédiate d’un déversement ait été contrôlée ou éliminée et que le nettoyage du site soit amorcé.

REDACTED COPY

Page 155: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 123

Terme Définition

Intervention lors d’un déversement

Toutes les actions effectuées en réponse à un déversement d’hydrocarbures ou de matières dangereuses, par ex. : recevoir et émettre des notifications, collecte d’information et appels téléphoniques sur des avis techniques; préparation et déplacement vers et du site de déversement; direction des activités de nettoyage; évaluation des dommages; rédaction de rapports; enquêtes et actions légales; recouvrement des coûts; et développement de programme.

L

Lignes directrices d'intervention

Les lignes directrices quant à l'intervention initiale qui sont basées sur les types de produits déversés. Ces lignes directrices sont utilisées dans la détermination des méthodes et du matériel de nettoyage.

Limite inférieure d'exposition (LIE)

Test de qualité de l’air pour déterminer la concentration minimale de vapeurs pouvant soutenir la combustion. Cette mesure doit être effectuée avant d’entrer dans la zone de déversement.

Local Emergency Planning Committees (LEPC)

Une entité gouvernementale locale qui identifie et catégorise les dangers potentiels, identifie les ressources disponibles, atténue les risques lorsque possible et apporte de l’information pour les plans d’urgence des opérations qui ont lieu dans leur juridiction géographique. Selon le U.S. National Response Plan, l’intervention initiale à un incident ou un désastre d’urgence s’effectue par les officiers locaux. Le rôle du LEPC est d’anticiper et de planifier l’intervention initiale pour les désastres prévisibles dans leur juridiction.

M

Manipuler Transférer, transporter, pomper, traiter, transformer, entreposer, éliminer, forer ou produire.

Manuel de gestion d'intervention (MGI)

Le MGI se veut un outil de travail de référence facile pour les intervenants. Il est conçu pour guider les intervenants dans l’utilisation du système de gestion national des incidents (commandement d’incident) lors d’opérations d’intervention,

Matériel absorbant N’importe lequel des différents matériaux conçus pour absorber le pétrole, qu’elles soient des hydrocarbures ou non.

REDACTED COPY

Page 156: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 124

Terme Définition

Matières/substances dangereuses

Produits dangereux (solides, liquides ou gazeux) pouvant être préjudiciables pour les individus, d’autres organismes vivants, la propriété ou l’environnement incluant, sans s’y limiter, les déchets dangereux, les déchets extrêmement dangereux, les hydrocarbures ou les polluants classés par Environnement et changement climatique Canada ou CERCLA aux É-U.

N National Contingency Plan (NCP)

Le plan est préparé aux É.-U. selon le FWPCA et le CERCLA et est révisé de temps en temps.

National Response Centre (NRC)

Les autorités fédérales américaines devant être averties en premier en cas d’incident.

National Response Team (“NRT”)

La planification et la coordination de l’intervention sont effectuées au niveau fédéral par l’intermédiaire de l’Équipe nationale d’intervention des États-Unis (NRT), un groupe interinstitutions coprésidé par l’EPA et la Garde côtière américaine, fournit une assistance technique, des ressources et une coordination en matière de préparation, de planification, d'intervention et de rétablissement en cas d'urgence impliquant des substances dangereuses, polluants et contaminants, pétrole et armes de destruction massive lors de catastrophes naturelles et technologiques et autres incidents environnementaux d’importance nationale.

Natural Resource Damage Assessment (NRDA)

Le processus de collecte et d’analyse de l’information pour évaluer la nature et l’étendue des préjudices résultant d’un incident et pour déterminer les actions de réhabilitation nécessaires pour ramener les ressources naturelles et les services atteints à leur état d’origine et tenir compte de l’environnement pour les pertes. (15CFR§990,30)

Niveaux d'alerte

Une gradation progressive, qualitative de la probabilité d’actes terroristes, de négligeable à imminente, basée sur les services de renseignements du gouvernement ou de la compagnie. Différentes mesures de sécurité, fixes ou variables, peuvent être implantées selon le niveau de menace évalué pour l’installation.

REDACTED COPY

Page 157: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 125

Terme Définition

Non-Persistent or Group I Oil

Réfère à une huile minérale qui, au moment de l’expédition, consiste en ces fractions d’hydrocarbures :

Au moins 50 % par volume se distille à une température de 340 °C (645 °F); et

Au moins 95 % par volume se distille à température de 370 °C (700 °F).

Notification initiale

Processus d’avertissement du personnel nécessaire de la compagnie et des organismes ayant autorité légale qu’un déversement a eu lieu, incluant toute l’information pertinente disponible concernant l’incident.

O

Objectifs d’intervention

Déclaration / lignes directrices essentielles pour le choix des stratégies appropriées et l’orientation tactique des ressources. Les objectifs d’intervention sont basés sur des attentes réalistes de ce qui peut être accompli lorsque toutes les ressources disponibles sont efficacement déployées. Les objectifs d’intervention doivent être réalisables et mesurables tout en étant assez souples pour permettre des alternatives stratégiques et tactiques.

Observateur du déversement

Le premier employé de la compagnie qui découvre un déversement d’hydrocarbure. Cette personne doit agir en tant que responsable jusqu’à ce qu’elle soit relevée par un superviseur autorisé.

Oil Spill Removal Organization (OSRO)

Une entité qui fournit des ressources d’intervention pour les déversements de pétrole, ce qui inclut tout entrepreneur à but lucratif ou non lucratif et les coopératives ou les ressources d’intervention internes qui ont été établies dans un secteur géographique pour fournir les ressources d’intervention requises.

Organisation d'urgence

Chaîne de commandement utilisée lors d’interventions d’urgences afin d’assurer une gestion efficace de la situation et des ressources disponibles.

Organisme compétent

Organisme qui a la compétence et la responsabilité pour une zone géographique spécifique ou une tâche mandatée.

Organisme coopérant

Organisme offrant une assistance autre que les fonctions de support, tactique ou services directs ou des ressources pour les mesures de contrôle de l’incident.

Organisme prêtant assistance

Organisme qui offre directement ses ressources tactiques ou autres à un autre organisme.

REDACTED COPY

Page 158: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 126

Terme Définition

Organisme provincial/d’état responsable

L’organisme responsable de coordonner le support provincial / d’état auprès du gouvernement local ou fédéral ou qui assume la direction de l’intervention en l’absence d’une implication fédérale.

Organisme responsable

L’organisme gouvernemental responsable de la direction de l’intervention.

P

Partie responsable Le propriétaire / exploitant du navire ou de l’installation qui est la source du déversement.

Parties prenantes Toute personne, tout groupe ou toute organisation affectée par, et ayant un intérêt direct, dans l’incident et/ou les opérations d’intervention.

Persistent Oil

Selon l’OPA 90, les huiles persistantes sont des huiles minérales qui ne satisfont pas les critères de distillation pour des huiles non persistantes. Les huiles persistantes sont classées selon leur densité comme suit :

Groupe II – densité de moins 0,85; Groupe III – densité entre 0,85 et moins de 0,95; Groupe IV – densité de 0,95 à et incluant 1,0; et Groupe V – densité plus grande que 1,0.

Personnel d’intervention lors d’un déversement

Personnel fédéral, provincial / d’état, provenant d’un organisme local ou de l’industrie, participant, ou autrement impliqué, dans les opérations d’intervention à la suite d’un déversement. Tout le personnel disponible pour des interventions lors de déversement sera préapprouvé et inclus dans une liste tenue à jour dans chaque région de la compagnie.

Pétrole

Hydrocarbures liquides formés de façon naturelle sous les températures atmosphériques et la pression de la terre, incluant l’essence naturelle et les condensats et tout fractionnement de ceux-ci, incluant, sans être limité à, le pétrole brut, l’essence, le mazout, le diesel, les boues d’hydrocarbures, les résidus d’hydrocarbures, et les huiles mêlées à des résidus autres que des produits de dragage.

Pétrole brut

Tout mélange d’hydrocarbures liquides issus naturellement de la terre, qu’il soit raffiné ou non pour le rendre apte au transport. Ceci inclut le pétrole brut duquel certains distillats ont pu être retirés et le pétrole brut auquel certains distillats ont pu être ajoutés.

REDACTED COPY

Page 159: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 127

Terme Définition

Plan d’action en cas d’incident (PAI)

Un document est d’abord préparé lors de la première réunion de planification qui contient des objectifs de contrôle généraux reflétant la stratégie globale de l’incident et des plans d’action spécifiques pour la prochaine phase d’opérations. Lorsqu’il sera complété, le PAI inclura plusieurs pièces jointes.

Plan d’Intervention

Plan pratique utilisé par l'industrie pour intervenir lors d'un déversement. Il comprend : (1) la détermination de la séquence de notification, des responsabilités, des techniques d'intervention, etc., le tout dans un format facile à utiliser; (2) l'utilisation d'arbres de décision, de diagrammes et de listes de vérification visant à assurer une intervention appropriée pour les déversements ayant des caractéristiques diverses; et (3) la ségrégation de l'information requise pendant l'intervention de celle requise par les organismes de réglementation afin d'éviter la confusion pendant un déversement.

Plan de contingence

Document utilisé par (1) les organismes fédéraux, provinciaux / d’état, municipaux ou territoriaux afin d’orienter les entités responsables de la planification et des procédures d’intervention lors de déversements d’hydrocarbures, de matières dangereuses ou autre situation d’urgence; (2) un document utilisé par l’industrie en réponse aux déversements d’hydrocarbures, de matières dangereuses ou autres urgences.

Plan de contingence de la zone

Document de référence à l’usage de tous les organismes impliqués lors d’interventions d’urgences environnementales à l’intérieur d’une zone géographique précise, comme décrite dans la Oil Pollution Act of 1990.

Plan de contingence intégré (PCI)

Plan d’orientation s’adressant au personnel de la compagnie concernant les procédures immédiates, les notifications et les opérations prolongées dans l’éventualité d’une intervention d’urgence.

REDACTED COPY

Page 160: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 128

Terme Définition

Plan de santé et sécurité spécifique au site (PSSS)

Le PSSS, au minimum, aborde, inclut ou contient les éléments suivants : analyse de santé et sécurité pour chacune des tâches ou opérations effectuées au site, plan de travail exhaustif des opérations, formation obligatoire du personnel, critère de sélection pour l’équipement de protection personnelle (EPP), exigence de surveillance médicale professionnelle spécifique au site, plan de surveillance de la qualité de l’air, mesures de contrôle du site, procédures d’entrée en espace clos (si requises), réunions pré-entrée (réunion de chantier, initiale et lorsque requise), réunion de santé et sécurité pré-opération pour tous les participants à l’intervention et assurance qualité de l’efficacité du PSSS.

Point de contrôle (PC)

Emplacement situé en aval du site d’un déversement dans un ruisseau ou une rivière, à l’endroit où les opérations de confinement et de récupération peuvent avoir lieu.

Poste de commandement

Site localisé dans la zone froide, où les décisions et les activités relatives à l’intervention sont planifiées, coordonnées et dirigées. Cet endroit peut servir de base de travail pour le commandant d’intervention et les différents organismes de contrôle.

Poste de commandement d’intervention

Emplacement où les activités de commandement principales sont effectuées, peut-être au même endroit que la base d’intervention.

Préjudice

Une détérioration mesurable, soit à court ou long terme, de la qualité de viabilité chimique ou physique d’une ressource naturelle, résultant soit directement ou indirectement de l’exposition à un déversement d’hydrocarbures ou de l’exposition aux sous-produits résultant d’un déversement d’hydrocarbures.

Premiers intervenants externes, organisme de première intervention

Organisme public de santé ou de sécurité (c.-à-d. pompier ou police) responsable d’intervenir pendant la phase d’urgence d’un déversement et d’atténuer tout danger immédiat à la vie, la santé, la sécurité et la propriété.

PREP

National Preparedness for Response Exercise Program – exercice de travail qui respecte les exigences de l’article 4202(a) du Oil Pollution Act of 1990 (OPA 90) aux É.-U. Enbridge suit les guides du PREP pour tout le système au Canada et aux États-Unis.

REDACTED COPY

Page 161: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 129

Terme Définition

Propriétaire ou exploitant

Toute personne, individu, partenariat, corporation, association, organisme public, privé ou gouvernemental, de n’importe qu’elle nature.

Q

Quantité dommageable d’hydrocarbures

Présence d’hydrocarbures provenant d’un déversement non autorisé, en quantité suffisante pour créer un film visible ou une iridescence ou une décoloration sur l’eau, la berge, le replat de marée, la plage ou le marais ou pour causer une boue ou une émulsion qui sera déposée sous la surface de l’eau ou sur une berge, un replat de marée, une plage ou un marais.

R

Regional Response Team (RRT)

Organisme d’intervention fédéral, composé de représentants d’agences fédérales et d’état, responsable de la planification et de la préparation en cas de déversement; et de donner son avis au FOSC dans l’éventualité d’un déversement majeur ou substantiel.

Réhabilitation initiale

Activités de réhabilitation à un site visant à éliminer tout danger aigu associé à un déversement. L’opération initiale de nettoyage est mise en œuvre sur un site lorsqu’un déversement de produit est une menace réelle ou potentiellement imminente pour la santé publique ou l’environnement; ou lorsque le niveau de difficulté du nettoyage augmente de façon substantielle sans une action de réhabilitation rapide. Chaque site doit être évalué à savoir si le nettoyage initial est également le nettoyage final; toutefois, ceci n’est pas toujours possible selon les conditions du site (c.-à-d. un site où il y a possibilité de transport terrestre ou d’inondation).

Ressource naturelle

Territoire, poissons, faune, biote, air, eau, eau souterraine, approvisionnement en eau potable et autres ressources appartenant à ou gérées par, détenue en fiducie par, relevant de ou autrement contrôlé par le gouvernement provincial / d’état, fédéral, le secteur privé ou une municipalité.

Ressources d'intervention

Le personnel, l’équipement, le matériel et autre capacité nécessaire aux activités d’intervention décrites dans un plan d’intervention.

Risque Potentiel de préjudice ou de perte d’un bien. Dans le contexte des procédés de sécurité, risque signifie un potentiel d’issue catastrophique.

REDACTED COPY

Page 162: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 130

Terme Définition

Risque pour la santé

Produit chimique pour lequel il existe une évidence statistique, provenant d’au moins une étude effectuée conformément aux procédures scientifiques établies, que des effets aigus ou chroniques sur la santé des personnes exposées peuvent se produire.

Rivières et canaux Un plan d’eau confiné à l’intérieur des terres d’une profondeur estimée à 12 pieds ou moins, incluant l’Intracoastal Waterway (É.-U.) et toute autre voie navigable artificielle.

S

Sauvetage de la faune

Efforts coordonnés avec les agences légales appropriées pour chercher, nettoyer et réhabiliter les oiseaux et les animaux sauvages affectés par un déversement d’hydrocarbures.

Sécurité physique

Systèmes de sécurité et éléments architecturaux conçus pour améliorer la protection (par ex. : clôtures, portes, barrières, murs, tourniquets, serrures, détecteurs de mouvements, barrières destinées aux véhicules, verre trempé).

Service d'urgence

Toute action effectuée par le gouvernement local ou provincial / d’état pour préparer et exécuter toute activité de prévention, de réduction ou d’intervention lors d’une urgence ou de rétablissement à la suite d’une urgence.

Site de stockage temporaire

Site utilisé pour entreposer temporairement les hydrocarbures ou les résidus d’hydrocarbures récupérés jusqu’à leur élimination à un site d’élimination permanent. Les sites de stockage temporaires incluent : les camions, les barges ou tout autre véhicule utilisé pour entreposer les déchets jusqu’au moment du transport.

Sous-traitant Entreprise engagée pour l’exécution d’un mandat spécifique et payée directement par la Compagnie.

Sous-traitant en intervention lors d’un déversement

Personne n’étant pas employée de la compagnie et engagée à forfait pour exécuter l’intervention pour contenir et / ou nettoyer un déversement.

Spécialistes techniques

Personnel ayant des aptitudes particulières ou une expertise technique qui peut être utilisé partout à l’intérieur du SCI.

REDACTED COPY

Page 163: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 131

Terme Définition

State Emergency Response Commission (SERC)

Un groupe d’officiers aux É.-U. nommés par le Gouverneur pour mettre en place les dispositions du Title III of the Federal Superfund Amendments and Reauthorization Act of 1986 (SARA). Le SERC approuve le State Oil and Hazardous Substance Discharge Prevention and Contingency Plan et les PMUs locaux.

Stratégie Le plan général ou la direction choisie afin d’atteindre les objectifs d’intervention.

Superviseur de site

Terme générique désignant l’employé responsable de l’emplacement ou son remplaçant désigné (c.-à-d. coordonnateur / superviseur de l’équipe d’entretien du pipeline (EPL), technicien, superviseur du terminal, etc.).

Système de Commandement d’Intervenction (SCI)

Système de gestion normalisé des urgences au site, conçu pour permettre à l’utilisateur ou aux utilisateurs d’accéder à une structure organisationnelle intégrée équivalente à la complexité et aux exigences d’un incident unique ou multiple, sans être entravés par des limites de juridiction.

Système de gestion d'intervention national (SGIN)

Identifie les concepts et les principes permettant de gérer, à partir de la préparation, toute situation d’urgence, quelle qu’en soit la cause, l’envergure, la localisation ou la complexité.

Système d'information Géographique (SIG)

Système d’information électronique offrant une base de données géo- référencée afin d’appuyer le processus décisionnel.

T

Tactiques Déploiement et direction des ressources lors d’une intervention afin d’accomplir l’objectif désiré.

Temporary Flight Restrictions (TFR)

Restrictions temporaires de l’espace aérien pour les aéronefs non prioritaires à la zone de l’incident. Les TFR sont mis en place par la FAA pour s’assurer de la sécurité des aéronefs et sont normalement limités à un rayon de 5 milles nautiques et 2000 pieds d’altitude.

Transfert de commandement

Terme spécifique au SCI signifiant le processus de passation des responsabilités d’une équipe de commandement à une autre. Ce terme est associé principalement au Commandant d’intervention.

REDACTED COPY

Page 164: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 132

Terme Définition

Travailleur compétent

Personne qui, grâce à sa formation et son expérience, est en mesure de déterminer les conditions risquées ou dangereuses et qui possède l’autorité pour effectuer rapidement les actions correctrices nécessaires pour éliminer ces conditions.

Travailleurs Employés de la compagnie et sous-traitants. U

Urgence

La combinaison de circonstances imprévues ou une perturbation des conditions normales d’opérations qui posent une menace potentielle à la vie, la santé, la propriété humaine et / ou l’environnement si elle n’est pas confinée, contrôlée ou éliminée immédiatement.

Urgence au site Signifie qu’un incident s’est produit et que le terminal entier, à l’exception des employés essentiels, est abrité au site ou a été évacué.

V

Vendors

Les fournisseurs sont définis comme des parties externes qui fournissent de la formation HAZWOPER d’après les normes OSHA du 29CFR§1910.120 et qui satisfont aux recommandations pour les instructeurs dans 29CFR§1910.120; Appendix E “Training Curriculum Guidelines”.

W Worst-Case Discharge (WCD) (Pire scénario de déversement)

Le pire scénario de déversement est décrit en détail à l’Annexe 4 du Plan de contingence intégré applicable.

Z

Zone anormalement sensible (ZAS)

Zone d’eau potable ou de ressources écologiques exceptionnellement sensibles aux impacts environnementaux dus à un déversement de liquide dangereux provenant d’un pipeline.

Zone de rassemblement

Endroit établi pour le rassemblement des ressources dans l’attente de recevoir une affectation tactique. La section des opérations gère les zones de rassemblement.

REDACTED COPY

Page 165: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 133

Terme Définition

Zone de réduction de la contamination

Zone située entre la zone contaminée et la zone propre. Cette zone est conçue pour réduire la probabilité que le secteur soit contaminé à l’avenir. Elle est aussi connue sous le nom de zone chaude.

Zone écosensible (ZE)

Les cours d'eau et les étendues d'eau, les zones d'alimentation des aquifères, les sources, les terres humides, les zones agricoles, les zones de rassemblement d'oiseaux, les habitats des espèces en voie de disparition ou menacées (flore et faune), les réserves fauniques ou les aires de conservation, les parcs, les plages, les dunes et toute autre zone protégée ou gérée pour sa valeur en ressources naturelles.

Zones culturellement sensibles

Ressources actuelles, historiques, préhistoriques et archéologiques incluant gisements, structures, sites, ruines, bâtiments, tombes, artefacts, fossiles ou autres objets antiques documentant les cultures historiques ou préhistoriques des peuples ainsi que l’histoire naturelle de la zone.

Zones d'accès / de rassemblement

Secteurs désignés permettant l’accès au site de déversement pour le rassemblement et le déploiement du personnel et de l’équipement d’intervention.

REDACTED COPY

Page 166: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 167: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

REGION DE L’EST

PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE En vigueur pour 2020/2021

À l’intention des intervenants d’urgence seulement – exemplaire non contrôlé s’il est imprimé. Les exemplaires électroniques contrôlés publiés peuvent être consultés sur le site www.emergencyresponderinfo.com ou dans la bibliothèque de documents de régie interne d’Enbridge. Page 134

13.0 FICHES SIGNALÉTIQUES (“FSSP”) Liste des fiches signalétiques :

• Muskeg Albian Lourd (AMH – Albian Muskeg Heavy) • Condensat • Corrosif • Dilbit (bitumen dilué) • Lourd • Non corrosif • SPX – Shell Permium Synthetic • Synthétique léger • Synbit

Les fiches de Données de Sécurité sont placés sur un site interne d’Enbridge: https://www.3eonline.com/EeeOnlinePortal/DesktopDefault.aspx?tabid=90 Les fiches de Données de Sécurité peuvent être recherché par des titres abrégés, le nom du produit or le nom du fournisseur.

REDACTED COPY

Page 168: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Page Blanche

REDACTED COPY

Page 169: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

1/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE

Nom du Produit : AMH - Albian Muskeg Heavy Utilisations : Charge de raffinage.

Fabricant/Fournisseur : Shell Canada Products400 - 4th Avenue S.W Calgary AB T2P 0J4 Canada

Téléphone : (+1) 8006611600 Télécopie : (+1) 4033848345

Numéro d’appel d’urgence: Shell Canada: (+1) 800-661-7378

CANUTEC (24 hr): (+1) 613-996-6666

2. COMPOSITION/INFORMATIONS SUR LES COMPOSANTS

Description du mélange : Pétrole brut produit par un procédé de raffinage et contenant majoritairement des hydrocarbures aliphatiques, alicycliques et aromatiques. Peut aussi contenir de petites quantités de nitrogène, d’oxygène ou de composés sulfurés.

Ingrédients contrôlés par le SIMDUT

Identité chimique CAS n° Conc. W/W Naphta léger (pétrole), hydrotraité 64742-49-0 >= 30.00-< 60.00 % Distillats moyens (pétrole), hydrotraités 64742-46-7 >= 30.00-< 60.00 % Gazoles (pétrole), hydrotraités, sous vide 64742-59-2 >= 30.00-< 60.00 % Gazole lourd (pétrole), atmosphérique 68783-08-4 >= 10.00-< 30.00 % Résidus (pétrole), sous vide 64741-56-6 >= 10.00-< 30.00 % Huiles clarifiées (pétrole), craquage catalytique 64741-62-4 >= 5.00-< 10.00 %

Contient du benzene, CAS n° 71-43-2.Contient de l'Ethylbenzène, CAS n° 100-41-4.Contient du n-Hexane, CAS n° 110-54-3.Contient du Naphtalène, CAS n° 91-20-3.Contient du sulfure d'hydrogène, CAS n° 7783-06-4.Contient de l'Essence Naturelle, N° CAS 8006-61-9.Présence possible de sulfure d'hydrogène à la fois dans le liquide et lavapeur. La composition est complexe et varie suivant la source dupétrole brut.

Consulter le Chapitre 8 - Directives sur l'exposition en milieu de travail.

REDACTED COPY

Page 170: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

2/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

3. IDENTIFICATION DES DANGERS

Classe /Description SIMDUT

: Catégorie B2 Liquide inflammable Classe D2A Autres Effets Toxiques - Carcinogène/Mutagène Catégorie D2A Autres effets toxiques - Toxicité pour la Reproduction Catégorie D2B Autres effets toxiques - irritant cutané Catégorie D2B Autres effets toxiques - Effets narcotiques. Catégorie D2B Autres effets toxiques - Sang, Thymus., Foie..

Voies d'exposition : L'exposition peut avoir lieu par l'intermédiaire d'une inhalation, d'une ingestion, d'une absorption par la peau et par un contact avec les yeux ou la peau et par une ingestion accidentelle.

Dangers pour la santé : L'inhalation de vapeurs peut provoquer somnolence et vertiges. L'exposition répétée peut provoquer dessèchement ou gerçures de la peau. Modérément irritant pour les yeux.Nocif: risque d'effets graves pour la santé en cas d'exposition prolongée par contact avec la peau et par ingestion. Nocif: peut provoquer une atteinte des poumons en cas d'ingestion.Le sulfure d'hydrogène est hautement toxique et peut être mortel en cas d'inhalation. Du sulfure d'hydrogène (H2S), un gaz extrêmement inflammable et toxique, ainsi que d'autres vapeurs dangereuses peuvent se dégager et s'accumuler dans l'espace libre des réservoirs de stockage, ceux des navires ou d'autres conteneurs fermés. Un ou des composant(s) de ce produit peut (peuvent) causer le cancer. Ce produit contient du benzène qui peut provoquer une leucémie (LAM "leucémie aiguë myéloblastique"). Peut provoquer un SMD (syndrome myélodysplasique). Le sulfure d'hydrogène est hautement toxique et peut être mortel en cas d'inhalation. Du sulfure d'hydrogène (H2S), un gaz extrêmement inflammable et toxique, ainsi que d'autres vapeurs dangereuses peuvent se dégager et s'accumuler dans l'espace libre des réservoirs de stockage, ceux des navires ou d'autres conteneurs fermés.Peut amoindrir le sens olfactif, donc ne pas se fier à l'odeur comme indication de danger. H2S possède un large éventail d'effets selon la concentration atmosphérique et la durée de l'exposition : 0,02 ppm - seuil olfactif, odeur d'oeuf pourri ; 10 ppm - irritation des yeux et de l'appareil respiratoire ; 100 ppm - toux, céphalées, vertiges, nausées, irritation des yeux, perte de l'odorat en quelques minutes ; 200 ppm - possibilité d'œdème pulmonaire éventuel après plus de 20-30 minutes ; 500 ppm - évanouissement après de courtes expositions, possibilité d'arrêt respiratoire éventuel ; plus de 1000 ppm - évanouissement immédiat, pouvant conduire rapidement à la

REDACTED COPY

Page 171: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

3/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

mort, une réanimation cardio-respiratoire rapide peut être nécessaire. Ne pas se fier à l'odorat comme signe d'avertissement. H2S provoque une anesthésie olfactive rapide (engourdit l'odorat). Une accumulation de H2S dans le tissu corporel après une exposition répétée n'a pas été mise en évidence. L'exposition répétée peut provoquer dessèchement ou gerçures de la peau Un ou des composant(s) de ce produit peut (peuvent) causer le cancer. Ce produit contient du benzène qui peut provoquer une leucémie (LAM "leucémie aiguë myéloblastique"). Peut provoquer un SMD (syndrome myélodysplasique).

Signes et symptômes : Les signes et symptômes d'une dermatite délipidante peuvent comporter une sensation de brûlure et/ou un aspect sec/craquelé. Les signes et les symptômes d'irritation des yeux peuvent comporter une sensation de brûlure, des rougeurs, une tuméfaction et/ou une vision floue. Si le produit pénètre dans les poumons, les signes et les symptômes peuvent consister en une toux, une suffocation, une respiration sifflante, une respiration difficile, une oppression thoracique, le souffle court et/ou de la fièvre. L’apparition des symptômes respiratoires peut n'être effective que plusieurs heures après l'exposition. L'inhalation de concentrations élevées en vapeurs peut provoquer une dépression du système nerveux central (SNC), résultant en des étourdissements, des sensations de vertiges, des céphalées, des nausées et une perte de coordination. Une inhalation continue peut causer un évanouissement et la mort. H2S possède un large éventail d'effets selon la concentration atmosphérique et la durée de l'exposition : 0,02 ppm - seuil olfactif, odeur d'oeuf pourri ; 10 ppm - irritation des yeux et de l'appareil respiratoire ; 100 ppm - toux, céphalées, vertiges, nausées, irritation des yeux, perte de l'odorat en quelques minutes ; 200 ppm - possibilité d'œdème pulmonaire éventuel après plus de 20-30 minutes ; 500 ppm - évanouissement après de courtes expositions, possibilité d'arrêt respiratoire éventuel ; plus de 1000 ppm - évanouissement immédiat, pouvant conduire rapidement à la mort, une réanimation cardio-respiratoire rapide peut être nécessaire. Ne pas se fier à l'odorat comme signe d'avertissement. H2S provoque une anesthésie olfactive rapide (engourdit l'odorat). Une accumulation de H2S dans le tissu corporel après une exposition répétée n'a pas été mise en évidence.

Dangers physiques et chimiques

: Facilement inflammable. Peut s'enflammer sur les surfaces dont la température est supérieure aux températures d'auto-inflammation. Des vapeurs inflammables peuvent être présentes même à des températures inférieures au point éclair. Ce matériau est un accumulateur statique. Même avec une métallisation et une mise appropriées, ce matériau peut accumuler une charge électrostatique. L’accumulation d’une charge suffisante peut entraîner une décharge électrostatique et l’inflammation des mélanges inflammables air-vapeur.

REDACTED COPY

Page 172: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

4/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

Dangers pour l’environnement

: Nocif pour les organismes aquatiques, peut entraîner des effets néfastes à long terme pour l'environnement aquatique.

InformationsComplémentaires

: Ce produit est destiné à être utilisé uniquement dans des installations confinées.

4: Premiers secours

Informations Générales : La vaporisation de H2S qui a été piégé dans les vêtements peut être dangereuse pour les sauveteurs. Maintenir une protection respiratoire pour éviter une contamination depuis la victime vers le sauveteur. Une ventilation mécanique doit être utilisée pour une ressuscitation si possible.

Inhalation : Transporter la victime à l'air libre. Si la victime ne se rétablit pas rapidement, l'amener au centre médical le plus proche pour un traitement additionnel.

Contact avec la peau : Retirer les vêtements contaminés. Rincer la peau immédiatement et abondamment à l'eau pendant au moins quinze minutes, puis si possible laver au savon et à l'eau, En cas de rougeurs, d'enflure, de douleurs et/ou de cloques transporter la personne à l'établissement médical le plus proche pour un traitement additionnel.

Contact avec les yeux : Rincer les yeux avec de l'eau tout en maintenant les paupières ouvertes. Laisser les yeux au repos pendant 30 minutes. En cas de rougeurs, de sensations de brûlure, de vue trouble ou de gonflements persistants, transporter la victime au centre médical le plus proche pour un traitement additionnel.

Ingestion : Ne pas faire vomir : transporter la personne à l'établissement médical le plus proche pour y recevoir des traitements supplémentaires. En cas de vomissement spontané, maintenir la tête plus basse que les hanches pour empêcher l'aspiration. Ne rien administrer par voie orale. Ne pas faire vomir. Si les signes et symptômes tardifs suivants apparaissent dans les 6 heures qui suivent l'ingestion, transporter le patient au centre médical le plus proche: une fièvre supérieure à 38.3°C, le souffle court, une oppression thoracique, de la toux ou une respiration sifflante continue.

Instructions pour le Médecin

: Sulfure d'hydrogène (H2S) - Asphyxiant du SNC (Système Nerveux Central) ; Peut provoquer une rhinite, une bronchite ou parfois un oedème pulmonaire après une exposition sévère. A CONSIDERER : oxygénothérapie - prendre conseil auprès d'un centre anti-poison. Une exposition à du sulfure d'hydrogène à des concentrations supérieures à la limite d'exposition professionnelle recommandée peut provoquer des maux de tête, des étourdissements, une irritation des yeux, des voies respiratoires supérieures, de la bouche et du tube digestif, des convulsions, une paralysie respiratoire, une perte de conscience, voire entraîner la mort. Appeler un médecin ou le centre antipoison pour obtenir des conseils. Potentialité de générer des pneumonies.

REDACTED COPY

Page 173: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

5/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

5: Mesures de lutte contre l’incendie

Eloigner toute personne étrangère aux secours de la zone d'incendie.

Point d'éclair : < 23 °C / 73 °FLimitessupérieures/inférieures d’inflammabilité ou limites d’explosivité

: 0.6 - 8 %(V)

Température d’auto-inflammabilité

: > 220 °C / 428 °F

Produits de Combustion Dangereux et Dangers Spécifiques

: Les produits de combustion peuvent comprendre: Un mélange complexe dans l'air, formé de gaz (fumées) et de particules solides et liquides dans l'air. Dégagement possible de monoxyde de carbone en cas de combustion incomplète. Oxydes de soufre. Composés organiques et non-organiques non identifiés. Oxydes d'azote. Les vapeurs sont plus lourdes que l'air, se répandent au sol et peuvent s'enflammer à distance. Flotte et peut se réenflammer à la surface de l'eau. Des vapeurs inflammables peuvent être présentes même à des températures inférieures au point éclair. Du sulfure d'hydrogène (H2S) et d'autres oxydes de soufre toxiques peuvent être dégagés lorsque ce produit est chauffé. Ne pas se fier à l'odorat comme avertissement.

Agent extincteur approprié

: Mousse, eau pulvérisée ou en brouillard. Poudre chimique sèche, dioxyde de carbone, sable ou terre peuvent être utilisés uniquement pour les incendies de faible ampleur.

Moyens d'Extinction Déconseillés

: Ne pas utiliser d'eau en jets directement sur le produit en feu car cela pourrait provoquer une explosion de vapeur et propager l'incendie. L'utilisation simultanée de mousse et d'eau sur la même surface est à éviter, l'eau détruisant la mousse.

Équipement de protection pour les pompiers

: Un équipement de protection adapté comprenant des gants résistants aux produits chimiques doit être utilisé ; une combinaison résistante aux produits chimiques est conseillée en cas de contact prolongé avec le produit. Il est conseillé de porter un appareil respiratoire autonome en cas d'incendie dans un endroit clos. Portez une combinaison de pompier conforme à la norme en vigueur (par ex. en Europe : EN469).

Conseils Supplémentaires

: Si le feu ne peut être maitrisé, évacuer immédiatement. Refroidir les récipients à proximité en les arrosant d'eau. Si possible, retirer les conteneurs des zones dangereuses. Confiner le produit résiduel dans les zoens affectées pour en empêcher son infiltation dans les canalisations (égouts), les fossés et les cours d'eau.

6: Mesures à prendre en cas de déversement accidentel

Mesures de Protection : Peut s'enflammer sur les surfaces dont la température est supérieure aux températures d'auto-inflammation. Ne pas respirer les fumées, les vapeurs. Ne pas faire fonctionner les

REDACTED COPY

Page 174: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

6/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

équipements électriques. Arrêter les fuites, si possible sans prendre de risque. Eliminer toutes les causes possibles d'inflammation dans la zone environnante. Utiliser un confinement approprié (pour le produit et les eaux d'extinction) pour éviter toute contamination du milieu ambiant. Empêcher tout écoulement dans les égouts, les fossés ou les rivières en utilisant du sable, de la terre, ou d'autres barrières appropriées. Tenter de disperser les vapeurs ou de diriger leur écoulement vers un endroit sûr, par exemple par arrosage en brouillard. Prendre des mesures de précautions contre les décharges électrostatiques. S'assurer de la continuité électrique de tous les équipements par la continuité des masses et la mise à la terre.

Méthodes de Nettoyage : Récupérer les déversements importants (> 150 litres) par des moyens mécanisés tels qu'un camion de pompage par le vide vers une citerne dédiée à la récupération du produit ou son élimination en toute sécurité. Ne pas éliminer le reliquat par rinçage à l'eau . Le conserver comme déchet contaminé. Laisser les résidus s'évaporer ou les absorber avec un matériau absorbant approprié et les éliminer sans risques. Retirer le sol contaminé et l'éliminer sans risques. Récupérer les déversements de faible ampleur (< 150 litres) par des moyens mécanisés dans un récipient étiqueté, hermétiquement fermé et dédié à la récupération du produit ou à son élimination en toute sécurité. Laisser le reliquat s'évaporer ou l'absorber avec un matériau absorbant que l'on éliminera en toute sécurité. Oter les terres contaminées et les évacuer en toute sécurité.

Conseils Supplémentaires

: Informer les autorités si la population ou l'environnement sont exposés à ce produit ou pourraient l'être. Prévenir les autorités compétentes si des déversements significatifs ne peuvent être maîtrisés. Les déversements en mer doivent être traités comme stipulé dans le plan d'urgence de bord contre la pollution par hydrocarbures comme l'exige la convention MARPOL, annexe 1, règle 26. Pour le choix des équipement de protection individuels, se reporter au chapitre 8 de la FDS.Se reporter au chapitre 13 de la FDS en cas de déversement.

7: Manipulation et stockage

Précautions Générales : Utiliser les informations figurant sur cette fiche de données pour évaluer les risques liés aux conditions locales et déterminer les contrôles garantissant une manutention, un stockage et une élimination de ce produit dans de bonnes conditions de sécurité. Eliminer de manière adéquate tout chiffon ou matériau de nettoyage contaminé afin d'empêcher un incendie. Eviter les déversements. Consulter le fournisseur pour de plus amples conseils sur la manipulation, le transfert du produit, le stockage et le nettoyage des cuves.

Manipulation : Ne pas manger ni boire pendant l'utilisation. Eteindre les flammes nues. Ne pas fumer. Eliminer toutes les causes

REDACTED COPY

Page 175: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

7/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

d'inflammation. Eviter les étincelles. Ne jamais siphoner avec la bouche. Les vapeurs sont plus lourdes que l'air, se répandent au sol et peuvent s'enflammer à distance. Éviter l'exposition. Ne pas utiliser d’outils produisant des étincelles.En cas de risque d'inhalation de vapeurs, de brouillards ou d'aérosols, utiliser une extraction d'air. Les réservoirs de stockage en vrac doivent être endigués (en cuvette de rétention). Même avec une métallisation et une mise appropriées, ce matériau peut accumuler une charge électrostatique. L’accumulation d’une charge suffisante peut entraîner une décharge électrostatique et l’inflammation des mélanges inflammables air-vapeur. Soyez conscient des opérations de manipulation qui peuvent être à l’origine de risques supplémentaires dus à l’accumulation de charges statiques. Ces opérations incluent, sans s’y limiter, le pompage (particulièrement dans le cas d’écoulement turbulent), le mélange, le filtrage, le remplissage en pluie, le nettoyage et le remplissage des cuves et des récipients, l’échantillonnage, le rechargement, le jaugeage, les opérations des camions de pompage par le vide et les mouvements mécaniques. Ces activités peuvent être à l’origine de décharges statiques, p. ex., la formation d’étincelles. Limitez la vélocité d’écoulement lors du pompage afin d’éviter la génération de décharges électrostatiques (<= 1 m/s jusqu’à l’immersion du tuyau de remplissage à une profondeur égale au double de son diamètre, puis <= 7 m/s). Évitez le remplissage en pluie.N’utilisez PAS d’air comprimé pour les opérations de remplissage, de déchargement ou de manipulation.

Entreposage : Stockage en fûts et petits conteneurs: Conserver les récipients fermés en absence d'utilisation. Ne pas empiler plus de 3 fûts les uns sur les autres. Utiliser des conteneurs correctement étiquetés et qui peuvent être fermés. Le produit conditionné doit être gardé hermétiquement fermé et entreposé dans une aire de rétention (avec muret de protection) bien ventilée, à l'écart de toutes sources d'inflammation et de chaleur. Prendreles précautions qui s'imposent lors de l'ouverture de conteneurs hermétiquement clos, car la pression peut augmenter durant le stockage. Stockage en citerne: Lesréservoirs doivent être spécialement conçus pour pouvoir être utilisés avec ce produit. Les réservoirs de stockage en vrac doivent être endigués (en cuvette de rétention). Placer les réservoirs loin de toute source de chaleur et autres sources d'ignition. Le nettoyage, le contrôle et la maintenance des citernes de stockage sont des opérations de spécialistes qui nécessitent l'application de précautions et procédures strictes.Des charges électrostatiques seront générées lors du pompage. Les décharges électrostatiques peuvent causer un incendie. Vérifiez la continuité électrique en procédant à une métallisation et à la mise à la terre (mise à la masse) de tous les équipements afin de réduire le risque. Les vapeurs se trouvant dans l’espace libre de la cuve de stockage peuvent se

REDACTED COPY

Page 176: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

8/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

situer dans la zone d’inflammabilité/explosivité et être ainsi inflammables. Reportez-vous à la section 15 pour toute législation complémentaire spécifique concernant le conditionnement et le stockage de ce produit.

Transfert de Produit : Attendre 2 minutes après le remplissage du réservoir (pour des réservoirs comme ceux des camions citernes) avant d'ouvrir les trappes ou les regards. Attendre 30 minutes après le remplissage du réservoir (pour les grandes citernes) avant d'ouvrir les trappes ou les regards.

Éviter les éclaboussures lors du remplissage. Conserver les récipients fermés en absence d'utilisation. Ne pas utiliser l'air ou l'oxygène comprimé pour remplir, décharger ou manipuler.Une contamination résultant d'un changement de produit peut donner lieu à de légères vapeurs d'hydrocarbures au creux des réservoirs qui contenaient auparavant de l'essence. Ces vapeurs peuvent exploser en présence d'une source d'inflammation. Les conteneurs partiellement remplis présentent un plus grand danger que ceux qui le sont entièrement. Par conséquent les activités de manutention, de transfert et de prise d'échantillons doivent faire l'objet d'une attention particulière.

Se reporter aux directives dans la section Manipulation.Matériaux Recommandés : Pour les conteneurs ou leur revêtement interne, utiliser de

l'acier doux ou de l'acier inoxydable. L'aluminium peut également être utilisé s'il ne concourt pas inutilement au risque d'incendie. Exemples de matériaux appropriés : polyéthylène haute densité (PEHD), polypropylène (PP), chlorure de polyvinyle (PVC), fluorure de polyvinyle (PVDF), et fluoroélastomères (FKM), par exemple le Viton. La compatibilité de ces matériaux avec ce produit a fait l'objet de tests spécifiques. Pour le chemisage intérieur ou les revêtements, utiliser de l'Époxy (exempt d'amine), de l'Époxy Novolac, ou de l'Époxy Phénolique. Pour les joints et garnitures, utiliser des fluoroélastomères (FKM), par exemple du Viton A, B ou F, du Néoprène (CR), du nitrile (NBR, HNBR), du graphite, ou du PTFE expansé (par ex. du Gore-Tex).

Matériaux Déconseillés : Certains matériaux de synthèse peuvent se révéler inadéquats pour les conteneurs ou pour le chemisage de conteneurs, ce en fonction de la spécification du matériau et de l'usage prévu. Exemples de matériaux à éviter : caoutchouc naturel (NR), caoutchouc de propylène-éthylène (EPDM), méthacrylate de polyméthyle (PMMA), polystyrène, polyisobutylène. Toutefois, certaines de ces matières peuvent convenir pour les gants de protection.

Consignes concernant les récipients

: Ne pas découper, percer, broyer, souder ou réaliser des opérations semblables sur ou à proximité de conteneurs. Les récipients, même ceux qui ont été vidés, peuvent contenir des vapeurs explosives.

InformationsComplémentaires

: S'assurer que les installations de manipulation et de stockage sont conformes aux réglementations locales. Du sulfure d'hydrogène (H2S) et d'autres oxydes de soufre toxiques

REDACTED COPY

Page 177: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

9/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

peuvent être dégagés lorsque ce produit est chauffé. Ne pas se fier à l'odorat comme avertissement. Du sulfure d'hydrogène (H2S ou Gaz Sulfureux) peut être présent lors du chargement et du déchargement de citernes. Rester au vent et éloigné des trappes récemment ouvertes, et laisser ventiler complètement avant de manipuler le produit. On peut utiliser de la vapeur pour ventiler les trappes. Eloigner toutes les sources d'ignition de la zone de chargement. Voir le Code 655 de la National Fire Protection Association (NFPA) pour des informations spécifiques sur le concassage, le broyage, la pulvérisation ou la manipulation du soufre. Utiliser les détecteurs de sulfure d'hydrogène pour en déceler la présence.

Consultez des références supplémentaires sur les pratiques de manipulation en toute sécurité des liquides qui se sont avérés être des accumulateurs statiques : American Petroleum Institute 2003 (Protection Against Ignitions Arising out of Static, Lightning and Stray Currents [Institut américain du pétrole 2003 (Protection contre l’inflammation provoquée par l’électricité statique, la foudre et les courants vagabonds)] ou National Fire Protection Agency 77 (Recommended Practices on Static Electricity [Association nationale de protection contre les incendies 77 (Pratiques recommandées relatives à l’électricité statique)]. CENELEC CLC/TR 50404 [Electrostatics – Code of practice for the avoidance of hazards due to static electricity (Électrostatique - Code de bonne pratique pour la prévention des risques dus à l’électricité statique)].

8: Contrôles de l’exposition/protection individuelle

Si la valeur de l'ACGIH (Conference Américaine des Hygiénistes Industriels Gouvernementaux) est indiquée dans ce document, c'est uniquement à titre d'information.

Limites d'exposition sur le lieu de travail

Produit Source Type ppm mg/m3 Notation Naphta léger (pétrole),hydrotraité

ACGIH TWA 300 ppm

ACGIH STEL 500 ppm

Distillats moyens (pétrole),hydrotraités

ACGIH TWA(Fraction inhalable.)

5 mg/m3

Résidus (pétrole), sous vide

ACGIH TWA(Fraction inhalable.)

0.5 mg/m3 comme matières solubles dans le benzène

REDACTED COPY

Page 178: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

10/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

Consulter l'administration locale en ce qui concerne les limites d'exposition acceptables qui relèvent de sa compétence.

InformationsComplémentaires

: SHELL IS est la Norme Interne de Shell. Risque de pénétration percutanée. Cette indication précise qu'une exposition significative peut également se produire par l'absorption du liquide à travers la peau ou l'absorption de vapeurs via les yeux ou les muqueuses.

Indice Biologique d'Exposition (IBE) Produit Déterminant Durée de

l'échantillonnage

Indicebiologique

d'exposition

Référence

Benzène Acide t,t-muconique in Créatinine urinaire

Temps d’échantillonnage : Fin de quart.

500 μg/g ACGIH BEL (2011)

Acide S-Phénylmercapturique in Créatinine urinaire

Temps d’échantillonnage : Fin de quart.

25 μg/g ACGIH BEL (2011)

Éthylbenzène Somme des acides mandélique et phénylglyoxylique in Créatinine urinaire

Temps d’échantillonnage : Fin de quart à la fin de la semaine de travail.

0.7 g/g ACGIH BEL (2011)

Éthylbenzène in Dernière portion d'air expiré

Temps d’échantillonnage : Non critique.

ACGIH BEL (2011)

n-hexane Hexane-2,5-dione, sans hydrolyse in Urine

Temps d’échantillonnage : Fin de quart à la fin de la semaine de travail.

0.4 mg/l ACGIH BEL (2011)

Contrôles de l’exposition : Le niveau de protection et la nature des contrôles nécessaires varient en fonction des conditions potentielles d'exposition. Déterminer les contrôles à effectuer après une évaluation des risques selon les circonstances du moment. Les mesures

REDACTED COPY

Page 179: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

11/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

appropriées comprennent : Utiliser des systèmes étanches dans la mesure du possible. Ventilation antidéflagrante correcte pour contrôler les concentrations atmosphériques en dessous des recommandations/limites d'exposition. Uneextraction des gaz d'échappement est recommandée. Rince-yeux et douche en cas d'urgence. Il est conseillé d'utiliser des systèmes automatiques d'eau pour la lutte anti-incendie et d'arrosage en douche. Toujours observer les mesures appropriées d'hygiène personnelle, telles que le lavage des mains après la manipulation des matières et avant de manger, boire et/ou fumer. Nettoyer régulièrement la tenue de travail et l'équipement de protection pour éliminer les contaminants. Jeter les vêtements et les chaussures contaminés qui ne peuvent être nettoyés. Veiller au bon entretien des locaux.Définir les procédures pour une manipulation sûre et le maintien des contrôles. Former les travailleurs et leur expliquer les dangers et les mesures de contrôle relatives aux activités normales associées à ce produit. Assurer la sélection, les tests et l'entretien appropriés de l'équipement utilisé pour contrôler l'exposition, p. ex. l'équipement de protection personnelle, la ventilation par aspiration. Vidanger les dispositifs avant l'ouverture ou la maintenance de l'équipement. Conserver les liquides dans un stockage hermétiquement fermé jusqu'à leur élimination ou leur recyclage ultérieur.

Mesures de protection, telles que les équipements de protection individuelle

: Les équipement de protection individuelle (EPI) doivent être conformes aux normes nationales recommandées. A vérifier avec les fournisseurs d'EPI.

Protection Respiratoire

: Si les équipements en place ne permettent pas de maintenir les concentrations de produit en suspension dans l'air en dessous d'un seuil adéquat pour la santé, choisir un équipement de protection respiratoire adapté aux conditions spécifiques d'utilisation et répondant à la législation en vigueur.Vérifier avec les fournisseurs d'équipements de protection respiratoire. Là où les masques filtrants ne sont pas adaptés (par exemple lorsque les concentrations dans l'air sont élevées, qu'il existe un risque de manque d'oxygène ou dans un espace confiné) utiliser un appareil respiratoire à pression positive adapté. L'équipement de protection respiratoire et son utilisation doivent être conformes aux réglementations locales.Le pétrole brut est un mélange complexe contenant des composants à points d’ébullition faibles et élevés. Lors de l’utilisation d’un respirateur à filtre, il est recommandé d’accorder une attention particulière au délai de rupture. Si des respirateurs à filtration d'air sont convenables pour les conditions d'utilisation : Sélectionner un filtre adapté aux gaz et vapeurs organiques (Point d'Ebullition > 65 °C) (149°F). Dans des zones d’accumulation potentielle de vapeurs de sulfure d’hydrogène, l’utilisation d’un respirateur à adduction d’air à pression positive est recommandée.

Protection des Mains : Dans les cas où il y a possibilité de contact manuel avec le

REDACTED COPY

Page 180: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

12/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

produit, l'utilisation de gants homologués vis-à-vis de normes pertinentes (par exemple Europe: EN374, US: F739), fabriqués avec les matériaux suivants, peut apporter une protection chimique convenable : PVC. Protection long terme:Caoutchouc nitrile. Contact accidentel/Protection contre les éclaboussures: Caoutchouc néoprénique. En cas de contact continu, le port de gants est recommandé, avec un temps de protection de plus de 240 minutes (de préférence > à 480 minutes) pendant lequel les gants appropriés peuvent être identifiés. En cas de protection à court-terme/contre les projections, notre recommandation est la même ; toutefois, nous reconnaissons que des gants adéquats offrant ce niveau de protection peuvent ne pas être disponibles. Dans ce cas, un temps de protection inférieur peut être acceptable à condition de respecter les régimes de maintenance et de remplacement appropriés. L'épaisseur des gants ne représente pas un facteur de prédiction fiable de la résistance du gant à un produit chimique, puisque cela dépend de la composition exacte du matériau du gant. La convenance et la durabilité d'un gant dépendent de l'usage qui en est fait, p.ex. la fréquence et la durée de contact, la résistance chimique du matériau du gant, la dextérité. Toujours demander conseil auprès des fournisseurs de gants. Il faut remplacer des gants contaminés.

Protection des yeux/du visage

: Lunettes de protection contre les projections de produits chimiques (Masque monobloc type Monogoogle ®) homologuées à la Norme UE EN166.

Vêtements de Protection

: Gants/gants à manchettes, bottes et tablier résistant aux substances chimiques.

Méthodes de Contrôle : Il peut être requis de surveiller la concentration des substances en zone de travail ou en milieu général pour vérifier la conformité avec la LEMT et que les moyens de contrôle de l'exposition sont adaptés. Pour certaines substances, une surveillance biologique peut également se révéler appropriée.Des méthodes validées de mesure de l'exposition doivent être appliquées par une personne qualifiée et les échantillons doivent être analysés par un laboratoire agréé. Des exemples de sources de méthodes conseillées de surveillance de l'air sont données ci-dessous, sinon contacter le fournisseur. Des méthodes nationales supplémentaires peuvent être disponibles.

National Institute of Occupational Safety and Health (NIOSH), USA: Manual of Analytical Methods http://www.cdc.gov/niosh/Occupational Safety and Health Administration (OSHA), USA: Sampling and Analytical Methods http://www.osha.gov/

Contrôles de l'exposition Environnementale

: Les directives locales sur les limites des rejets de composés volatils doivent être respectées lors du rejet à l'extérieur de l'air contenant des vapeurs. Prendre les mesures appropriées pour répondre aux exigences de la réglementation sur la protection de l’environnement. Eviter toute contamination du milieu ambiant en respectant les conseils indiqués en Section 6. Si nécessaire, éviter les rejets de substances non diluées dans le

REDACTED COPY

Page 181: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

13/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

réseau des eaux usées. Les eaux usées devront être traitées dans une station d’épuration municipale ou industrielle avant tout rejet dans les eaux de surface.

9: Propriétés physiques et chimiques

Aspect : De brun à noir. Liquide visqueux.Odeur : Odeur possible d'œufs pourris et de soufre..Seuil olfactif : pH : Sans objetPoint initial d’ébullition et intervalle d’ébullition

: Données non disponibles

Point de congélation : Données non disponibles

Pression de vapeur : Données non disponiblesPoids spécifique : Données non disponiblesMasse volumique : < 1.010 g/cm3 à 15 °C / 59 °FSolubilité dans l'eau : Insoluble.Coefficient de partage : n-octanol/eau

: 2 - 6

Viscosité cinématique : 3 - 1,000 mm2/s à 40 °C / 104 °FDensité de vapeur (air=1) : Données non disponiblesConductivité électrique : Faible conductivité : < 100 pS/m, La conductivité de ce

matériau en fait un accumulateur statique., Un liquide est généralement considéré comme non conducteur si sa conductivité est inférieure à 100 pS/m. Il est considéré comme semi-conducteur si sa conductivité est inférieure à 10 000 pS/m., Les précautions sont les mêmes pour un liquide qu’il soit non conducteur ou semi-conducteur., Un certain nombre de facteurs, tels que la température du liquide, la présence de contaminants et d’additifs antistatiques, peuvent avoir une grande influence sur la conductivité d’un liquide.

Taux d'évaporation (nBuAc=1)

: Données non disponibles

10: Stabilité et réactivité

Stabilité : Stable dans les conditions normales d'utilisation. Conditions à éviter : Eviter la chaleur, les étincelles, les flammes nues et d'autres

causes d'inflammation.Matières à Éviter : Agents fortement oxydants.Produits de décomposition dangereux

: Il ne devrait pas se former de produits de décomposition dangereux durant un stockage normal. Une décomposition thermique dépend grandement des conditions. Un mélange complexe de solides atmosphériques, de liquides et de gaz, y compris du monoxyde de carbone, du dioxyde de carbone, des oxydes de soufre et des composés organiques non identifiés, se dégagera lorsque ce matériau subira une combustion ou une dégradation thermique ou oxydative.

Polymérisation Dangereuse

: Non, aucune polymérisation exothermique dangereuse ne peut se produire.

REDACTED COPY

Page 182: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

14/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

Sensibilité aux impacts mécaniques

: Non, le produit ne deviendra pas auto-réactif.

Sensibilité aux décharges électrostatiques

: Oui, dans certains cas le produit peut s'enflammer du fait de l'électricité statique.

11: Informations toxicologiques

Base d'Évaluation : Les informations fournies sont basées sur les données des composants.

Voies d'exposition : L'exposition peut avoir lieu par l'intermédiaire d'une inhalation, d'une ingestion, d'une absorption par la peau et par un contact avec les yeux ou la peau et par une ingestion accidentelle.

Toxicité Orale Aiguë : Peut être nocif en cas d'ingestion LD50 > 2000 - <= 5000 mg/kg , Rat.

Toxicité Dermique Aiguë : Estimé faiblement toxique: LD50 > 5000 mg/kg , Lapin. Toxicité par inhalation aiguë

: Faible toxicité prévue si inhalé. (Hydrogen Sulphide)

Irritation de la Peau : Provoque une irritation de la peau.Irritation des Yeux : Considéré comme irritant pour les yeux. Irritation des Voies Respiratoires

: Non considéré comme un irritant respiratoire.

Sensibilisation : Non considéré comme un agent de sensibilisation.Doses Répétées de Toxicité

: L'exposition répétée peut provoquer dessèchement ou gerçures de la peau.

Risque présumé d'effets graves pour les organes à la suite d'expositions répétées ou d'une exposition prolongée. Moelleosseuse (Benzène)

Peut provoquer des lésions du foie. Foie: Une exposition chronique à des concentrations élevées peut engendrer des atteintes hépatiques.

Mutagénicité : Peut provoquer des altérations génétiques héréditaires.(Benzène)

Cancérogénicité : Provoque un cancer chez l'animal de laboratoire.

Produit : Classification au plan de la cancérogénicité Distillats moyens (pétrole) de première distillation

: IARC 3: Classification impossible à partir des données actuelles.

Distillats moyens (pétrole) de première distillation

: GHS / CLP: Aucune classification relative à la cancérogénicité

Naphta léger (pétrole), hydrotraité

: ACGIH Group A3: Carcinogène animal confirmé avec applicabilité à l'homme inconnue.

Naphta léger (pétrole), hydrotraité

: IARC 2B: Carcinogène possible.

Naphta léger (pétrole), hydrotraité

: GHS / CLP: Cancérogénicité Catégorie 1B

Distillats moyens (pétrole), hydrotraités

: ACGIH Group A4: Non classifiable comme carcinogène humain.

Distillats moyens (pétrole), hydrotraités

: IARC 3: Classification impossible à partir des données actuelles.

Distillats moyens (pétrole), hydrotraités

: GHS / CLP: Aucune classification relative à la cancérogénicité

REDACTED COPY

Page 183: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

15/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

Gazoles (pétrole), hydrotraités, sous vide

: IARC 2B: Carcinogène possible.

Gazoles (pétrole), hydrotraités, sous vide

: GHS / CLP: Aucune classification relative à la cancérogénicité

Condensat de gaz naturel : GHS / CLP: Aucune classification relative à la cancérogénicité Gazole lourd (pétrole), atmosphérique

: IARC 2B: Carcinogène possible.

Gazole lourd (pétrole), atmosphérique

: GHS / CLP: Aucune classification relative à la cancérogénicité

Résidus de pétrole hydrocraqués

: GHS / CLP: Cancérogénicité Catégorie 1B

Naphta lourd (pétrole), hydrocraquage

: GHS / CLP: Cancérogénicité Catégorie 1B

Naphta léger (pétrole), distillation directe

: GHS / CLP: Aucune classification relative à la cancérogénicité

Résidus (pétrole), sous vide

: ACGIH Group A4: Non classifiable comme carcinogène humain.

Résidus (pétrole), sous vide

: IARC 2B: Les expositions professionnelles aux bitumes durs et leurs émissions lors de travaux d’asphalte coulé sont « probablement cancérigènes pour les êtres humains » (Groupe 2B du CIRC)., Les expositions professionnelles aux bitumes de distillation directe et à leurs condensats de fumée lors de pose de revêtement routier sont « probablement cancérigènes pour les êtres humains » (Groupe 2B du CIRC).

Résidus (pétrole), sous vide

: GHS / CLP: Aucune classification relative à la cancérogénicité

Gas-oils (pétrole), hydrodésulfurisés

: GHS / CLP: Aucune classification relative à la cancérogénicité

Huiles clarifiées (pétrole), craquage catalytique

: IARC 2B: Carcinogène possible.

Huiles clarifiées (pétrole), craquage catalytique

: GHS / CLP: Cancérogénicité Catégorie 1B

Toxicité pour l'appareil reproducteur et pour le développement

: Suspecté d'altérer la fertilité ou de produire des effects néfastes sur l'enfant pendant la grossesse.

InformationsComplémentaires

: Peut provoquer un SMD (syndrome myélodysplasique). Peut provoquer des lésions du foie. H2S possède un large éventail d'effets selon la concentration atmosphérique et la durée de l'exposition : 0,02 ppm - seuil olfactif, odeur d'oeuf pourri ; 10 ppm - irritation des yeux et de l'appareil respiratoire ; 100 ppm - toux, céphalées, vertiges, nausées, irritation des yeux, perte de l'odorat en quelques minutes ; 200 ppm - possibilité d'œdème pulmonaire éventuel après plus de 20-30 minutes ; 500 ppm - évanouissement après de courtes expositions, possibilité d'arrêt respiratoire éventuel ; plus de 1000 ppm - évanouissement immédiat, pouvant conduire rapidement à la mort, une réanimation cardio-respiratoire rapide peut être nécessaire. Ne pas se fier

REDACTED COPY

Page 184: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

16/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

à l'odorat comme signe d'avertissement. H2S provoque une anesthésie olfactive rapide (engourdit l'odorat). Une accumulation de H2S dans le tissu corporel après une exposition répétée n'a pas été mise en évidence.

12: Informations écologiques

Des données écotoxicologiques incomplètes sur le produit sont disponibles. L'information fournie ci-dessous est en partie basée sur les connaissances sur les composés et sur l'écotoxicologie de produits similaires.Toxicité Aiguë : (LL/LE50 exprimés comme la quantité nominale de produit

nécessaire pour préparer un échantillon pour test aqueux.) Poissons : Estimé toxique: LL/EL/IL50 > 1 <= 10 mg/lCrustacés aquatiques : Estimé toxique: LL/EL/IL50 > 1 <= 10 mg/lAlgues/plantes aquatiques

: Estimé toxique: LL/EL/IL50 > 1 <= 10 mg/l

Micro-organismes : Estimé nocif : LL/EL/IL50 >10 <= 100 mg/l

Toxicité Chronique Poissons : Données non disponiblesCrustacés aquatiques : Données non disponibles

Mobilité : Flotte sur l'eau. Si le produit pénètre dans le sol, un ou plusieurs de ses composés sera/seront modérément mobile/s et risquera/risqueront de contaminer la nappe phréatique.

Persistance et dégradabilité

: S'oxyde rapidement par réactions photochimiques dans l'air. Facilement biodégradable.

Bioaccumulation : Contient des composants susceptibles de bioaccumulation.

Autres effets néfastes : Les pellicules se formant à la surface de l'eau peuvent affecter le transfert d'oxygène et nuire aux organismes.

13: Considérations relatives à l’élimination

Élimination du Produit : Si possible récupérer ou recycler. Le générateur de déchets est responsable de déterminer la toxicité et les propriétés physiques du matériau produit pour caractériser la classification du déchet et les méthodes d'élimination adéquates conformément aux réglementations applicables. Nepas rejeter dans l'environnement, dans les égouts ou les cours d'eau. Ne pas se débarrasser de l'eau contenue en fond de citerne en la laissant s'écouler dans le sol. Cela contaminerait le sol et les eaux souterraines. Les déchets provenant d'un déversement accidentel ou d'un nettoyage de cuves doivent être éliminés conformément aux réglementations en vigueur, de préférence par une entreprise de collecte ou de sous-traitance agréée. La compétence de cette entreprise doit être préalablement établie.

Emballage Souillé : Envoyer chez un récupérateur de fûts ou de métaux. Vidercomplètement le récipient. Après la vidange, ventiler dans un

REDACTED COPY

Page 185: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

17/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

endroit sûr, loin de toute source d'étincelles ou de feu. Lesrésidus peuvent présenter un risque d'explosion s'ils sont chauffés au-dessus du point d'éclair. Ne pas percer, découper ou souder des fûts non nettoyés. Ne pas polluer le sol, l'eau ou l'environnement avec le conteneur de déchets. Se conformer aux réglementations locales sur le recyclage ou l'élimination des déchets.

Législation locale : L'élimination des déchets doit être conforme aux lois et réglementations régionales, nationales et locales en vigueur.La réglementation locale peut être plus sévère que les exigences régionales ou nationales et doit être observée.

14: Informations relatives au transport

Classification du Transport Canadien Routier et Ferroviaire

Numéros à UN/NA UN 1267 Désignation du produit PÉTROLE BRUTClasse Division 3 Groupe d’emballage II Description de la livraison PÉTROLE BRUT, Classe 3, UN 1267, PG II Guide des mesures d'urgence n°

128

Informations Complémentaires Les règles de l'annexe 1 de la convention MARPOL s'appliquent pour toute expédition en vrac par voie maritime.

15: Informations réglementaires

Les informations réglementaires fournies ne sont pas détaillées intentionnellement, d'autres réglementations pouvant s'appliquer à ce produit.Ce produit a été classé conformément aux critères de risques des Règlements sur les produits contrôlés et la FS (Fiche signalétique) contient tous les renseignements prescrits par les Règlements sur les produits contrôlés.

Classe /Description SIMDUT

: Catégorie B2 Liquide inflammable Classe D2A Autres Effets Toxiques - Carcinogène/Mutagène Catégorie D2A Autres effets toxiques - Toxicité pour la

Reproduction Catégorie D2B Autres effets toxiques - irritant cutané Catégorie D2B Autres effets toxiques - Effets narcotiques. Catégorie D2B Autres effets toxiques - Sang, Thymus., Foie..

État de l'inventaire

DSL : Tous les composants sont répertoriés.

:

16: Autres informations

REDACTED COPY

Page 186: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

AMH - Albian Muskeg HeavyVersion 1.1

Date d'entrée en vigueur 2014-04-02

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

18/18 Date d'impression 2015-04-06 000000041119

MSDS_CA

Numéro de version de la Fiche de données de sécurité

: 1.1

Fiche de données de sécurité valide à partir du (date)

: 2014-04-02

Révisions de la Fiche de données de sécurité

: Un trait vertical (I) dans la marge gauche indique une modification par rapport à la version précédente.

Réglementation relative à la fiche de données de sécurité

: Le contenu et le format de cette fiche technique santé-sécurité est conforme au Règlement sur les produits contrôlés.

Fiche de données de sécurité préparée par

: Shell Gestion Responsable Des Produits; 1-800-661-1600

Utilisations et Restrictions

: Ce produit ne doit pas être utilisé dans des applications autres que celles recommandées à la Section 1, sans avoir d'abord demandé conseil au fournisseur.

Distribution de la FDS : Les informations de ce document seront mises à la disposition de tout utilisateur du produit.

Avis : Les renseignements contenus dans les présentes sont basés sur nos connaissances actuelles et visent à décrire le produit à des fins de santé, de sécurité et d'environnement seulement. Aucune garantie expresse ou tacite n'est faite relativement à la précision des renseignements présentés dans ce document, aux propriétés particulières du produit ou aux résultats qui peuvent être obtenus de son utilisation.

REDACTED COPY

Page 187: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 1 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

Fiche signalétique

Section 1 : Identification

IDENTIFICATEUR DU

PRODUIT

Pétrole brut - condensat

AUTRES MOYENS

D’IDENTIFICATION

Numéro ONU UN1268

Synonymes Mélange de condensats (CRW), condensat de Pembina (CPM), diluant de Southern Lights (SLD),

condensat de Fort Saskatchewan (CFT), condensat de Gibson (CGB), condensat de Gibsons Light

Density (CGL), condensat de Plains Marketing (CLN), condensat de Pembina Nexus (CPN), condensat

de Rangeland (CRL), condensat de Rimbey (CRM), condensat de Petrocanada (CPC), Suncor N (OSN),

condensat de Federated (CFD), condensat de Gibson Hardisty (CGY).

Catégorie chimique Pétroles bruts — extrêmement inflammables

Distillat de pétrole

USAGE RECOMMANDÉ Charge d’alimentation de raffinerie.

RESTRICTIONS

RELATIVES

À L’USAGE

Aucun renseignement disponible.

RENSEIGNEMENTS SUR

LE FOURNISSEUR

Enbridge Pipelines Inc.

10201, avenue Jasper

Edmonton (Alberta) T5J 3N7

Canada

TÉL. : 1-780-420-5210

INFORMATION SUR

LES COORDONNÉES

D’URGENCE

CHEMTREC 1-800-424-9300 aux États-Unis

703- 527- 3887 à l’extérieur des États-Unis

CANUTEC (Transports

Canada)

613-996-6666

Section 2 : Identification des dangers

CLASSIFICATION Irritation cutanée

Irritation des yeux

Mutations dans les cellules germinales

Cancérogénicité

Toxicité pour la reproduction

Toxicité systémique particulière pour un organe précis (exposition

unique)

Toxicité particulière pour un organe précis (expositions répétées)

Toxicité par aspiration

Liquides inflammables

Catégorie 2

Catégorie 2

Catégorie 1B

Catégorie 1A

Catégorie 2

Catégorie 3

Catégorie 1

Catégorie 1

Catégorie 1

REDACTED COPY

Page 188: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 2 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

ÉLÉMENTS

D’ÉTIQUETAGE

Mot-indicateur Danger

Pictogrammes des dangers

Mentions des dangers • Provoque une irritation cutanée.

• Provoque une grave irritation des yeux.

• Peut provoquer des défauts génétiques.

• Peut causer un cancer.

• Susceptible de nuire à la fertilité ou au fœtus.

• Peut provoquer une irritation respiratoire.

• A des effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition prolongée.

• Peut être mortel en cas d’ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires.

• Liquide et vapeur extrêmement inflammables.

• Peut causer la somnolence ou des étourdissements.

CONSEILS DE

PRUDENCE

Prévention • Bien se laver le visage, les mains et la peau exposée après avoir manipulé le produit.

• Porter des gants et des vêtements de protection et des protecteurs oculaires et faciaux.

• Obtenir des instructions spéciales avant l’utilisation.

• Ne pas manipuler le produit avant d’avoir lu et compris toutes les consignes de sécurité.

• Utiliser de l’équipement de protection individuelle comme requis.

• Ne pas respirer les poussières, les émanations, les gaz, les brouillards, les vapeurs, ni les aérosols.

• Utiliser seulement le produit en plein air ou dans un endroit bien ventilé.

• Ne pas manger, boire ni fumer durant l’utilisation de ce produit.

• Tenir éloigné de la chaleur, des étincelles, des flammes nues et des surfaces chaudes.

• Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Ne pas fumer.

• Mettre à la terre/faire une liaison équipotentielle du contenant et du matériel de réception.

• Utiliser du matériel électrique, de ventilation et d’éclairage antidéflagrant.

• Utiliser seulement des outils à l’épreuve des étincelles.

• Prendre des mesures de précaution contre les décharges électrostatiques.

• En cas de ventilation insuffisante, porter un appareil de protection respiratoire.

Intervention • EN CAS d’EXPOSITION prouvée ou suspectée : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

• EN CAS D’INHALATION : Transporter la victime à l’extérieur et la maintenir au repos dans une position

où elle peut respirer confortablement.

• Appeler un CENTRE ANTIPOISON ou un médecin en cas de malaise.

• EN CAS D’INGESTION : Appeler immédiatement un CENTRE ANTIPOISON ou un médecin.

• Ne PAS faire vomir.

• EN CAS DE CONTACT AVEC LA PEAU (ou les cheveux) : Enlever immédiatement tout vêtement

contaminé. Rincer la peau avec de l’eau/prendre une douche et se laver avec du savon.

• En cas d’incendie : Utiliser du CO2

, de la poudre extinctrice ou de la mousse pour l’extinction.

• EN CAS DE CONTACT AVEC LES YEUX : Rincer soigneusement à l’eau pendant plusieurs minutes.

Enlever les lentilles de contact, le cas échéant, si elles peuvent l’être facilement. Continuer de rincer.

• En cas d’irritation CUTANÉE : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

• Si l’irritation OCULAIRE persiste : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Entreposage/élimination • Entreposer le produit dans un endroit fermé à clé et frais.

• Entreposer le produit dans un endroit bien ventilé. Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Éliminer le contenu et le contenant conformément aux règlements locaux, régionaux, nationaux et

internationaux.

AUTRE

INFORMATION

• En vertu des règlements des États-Unis (29 CFR 1910,1200 - Hazard Communication Standard), ce produit est considéré comme

dangereux.

• Très toxique pour la vie aquatique avec effets persistants.

REDACTED COPY

Page 189: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 3 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

Section 3 : Ingrédients (composition/renseignements)

NOM DU COMPOSANT NUMÉRO CAS POURCENTAGE (%)* NOTES

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 0-5

2-méthylbutane (sous forme liquide) 78-78-4 0-10

Benzène 71-43-2 0-10

Benzène, triméthyle- 25551-13-7 0-1

Butane 106-97-8 0-7

Cyclohexane 110-82-7 0-5

Cyclopentane 287-92-3 0-5

Décane 124-18-5 0-7

Éthane 74-84-0 0-60

Éthylbenzène 100-41-4 0-5

Heptane 142-82-5 0-20

Hexane 110-54-3 0-30

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 0-1

Isobutane 75-28-5 0-5

Méthylcyclohexane 108-87-2 0-10

Méthylcyclopentane 96-37-7 0-6

Naphta (sable bitumineux), hydrotraité 128683-33-0 0-100

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 0-100

Condensats de gaz naturel (pétrole) 64741-47-5 0-100

Nonane 111-84-2 0-10

Octane 111-65-9 0-15

Pentane 109-66-0 0-70

Propane 74-98-6 0-60

Toluène 108-88-3 0-10

Xylène 1330-20-7 0-10

* Les valeurs ne représentent pas les minimums et les maximums absolus; ces valeurs peuvent varier de temps à autre.

REDACTED COPY

Page 190: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 4 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

Section 4 : Premiers soins

DESCRIPTION DES

MESURES NÉCESSAIRES

Inhalation • EN CAS D’INHALATION : Transporter la victime à l’extérieur et la maintenir au repos dans une position

où elle peut respirer confortablement. Si l’irritation persiste : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Peau • EN CAS DE CONTACT AVEC LA PEAU : Laver avec beaucoup d’eau et de savon. En cas d’irritation

cutanée : Obtenir des soins/des conseils médicaux. Enlever les vêtements contaminés et les laver

avant de les porter de nouveau.

Yeux • EN CAS DE CONTACT AVEC LES YEUX : Rincer soigneusement à l’eau pendant plusieurs minutes.

Enlever les lentilles de contact,

le cas échéant, si elles peuvent l’être facilement. Continuer de rincer. Si l’irritation oculaire persiste :

Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Ingestion • Ne PAS faire vomir. Appeler un médecin ou un centre antipoison.

• Danger par aspiration en cas d’ingestion — peut pénétrer dans les poumons et causer des lésions.

PRINCIPAUX

SYMPTÔMES ET EFFETS,

AIGUS ET DIFFÉRÉS

Se reporter à la section 11 —

Données toxicologiques.

INDICATION DES SOINS

MÉDICAUX IMMÉDIATS

ET DES TRAITEMENTS

PARTICULIERS REQUIS,

LE CAS ÉCHÉANT

Note à l’intention du médecin • Danger par aspiration. Les symptômes peuvent être différés.

• L’épinéphrine et les autres drogues sympathomimétiques peuvent déclencher l’arythmie cardiaque

chez les personnes exposées à des concentrations élevées de cette substance (p. ex., dans des

espaces clos ou en cas d’abus intentionnel). L’emploi d’autres drogues présentant un moindre

potentiel arythmogénique devrait être envisagé. Si des drogues sympathomimétiques sont

administrées, surveiller le développement éventuel d’arythmie cardiaque chez le patient.

• S’assurer que le personnel médical est conscient des substances concernées et prend des mesures

pour se protéger et pour prévenir la propagation de la contamination.

Section 5 : Mesures de lutte contre les incendies

MOYENS D’EXTINCTION Moyens d’extinction

appropriés

• PETIT INCENDIE : poudre extinctrice, CO2

, eau pulvérisée ou mousse ordinaire.

• GRAND INCENDIE : eau pulvérisée, brouillard d’eau ou mousse ordinaire.

Moyens d’extinction

non appropriés

• MISE EN GARDE : L’utilisation d’eau pulvérisée lorsque la lutte contre l’incendie pourrait être

inefficace.

• Ne pas utiliser de jet plein.

PROCÉDURES DE LUTTE

CONTRE LES INCENDIES

• INCENDIE TOUCHANT DES RÉSERVOIRS OU DES CHARGEMENTS DE WAGONS/CAMIONS : S’éloigner immédiatement si le bruit

provenant des dispositifs de sécurité s’intensifie ou si le réservoir se décolore.

• INCENDIE TOUCHANT DES RÉSERVOIRS OU DES CHARGEMENTS DE WAGONS/CAMIONS : S’il est impossible d’éteindre

l’incendie, protéger les alentours et laisser le feu brûler jusqu’à son extinction.

• Demeurer en amont du vent.

• Aérer les espaces clos avant l’entrée.

• Les pompiers devraient porter un équipement de protection complet et un appareil respiratoire autonome.

• INCENDIE : Si un réservoir, un wagon ou un camion-citerne est touché par un incendie, procéder à un ISOLEMENT sur 1600 mètres

(1 mille) dans toutes les directions; envisager également une évacuation initiale sur 1600 mètres (1 mille) dans toutes les directions.

• INCENDIE : Lorsqu’une grande quantité de cette substance est touchée par un incendie majeur, envisager une évacuation initiale sur

300 mètres (1000 pieds) dans toutes les directions.

• Éloigner les conteneurs de la zone de l’incendie, s’il est possible de le faire sécuritairement.

REDACTED COPY

Page 191: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 5 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

• GRANDS INCENDIES : Utiliser de l’eau pulvérisée, ou un brouillard d’eau; ne pas utiliser de jet plein.

• GRANDS INCENDIES : Si l’approvisionnement en eau n’est pas suffisant, rabattre seulement les vapeurs. Si cela est impossible, s’éloigner

de la zone et laisser le feu brûler.

• GRANDS INCENDIES : Inonder la zone de l’incendie avec de grandes quantités d’eau tout en rabattant les vapeurs avec un brouillard

d’eau.

DANGERS

PARTICULIERS RELATIFS

À LA SUBSTANCE OU AU

MÉLANGE

• Les vapeurs peuvent se déplacer vers la source d’inflammation et provoquer un retour de flamme.

• Les mélanges d’air et de vapeur peuvent exploser s’ils s’enflamment.

• Les vapeurs peuvent s’accumuler dans les espaces clos (sous-sols, réservoirs, trémies, wagons-citernes, etc.).

• S’enflamme facilement par la chaleur, les étincelles et les flammes.

• Le ruissellement vers les égouts peut provoquer un incendie ou un risque d’explosion.

• Risque d’explosion des vapeurs à l’intérieur, à l’extérieur et dans les égouts.

• PEUT EXPLOSER ET PROJETER DES FRAGMENTS SUR UNE DISTANCE DE 1600 MÈTRES (1 MILLE) SI LE FEU ATTEINT LE

CHARGEMENT.

• Peut créer un risque d’explosion vapeur/air à l’intérieur, à l’extérieur et dans les égouts.

• La plupart des vapeurs sont plus lourdes que l’air. Elles se propageront le long du sol et s’accumuleront dans les zones basses ou les

espaces clos (égouts, sous-sols, réservoirs).

DONNÉES SUR LES

EXPLOSIONS

Produits de combustion

dangereux

• Monoxyde de carbone. Dioxyde de carbone (CO2

). Oxydes d’azote (NOx). Oxydes de soufre.

• Aldéhydes, aromatiques et autres hydrocarbures.

Sensibilité aux

aux chocs

• Aucune.

Sensibilité aux

décharges électrostatiques

• Oui.

ÉQUIPEMENT

ET MESURES DE

PROTECTION POUR LES

POMPIERS

• Comme pour tout incendie, porter un appareil respiratoire autonome régulateur d’oxygène MSHA/NIOSH (homologué ou équivalent) et

un équipement de protection complet.

• L’eau pulvérisée est recommandée pour refroidir ou protéger les matériaux exposés et les structures. L’eau pourrait être inefficace pour

l’extinction, sauf si elle est utilisée dans des conditions favorables par des pompiers expérimentés.

• Le dioxyde de carbone peut déplacer l’oxygène. Faire preuve de prudence lors de l’application de dioxyde de carbone dans des espaces

clos.

• L’eau pulvérisée peut être utile pour minimiser ou disperser les vapeurs.

• Les incendies de longue durée touchant des diluants entreposés dans des réservoirs peuvent provoquer un débordement par

bouillonnement.

• Dans le cas des incendies ayant progressé au-delà de la phase de naissance, les intervenants d’urgence dans la zone de danger

immédiate devraient porter une tenue de feu.

Section 6 : Mesures à prendre en cas de déversement accidentel

PRÉCAUTIONS

INDIVIDUELLES,

ÉQUIPEMENT DE

PROTECTION ET

PROCÉDURES

D’URGENCE

Précautions personnelles • Évacuer le personnel vers des zones sécuritaires.

• Enlever toutes les sources d’inflammation.

• Refuser l’accès au personnel non autorisé et non protégé.

• Utiliser de l’équipement de protection individuelle.

• Éviter le contact avec la peau, les yeux et les vêtements.

• Arrêter la fuite s’il est possible de le faire sans danger.

• Tenir les personnes éloignées du déversement ou de la fuite et contre le vent.

• Ne pas toucher aux contenants endommagés ni à la substance déversée à moins de porter

des vêtements de protection appropriés.

• Ventiler les espaces clos.

• Ne pas marcher sur la substance déversée.

Équipement de protection • Porter un appareil respiratoire approprié (le cas échéant) et des vêtements de protection.

REDACTED COPY

Page 192: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 6 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

Procédures d’urgence • ÉLIMINER toutes les sources d’inflammation (ne pas fumer et éliminer les torches, les étincelles et les

flammes dans la zone immédiate) et tenir éloigné le personnel non autorisé. Évacuer la zone. Ne pas

pénétrer sans les zones basses. Arrêter la fuite s’il est possible de le faire sans danger.

• Signaler les déversements aux autorités locales ou fédérales, comme il convient ou comme il est

requis.

PRÉCAUTIONS

ENVIRONNEMENTALES

• Éviter le ruissellement vers les cours d’eau et les égouts. NE PAS évacuer la substance vers les égouts. Empêcher l’entrée dans les cours

d’eau, les égouts, les sous-sols et les espaces clos. Le ruissellement provenant de la lutte contre l’incendie peut produire une pollution.

MÉTHODES ET MATÉRIEL

DE CONFINEMENT ET DE

NETTOYAGE

Méthodes de confinement • Arrêter la fuite s’il est possible de le faire sans danger.

• Confiner et récupérer le liquide lorsque cela est possible.

• Une mousse de suppression de la vapeur peut être utilisée pour réduire les vapeurs.

• Construire une digue à une bonne distance du déversement; utiliser du sable sec pour maîtriser

l’écoulement de la substance; disposer des barrages pour contenir les déversements d’eau.

• Utiliser de l’eau pulvérisée pour réduire les vapeurs ou pour détourner la dérive du nuage de vapeur.

• De l’eau pulvérisée en fines gouttes à distance et directement sur le bord de la nappe de la substance

déversée peut être utilisée pour guider et maintenir un brûlage dirigé de la substance déversée.

Méthodes de nettoyage • Nettoyer immédiatement le déversement.

• DÉVERSEMENTS IMPORTANTS : NE PAS NETTOYER NI ÉLIMINER LA SUBSTANCE SAUF

SOUS LA UPERVISION D’UN SPÉCIALISTE.

• PETITS DÉVERSEMENTS DE LIQUIDES : Utiliser un matériau non combustible, comme de la

vermiculite ou du sable, pour absorber le produit; le placer dans un contenant pour qu’il soit éliminé

plus tard.

• Utiliser l’équipement de protection individuelle approprié (ÉPI).

• Utiliser des outils propres à l’épreuve des étincelles pour ramasser la substance absorbée.

• Aspirer la substance déversée.

• Essayer de travailler en amont du vent pour nettoyer le déversement.

• Tout le matériel utilisé pour la manipulation du produit doit être mis à la terre.

• Récupérer et placer le produit libre dans des contenants appropriés.

• Utiliser des matériaux absorbants adéquats, comme de la vermiculite, du sable, de la terre ou de

l’argile, pour nettoyer le reste des liquides.

• Ne pas replacer les substances déversées dans leur contenant original.

• Ne pas évacuer la substance vers les égouts ni lui permettre de pénétrer les cours d’eau.

Section 7 : Manutention et entreposage

PRÉCAUTIONS POUR

UNE MANUTENTION

SÉCURITAIRE

Manutention • Tout le matériel utilisé pour la manipulation du produit doit être mis à la terre. Évitez le contact avec

la chaleur, les sources d’inflammation et les oxydants. Ne pas respirer la poussière, la vapeur ni

le brouillard. Ne pas utiliser dans des espaces non adéquatement ventilés. Ne pas utiliser d’outils

produisant des étincelles. Tenir éloigné de la chaleur, des étincelles et des flammes. Aucune flamme

nue, aucune étincelle et interdiction de fumer. Utiliser seulement avec une ventilation adéquate. Ne pas

utiliser ou entreposer à proximité de la chaleur ou d’une flamme nue. Tenir éloigné du feu, des étincelles

et des surfaces chaudes.

• L’utilisation d’équipement antidéflagrant est recommandée et peut être requise (se reporter aux codes

de prévention des incendies appropriés).

• L’utilisation de protection respiratoire appropriée est conseillée lorsque les concentrations dépassent

les seuils d’exposition établis.

• Prendre des mesures de précaution contre les décharges électrostatiques.

REDACTED COPY

Page 193: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 7 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

Manutention • Ne pas couper, percer, meuler ni souder les contenants vides, car ils peuvent contenir des résidus

explosifs.

• Demeurer en amont du vent et ventiler les trappes ouvertes avec le chargement.

• Éviter le contact avec la peau, les yeux et les vêtements.

• Avoir une bonne hygiène personnelle, incluant le retrait des vêtements souillés et le lavage personnel

rapide avec de l’eau et du savon.

• Porter de l’équipement de protection individuelle.

• Enlever et laver les vêtements contaminés avant de les porter de nouveau.

• Ne pas manger, boire ni fumer durant l’utilisation de ce produit.

• Ne pas ingérer la substance.

• Se laver à fond après la manutention.

• Les contenants vides représentent un danger potentiel d’incendie et d’explosion.

CONDITIONS

D’ENTREPOSAGE

SÉCURITAIRE, INCLUANT

LES INCOMPATIBILITÉS

Entreposage • Ventiler les espaces clos.

• Entreposer le produit dans un endroit bien ventilé.

• Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Entreposer dans un endroit fermé à clé.

• Éviter les chocs, l’impact, la friction et la manutention brutale. Ne pas utiliser d’outils produisant des

étincelles.

• Entreposer dans un endroit frais/de basse température, bien ventilé et éloigné de sources de chaleur et

d’inflammation.

• Tenir éloigné des sources d’inflammation.

• Ne pas fumer.

• Ne pas entrer dans les espaces clos, comme les réservoirs et les fosses, sans suivre les procédures

d’entrée appropriées.

• Entreposer dans des contenants fermés adéquatement étiquetés et rangés dans un endroit frais et

bien ventilé.

• Des concentrations nocives de sulfure d’hydrogène (H2

S) gazeux peuvent s’accumuler dans les

excavations et les zones basses ainsi que dans l’espace prévu pour les vapeurs des compartiments

d’entreposage et de transport en vrac.

• Tenir éloigné des flammes nues, des surfaces chaudes et des sources d’inflammation.

• Tenir le produit et le contenant vide éloignés des sources de chaleur et d’inflammation.

• Les contenants d’entreposages devraient être mis à la terre et avoir une liaison équipotentielle.

• Les contenants d’entreposage fixes, les contenants de transfert et l’équipement connexe devraient

être mis à la terre et avoir une liaison équipotentielle afin de prévenir l’accumulation d’une charge

électrostatique.

• Entreposer à distance des matériaux incompatibles.

Produits incompatibles • Oxydants forts, comme les nitrates, les chlorates, les peroxydes et le chlore.

Section 8 : Contrôle de l’exposition/protection individuelle

PARAMÈTRES DE

CONTRÔLE : LIGNES

DIRECTRICES RELATIVES

À L’EXPOSITION

NOM CHIMIQUE ACGIH OSHA NIOSH

1,2,4-triméthylbenzène – – TWA 25 ppm

TWA 125 mg/m3

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

TLV 1000 ppm – –

Benzène TLV 0,5 ppm

TLV 1,6 mg/m3

STEL 2,5 ppm

STEL 8 mg/m3

PEL 1 ppm

STEL 5 ppm

TWA 0,1 ppm

STEL 1 ppm

IDLH 500 ppm

REDACTED COPY

Page 194: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 8 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

Benzène, triméthyle- TLV 25 ppm – –

Butane STEL 1000 ppm – TWA 800 ppm

TWA 1900 mg/m3

Cyclohexane TLV 100 ppm

TLV 334 mg/m3

PEL 300 ppm

PEL 1050 mg/m3

TWA 300 ppm

TWA 1050 mg/m3

IDLH 1300 ppm

Cyclopentane TLV 600 ppm – TWA 600 ppm

TWA 1720 mg/m3

Éthane TLV 1000 ppm – –

Éthylbenzène TLV 20 ppm

TLV 87 mg/m3

PEL 100 ppm

PEL 435 mg/m3

TWA 100 ppm

TWA 435 mg/m3

STEL 125 ppm

STEL 545 mg/m3

IDLH 800 ppm

Heptane TLV 400 ppm

TLV 1640 mg/m3

STEL 500 ppm

STEL 2000 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 2000 mg/m3

TWA 85 ppm

TWA 350 mg/m3

Plafond 440 ppm

Plafond 1800 mg/m3

IDLH 750 ppm

Hexane TLV 50 ppm

TLV 176 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 1800 mg/m3

TWA 50 ppm

TWA 180 mg/m3

IDLH 1100 ppm

Sulfure d’hydrogène TLV 1 ppm

TLV 1,4 mg/m3

STEL 5 ppm

STEL 7 mg/m3

Plafond 20 ppm Plafond 10 ppm

Plafond 15 mg/m3

IDLH 100 ppm

Isobutane TWA 1000 ppm

Méthylcyclohexane TLV 400 ppm

TLV 1610 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 2000 mg/m3

TWA 400 ppm

TWA 1600 mg/m3

IDLH 1200 ppm

Nonane TLV 200 ppm

TLV 1050 mg/m3

– TWA 200 ppm

TWA 1050 mg/m3

Octane TLV 300 ppm

TLV 1401 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 2350 mg/m3

TWA 75 ppm

TWA 350 mg/m3

Plafond 385 ppm

Plafond 1800 mg/m3

IDLH 1000 ppm

Pentane TLV 600 ppm

TLV 1770 mg/m3

PEL 1000 ppm

PEL 2950 mg/m3

TWA 120 ppm

TWA 350 mg/m3

Plafond 610 ppm

Plafond 1800 mg/m3

IDLH 1500 ppm

REDACTED COPY

Page 195: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 9 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

Propane TLV 1000 ppm (répertorié

sous gaz d’hydrocarbures

aliphatiques : Alcane C1-4)

TWA 1000 ppm

TWA 1800 mg/m3

TWA 1000 ppm

TWA 1800 mg/m3

Toluène TLV 20 ppm

TLV 75 mg/m3

PEL 200 ppm

STEL 300 mg/m3

TWA 100 ppm

TWA 375 mg/m3

STEL 150 ppm

STEL 560 mg/m3

IDLH 500 ppm

Xylènes TLV 100 ppm

TLV 434 mg/m3

STEL 150 ppm

STEL 651 mg/m3

PEL 100 ppm

PEL 435 mg/m3

TWA 100 ppm

TWA 435 mg/m3

STEL 150 ppm

STEL 655 mg/m3

IDLH 900 ppm

CONTRÔLES

TECHNIQUES

APPROPRIÉS

• Des systèmes de ventilation adéquats selon le besoin afin de maintenir les concentrations de contaminants en suspension dans l’air sous

les valeurs limites d’exposition applicables. Prévenir l’accumulation de vapeurs en fournissant une ventilation adéquate pendant et après

l’usage. Utiliser seulement du matériel électrique de classification appropriée.

MESURES DE

PROTECTION

INDIVIDUELLE

Yeux et visage • Porter un écran facial et des protecteurs oculaires.

Peau et corps • L’utilisation de gants (en nitrile ou en néoprène) est conseillée afin d’éviter le contact avec la peau et la

possibilité d’irritation.

• Porter des gants et des vêtements de protection et des protecteurs oculaires et faciaux. Porter des

vêtements à manches longues ou une combinaison de protection.

Respiratoire • Se conformer aux règlements relatifs aux appareils respiratoires de l’OSHA trouvés dans

29 CFR 1910.134 ou dans la norme européenne EN 149. Utiliser un appareil respiratoire homologué

par NIOSH/MSHA ou conforme à la norme européenne EN 149 en cas de dépassement des limites

d’exposition ou si des symptômes sont présents.

Mesures d’hygiène générale • Manipuler en conformité avec les bonnes pratiques d’hygiène et de sécurité du travail.

Section 9 : Caractéristiques physiques et propriétés chimiques

DESCRIPTION DU

PRODUIT

État physique Liquide Odeur Odeur similaire à celle du

pétrole

Type de substance Mélange Limite de détection olfactive Aucune donnée disponible

Apparence Liquide jaune/vert

à brun/noir

PROPRIÉTÉS pH Aucune donnée disponible Tension de vapeur Aucune donnée disponible

Point de fusion/

point de congélation

Aucune donnée disponible Densité de vapeur > 1 Air = 1

Point d’ébullition/

limites d’ébullition

De -30 à 538 °C

De -22 à 1000,4 °F

Densité relative Aucune donnée disponible

REDACTED COPY

Page 196: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 10 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

Point d’éclair > -40 °C

> -40 °F

Solubilité dans l’eau Négligeable

Taux d’évaporation Aucune donnée disponible Coefficient de partage :

n-octanol/eau

Aucune donnée disponible

Inflammabilité (solide, gaz) Aucune donnée disponible Température d’autoignition Aucune donnée disponible

Limite supérieure

d’inflammabilité

Aucune donnée disponible Température de

décomposition

Aucune donnée disponible

Limite inférieure

d’inflammabilité

Aucune donnée disponible Poids spécifique Aucune donnée disponible

Viscosité Aucune donnée disponible

Section 10 : Stabilité et réactivité

RÉACTIVITÉ Dioxyde de chlore

STABILITÉ CHIMIQUE Stable à 70 °F, 760 mm pression Hg

POSSIBILITÉ DE RÉACTIONS DANGEREUSES Aucune lors d’un traitement normal

CONDITIONS À ÉVITER Chaleur excessive, sources d’inflammation, étincelles, flammes nues et accumulation d’électricité statique.

SUBSTANCES INCOMPATIBLES Oxydants forts, comme les nitrates, les chlorates, les peroxydes et le chlore.

PRODUITS DE DÉCOMPOSITION DANGEREUX La combustion produit du monoxyde de carbone, des aldéhydes, du dioxyde de soufre, des aromatiques et

d’autres hydrocarbures.

POLYMÉRISATION DANGEREUSE Ne se produira pas

Section 11 : Données toxicologiques

INFORMATION SUR

LES VOIES D’EXPOSITION

PROBABLES

Inhalation • Peut provoquer l’irritation des voies respiratoires. Peut causer la somnolence et des étourdissements.

Contact avec les yeux • Provoque une grave irritation des yeux.

Contact avec la peau • Provoque une irritation cutanée.

Ingestion • L’ingestion peut provoquer une irritation gastro-intestinale, des nausées, des vomissements et la diarrhée.

• Possibilité d’aspiration si le produit est avalé.

• L’aspiration peut causer un œdème pulmonaire et une pneumonite.

REDACTED COPY

Page 197: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 11 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

DONNÉES

TOXICOLOGIQUES

NOM CHIMIQUE DL50 (VOIE ORALE) DL50 (VOIE CUTANÉE) CL50 (INHALATION)

1,2,4-triméthylbenzène 5 g/kg (rat) – 18 000 mg/m3 (rat) 4 h

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

– – = 150 000 mg/m3 (rat) 2 h

Benzène 1800 mg/kg (rat) - – 13 050-14 380 ppm (rat) 4 h

Benzène, triméthyle- 8970 mg/kg (rat) – –

Butane – – 658 mg/L (rat) 4 h

Cyclohexane > 5000 mg/kg (rat) > 2000 mg/kg (lapin) = 13,9 mg/L (rat) 4 h

Cyclopentane 11 400 mg/kg (rat) – 72 g/m3 (souris)

Décane > 5000 mg/kg (rat) > 2000 mg/kg (rat) –

Éthylbenzène = 3500 mg/kg (rat) = 15 400 mg/kg (lapin) = 17,2 mg/L (rat) 4 h

Heptane – = 3000 mg/kg (lapin) = 103 g/m3 (rat) 4 h

Hexane = 25 g/kg (rat) = 3000 mg/kg (lapin) = 48 000 ppm (rat) 4 h

Sulfure d’hydrogène – – = 444 ppm (rat)

Isobutane – – = 658 000 mg/m3 (rat) 4 h

Méthylcyclohexane > 3200 mg/kg (rat) – –

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

– – = 600 mg/m3 (rat)

Nonane – – = 3200 ppm (rat) 4 h

Octane – – = 118 g/m3 (rat) 4 h

= 25 260 ppm (rat) 4 h

Pentane > 2000 mg/kg (rat) – 364 g/cu (rat) 4 h

Propane – – > 800 000 ppm (rat) 15 min.

Sulfure d’hydrogène – – = 444 ppm (rat)

Toluène De 2,6 à 7,5 g/kg (rat) 14,1 ml/kg (lapin) –

Xylènes = 3500 mg/kg (rat) > 4350 mg/kg (lapin)

> 1700 mg/kg (lapin)

= 29,08 mg/L (rat) 4 h

= 5000 ppm (rat) 4 h

SYMPTÔMES ASSOCIÉS

AUX PROPRIÉTÉS

PHYSIQUES, CHIMIQUES

ET TOXICOLOGIQUES

Benzène • L’exposition prolongée ou répétée au benzène à des concentrations supérieures à la valeur limite

d’exposition (TLV) peut causer des lésions graves aux organes hématopoïétiques. Il a été signalé

qu’une exposition chronique importante à la vapeur de benzène cause divers troubles sanguins, allant

de l’anémie à certaines formes de leucémie (cancer) chez les humains. Le benzène a produit des

tumeurs chez les rats et les souris lors d’étude sur toute la vie de la toxicité chronique, cependant, les

résultats ne sont pas cohérents entre les espèces, les souches, les sexes, les expositions ou les voies

d’exposition. Les études réalisées chez l’animal ont démontré une toxicité immunitaire, des aberrations

chromosomiques, des effets testiculaires et des altérations des cycles reproductifs ainsi que la toxicité

pour l’embryon et la fœtotoxicité, mais non la tératogénicité.

REDACTED COPY

Page 198: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 12 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

Éthylbenzène Cancérogénicité : Les rats et les souris exposés à 0, 75, 250 ou 750 ppm d’éthylbenzène lors d’une

étude d’inhalation de deux ans ont produit un nombre limité de signes de cancer des reins, du foie et des

poumons. L’éthylbenzène est répertorié comme étant un agent cancérogène possible pour les humains

par le CIRA.

Organes cibles : Chez les rats et les souris exposés à 0, 75, 250 ou 750 ppm d’éthylbenzène lors d’une

étude d’inhalation de deux ans, de légères lésions aux reins (hyperplasie tubulaire), au foie (foyers

éosinophiles, hypertrophie, nécrose), aux poumons (métaplasie de l’épithélium alvéolaire), à la thyroïde

(hyperplasie) et de nature pituitaire (hyperplasie) ont été relevées. Chez les modèles animaux (plus

particulièrement les rats), l’éthylbenzène a un effet sur la fonction auditive, principalement dans la plage

de fréquence cochléaire moyenne, et une ototoxicité a été observée à la suite d’une exposition combinée

au bruit et à l’éthylbenzène. Il n’a pas été démontré que l’exposition combinée au bruit et à l’éthylbenzène

provoque des pertes auditives ou une ototoxicité causée par l’éthylbenzène chez les travailleurs.

Hexane • Ce produit peut contenir de l’hexane à un niveau supérieur à 1 %. Les études menées sur des animaux

de laboratoire ont produit une toxicité systémique dans le sang, dans la rate et dans les poumons. Une

fœtotoxicité a été observée à des concentrations d’hexane qui ont produit une toxicité maternelle. Il a été

démontré qu’une exposition à long terme à de hautes concentrations d’hexane a des effets testiculaires

et cause des lésions du système nerveux.

Sulfure d’hydrogène

gazeux (H2S)

• Toxique par inhalation. La respiration prolongée de 50 à 100 ppm de vapeurs de H2

S peut provoquer

une irritation des yeux et des voies respiratoires. De plus hautes concentrations (de 250 à 600 ppm)

respirées pendant de 15 à 30 minutes peuvent provoquer des maux de tête, des étourdissements, de

la nervosité, des nausées et un œdème pulmonaire ou une broncho-pneumonie. Des concentrations

supérieures à 1000 ppm provoqueront la perte de conscience immédiate et la mort par paralysie

respiratoire. L’exposition de rats et de souris à 80 ppm de H2

S, six heures par jour, cinq jours par semaine

pendant dix semaines, n’a pas produit de toxicité, à l’exception d’une irritation des voies nasales. Le H2

S

n’a pas eu d’effet sur la reproduction et le développement (anomalies congénitales ou neurotoxicité) des

rats exposés à des concentrations de 75 à 80 ppm ou de 150 ppm de H2

S, respectivement. Au fil des

ans, un certain nombre de cas aigus d’empoisonnement au H2

S ont été signalés. En règle générale, le

rétablissement est rapide et complet. Cependant, si l’exposition était suffisamment intense et prolongée

pour provoquer une hypoxie cérébrale (un manque d’oxygène dans le cerveau), des effets neurologiques,

comme l’amnésie, des tremblements intentionnels ou une lésion cérébrale, sont possibles.

Toluène Cancérogénicité : L’exposition des rats et des souris à des concentrations de toluène de 120 à

1200 ppm pendant deux ans n’a pas produit de signes de cancérogénicité. Le toluène n’est pas répertorié

comme étant un cancérogène par le CIRA.

Organes cibles : Les études épidémiologiques suggèrent qu’une surexposition occupationnelle

chronique au toluène peut nuire à la vision des couleurs. Des études portant sur l’inhalation chronique et

subchronique du toluène ont relevé des lésions aux reins et au foie, une perte auditive et des lésions du

système nerveux central (cerveau) chez les animaux de laboratoire. Il a été démontré qu’un mauvais usage

délibéré découlant de l’inhalation intentionnelle de hautes concentrations de toluène cause des lésions au

foie, aux reins et au système nerveux central, incluant des pertes auditives et des troubles de la vue.

Toxicité pour la reproduction : L’exposition au toluène pendant la grossesse a produit un nombre

limité de signes de toxicité sur le développement des animaux de laboratoire. Des études de toxicité par

inhalation et par voie orale ont révélé une réduction du poids corporel fœtal et une augmentation des

variations du squelette, mais seulement à des doses materno-toxiques. Aucune toxicité fœtale n’a été

observée à des doses n’étant pas toxiques pour la mère.

Une diminution du nombre de spermatozoïdes a été relevée chez les rats mâles en l’absence d’une

réduction de la fertilité. Il a été signalé que le toluène cause un retard de la croissance et mental chez les

enfants des abuseurs de solvants qui inhalent directement le toluène pendant la grossesse.

Xylènes • Il a été signalé que la surexposition marquée ou les cas d’empoisonnement graves aux xylènes chez

les humains causent des lésions aux poumons, au foie, aux reins, au cœur et au cerveau ainsi que des

troubles neurologiques. Les animaux de laboratoire exposés à une haute dose de xylènes ont manifesté

des signes d’effets sur le foie, les reins, les poumons, la rate, le cœur et les glandes surrénales. L’exposition

de rates, de souris et de lapines pendant la période de gestation à des concentrations importantes de

xylènes a produit une toxicité fœtale, maternelle et développementale (retard osseux, fente palatine et

côtes ondulées) généralement à des doses materno-toxiques. Ces types d’effets fœtotoxiques ont été

associés à la toxicité maternelle. Il a été démontré que l’inhalation répétée de hautes concentrations de

xylènes cause l’altération des capacités de performance (tests de comportement) chez les animaux et

les humains. Les xylènes ont produit une perte auditive dans les fréquences basses chez les rats à la suite

d’une exposition subchronique à de hautes concentrations de xylènes.

REDACTED COPY

Page 199: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 13 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

EFFETS IMMÉDIATS

ET DIFFÉRÉS ET

ÉGALEMENT EFFETS

CHRONIQUES D’UNE

EXPOSITION À COURT ET

À LONG TERME

Sensibilisation • Aucun renseignement disponible.

Effets mutagènes • Peut causer des défauts génétiques

Cancérogénicité • Peut causer le cancer

INFORMATION

CANCÉROGÈNE

NOM CHIMIQUE ACGIH ACGIH SKIN

(PEAU)*

CIRA NTP OSHA

Benzène A1 X Groupe 1 Connu X

Éthylbenzène A3 – Groupe 2B Évidence X

Hexane – X – – –

Toluène A4 – Groupe 3 Évidence –

Xylènes A4 – Groupe 3 Évidence –

* La désignation « ACGIH Skin » (peau) se reporte à la contribution potentielle importante de l’exposition globale par voie cutanée, incluant les membranes muqueuses et les yeux, provenant de l’exposition par voie aérienne au gaz, à la vapeur au liquide OU par contact direct avec la peau.

TOXICITÉ POUR LA

REPRODUCTION

• Susceptible de nuire à la fertilité ou au fœtus.

TOXICITÉ POUR

CERTAINS ORGANES

CIBLES — EXPOSITION

UNIQUE

• Peut causer de la somnolence et des étourdissements.

TOXICITÉ POUR

CERTAINS ORGANES

CIBLES — EXPOSITIONS

RÉPÉTÉES

• A des effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition prolongée.

DANGER PAR

ASPIRATION

L’ingestion et la pénétration dans les voies respiratoires peuvent causer la mort. Risque de lésions graves aux poumons (par aspiration).

Section 12 : Données écologiques

ÉCOTOXICITÉ

NOM CHIMIQUE TOXICITÉ POUR LES

ALGUES

TOXICITÉ POUR LES

POISSONS

DAPHNIA MAGNA (PUCE

D’EAU)

AUTRE TOXICITÉ

1,2,4-triméthylbenzène – CL50 96 h : 7,72 mg/L

(Pimephales promelas)

CE50 48 h : 30 mmol/cu

(Daphnia magna)

CL50 24 h : 100 mmol/cu

Artemia salina (crevette des

salines)

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

CE50 48 h : = 2,3 mg/L

(Daphnia magna)

REDACTED COPY

Page 200: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 14 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

ÉCOTOXICITÉ

NOM CHIMIQUE TOXICITÉ POUR LES

ALGUES

TOXICITÉ POUR LES

POISSONS

DAPHNIA MAGNA (PUCE

D’EAU)

AUTRE TOXICITÉ

Benzène CE50 72 h : = 29 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CL50 96 h : 10,7-14,7 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : = 5,3 mg/L

dynamique (Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : = 22,49 mg/L

statique (Lepomis macrochirus)

CL50 96 h : = 28,6 mg/L statique

(Poecilia reticulata)

CL50 96 h : 22 330 - 41 160 μg/L

statique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 70 000 -

142 000 μg/L statique (Lepomis macrochirus)

CE50 48 h : 8,76-15,6 mg/L

statique (Daphnia magna)

CE50 48 h : = 10 mg/L

(Daphnia magna)

Benzène, triméthyle- – – – CL50 24 h : 7000 μg/L

Palaemonetes pugio

(bouquet Mississippi)

Cyclohexane CE50 72 h : > 500 mg/L

(Desmodesmus subspicatus)

CL50 96 h : 3,96-5,18 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 23,03-42,07 mg/L

statique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 24,99-44,69 mg/L

statique (Lepomis macrochirus)

CL50 96 h : 48,87-68,76 mg/L

statique (Poecilia reticulata)

CE50 24 h : > 400 mg/L

(Daphnia magna)CE50 = 85,5 mg/L 5 min

CE50 = 93 mg/L 10 min

(microorganismes)

Cyclopentane CE50 48 h : 150 nmol/cu m

(Daphnia magna)

CL50 24 h : 280 mmol/cu m

Artemia salina (crevette des

salines)

Décane CE50 24 h : = 0,043 mg/L

(Chlorella vulgaris)

– CE50 48 h : = 0,029 mg/L

(Daphnia magna)

Éthylbenzène CE50 72 h : = 4,6 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 96 h : > 438 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 72 h : 2,6-11,3 mg/L

statique (Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 96 h : 1,7-7,6 mg/L

statique (Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 72 h : = 11 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CL50 96 h : 11-18 mg/L statique

(Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : = 4,2 mg/L semi-

statique (Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : 7,55-11 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : = 32 mg/L statique

(Lepomis macrochirus)

CL50 96 h : 9,1-15,6 mg/L statique

(Pimephales promelas)

CL50 96 h : = 9,6 mg/L statique

(Poecilia reticulata)

CE50 48 h : 1,8-2,4 mg/L

(Daphnia magna)

CE50 = 9,68 mg/L 30 min

CE50 = 96 mg/L 24 h

(microorganismes)

Heptane – CL50 96 h : = 375 mg/L

(cichlidé)

CE50 24 h : > 10 mg/L

(Daphnia magna)

REDACTED COPY

Page 201: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 15 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

ÉCOTOXICITÉ

NOM CHIMIQUE TOXICITÉ POUR LES

ALGUES

TOXICITÉ POUR LES

POISSONS

DAPHNIA MAGNA (PUCE

D’EAU)

AUTRE TOXICITÉ

Hexane – CL50 96 h : 2,1-2,98 mg/L

dynamique

(Pimephales promelas)

CE50 24 h : > 1000 mg/L

(Daphnia magna)

Sulfure d’hydrogène – CL50 96 h : 49 μg/l

Oncorhynchus mykiss

(truite arc-en-ciel) œufs

CL50 24 h : 1059,7 μg/l

Pimephales promelas

(tête-de-boule)

CE50 48 h : 62 μg/l

Gammarus pseudolimnaeus

(puce de mer)

Méthylcyclohexane – CL50 96 h : 72 mg/L

(mené jaune)

– –

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

– CL50 96 h : = 119 mg/L statique

(Alburnus alburnus)

CL50 96 h : = 82 mg/L statique

(Cyprinodon variegatus)

CE50 24 h : = 170 mg/L

(Daphnia magna)

Octane – – CE50 48 h : = 0,38 mg/L

(puce d’eau)

CE50 48 h : = 0,02856 mg/L

(Daphnia magna)

CE50 = 890 mg/L 30 min

(microorganismes)

CE50 < 1,67 hr : 120 μg/l

Mytilus edulis

(moule bleue)

Pentane – – CE50 48 h : 135 mmol/cu CL50 24 h : 165 mmol/cu

Artemia salina (crevette des

salines)

Toluène CE50 : > 433 mg/L

Pseudokirchneriella subcapitata

96 h

CE50 : 12,5 mg/L

Pseudokirchneriella subcapitata

72 h statique

CL50 : 15,22-19,05 mg/L

Pimephales promelas

96 h dynamique

CL50 : 12,6 mg/L

Pimephales promelas 96 h

statique

CL50 : 5,89-7,81 mg/L

Oncorhynchus mykiss

96 h dynamique

CL50 : 14,1-17,16 mg/L

Oncorhynchus mykiss

96 h statique

CL50 : 5,8 mg/L

Oncorhynchus mykiss

96 h semi-statique

CL50 : 11-15 mg/L

Lepomis macrochirus

96 h statique

CL50 : 54 mg/L Oryzias latipes

96 h statique

CL50 : 28,2 mg/L

Poecilia reticulata

96 h semi-statique

CL50 : 50,87-70,34 mg/L

Poecilia reticulata 96 h statique

CE50 48 h : 5,46-9,83 mg/L

statique (Daphnia magna)

CE50 48 h : = 11,5 mg/L

(Daphnia magna)

CE50 = 19,7 mg/L 30 min

(microorganismes)

REDACTED COPY

Page 202: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 16 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

ÉCOTOXICITÉ

NOM CHIMIQUE TOXICITÉ POUR LES

ALGUES

TOXICITÉ POUR LES

POISSONS

DAPHNIA MAGNA (PUCE

D’EAU)

AUTRE TOXICITÉ

Xylènes CE50 72 h : = 11 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CL50 96 h : = 13,4 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 2,661-4,093 mg/L

statique (Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : 13,5-17,3 mg/L

(Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : 13,1-16,5 mg/L

dynamique

(Lepomis macrochirus)

CE50 48 h : = 3,82 mg/L

(puce d’eau)

CL50 48 h : = 0,6 mg/L

(Gammarus lacustris)

-

PERSISTANCE ET

DÉGRADABILITÉ

• Aucun renseignement disponible.

POTENTIEL DE

BIOACCUMULATION

PRODUIT CHIMIQUE LOG POW

1,2,4-triméthylbenzène 3,78

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

2,72

Benzène 1,83

Butane 2,89

YCyclohexane 3,44

Cyclopentane 3

Décane 5,1

Éthane 1,81

Éthylbenzène 3,118

Heptane 4,66

Hexane 3,90

Sulfure d’hydrogène 0,45

Isobutane 2,76

Méthylcyclohexane 3,61

Méthylcyclopentane 3,37

Nonane 5,65

Octane 5,18

Pentane 3,39

Propane 2,36

Toluène 2,65

Xylène 2,77 - 3,15

REDACTED COPY

Page 203: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 17 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

MOBILITÉ DANS LE SOL PRODUIT CHIMIQUE MOBILITÉ ATTENDUE DANS LE SOL

1,2,4-triméthylbenzène Faible

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

Faible

Benzène Élevée

Benzène, triméthyle- De modérée à élevée

Butane Faible

Cyclohexane Modérée

Cyclopentane Modérée

Décane Immobile

Éthane Très élevée

Éthylbenzène Faible

Heptane Modérée

Hexane Élevée

Isobutane Très élevée

Méthylcyclopentane Faible

Nonane Immobile

Octane Immobile

Pentane Élevée

Propane Modérée

Toluène D’élevée à modérée

Xylène De très élevée à modérée

AUTRES EFFETS

NÉFASTES

• Aucun renseignement

disponible.

REDACTED COPY

Page 204: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 18 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

Section 13 : Considérations relatives à l’élimination

MÉTHODES POUR

LE TRAITEMENT DES

DÉCHETS

Déchets • Ce produit, s’il doit être jeté, peut satisfaire aux critères de déchet dangereux, comme il est défini

par US EPA RCRA (40 CFR 261), par Environnement Canada et par d’autres règlements locaux,

povinciaux ou propres à un État. Si ce produit est classifié comme étant un déchet dangereux, les lois

fédérales exigent qu’il soit traité par une installation d’élimination de déchets dangereux autorisée.

• Ce produit pourrait aussi contenir du benzène à une concentration inférieure à 0,5 ppm et présenter

la caractéristique de toxicité (D018), comme il est déterminé par la « Toxicity Characteristic Leaching

Procedure » (TCLP) (méthode de lixiviation pour déterminer les caractéristiques de la toxicité).

• Cette substance pourrait devenir un déchet dangereux si elle est mélangée à un déchet dangereux

ou à une autre substance ou si elle est contaminée par un de ceux-ci.

• Il incombe à l’utilisateur de consulter les règlements locaux, fédéraux et propres à l’État relatifs aux

déchets afin de connaître les options d’élimination appropriées.

Déchets d’emballage • Le contenu des récipients devrait être entièrement utilisé et les récipients devraient être vidés avant de

les jeter.

• Le contenant pourrait être considéré comme un déchet dangereux en vertu de la RCRA et il doit être

éliminé avec soin et en conformité complète avec les règlements locaux, fédéraux et propres à l’État.

• Les contenants vides de grande taille, comme les fûts, devraient être retournés au distributeur ou à

une entreprise de remise à neuf des fûts.

• Afin d’assurer de l’élimination appropriée des plus petits contenants vides, consulter les règlements

locaux et propres à l’État et les autorités pertinentes.

Section 14 : Information relative au transport

**NOM DU TABLEAU** NUMÉRO

ONU

NOM OFFICIEL

D’EXPÉDITION

CLASSE DE RISQUE

POUR LE

TRANSPORT

GROUPE

D’EMBALLAGE

DANGER POUR

L’ENVIRONNEMENT

DOT UN1268 Distillat de pétrole, N.O.S. 3 I Numéro du guide

d’intervention en cas

d’urgence : 128

TDG UN1268 Distillat de pétrole, N.O.S. 3 I –

IMO/IMDG UN1268 Distillat de pétrole, N.O.S. 3 I –

IATA/OACI UN1268 Distillat de pétrole, N.O.S. 3 I –

PRÉCAUTIONS

SPÉCIALES

POUR L’UTILISATEUR

• Aucune

REDACTED COPY

Page 205: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 19 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

Section 15 : Information réglementaire

É.-U. — CERCLA/SARA

MATIÈRES

DANGEREUSES

ET QUANTITÉS

DÉCLARABLES

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 Non répertorié

Benzène 71-43-2 10 lb final RQ; 4,54 kg final RQ

Benzène, triméthyle- 25551-13-7 Non répertorié

Butane 106-97-8 Non répertorié

Cyclohexane 110-82-7 1000 lb final RQ; 454 kg final RQ

Cyclopentane 287-92-3 Non répertorié

Décane 124-18-5 Non répertorié

Éthane 74-84-0 Non répertorié

Éthylbenzène 100-41-4 1000 lb final RQ; 454 kg final RQ

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 5000 lb final RQ; 2270 kg final RQ

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 100 lb final RQ; 45,4 kg final RQ

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Propane 74-98-6 Non répertorié

Toluène 108-88-3 1000 lb final RQ; 454 kg final RQ

Xylène 1330-20-7 100 lb final RQ; 45,4 kg final RQ

REDACTED COPY

Page 206: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 20 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

QUANTITÉS

DÉCLARABLES

DES SUBSTANCES

DANGEREUSES

DÉSIGNÉES

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 Non répertorié

Benzène 71-43-2 10 lb RQ

Benzène, triméthyle- 25551-13-7 Non répertorié

Butane 106-97-8 Non répertorié

Cyclohexane 110-82-7 1000 lb RQ

Cyclopentane 287-92-3 Non répertorié

Décane 124-18-5 Non répertorié

Éthane 74-84-0 Non répertorié

Éthylbenzène 100-41-4 1000 lb RQ

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 100 lb RQ

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Propane 74-98-6 Non répertorié

Toluène 108-88-3 1000 lb RQ

Xylène 1330-20-7 100 lb RQ

REDACTED COPY

Page 207: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 21 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

CRITÈRES

RECOMMANDÉS POUR

LA QUALITÉ DE L’EAU

— CCC POUR LES

ORGANISMES VIVANT EN

EAU DOUCE

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 2,0 μg/L CCC

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

CRITÈRES

RECOMMANDÉS POUR

LA QUALITÉ DE L’EAU

— CCC POUR LES

ORGANISMES VIVANT EN

EAU SALÉE

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 2,0 μg/L CCC

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

SUBSTANCES

DANGEREUSES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 Non répertorié

Benzène 71-43-2 X

Benzène, triméthyle- 25551-13-7 Non répertorié

Butane 106-97-8 Non répertorié

Cyclohexane 110-82-7 X

Cyclopentane 287-92-3 Non répertorié

Décane 124-18-5 Non répertorié

Éthane 74-84-0 Non répertorié

Éthylbenzène 100-41-4 X

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 X

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

REDACTED COPY

Page 208: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 22 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Propane 74-98-6 Non répertorié

Toluène 108-88-3 X

Xylène 1330-20-7 X

X = Le composant est répertorié.

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

POLLUANTS

PRIORITAIRES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 Non répertorié

Benzène 71-43-2 X

Benzène, triméthyle- 25551-13-7 Non répertorié

Butane 106-97-8 Non répertorié

Cyclohexane 110-82-7 Non répertorié

Cyclopentane 287-92-3 Non répertorié

Décane 124-18-5 Non répertorié

Éthane 74-84-0 Non répertorié

Éthylbenzène 100-41-4 X

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 Non répertorié

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Propane 74-98-6 Non répertorié

Toluène 108-88-3 X

Xylène 1330-20-7 Non répertorié

X = Le composant est répertorié.

REDACTED COPY

Page 209: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 23 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

CANADA — SIMDUT —

CLASSIFICATIONS DES

SUBSTANCES

COMPOSANT N° CAS CLASSIFICATION

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 B3

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 B2

Benzène 71-43-2 B2, D2A, D2B

Benzène, triméthyle- 25551-13-7 B3

Butane 106-97-8 A, B1

Cyclohexane 110-82-7 B2, D2B

Cyclopentane 287-92-3 B2

Décane 124-18-5 B3, D2B

Éthane 74-84-0 A, B1

Éthylbenzène 100-41-4 B2, D2A, D2B

Heptane 142-82-5 B2, D2B

Hexane 110-54-3 B2, D2A, D2B

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 A, B1, D1A, D2B

Isobutane 75-28-5 A, B1 (répertorié sous méthyl-2 propane)

Méthylcyclohexane 108-87-2 B2

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Nonane 111-84-2 B2, D2B

Octane 111-65-9 B2, D2B

Pentane 109-66-0 B2

Propane 74-98-6 A, B1

Toluène 108-88-3 B2, D2A, D2B

Xylène 1330-20-7 B2, D2A, D2B

X = Le composant est répertorié.

REDACTED COPY

Page 210: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 24 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

CANADA — CONSEIL

CANADIEN DES

MINISTRES DE

L’ENVIRONNEMENT —

LIGNES DIRECTRICES

RELATIVES À LA QUALITÉ

DES EAUX POUR LES

ORGANISMES VIVANT EN

EAU DOUCE

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Éthylbenzène 100-41-4 90 μg/L

Toluène 108-88-3 2 μg/L

Benzène 71-43-2 370 μg/L

CANADA — CONSEIL

CANADIEN DES

MINISTRES DE

L’ENVIRONNEMENT —

LIGNES DIRECTRICES

RELATIVES À LA QUALITÉ

DES EAUX POUR LES

ORGANISMES VIVANT EN

MILIEU MARIN

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Éthylbenzène 100-41-4 25 μg/L

Toluène 108-88-3 215 μg/L

Benzène 71-43-2 110 μg/L

CANADA — URGENCES

ENVIRONNEMENTALES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 X

Benzène 71-43-2 X

Benzène, triméthyle- 25551-13-7 Non répertorié

Butane 106-97-8 X

Cyclohexane 110-82-7 X

Cyclopentane 287-92-3 Non répertorié

Décane 124-18-5 Non répertorié

Éthane 74-84-0 X

Éthylbenzène 100-41-4 X

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 X

Isobutane 75-28-5 X

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

REDACTED COPY

Page 211: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 25 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — condensatDate de révision : 8 mai 2015

Octane 111-65-9 Non répertorié

Pentane 109-66-0 X

Propane 74-98-6 X

Toluène 108-88-3 X

Xylène 1330-20-7 X

X = Le composant est répertorié.

Section 16 : Autre information

NFPA

4

3 0

Danger pour la santé : 3 Inflammabilité : 4 Instabilité : 0 Dangers physiques

et chimiques : X

HMIS Danger pour la santé : 3 Inflammabilité : 4 Instabilité : 0 Protection individuelle : X

DATE DE PUBLICATION 8 mai 2015

DATE DE RÉVISION 8 mai 2015

MISE EN GARDE • Les renseignements présentés dans ce document sont basés sur des données considérées comme étant exactes au moment de la

préparation de la présente fiche signalétique (FS). Cependant, une fiche signalétique ne peut pas être utilisée comme fiche technique

commerciale du fabricant ou du fournisseur. De plus, aucune garantie ni représentation, explicite ou implicite, n’est faite concernant

l’exactitude ou l’exhaustivité des données fournies aux présentes et de l’information sur la sécurité et aucune autorisation n’est donnée, ni

réputée être donnée, pour la mise en œuvre de toute invention brevetée sans licence. De plus, aucune responsabilité ne peut être assumée

par le fournisseur pour tout dommage ou toute blessure découlant d’une utilisation anormale, du défaut de se conformer aux pratiques

recommandées ou de tout danger inhérent à la nature du produit.

REDACTED COPY

Page 212: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 1 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

Fiche signalétique

Section 1 : Identification

IDENTIFICATEUR DU

PRODUIT

Pétrole brut — corrosif

AUTRES MOYENS

D’IDENTIFICATION

Numéro ONU UN1267

Synonymes Mélange corrosif moyen (MSB), Central Alberta Pipeline (CAL 1), Pembina Light corrosif (PLS 1),

Gibsons Light corrosif (GLS 1), Pembina Low corrosif (PLO 1), Gibson corrosif (MGS 2), Kinder

Morgan High corrosif (KHE 2), Pembina High corrosif (PHO 2), Peace Pipe corrosif (SPR 2),

Rangeland corrosif (RSO 2), Gibsons High corrosif (GHE 2), Hardisty Light (MBL 3), Manitoba

Medium (MM 4), Wespur Midale (MSM 4), Tundra Light corrosif (MLS), Moose Jaw Tops (MJT),

Midale (M), mélange corrosif léger (LSB)

Catégorie chimique Pétroles bruts — extrêmement inflammables

USAGE RECOMMANDÉ Aucun renseignement disponible.

RESTRICTIONS

RELATIVES

À L’USAGE

Aucun renseignement disponible.

RENSEIGNEMENTS

SUR LE FOURNISSEUR

Enbridge Pipelines Inc.

10201, avenue Jasper

Edmonton (Alberta) T5J 3N7

Canada

TÉL. : 1-780-420-5210

INFORMATION SUR

LES COORDONNÉES

D’URGENCE

CHEMTREC 1-800-424-9300 aux États-Unis

703- 527- 3887 à l’extérieur des États-Unis

CANUTEC (Transports

Canada)

613-996-6666

Section 2 : Identification des dangers

CLASSIFICATION Irritation cutanée

Irritation des yeux

Mutations dans les cellules germinales

Cancérogénicité

Toxicité pour la reproduction

Toxicité systémique particulière pour un organe précis

(exposition unique)

Toxicité particulière pour un organe précis (expositions répétées)

Toxicité par aspiration

Liquides inflammables

Catégorie 2

Catégorie 2

Catégorie 1B

Catégorie 1A

Catégorie 2

Catégorie 3

Catégorie 1

Catégorie 1

Catégorie 1

REDACTED COPY

Page 213: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 2 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

ÉLÉMENTS

D’ÉTIQUETAGE

Mot-indicateur Danger

Pictogrammes des

dangers

Mentions des dangers • Provoque une irritation cutanée.

• Provoque une grave irritation des yeux.

• Peut provoquer des défauts génétiques.

• Peut causer un cancer.

• Susceptible de nuire à la fertilité ou au fœtus.

• Peut provoquer une irritation respiratoire.

• A des effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition

prolongée.

• Peut être mortel en cas d’ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires.

• Liquide et vapeur extrêmement inflammables.

• Peut causer la somnolence ou des étourdissements.

CONSEILS DE

PRUDENCE

Prévention • Bien se laver le visage, les mains et la peau exposée après avoir manipulé le produit.

• Porter des gants et des vêtements de protection et des protecteurs oculaires et faciaux.

• Obtenir des instructions spéciales avant l’utilisation.

• Ne pas manipuler le produit avant d’avoir lu et compris toutes les consignes de sécurité.

• Utiliser de l’équipement de protection individuelle comme requis.

• Ne pas respirer les poussières, les émanations, les gaz, les brouillards, les vapeurs, ni les

aérosols.

• Utiliser seulement le produit en plein air ou dans un endroit bien ventilé.

• Ne pas manger, boire ni fumer durant l’utilisation de ce produit.

• Tenir éloigné de la chaleur, des étincelles, des flammes nues et des surfaces chaudes.

• Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Ne pas fumer.

• Mettre à la terre/faire une liaison équipotentielle du contenant et du matériel de réception.

• Utiliser du matériel électrique, de ventilation et d’éclairage antidéflagrant.

• Utiliser seulement des outils à l’épreuve des étincelles.

• Prendre des mesures de précaution contre les décharges électrostatiques.

• En cas de ventilation insuffisante, porter un appareil de protection respiratoire.

Intervention • EN CAS d’EXPOSITION prouvée ou suspectée : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

• EN CAS D’INHALATION : Transporter la victime à l’extérieur et la maintenir au repos dans

une position où elle peut respirer confortablement.

• Appeler un CENTRE ANTIPOISON ou un médecin en cas de malaise.

• EN CAS D’INGESTION : Appeler immédiatement un CENTRE ANTIPOISON ou un médecin.

• Ne PAS faire vomir.

• EN CAS DE CONTACT AVEC LA PEAU (ou les cheveux) : Enlever immédiatement tout

vêtement contaminé. Rincer la peau avec de l’eau/prendre une douche et se laver avec du

savon.

• En cas d’incendie : Utiliser du CO2

, de la poudre extinctrice ou de la mousse pour l’extinction.

• EN CAS DE CONTACT AVEC LES YEUX : Rincer soigneusement à l’eau pendant plusieurs

minutes. Enlever les lentilles de contact, le cas échéant, si elles peuvent l’être facilement.

Continuer de rincer.

• En cas d’irritation CUTANÉE : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

• Si l’irritation OCULAIRE persiste : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Entreposage/élimination • Entreposer le produit dans un endroit fermé à clé et frais.

• Entreposer le produit dans un endroit bien ventilé. Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Éliminer le contenu et le contenant conformément aux règlements locaux, régionaux,

nationaux et internationaux.

REDACTED COPY

Page 214: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 3 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

AUTRE

INFORMATION

• En vertu des règlements des États-Unis (29 CFR 1910,1200 - Hazard Communication Standard), ce produit est considéré

comme dangereux.

• Très toxique pour la vie aquatique avec effets persistants.

Section 3 : Ingrédients (composition/renseignements)

NOM DU COMPOSANT NUMÉRO CAS POURCENTAGE (%)* NOTES

2-méthylbutane (sous forme liquide) 78-78-4 0-4

Benzène 71-43-2 0-5

Butane 106-97-8 0-5

Cyclohexane 110-82-7 0-5

Éthylbenzène 100-41-4 0-2

Heptane 142-82-5 0-10

Hexane 110-54-3 0-8

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 0-5

Isobutane 75-28-5 0-5

Méthylcyclohexane 108-87-2 0-3

Méthylcyclopentane 96-37-7 0-3

Naphtalène 91-20-3 0-1

Condensats de gaz naturel (pétrole) 64741-47-5 0-25

Octane 111-65-9 0-10

Pentane 109-66-0 0-3

Pétrole 8002-05-9 0-100

Soufre 7704-34-9 0,5-2

Toluène 108-88-3 0-5

Xylène 1330-20-7 0-3

* Les valeurs ne représentent pas les minimums et les maximums absolus; ces valeurs peuvent varier de temps à autre.

REDACTED COPY

Page 215: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 4 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

Section 4 : Premiers soins

DESCRIPTION

DES MESURES

NÉCESSAIRES

Inhalation • EN CAS D’INHALATION : Transporter la victime à l’extérieur et la maintenir au repos dans

une position où elle peut respirer confortablement. Si l’irritation persiste : Obtenir des soins/

des conseils médicaux.

Peau • EN CAS DE CONTACT AVEC LA PEAU : Laver avec beaucoup d’eau et de savon. En

cas d’irritation cutanée : Obtenir des soins/des conseils médicaux. Enlever les vêtements

contaminés et les laver avant de les porter de nouveau.

Yeux • EN CAS DE CONTACT AVEC LES YEUX : Rincer soigneusement à l’eau pendant plusieurs

minutes. Enlever les lentilles de contact,

le cas échéant, si elles peuvent l’être facilement. Continuer de rincer. Si l’irritation oculaire

persiste : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Ingestion • Ne PAS faire vomir. Appeler un médecin ou un centre antipoison.

• Danger par aspiration en cas d’ingestion — peut pénétrer dans les poumons et causer des

lésions.

PRINCIPAUX

SYMPTÔMES ET

EFFETS, AIGUS ET

DIFFÉRÉS

Se reporter à la

section 11 — Données

toxicologiques.

INDICATION DES

SOINS MÉDICAUX

IMMÉDIATS ET DES

TRAITEMENTS

PARTICULIERS

REQUIS, LE CAS

ÉCHÉANT

Note à l’intention du

médecin

• Danger par aspiration. Les symptômes peuvent être différés.

• L’épinéphrine et les autres drogues sympathomimétiques peuvent déclencher l’arythmie

cardiaque chez les personnes exposées à des concentrations élevées de cette substance

(p. ex., dans des espaces clos ou en cas d’abus intentionnel). L’emploi d’autres drogues

présentant un moindre potentiel arythmogénique devrait être envisagé. Si des drogues

sympathomimétiques sont administrées, surveiller le développement éventuel d’arythmie

cardiaque chez le patient.

• S’assurer que le personnel médical est conscient des substances concernées et prend

des mesures pour se protéger et pour prévenir la propagation de la contamination.

Section 5 : Mesures de lutte contre les incendies

MOYENS

D’EXTINCTION

Moyens d’extinction

appropriés

• PETIT INCENDIE : poudre extinctrice, CO2

, eau pulvérisée ou mousse ordinaire.

• GRAND INCENDIE : eau pulvérisée, brouillard d’eau ou mousse ordinaire.

Moyens d’extinction

inappropriés

• MISE EN GARDE : L’utilisation d’eau pulvérisée lorsque la lutte contre l’incendie pourrait

être inefficace.

• Ne pas utiliser de jet plein.

REDACTED COPY

Page 216: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 5 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

PROCÉDURES DE

LUTTE CONTRE LES

INCENDIES

• INCENDIE TOUCHANT DES RÉSERVOIRS OU DES CHARGEMENTS DE WAGONS/CAMIONS : S’éloigner

immédiatement si le bruit provenant des dispositifs de sécurité s’intensifie ou si le réservoir se décolore.

• INCENDIE TOUCHANT DES RÉSERVOIRS OU DES CHARGEMENTS DE WAGONS/CAMIONS : S’il est impossible

d’éteindre l’incendie, protéger les alentours et laisser le feu brûler jusqu’à son extinction.

• Demeurer en amont du vent.

• Aérer les espaces clos avant l’entrée.

• Les pompiers devraient porter un équipement de protection complet et un appareil respiratoire autonome.

• INCENDIE : Si un réservoir, un wagon ou un camion-citerne est touché par un incendie, procéder à un ISOLEMENT sur

1600 mètres (1 mille) dans toutes les directions; envisager également une évacuation initiale sur 1600 mètres (1 mille) dans

toutes les directions.

• INCENDIE : Lorsqu’une grande quantité de cette substance est touchée par un incendie majeur, envisager une évacuation

initiale sur 300 mètres (1000 pieds) dans toutes les directions.

• Éloigner les conteneurs de la zone de l’incendie, s’il est possible de le faire sécuritairement.

• GRANDS INCENDIES : Utiliser de l’eau pulvérisée, ou un brouillard d’eau; ne pas utiliser de jet plein.

• GRANDS INCENDIES : Si l’approvisionnement en eau n’est pas suffisant, rabattre seulement les vapeurs. Si cela est

impossible, s’éloigner de la zone et laisser le feu brûler.

• GRANDS INCENDIES : Inonder la zone de l’incendie avec de grandes quantités d’eau tout en rabattant les vapeurs avec un

brouillard d’eau.

DANGERS

PARTICULIERS

RELATIFS À LA

SUBSTANCE OU AU

MÉLANGE

• Les vapeurs peuvent se déplacer vers la source d’inflammation et provoquer un retour de flamme.

• Les mélanges d’air et de vapeur peuvent exploser s’ils s’enflamment.

• Les vapeurs peuvent s’accumuler dans les espaces clos (sous-sols, réservoirs, trémies, wagons-citernes, etc.).

• S’enflamme facilement par la chaleur, les étincelles et les flammes.

• Le ruissellement vers les égouts peut provoquer un incendie ou un risque d’explosion.

• Risque d’explosion des vapeurs à l’intérieur, à l’extérieur et dans les égouts.

• PEUT EXPLOSER ET PROJETER DES FRAGMENTS SUR UNE DISTANCE DE 1600 MÈTRES (1 MILLE) SI LE FEU

ATTEINT LE CHARGEMENT.

• Peut créer un risque d’explosion vapeur/air à l’intérieur, à l’extérieur et dans les égouts.

• La plupart des vapeurs sont plus lourdes que l’air. Elles se propageront le long du sol et s’accumuleront dans les zones

basses ou les espaces clos (égouts, sous-sols, réservoirs).

DONNÉES SUR LES

EXPLOSIONS

Produits de combustion

dangereux

• Monoxyde de carbone. Dioxyde de carbone (CO2

). Oxydes d’azote (NOx). Oxydes de

soufre.

• Aldéhydes, aromatiques et autres hydrocarbures.

Sensibilité aux

aux chocs

• Aucune.

Sensibilité aux décharges

électrostatiques

• Oui.

ÉQUIPEMENT

ET MESURES DE

PROTECTION POUR

LES POMPIERS

• Comme pour tout incendie, porter un appareil respiratoire autonome régulateur d’oxygène MSHA/NIOSH (homologué ou

équivalent) et un équipement de protection complet.

• L’eau pulvérisée est recommandée pour refroidir ou protéger les matériaux exposés et les structures. L’eau pourrait être

inefficace pour l’extinction, sauf si elle est utilisée dans des conditions favorables par des pompiers expérimentés.

• Le dioxyde de carbone peut déplacer l’oxygène. Faire preuve de prudence lors de l’application de dioxyde de carbone dans

des espaces clos.

• L’eau pulvérisée peut être utile pour minimiser ou disperser les vapeurs.

• Les incendies de longue durée touchant des diluants entreposés dans des réservoirs peuvent provoquer un débordement

par bouillonnement.

• Dans le cas des incendies ayant progressé au-delà de la phase de naissance, les intervenants d’urgence dans la zone de

danger immédiate devraient porter une tenue de feu.

REDACTED COPY

Page 217: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 6 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

Section 6 : Mesures à prendre en cas de déversement accidentel

PRÉCAUTIONS

INDIVIDUELLES,

ÉQUIPEMENT DE

PROTECTION ET

PROCÉDURES

D’URGENCE

Précautions personnelles • Évacuer le personnel vers des zones sécuritaires.

• Enlever toutes les sources d’inflammation.

• Refuser l’accès au personnel non autorisé et non protégé.

• Utiliser de l’équipement de protection individuelle.

• Éviter le contact avec la peau, les yeux et les vêtements.

• Arrêter la fuite s’il est possible de le faire sans danger.

• Tenir les personnes éloignées du déversement ou de la fuite et contre le vent.

• Ne pas toucher aux contenants endommagés ni à la substance déversée à moins de

porter

des vêtements de protection appropriés.

• Ventiler les espaces clos.

• Ne pas marcher sur la substance déversée.

Équipement de protection • Porter un appareil respiratoire approprié (le cas échéant) et des vêtements de protection.

Procédures d’urgence • ÉLIMINER toutes les sources d’inflammation (ne pas fumer et éliminer les torches, les

étincelles et les flammes dans la zone immédiate) et tenir éloigné le personnel non autorisé.

Évacuer la zone. Ne pas pénétrer sans les zones basses. Arrêter la fuite s’il est possible de

le faire sans danger.

• Signaler les déversements aux autorités locales ou fédérales, comme il convient ou

comme il est requis.

PRÉCAUTIONS

ENVIRONNEMENTALES

• Éviter le ruissellement vers les cours d’eau et les égouts. NE PAS évacuer la substance vers les égouts. Empêcher l’entrée

dans les cours d’eau, les égouts, les sous-sols et les espaces clos. Le ruissellement provenant de la lutte contre l’incendie

peut produire une pollution.

MÉTHODES ET

MATÉRIEL DE

CONFINEMENT ET DE

NETTOYAGE

Méthodes de confinement • Arrêter la fuite s’il est possible de le faire sans danger.

• Confiner et récupérer le liquide lorsque cela est possible.

• Une mousse de suppression de la vapeur peut être utilisée pour réduire les vapeurs.

• Construire une digue à une bonne distance du déversement; utiliser du sable sec

pour maîtriser l’écoulement de la substance; disposer des barrages pour contenir les

déversements d’eau.

• Utiliser de l’eau pulvérisée pour réduire les vapeurs ou pour détourner la dérive du nuage de

vapeur.

• De l’eau pulvérisée en fines gouttes à distance et directement sur le bord de la nappe de

la substance déversée peut être utilisée pour guider et maintenir un brûlage dirigé de la

substance déversée.

Méthodes de nettoyage • Nettoyer immédiatement le déversement.

• DÉVERSEMENTS IMPORTANTS : NE PAS NETTOYER NI ÉLIMINER LA SUBSTANCE

SAUF SOUS LA SUPERVISION D’UN SPÉCIALISTE.

• PETITS DÉVERSEMENTS DE LIQUIDES : Utiliser un matériau non combustible, comme

de la vermiculite ou du sable, pour absorber le produit; le placer dans un contenant pour

qu’il soit éliminé plus tard.

• Utiliser l’équipement de protection individuelle approprié (ÉPI).

• Utiliser des outils propres à l’épreuve des étincelles pour ramasser la substance absorbée.

• Aspirer la substance déversée.

• Essayer de travailler en amont du vent pour nettoyer le déversement.

• Tout le matériel utilisé pour la manipulation du produit doit être mis à la terre.

• Récupérer et placer le produit libre dans des contenants appropriés.

• Utiliser des matériaux absorbants adéquats, comme de la vermiculite, du sable, de la terre

ou de l’argile, pour nettoyer le reste des liquides.

• Ne pas replacer les substances déversées dans leur contenant original.

• Ne pas évacuer la substance vers les égouts ni lui permettre de pénétrer les cours d’eau.

REDACTED COPY

Page 218: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 7 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

Section 7 : Manutention et entreposage

PRÉCAUTIONS POUR

UNE MANUTENTION

SÉCURITAIRE

Manutention • Tout le matériel utilisé pour la manipulation du produit doit être mis à la terre. Évitez le contact

avec la chaleur, les sources d’inflammation et les oxydants. Ne pas respirer la poussière, la

vapeur ni le brouillard. Ne pas utiliser dans des espaces non adéquatement ventilés. Ne pas

utiliser d’outils produisant des étincelles. Tenir éloigné de la chaleur, des étincelles et des

flammes. Aucune flamme nue, aucune étincelle et interdiction de fumer. Utiliser seulement

avec une ventilation adéquate. Ne pas utiliser ou entreposer à proximité de la chaleur ou

d’une flamme nue. Tenir éloigné du feu, des étincelles et des surfaces chaudes.

• L’utilisation d’équipement antidéflagrant est recommandée et peut être requise (se reporter

aux codes de prévention des incendies appropriés).

• L’utilisation de protection respiratoire appropriée est conseillée lorsque les concentrations

dépassent les seuils d’exposition établis.

• Prendre des mesures de précaution contre les décharges électrostatiques.

Manutention • Ne pas couper, percer, meuler ni souder les contenants vides, car ils peuvent contenir des

résidus explosifs.

• Demeurer en amont du vent et ventiler les trappes ouvertes avant le chargement.

• Éviter le contact avec la peau, les yeux et les vêtements.

• Avoir une bonne hygiène personnelle, incluant le retrait des vêtements souillés et le lavage

personnel rapide avec de l’eau et du savon.

• Porter de l’équipement de protection individuelle.

• Enlever et laver les vêtements contaminés avant de les porter de nouveau.

• Ne pas manger, boire ni fumer durant l’utilisation de ce produit.

• Ne pas ingérer la substance.

• Se laver à fond après la manutention.

• Les contenants vides représentent un danger potentiel d’incendie et d’explosion.

CONDITIONS

D’ENTREPOSAGE

SÉCURITAIRE,

INCLUANT LES

INCOMPATIBILITÉS

Entreposage • Ventiler les espaces clos.

• Entreposer le produit dans un endroit bien ventilé.

• Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Entreposer dans un endroit fermé à clé.

• Éviter les chocs, l’impact, la friction et la manutention brutale. Ne pas utiliser d’outils

produisant des étincelles.

• Entreposer dans un endroit frais/de basse température, bien ventilé et éloigné de sources

de chaleur et d’inflammation.

• Tenir éloigné des sources d’inflammation.

• Ne pas fumer.

• Ne pas entrer dans les espaces clos, comme les réservoirs et les fosses, sans suivre les

procédures d’entrée appropriées.

• Entreposer dans des contenants fermés adéquatement étiquetés et rangés dans un endroit

frais et bien ventilé.

• Des concentrations nocives de sulfure d’hydrogène (H2S) gazeux peuvent s’accumuler

dans les excavations et les zones basses ainsi que dans l’espace prévu pour les vapeurs des

compartiments d’entreposage et de transport en vrac.

• Tenir éloigné des flammes nues, des surfaces chaudes et des sources d’inflammation.

• Tenir le produit et le contenant vide éloignés des sources de chaleur et d’inflammation.

• Les contenants d’entreposages devraient être mis à la terre et avoir une liaison

équipotentielle.

• Les contenants d’entreposage fixes, les contenants de transfert et l’équipement connexe

devraient être mis à la terre et avoir une liaison équipotentielle afin de prévenir l’accumulation

d’une charge électrostatique.

• Entreposer à distance des matériaux incompatibles.

Produits incompatibles • Oxydants forts, comme les nitrates, les chlorates, les peroxydes et le chlore.

REDACTED COPY

Page 219: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 8 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

Section 8 : Contrôle de l’exposition/protection individuelle

PARAMÈTRES DE

CONTRÔLE : LIGNES

DIRECTRICES

RELATIVES À

L’EXPOSITION

NOM CHIMIQUE ACGIH OSHA NIOSH

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

TWA 600 ppm – –

Benzène TLV 0,5 ppm

TLV 1,6 mg/m3

STEL 2,5 ppm

STEL 8 mg/m3

PEL 1 ppm

STEL 5 ppm

TWA 0,1 ppm

STEL 1 ppm

IDLH 500 ppm

Butane STEL 1000 ppm – TWA 800 ppm

TWA 1900 mg/m3

Cyclohexane TLV 100 ppm

TLV 334 mg/m3

PEL 300 ppm

PEL 1050 mg/m3

TWA 300 ppm

TWA 1050 mg/m3

IDLH 1300 ppm

Éthylbenzène TLV 20 ppm

TLV 87 mg/m3

PEL 100 ppm

PEL 435 mg/m3

TWA 100 ppm

TWA 435 mg/m3

STEL 125 ppm

STEL 545 mg/m3

IDLH 800 ppm

Heptane TLV 400 ppm

TLV 1640 mg/m3

STEL 500 ppm

STEL 2000 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 2000 mg/m3

TWA 85 ppm

TWA 350 mg/m3

Plafond 440 ppm

Plafond 1800 mg/m3

IDLH 750 ppm

Hexane TLV 50 ppm

TLV 176 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 1800 mg/m3

TWA 50 ppm

TWA 180 mg/m3

IDLH 1100 ppm

Sulfure d’hydrogène TLV 1 ppm

TLV 1,4 mg/m3

STEL 5 ppm

STEL 7 mg/m3

Plafond 20 ppm Plafond 10 ppm

Plafond 15 mg/m3

IDLH 100 ppm

Isobutane TWA 1000 ppm – –

Méthylcyclohexane TLV 400 ppm

TLV 1610 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 2000 mg/m3

TWA 400 ppm

TWA 1600 mg/m3

IDLH 1200 ppm

Naphtalène TLV 10 ppm

STEL 15 ppm

PEL 10 ppm

PEL 50 mg/m3

TWA 10 ppm

TWA 50 mg/m3

STEL 15 ppm

STEL 75 mg/m3

REDACTED COPY

Page 220: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 9 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

Octane TLV 300 ppm

TLV 1401 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 2350 mg/m3

TWA 75 ppm

TWA 350 mg/m3

Plafond 385 ppm

Plafond 1800 mg/m3

IDLH 1000 ppm

Pentane TLV 600 ppm

TLV 1770 mg/m3

PEL 1000 ppm

PEL 2950 mg/m3

TWA 120 ppm

TWA 350 mg/m3

Plafond 610 ppm

Plafond 1800 mg/m3

IDLH 1500 ppm

Toluène TLV 20 ppm

TLV 75 mg/m3

PEL 200 ppm

STEL 300 mg/m3

TWA 100 ppm

TWA 375 mg/m3

STEL 150 ppm

STEL 560 mg/m3

IDLH 500 ppm

Xylènes TLV 100 ppm

TLV 434 mg/m3

STEL 150 ppm

STEL 651 mg/m3

PEL 100 ppm

PEL 435 mg/m3

TWA 100 ppm

TWA 435 mg/m3

STEL 150 ppm

STEL 655 mg/m3

IDLH 900 ppm

CONTRÔLES

TECHNIQUES

APPROPRIÉS

• Des systèmes de ventilation adéquats selon le besoin afin de maintenir les concentrations de contaminants en suspension

dans l’air sous les valeurs limites d’exposition applicables. Prévenir l’accumulation de vapeurs en fournissant une ventilation

adéquate pendant et après l’usage. Utiliser seulement du matériel électrique de classification appropriée.

MESURES DE

PROTECTION

INDIVIDUELLE

Yeux et visage • Porter un écran facial et des protecteurs oculaires.

Peau et corps • L’utilisation de gants (en nitrile ou en néoprène) est conseillée afin d’éviter le contact avec la

peau et la possibilité d’irritation.

• Porter des gants et des vêtements de protection et des protecteurs oculaires et faciaux.

Porter des vêtements à manches longues ou une combinaison de protection.

Respiratoire • Se conformer aux règlements relatifs aux appareils respiratoires de l’OSHA trouvés dans

29 CFR 1910.134 ou dans la norme européenne EN 149. Utiliser un appareil respiratoire

homologué par NIOSH/MSHA ou conforme à la norme européenne EN 149 en cas de

dépassement des limites d’exposition ou si des symptômes sont présents.

Mesures d’hygiène

générale

• Manipuler en conformité avec les bonnes pratiques d’hygiène et de sécurité du travail.

Section 9 : Caractéristiques physiques et propriétés chimiques

DESCRIPTION DU

PRODUIT

État physique Liquide Odeur Odeur similaire à celle du

pétrole

Type de substance Mélange Limite de détection

olfactive

Aucune donnée disponible

Apparence Liquide jaune/vert

à brun/noir

REDACTED COPY

Page 221: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 10 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

PROPRIÉTÉS pH Aucune donnée disponible Tension de vapeur Aucune donnée disponible

Point de fusion/

point de congélation

Aucune donnée disponible Densité De vapeur > 1 Air = 1

Point d’ébullition/

limites d’ébullition

De -20 à 550 °C

De -4 à 1022 °F

Densité Relative Aucune donnée disponible

Point d’éclair De -40 à 100 °C

De -40 à 212 °F

Solubilité dans l’eau Négligeable

Taux d’évaporation Aucune donnée disponible Coefficient de Partage :

n-octanol/eau

Aucune donnée disponible

Inflammabilité (solide, gaz) Aucune donnée disponible Température D’autoignition Aucune donnée disponible

Limite supérieure

d’inflammabilité

Aucune donnée disponible Température DE

décomposition

Aucune donnée disponible

Limite inférieure

d’inflammabilité

Aucune donnée disponible Poids spécifique De 0,84 à 0,88

Viscosité Aucune donnée disponible

Section 10 : Stabilité et réactivité

RÉACTIVITÉ Dioxyde de chlore

STABILITÉ CHIMIQUE Stable à 70 °F, 760 mm pression Hg

POSSIBILITÉ DE RÉACTIONS DANGEREUSES Aucune lors d’un traitement normal

CONDITIONS À ÉVITER Chaleur excessive, sources d’inflammation, étincelles, flammes nues et accumulation

d’électricité statique.

SUBSTANCES INCOMPATIBLES Oxydants forts, comme les nitrates, les chlorates, les peroxydes et le chlore.

PRODUITS DE DÉCOMPOSITION DANGEREUX La combustion produit du monoxyde de carbone, des aldéhydes, du dioxyde de soufre, des

aromatiques et d’autres hydrocarbures.

POLYMÉRISATION DANGEREUSE Ne se produira pas

Section 11 : Données toxicologiques

INFORMATION SUR

LES VOIES

D’EXPOSITION

PROBABLES

Inhalation • Peut provoquer l’irritation des voies respiratoires. Peut causer la somnolence et des

étourdissements.

Contact avec les yeux • Provoque une grave irritation des yeux.

REDACTED COPY

Page 222: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 11 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

Contact avec la peau • Provoque une irritation cutanée.

Ingestion • L’ingestion peut provoquer une irritation gastro-intestinale, des nausées, des vomissements et

la diarrhée.

• Possibilité d’aspiration si le produit est avalé.

• L’aspiration peut causer un œdème pulmonaire et une pneumonite.

DONNÉES

TOXICOLOGIQUES

NOM CHIMIQUE DL50 (VOIE ORALE) DL50 (VOIE CUTANÉE) CL50 (INHALATION)

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

– – = 150 000 mg/m3 (rat) 2 h

Benzène 1800 mg/kg (rat) - – 13 050 - 14 380 ppm (rat) 4 h

Butane – – 658 mg/L (rat) 4 h

Cyclohexane > 5000 mg/kg (rat) > 2000 mg/kg (lapin) = 13,9 mg/L (rat) 4 h

Éthylbenzène = 3500 mg/kg (rat) = 15 400 mg/kg (lapin) = 17,2 mg/L (rat) 4 h

Heptane – = 3000 mg/kg (lapin) = 103 g/m3 (rat) 4 h

Hexane = 25 g/kg (rat) = 3000 mg/kg (lapin) = 48 000 ppm (rat) 4 h

Sulfure d’hydrogène – – = 444 ppm (rat)

Isobutane – – = 658 000 mg/m3 (rat) 4 h

Méthylcyclohexane > 3200 mg/kg (rat) – –

Naphtalène 490 mg/kg (rat) 0,05 ml (lapin) 24 h –

Condensats de gaz

naturel (pétrole)

– – = 600 mg/m3 (rat)

Octane – – = 118 g/m3 (rat) 4 h

= 25 260 ppm (rat) 4 h

Pentane > 2000 mg/kg (rat) – 364 g/cu (rat) 4 h

Pétrole > 4300 mg/kg (rat) 500 mg (lapin) 24 h –

Soufre – – 1660 mg/m3 (mammifère)

Toluène De 2,6 à 7,5 g/kg (rat) 14,1 ml/kg (lapin) –

Xylènes = 3500 mg/kg (rat) > 4350 mg/kg (lapin)

> 1700 mg/kg (lapin)

= 29,08 mg/L (rat) 4 h

= 5000 ppm (rat) 4 h

REDACTED COPY

Page 223: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 12 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

SYMPTÔMES

ASSOCIÉS AUX

PROPRIÉTÉS

PHYSIQUES,

CHIMIQUES ET

TOXICOLOGIQUES

Benzène • L’exposition prolongée ou répétée au benzène à des concentrations supérieures à la valeur

limite d’exposition (TLV) peut causer des lésions graves aux organes hématopoïétiques. Il

a été signalé qu’une exposition chronique importante à la vapeur de benzène cause divers

troubles sanguins, allant de l’anémie à certaines formes de leucémie (cancer) chez les

humains. Le benzène a produit des tumeurs chez les rats et les souris lors d’étude sur toute la

vie de la toxicité chronique, cependant, les résultats ne sont pas cohérents entre les espèces,

les souches, les sexes, les expositions ou les voies d’exposition. Les études réalisées chez

l’animal ont démontré une toxicité immunitaire, des aberrations chromosomiques, des effets

testiculaires et des altérations des cycles reproductifs ainsi que la toxicité pour l’embryon et la

fœtotoxicité, mais non la tératogénicité.

Sulfure d’hydrogène

gazeux (H2S)

• Toxique par inhalation. La respiration prolongée de 50 à 100 ppm de vapeurs de H2S peut

provoquer une irritation des yeux et des voies respiratoires. De plus hautes concentrations

(de 250 à 600 ppm) respirées pendant de 15 à 30 minutes peuvent provoquer des maux de

tête, des étourdissements, de la nervosité, des nausées et un œdème pulmonaire ou une

broncho-pneumonie. Des concentrations supérieures à 1000 ppm provoqueront la perte de

conscience immédiate et la mort par paralysie respiratoire. L’exposition de rats et de souris

à 80 ppm de H2S, six heures par jour, cinq jours par semaine pendant dix semaines, n’a pas

produit de toxicité, à l’exception d’une irritation des voies nasales. Le H2S n’a pas eu d’effet

sur la reproduction et le développement (anomalies congénitales ou neurotoxicité) des rats

exposés à des concentrations de 75 à 80 ppm ou de 150 ppm de H2S, respectivement. Au fil

des ans, un certain nombre de cas aigus d’empoisonnement au H2S ont été signalés. En règle

générale, le rétablissement est rapide et complet. Cependant, si l’exposition était suffisamment

intense et prolongée pour provoquer une hypoxie cérébrale (un manque d’oxygène dans le

cerveau), des effets neurologiques, comme l’amnésie, des tremblements intentionnels ou une

lésion cérébrale, sont possibles.

Hexane • Ce produit peut contenir de l’hexane à un niveau supérieur à 1 %. Les études menées sur

des animaux de laboratoire ont produit une toxicité systémique dans le sang, dans la rate et

dans les poumons. Une fœtotoxicité a été observée à des concentrations d’hexane qui ont

produit une toxicité maternelle. Il a été démontré qu’une exposition à long terme à de hautes

concentrations d’hexane a des effets testiculaires et cause des lésions du système nerveux.

Xylènes • Il a été signalé que la surexposition marquée ou les cas d’empoisonnement graves aux

xylènes chez les humains causent des lésions aux poumons, au foie, aux reins, au cœur et

au cerveau ainsi que des troubles neurologiques. Les animaux de laboratoire exposés à une

haute dose de xylènes ont manifesté des signes d’effets sur le foie, les reins, les poumons,

la rate, le cœur et les glandes surrénales. L’exposition de rates, de souris et de lapines

pendant la période de gestation à des concentrations importantes de xylènes a produit

une toxicité fœtale, maternelle et développementale (retard osseux, fente palatine et côtes

ondulées) généralement à des doses materno-toxiques. Ces types d’effets fœtotoxiques

ont été associés à la toxicité maternelle. Il a été démontré que l’inhalation répétée de hautes

concentrations de xylènes cause l’altération des capacités de performance (tests de

comportement) chez les animaux et les humains. Les xylènes ont produit une perte auditive

dans les fréquences basses chez les rats à la suite d’une exposition subchronique à de hautes

concentrations de xylènes.

REDACTED COPY

Page 224: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 13 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

Toluène Cancérogénicité : L’exposition des rats et des souris à des concentrations de toluène de 120 à

1200 ppm pendant deux ans n’a pas produit de signes de cancérogénicité. Le toluène n’est pas

répertorié comme étant un cancérogène par le CIRA.

Organes cibles : Les études épidémiologiques suggèrent qu’une surexposition

occupationnelle chronique au toluène peut nuire à la vision des couleurs. Des études portant

sur l’inhalation chronique et subchronique du toluène ont relevé des lésions aux reins et au

foie, une perte auditive et des lésions du système nerveux central (cerveau) chez les animaux

de laboratoire. Il a été démontré qu’un mauvais usage délibéré découlant de l’inhalation

intentionnelle de hautes concentrations de toluène cause des lésions au foie, aux reins et au

système nerveux central, incluant des pertes auditives et des troubles de la vue.

Toxicité pour la reproduction : L’exposition au toluène pendant la grossesse a produit un

nombre limité de signes de toxicité sur le développement des animaux de laboratoire. Des

études de toxicité par inhalation et par voie orale ont révélé une réduction du poids corporel

fœtal et une augmentation des variations du squelette, mais seulement à des doses materno-

toxiques. Aucune toxicité fœtale n’a été observée à des doses n’étant pas toxiques pour la mère.

Une diminution du nombre de spermatozoïdes a été relevée chez les rats mâles en l’absence

d’une réduction de la fertilité. Il a été signalé que le toluène cause un retard de la croissance et

mental chez les enfants des abuseurs de solvants qui inhalent directement le toluène pendant la

grossesse.

Éthylbenzène Cancérogénicité : Les rats et les souris exposés à 0, 75, 250 ou 750 ppm d’éthylbenzène lors

d’une étude d’inhalation de deux ans ont produit un nombre limité de signes de cancer des reins,

du foie et des poumons. L’éthylbenzène est répertorié comme étant un agent cancérogène

possible pour les humains par le CIRA.

Organes cibles : Chez les rats et les souris exposés à 0, 75, 250 ou 750 ppm d’éthylbenzène

lors d’une étude d’inhalation de deux ans, de légères lésions aux reins (hyperplasie tubulaire),

au foie (foyers éosinophiles, hypertrophie, nécrose), aux poumons (métaplasie de l’épithélium

alvéolaire), à la thyroïde (hyperplasie) et de nature pituitaire (hyperplasie) ont été relevées. Chez

les modèles animaux (plus particulièrement les rats), l’éthylbenzène a un effet sur la fonction

auditive, principalement dans la plage de fréquence cochléaire moyenne, et une ototoxicité

a été observée à la suite d’une exposition combinée au bruit et à l’éthylbenzène. Il n’a pas été

démontré que l’exposition combinée au bruit et à l’éthylbenzène provoque des pertes auditives

ou une ototoxicité causée par l’éthylbenzène chez les travailleurs.

Naphtalène Le naphtalène a été évalué par des études de deux ans sur l’inhalation chez les rats et les souris.

Le « US National Toxicology Program » (NTP) a conclu qu’il existe des preuves claires quant

à la cancérogénicité chez les rats mâles et femelles en raison du nombre croissant de cas

d’adénomes épithéliaux respiratoires et de neuroblastomes épithéliaux olfactifs du nez. Le NTP

a relevé certains signes de cancérogénicité chez les souris femelles (adénomes alvéolaires)

et aucun signe de cancérogénicité chez les souris mâles. Le naphtalène a été identifié comme

étant un cancérogène par le CIRA et le NTP.

EFFETS IMMÉDIATS

ET DIFFÉRÉS ET

ÉGALEMENT EFFETS

CHRONIQUES D’UNE

EXPOSITION À COURT

ET À LONG TERME

Sensibilisation • Aucun renseignement disponible.

Effets mutagènes • Peut causer des défauts génétiques

Cancérogénicité • Peut causer le cancer

INFORMATION

CANCÉROGÈNE

NOM CHIMIQUE ACGIH ACGIH SKIN

(PEAU)*

CIRA NTP OSHA

Benzène A1 X Groupe 1 Connu X

Éthylbenzène A3 – Groupe 2B Évidence X

Hexane – X – – –

REDACTED COPY

Page 225: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 14 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

Naphtalène A4 X 2B Évidence

Pétrole – Groupe 3 Évidence

Toluène A4 – Groupe 3 Évidence –

Xylènes A4 – Groupe 3 Évidence –

* La désignation « ACGIH Skin » (peau) se reporte à la contribution potentielle importante de l’exposition globale par voie cutanée, incluant les membranes muqueuses et les yeux, provenant de l’exposition par voie aérienne au gaz, à la vapeur au liquide OU par contact direct avec la peau.

TOXICITÉ POUR LA

REPRODUCTION

• Susceptible de nuire à la fertilité ou au fœtus.

TOXICITÉ POUR

CERTAINS

ORGANES CIBLES —

EXPOSITION UNIQUE

• Peut causer de la somnolence et des étourdissements.

TOXICITÉ POUR

CERTAINS

ORGANES CIBLES

— EXPOSITIONS

RÉPÉTÉES

• A des effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition prolongée.

DANGER PAR

ASPIRATION

L’ingestion et la pénétration dans les voies respiratoires peuvent causer la mort. Risque de lésions graves aux poumons (par

aspiration).

Section 12 : Données écologiques

ÉCOTOXICITÉ

NOM CHIMIQUE TOXICITÉ POUR LES

ALGUES

TOXICITÉ POUR LES

POISSONS

DAPHNIA MAGNA (PUCE

D’EAU)

AUTRE TOXICITÉ

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

CE50 48 h : = 2,3 mg/L

(Daphnia magna)

Benzène CE50 72 h : = 29 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CL50 96 h : 10,7-14,7 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : = 5,3 mg/L

dynamique (Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : = 22,49 mg/L

statique (Lepomis macrochirus)

CL50 96 h : = 28,6 mg/L statique

(Poecilia reticulata)

CL50 96 h : 22 330 - 41 160 μg/L

statique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 70 000 -

142 000 μg/L statique (Lepomis macrochirus)

CE50 48 h : 8,76-15,6 mg/L

statique (Daphnia magna)

CE50 48 h : = 10 mg/L

(Daphnia magna)

REDACTED COPY

Page 226: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 15 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

ÉCOTOXICITÉ

NOM CHIMIQUE TOXICITÉ POUR LES

ALGUES

TOXICITÉ POUR LES

POISSONS

DAPHNIA MAGNA (PUCE

D’EAU)

AUTRE TOXICITÉ

Cyclohexane CE50 72 h : > 500 mg/L

(Desmodesmus subspicatus)

CL50 96 h : 3,96-5,18 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 23,03-42,07 mg/L

statique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 24,99-44,69 mg/L

statique (Lepomis macrochirus)

CL50 96 h : 48,87-68,76 mg/L

statique (Poecilia reticulata)

CE50 24 h : > 400 mg/L

(Daphnia magna)

CE50 = 85,5 mg/L 5 min

CE50 = 93 mg/L 10 min

(microorganismes)

Éthylbenzène CE50 72 h : = 4,6 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 96 h : > 438 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 72 h : 2,6-11,3 mg/L

statique (Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 96 h : 1,7-7,6 mg/L

statique (Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 72 h : = 11 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CL50 96 h : 11-18 mg/L statique

(Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : = 4,2 mg/L semi-

statique (Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : 7,55-11 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : = 32 mg/L statique

(Lepomis macrochirus)

CL50 96 h : 9,1-15,6 mg/L statique

(Pimephales promelas)

CL50 96 h : = 9,6 mg/L statique

(Poecilia reticulata)

CE50 48 h : 1,8-2,4 mg/L

(Daphnia magna)

CE50 = 9,68 mg/L 30 min

CE50 = 96 mg/L 24 h

(microorganismes)

Heptane – CL50 96 h : = 375 mg/L

(cichlidé)

CE50 24 h : > 10 mg/L

(Daphnia magna)

Hexane – CL50 96 h : 2,1-2,98 mg/L

dynamique

(Pimephales promelas)

CE50 24 h : > 1000 mg/L

(Daphnia magna)

Sulfure d’hydrogène – CL50 96 h : 49 μg/l

Oncorhynchus mykiss

(truite arc-en-ciel) œufs

CL50 24 h : 1059,7 μg/l

Pimephales promelas

(tête-de-boule)

CE50 48 h : 62 μg/l

Gammarus pseudolimnaeus

(puce de mer)

Méthylcyclohexane – CL50 96 h : 72 mg/L

(mené jaune)

– –

Naphtalène CE50 24 h : = 33 000 μg/L

(Chlorella vulgaris)

CL50 96 h : = 1,4 mg/L

(Oncorhynchus gorbuscha)

CE50 48 h : 1600 μg/l

(Daphnia magna)

Condensats de gaz

naturel (pétrole)

– CL50 96 h : = 119 mg/L statique

(Alburnus alburnus)

CL50 96 h : = 82 mg/L statique

(Cyprinodon variegatus)

CE50 24 h : = 170 mg/L

(Daphnia magna)

Octane – – CE50 48 h : = 0,38 mg/L

(puce d’eau)

CE50 48 h : = 0,02856 mg/L

(Daphnia magna)

CE50 = 890 mg/L 30 min

(microorganismes)

CE50 < 1,67 hr : 120 μg/l

Mytilus edulis

(moule bleue)

REDACTED COPY

Page 227: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 16 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

ÉCOTOXICITÉ

NOM CHIMIQUE TOXICITÉ POUR LES

ALGUES

TOXICITÉ POUR LES

POISSONS

DAPHNIA MAGNA (PUCE

D’EAU)

AUTRE TOXICITÉ

Pentane – – CE50 48 h : 135 mmol/cu CL50 24 h : 165 mmol/cu

Artemia salina (crevette des

salines)

Soufre – CL50 96 h : < 14 000 μg/l

(Lepomis macrochirus)

CE50 48 h : = > 5 000 000 μg/L

(Daphnia magna)

Toluène CE50 : > 433 mg/L

Pseudokirchneriella subcapitata

96 h

CE50 : 12,5 mg/L

Pseudokirchneriella subcapitata

72 h statique

CL50 : 15,22-19,05 mg/L

Pimephales promelas

96 h dynamique

CL50 : 12,6 mg/L

Pimephales promelas 96 h

statique

CL50 : 5,89-7,81 mg/L

Oncorhynchus mykiss

96 h dynamique

CL50 : 14,1-17,16 mg/L

Oncorhynchus mykiss

96 h statique

CL50 : 5,8 mg/L

Oncorhynchus mykiss

96 h semi-statique

CL50 : 11-15 mg/L

Lepomis macrochirus

96 h statique

CL50 : 54 mg/L Oryzias latipes

96 h statique

CL50 : 28,2 mg/L

Poecilia reticulata

96 h semi-statique

CL50 : 50,87-70,34 mg/L

Poecilia reticulata 96 h statique

CE50 48 h : 5,46-9,83 mg/L

statique (Daphnia magna)

CE50 48 h : = 11,5 mg/L

(Daphnia magna)

CE50 = 19,7 mg/L 30 min

(microorganismes)

Xylènes CE50 72 h : = 11 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CL50 96 h : = 13,4 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 2,661-4,093 mg/L

statique (Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : 13,5-17,3 mg/L

(Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : 13,1-16,5 mg/L

dynamique

(Lepomis macrochirus)

CE50 48 h : = 3,82 mg/L

(puce d’eau)

CL50 48 h : = 0,6 mg/L

(Gammarus lacustris)

-

PERSISTANCE ET

DÉGRADABILITÉ

• Aucun renseignement disponible.

POTENTIEL DE

BIOACCUMULATION

PRODUIT CHIMIQUE LOG POW

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

2,72

Benzène 1,83

Butane 2,89

REDACTED COPY

Page 228: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 17 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

Cyclohexane 3,44

Éthylbenzène 3,118

Heptane 3,90

Hexane 3,90

Sulfure d’hydrogène 0,45

Isobutane 2,76

Méthylcyclohexane 3,61

Méthylcyclopentane 3,37

Naphtalène 3,30

Octane 5,18

Pentane 3,39

Toluène 2,65

Xylène 2,77 3,15

MOBILITÉ DANS LE

SOL

PRODUIT CHIMIQUE MOBILITÉ ATTENDUE DANS LE SOL

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

Faible

Benzène Élevée

Butane Faible

Cyclohexane Modérée

Éthylbenzène Faible

Heptane Modérée

Hexane Élevée

Isobutane Très élevée

Méthylcyclopentane Faible

Naphtalène D’élevée à aucune

REDACTED COPY

Page 229: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 18 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

Octane Immobile

Pentane Élevée

Toluène D’élevée à modérée

Xylène De très élevée à modérée

AUTRES EFFETS

NÉFASTES

• Aucun renseignement

disponible.

Section 13 : Considérations relatives à l’élimination

MÉTHODES POUR

LE TRAITEMENT DES

DÉCHETS

Déchets • Ce produit, s’il doit être jeté, peut satisfaire aux critères de déchet dangereux, comme il

est défini par US EPA RCRA (40 CFR 261), par Environnement Canada et par d’autres

règlements locaux, provinciaux ou propres à un État. Si ce produit est classifié comme

étant un déchet dangereux, les lois fédérales exigent qu’il soit traité par une installation

d’élimination de déchets dangereux autorisée.

• Ce produit pourrait aussi contenir du benzène à une concentration inférieure à 0,5 ppm

et présenter la caractéristique de toxicité (D018), comme il est déterminé par la « Toxicity

Characteristic Leaching Procedure » (TCLP) (méthode de lixiviation pour déterminer les

caractéristiques de la toxicité).

• Cette substance pourrait devenir un déchet dangereux si elle est mélangée à un déchet

dangereux ou à une autre substance ou si elle est contaminée par un de ceux-ci.

• Il incombe à l’utilisateur de consulter les règlements locaux, fédéraux et propres à l’État

relatifs aux déchets afin de connaître les options d’élimination appropriées.

Déchets d’emballage • Le contenu des récipients devrait être entièrement utilisé et les récipients devraient être

vidés avant de les jeter.

• Le contenant pourrait être considéré comme un déchet dangereux en vertu de la RCRA

et il doit être éliminé avec soin et en conformité complète avec les règlements locaux,

fédéraux et propres à l’État.

• Les contenants vides de grande taille, comme les fûts, devraient être retournés au

distributeur ou à une entreprise de remise à neuf des fûts.

• Afin d’assurer de l’élimination appropriée des plus petits contenants vides, consulter les

règlements locaux et propres à l’État et les autorités pertinentes.

Section 14 : Information relative au transport

**NOM DU TABLEAU** NUMÉRO

ONU

NOM OFFICIEL

D’EXPÉDITION

CLASSE DE

RISQUE

POUR LE

TRANSPORT

GROUPE

D’EMBALLAGE

DANGER POUR

L’ENVIRONNEMENT

DOT UN1267 Pétrole brut 3 I Numéro du guide

d’intervention en cas

d’urgence : 128

TDG UN1267 Pétrole brut 3 I Polluant marin

REDACTED COPY

Page 230: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 19 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

IMO/IMDG UN1267 Pétrole brut 3 I Polluant marin

IATA/OACI UN1267 Pétrole brut 3 I Code ERG 3L

PRÉCAUTIONS

SPÉCIALES

POUR L’UTILISATEUR

• Aucune

Section 15 : Information réglementaire

É.-U. — CERCLA/SARA

MATIÈRES

DANGEREUSES

ET QUANTITÉS

DÉCLARABLES

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 Non répertorié

Benzène 71-43-2 10 lb final RQ; 4,54 kg final RQ

Butane 106-97-8 Non répertorié

Cyclohexane 110-82-7 1000 lb final RQ; 454 kg final RQ

Éthylbenzène 100-41-4 1000 lb final RQ; 454 kg final RQ

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 5000 lb final RQ; 2270 kg final RQ

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 100 lb final RQ; 45,4 kg final RQ

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Naphtalène 91-20-3 100 lb final RQ; 45,4 kg final RQ

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Pétrole 8002-05-9 Non répertorié

Toluène 108-88-3 1000 lb final RQ; 454 kg final RQ

Xylène 1330-20-7 100 lb final RQ; 45,4 kg final RQ

REDACTED COPY

Page 231: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 20 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

QUANTITÉS

DÉCLARABLES

DES SUBSTANCES

DANGEREUSES

DÉSIGNÉES

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 Non répertorié

Benzène 71-43-2 10 lb RQ

Butane 106-97-8 Non répertorié

Cyclohexane 110-82-7 1000 lb RQ

Éthylbenzène 100-41-4 1000 lb RQ

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 100 lb RQ

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Naphtalène 91-20-3 100 lb RQ

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Pétrole 8002-05-9 Non répertorié

Toluène 108-88-3 1000 lb RQ

Xylène 1330-20-7 100 lb RQ

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

CRITÈRES

RECOMMANDÉS POUR

LA QUALITÉ DE L’EAU

— CCC POUR LES

ORGANISMES VIVANT

EN EAU DOUCE

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 2,0 μg/L CCC

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

CRITÈRES

RECOMMANDÉS

POUR LA QUALITÉ DE

L’EAU — CCC POUR

LES ORGANISMES

VIVANT EN EAU SALÉE

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 2,0 μg/L CCC

REDACTED COPY

Page 232: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 21 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

SUBSTANCES

DANGEREUSES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 Non répertorié

Benzène 71-43-2 X

Butane 106-97-8 Non répertorié

Cyclohexane 110-82-7 X

Éthylbenzène 100-41-4 X

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 X

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Naphtalène 91-20-3 X

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Pétrole 8002-05-9 Non répertorié

Soufre 7704-34-9 Non répertorié

Toluène 108-88-3 X

Xylène 1330-20-7 X

X = Le composant est répertorié.

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

POLLUANTS

PRIORITAIRES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 Non répertorié

Benzène 71-43-2 X

Butane 106-97-8 Non répertorié

Cyclohexane 110-82-7 Non répertorié

Éthylbenzène 100-41-4 X

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 Non répertorié

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

REDACTED COPY

Page 233: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 22 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Naphtalène 91-20-3 X

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Pétrole 8002-05-9 Non répertorié

Soufre 7704-34-9 Non répertorié

Toluène 108-88-3 X

Xylène 1330-20-7 Non répertorié

X = Le composant est répertorié.

CANADA — SIMDUT

— CLASSIFICATIONS

DES SUBSTANCES

COMPOSANT N° CAS CLASSIFICATION

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 B2

Benzène 71-43-2 B2, D2A, D2B

Butane 106-97-8 A, B1

Cyclohexane 110-82-7 B2, D2B

Éthylbenzène 100-41-4 B2, D2A, D2B

Heptane 142-82-5 B2, D2B

Hexane 110-54-3 B2, D2A, D2B

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 A, B1, D1A, D2B

Isobutane 75-28-5 A, B1 (répertorié sous méthyl-2 propane)

Méthylcyclohexane 108-87-2 B2

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Naphtalène 91-20-3 B4, D2A

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Octane 111-65-9 B2, D2B

Pentane 109-66-0 B2

Pétrole 8002-05-9 B2

Soufre 7704-34-9 B4

REDACTED COPY

Page 234: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 23 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

Toluène 108-88-3 B2, D2A, D2B

Xylène 1330-20-7 B2, D2A, D2B

X = Le composant est répertorié.

CANADA — CONSEIL

CANADIEN DES

MINISTRES DE

L’ENVIRONNEMENT —

LIGNES DIRECTRICES

RELATIVES À LA

QUALITÉ DES

EAUX POUR LES

ORGANISMES VIVANT

EN EAU DOUCE

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Éthylbenzène 100-41-4 90 μg/L

Toluène 108-88-3 2 μg/L

Benzène 71-43-2 370 μg/L

Naphtalène 91-20-3 1,1 μg/L (répertorié sous hydrocarbures aromatiques

polycycliques — HAP)

CANADA — CONSEIL

CANADIEN DES

MINISTRES DE

L’ENVIRONNEMENT —

LIGNES DIRECTRICES

RELATIVES À LA

QUALITÉ DES

EAUX POUR LES

ORGANISMES VIVANT

EN MILIEU MARIN

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Éthylbenzène 100-41-4 25 μg/L

Toluène 108-88-3 215 μg/L

Benzène 71-43-2 110 μg/L

Naphtalène 91-20-3 1,4 μg/L (répertorié sous hydrocarbures aromatiques

polycycliques — HAP)

CANADA — URGENCES

ENVIRONNEMENTALES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 X

Benzène 71-43-2 X

Butane 106-97-8 X

Cyclohexane 110-82-7 X

Éthylbenzène 100-41-4 X

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 X

Isobutane 75-28-5 X

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Naphtalène 91-20-3 X

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

REDACTED COPY

Page 235: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 24 sur 23Fiche signalétique : pétrole brut — corrosifDate de révision : 4 septembre 2015

Pentane 109-66-0 X

Pétrole 8002-05-9 Non répertorié

Soufre 7704-34-9 Non répertorié

Toluène 108-88-3 X

Xylène 1330-20-7 X

X = Le composant est répertorié.

Section 16 : Autre information

NFPA4

3 0

Danger pour la santé : 3 Inflammabilité : 4 Instabilité : 0 Dangers physiques

et chimiques : X

HMIS Danger pour la santé : 3 Inflammabilité : 4 Instabilité : 0 Protection individuelle : X

DATE DE PUBLICATION 7 mai 2015

DATE DE RÉVISION 4 septembre 2015

MISE EN GARDE • Les renseignements présentés dans ce document sont basés sur des données considérées comme étant exactes au

moment de la préparation de la présente fiche signalétique (FS). Cependant, une fiche signalétique ne peut pas être utilisée

comme fiche technique commerciale du fabricant ou du fournisseur. De plus, aucune garantie ni représentation, explicite

ou implicite, n’est faite concernant l’exactitude ou l’exhaustivité des données fournies aux présentes et de l’information sur

la sécurité et aucune autorisation n’est donnée, ni réputée être donnée, pour la mise en œuvre de toute invention brevetée

sans licence. De plus, aucune responsabilité ne peut être assumée par le fournisseur pour tout dommage ou toute blessure

découlant d’une utilisation anormale, du défaut de se conformer aux pratiques recommandées ou de tout danger inhérent à la

nature du produit.

REDACTED COPY

Page 236: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 1 sur 14Fiche signalétique : pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)Date de révision : 19 avril 2015

Fiche signalétique

Section 1 : Identification

IDENTIFICATEUR DU

PRODUIT

Pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)

AUTRES MOYENS

D’IDENTIFICATION

Numéro ONU UN1993

Synonymes Dilbit Kearl, bitume dilué Kearl, mélange Kearl, Kearl Dilbit, Kearl Lake Dilbit (KDB)

Catégorie chimique Pétroles bruts — extrêmement inflammables

Produits du bitume

USAGE RECOMMANDÉ Charge d’alimentation

RESTRICTIONS

RELATIVES

À L’USAGE

Aucun renseignement disponible.

RENSEIGNEMENTS SUR

LE FOURNISSEUR

Enbridge Pipelines Inc.

10201, avenue Jasper

Edmonton (Alberta) T5J 3N7

Canada

TÉL. : 1-780-420-5210

INFORMATION SUR

LES COORDONNÉES

D’URGENCE

CHEMTREC 1-800-424-9300 aux États-Unis

703- 527- 3887 à l’extérieur des États-Unis

CANUTEC

(Transports Canada)

613-996-6666

Section 2 : Identification des dangers

CLASSIFICATION Irritation cutanée

Irritation des yeux

Mutations dans les cellules germinales

Cancérogénicité

Toxicité pour la reproduction

Toxicité systémique particulière pour un organe précis (exposition

unique)

Toxicité particulière pour un organe précis (expositions répétées)

Toxicité par aspiration

Liquides inflammables

Catégorie 2

Catégorie 2

Catégorie 1B

Catégorie 1A

Catégorie 2

Catégorie 3

Catégorie 1

Catégorie 1

Catégorie 1

REDACTED COPY

Page 237: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 2 sur 14Fiche signalétique : pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)Date de révision : 19 avril 2015

ÉLÉMENTS

D’ÉTIQUETAGE

Mot-indicateur Danger

Pictogrammes des dangers

Mentions des dangers • Provoque une irritation cutanée.

• Provoque une grave irritation des yeux.

• Peut provoquer des défauts génétiques.

• Peut causer un cancer.

• Susceptible de nuire à la fertilité ou au fœtus.

• Peut provoquer une irritation respiratoire.

• A des effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition prolongée.

• Peut être mortel en cas d’ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires.

• Liquide et vapeur extrêmement inflammables.

CONSEILS DE

PRUDENCE

Prévention • Bien se laver le visage, les mains et la peau exposée après avoir manipulé le produit.

• Porter des gants et des vêtements de protection et des protecteurs oculaires et faciaux.

• Obtenir des instructions spéciales avant l’utilisation.

• Ne pas manipuler le produit avant d’avoir lu et compris toutes les consignes de sécurité.

• Utiliser de l’équipement de protection individuelle comme requis.

• Ne pas respirer les poussières, les émanations, les gaz, les brouillards, les vapeurs, ni les aérosols.

• Utiliser seulement le produit en plein air ou dans un endroit bien ventilé.

• Ne pas manger, boire ni fumer durant l’utilisation de ce produit.

• Tenir éloigné de la chaleur, des étincelles, des flammes nues et des surfaces chaudes.

• Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Ne pas fumer.

• Mettre à la terre/faire une liaison équipotentielle du contenant et du matériel de réception.

• Utiliser du matériel électrique, de ventilation et d’éclairage antidéflagrant.

• Utiliser seulement des outils à l’épreuve des étincelles.

• Prendre des mesures de précaution contre les décharges électrostatiques.

• En cas de ventilation insuffisante, porter un appareil de protection respiratoire.

Intervention • EN CAS d’EXPOSITION prouvée ou suspectée : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

• EN CAS D’INHALATION : Transporter la victime à l’extérieur et la maintenir au repos dans une position

où elle peut respirer confortablement.

• Appeler un CENTRE ANTIPOISON ou un médecin en cas de malaise.

• EN CAS D’INGESTION : Appeler immédiatement un CENTRE ANTIPOISON ou un médecin.

• Ne PAS faire vomir.

• EN CAS DE CONTACT AVEC LA PEAU (ou les cheveux) : Enlever immédiatement tout vêtement

contaminé. Rincer la peau avec de l’eau/prendre une douche et se laver avec du savon.

• En cas d’incendie : Utiliser du CO2

, de la poudre extinctrice ou de la mousse pour l’extinction.

• EN CAS DE CONTACT AVEC LES YEUX : Rincer soigneusement à l’eau pendant plusieurs minutes.

Enlever les lentilles de contact, le cas échéant, si elles peuvent l’être facilement. Continuer de rincer.

• En cas d’irritation CUTANÉE : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

• Si l’irritation OCULAIRE persiste : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Entreposage/élimination • Entreposer le produit dans un endroit fermé à clé et frais.

• Entreposer le produit dans un endroit bien ventilé. Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Éliminer le contenu et le contenant conformément aux règlements locaux, régionaux, nationaux et

internationaux.

AUTRE

INFORMATION

• En vertu des règlements des États-Unis (29 CFR 1910,1200 - Hazard Communication Standard), ce produit est considéré comme

dangereux.

• Très toxique pour la vie aquatique avec effets persistants.

REDACTED COPY

Page 238: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 3 sur 14Fiche signalétique : pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)Date de révision : 19 avril 2015

Section 3 : Ingrédients (composition/renseignements)

NOM DU COMPOSANT NUMÉRO CAS POURCENTAGE (%)* NOTES

Benzène 71-43-2 0-1,2

Bitume 8052-42-4 0-85

Hexane 110-54-3 0-3,5

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 15-40

Soufre 7704-34-9 0-3,5

* Les valeurs ne représentent pas les minimums et les maximums absolus; ces valeurs peuvent varier de temps à autre. Toutes les concentrations sont exprimées en pourcentage pondéral, sauf si la substance est un gaz. Les concentrations des gaz sont exprimées en pourcentage volumique.

Section 4 : Premiers soins

DESCRIPTION DES

MESURES NÉCESSAIRES

Inhalation • EN CAS D’INHALATION : Transporter la victime à l’extérieur et la maintenir au repos dans une position

où elle peut respirer confortablement. Si l’irritation persiste : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Peau • EN CAS DE CONTACT AVEC LA PEAU : Laver avec beaucoup d’eau et de savon. En cas d’irritation

cutanée : Obtenir des soins/des conseils médicaux. Enlever les vêtements contaminés et les laver

avant de les porter de nouveau.

Yeux • EN CAS DE CONTACT AVEC LES YEUX : Rincer soigneusement à l’eau pendant plusieurs minutes.

Enlever les lentilles de contact,

le cas échéant, si elles peuvent l’être facilement. Continuer de rincer. Si l’irritation oculaire persiste :

Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Ingestion • Ne PAS faire vomir. Appeler un médecin ou un centre antipoison.

• Danger par aspiration en cas d’ingestion — peut pénétrer dans les poumons et causer des lésions.

PRINCIPAUX

SYMPTÔMES ET EFFETS,

AIGUS ET DIFFÉRÉS

Se reporter à la section 11 —

Données toxicologiques.

INDICATION DES SOINS

MÉDICAUX IMMÉDIATS

ET DES TRAITEMENTS

PARTICULIERS REQUIS,

LE CAS ÉCHÉANT

Note à l’intention du médecin • Danger par aspiration. Les symptômes peuvent être différés.

• L’épinéphrine et les autres drogues sympathomimétiques peuvent déclencher l’arythmie cardiaque

chez les personnes exposées à des concentrations élevées de cette substance (p. ex., dans des

espaces clos ou en cas d’abus intentionnel). L’emploi d’autres drogues présentant un moindre

potentiel arythmogénique devrait être envisagé. Si des drogues sympathomimétiques sont

administrées, surveiller le développement éventuel d’arythmie cardiaque chez le patient.

• S’assurer que le personnel médical est conscient des substances concernées et prend des mesures

pour se protéger et pour prévenir la propagation de la contamination.

REDACTED COPY

Page 239: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 4 sur 14Fiche signalétique : pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)Date de révision : 19 avril 2015

Section 5 : Mesures de lutte contre les incendies

MOYENS D’EXTINCTION Moyens d’extinction

appropriés

• PETIT INCENDIE : poudre extinctrice, CO2

, eau pulvérisée ou mousse ordinaire.

• GRAND INCENDIE : eau pulvérisée, brouillard d’eau ou mousse ordinaire.

Moyens d’extinction

inappropriés

• MISE EN GARDE : L’utilisation d’eau pulvérisée lorsque la lutte contre l’incendie pourrait être

inefficace.

• Ne pas utiliser de jet plein.

PROCÉDURES DE LUTTE

CONTRE LES INCENDIES

• INCENDIE TOUCHANT DES RÉSERVOIRS OU DES CHARGEMENTS DE WAGONS/CAMIONS : S’éloigner immédiatement si le bruit

provenant des dispositifs de sécurité s’intensifie ou si le réservoir se décolore.

• INCENDIE TOUCHANT DES RÉSERVOIRS OU DES CHARGEMENTS DE WAGONS/CAMIONS : S’il est impossible d’éteindre

l’incendie, protéger les alentours et laisser le feu brûler jusqu’à son extinction.

• Demeurer en amont du vent.

• Aérer les espaces clos avant l’entrée.

• Les pompiers devraient porter un équipement de protection complet et un appareil respiratoire autonome.

• INCENDIE : Si un réservoir, un wagon ou un camion-citerne est touché par un incendie, procéder à un ISOLEMENT sur 1600 mètres

(1 mille) dans toutes les directions; envisager également une évacuation initiale sur 1600 mètres (1 mille) dans toutes les directions.

• INCENDIE : Lorsqu’une grande quantité de cette substance est touchée par un incendie majeur, envisager une évacuation initiale sur

300 mètres (1000 pieds) dans toutes les directions.

• Éloigner les conteneurs de la zone de l’incendie, s’il est possible de le faire sécuritairement.

• GRANDS INCENDIES : Utiliser de l’eau pulvérisée, ou un brouillard d’eau; ne pas utiliser de jet plein.

• GRANDS INCENDIES : Si l’approvisionnement en eau n’est pas suffisant, rabattre seulement les vapeurs. Si cela est impossible, s’éloigner

de la zone et laisser le feu brûler.

• GRANDS INCENDIES : Inonder la zone de l’incendie avec de grandes quantités d’eau tout en rabattant les vapeurs avec un brouillard

d’eau.

DANGERS

PARTICULIERS RELATIFS

À LA SUBSTANCE OU AU

MÉLANGE

• Les vapeurs peuvent se déplacer vers la source d’inflammation et provoquer un retour de flamme.

• Les mélanges d’air et de vapeur peuvent exploser s’ils s’enflamment.

• Les vapeurs peuvent s’accumuler dans les espaces clos (sous-sols, réservoirs, trémies, wagons-citernes, etc.).

• S’enflamme facilement par la chaleur, les étincelles et les flammes.

• Le ruissellement vers les égouts peut provoquer un incendie ou un risque d’explosion.

• Risque d’explosion des vapeurs à l’intérieur, à l’extérieur et dans les égouts.

• PEUT EXPLOSER ET PROJETER DES FRAGMENTS SUR UNE DISTANCE DE 1600 MÈTRES (1 MILLE) SI LE FEU ATTEINT LE

CHARGEMENT.

• Peut créer un risque d’explosion vapeur/air à l’intérieur, à l’extérieur et dans les égouts.

• La plupart des vapeurs sont plus lourdes que l’air. Elles se propageront le long du sol et s’accumuleront dans les zones basses ou les

espaces clos (égouts, sous-sols, réservoirs).

DONNÉES SUR LES

EXPLOSIONS

Produits de combustion

dangereux

• Monoxyde de carbone, dioxyde de carbone (CO2

), oxydes d’azote (NOx), oxydes de soufre, sulfure

d’hydrogène.

• Aldéhydes, aromatiques et autres hydrocarbures.

Sensibilité aux

aux chocs

• Aucune.

Sensibilité aux décharges

électrostatiques

• Oui.

REDACTED COPY

Page 240: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 5 sur 14Fiche signalétique : pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)Date de révision : 19 avril 2015

ÉQUIPEMENT

ET MESURES DE

PROTECTION POUR LES

POMPIERS

• Comme pour tout incendie, porter un appareil respiratoire autonome régulateur d’oxygène MSHA/NIOSH (homologué ou équivalent) et

un équipement de protection complet.

• L’eau pulvérisée est recommandée pour refroidir ou protéger les matériaux exposés et les structures. L’eau pourrait être inefficace pour

l’extinction, sauf si elle est utilisée dans des conditions favorables par des pompiers expérimentés.

• Le dioxyde de carbone peut déplacer l’oxygène.

• Faire preuve de prudence lors de l’application de dioxyde de carbone dans des espaces clos.

• L’eau pulvérisée peut être utile pour minimiser ou disperser les vapeurs.

• Les incendies de longue durée touchant des diluants entreposés dans des réservoirs peuvent provoquer un débordement par

bouillonnement.

• Dans le cas des incendies ayant progressé au-delà de la phase de naissance, les intervenants d’urgence dans la zone de danger

immédiate devraient porter une tenue de feu.

Section 6 : Mesures à prendre en cas de déversement accidentel

PRÉCAUTIONS

INDIVIDUELLES,

ÉQUIPEMENT DE

PROTECTION ET

PROCÉDURES

D’URGENCE

Précautions personnelles • Évacuer le personnel vers des zones sécuritaires.

• Enlever toutes les sources d’inflammation.

• Refuser l’accès au personnel non autorisé et non protégé.

• Utiliser de l’équipement de protection individuelle.

• Éviter le contact avec la peau, les yeux et les vêtements.

• Arrêter la fuite s’il est possible de le faire sans danger.

• Tenir les personnes éloignées du déversement ou de la fuite et contre le vent.

• Ne pas toucher aux contenants endommagés ni à la substance déversée à moins de porter

des vêtements de protection appropriés.

• Ventiler les espaces clos.

• Ne pas marcher sur la substance déversée.

Équipement de protection • Porter un appareil respiratoire approprié (le cas échéant) et des vêtements de protection.

Procédures d’urgence • ÉLIMINER toutes les sources d’inflammation (ne pas fumer et éliminer les torches, les étincelles et les

flammes dans la zone immédiate) et tenir éloigné le personnel non autorisé. Évacuer la zone. Ne pas

pénétrer sans les zones basses. Arrêter la fuite s’il est possible de le faire sans danger.

• Signaler les déversements aux autorités locales ou fédérales, comme il convient ou comme il est

requis.

PRÉCAUTIONS

ENVIRONNEMENTALES

• Éviter le ruissellement vers les cours d’eau et les égouts. NE PAS évacuer la substance vers les égouts. Empêcher l’entrée dans les cours

d’eau, les égouts, les sous-sols et les espaces clos. Le ruissellement provenant de la lutte contre l’incendie peut produire une pollution.

MÉTHODES ET MATÉRIEL

DE CONFINEMENT ET DE

NETTOYAGE

Méthodes de confinement • Arrêter la fuite s’il est possible de le faire sans danger.

• Confiner et récupérer le liquide lorsque cela est possible.

• Une mousse de suppression de la vapeur peut être utilisée pour réduire les vapeurs.

• Construire une digue à une bonne distance du déversement; utiliser du sable sec pour maîtriser

l’écoulement de la substance; disposer des barrages pour contenir les déversements d’eau.

• Utiliser de l’eau pulvérisée pour réduire les vapeurs ou pour détourner la dérive du nuage de vapeur.

• De l’eau pulvérisée en fines gouttes à distance et directement sur le bord de la nappe de la substance

déversée peut être utilisée pour guider et maintenir un brûlage dirigé de la substance déversée.

REDACTED COPY

Page 241: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 6 sur 14Fiche signalétique : pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)Date de révision : 19 avril 2015

Méthodes de nettoyage • Nettoyer immédiatement le déversement.

• DÉVERSEMENTS IMPORTANTS : NE PAS NETTOYER NI ÉLIMINER LA SUBSTANCE SAUF

SOUS LA SUPERVISION D’UN SPÉCIALISTE.

• PETITS DÉVERSEMENTS DE LIQUIDES : Utiliser un matériau non combustible, comme de la

vermiculite ou du sable, pour absorber le produit; le placer dans un contenant pour qu’il soit éliminé

plus tard.

• Utiliser l’équipement de protection individuelle approprié (ÉPI).

• Utiliser des outils propres à l’épreuve des étincelles pour ramasser la substance absorbée.

• Aspirer la substance déversée.

• Essayer de travailler en amont du vent pour nettoyer le déversement.

• Tout le matériel utilisé pour la manipulation du produit doit être mis à la terre.

• Récupérer et placer le produit libre dans des contenants appropriés.

• Utiliser des matériaux absorbants adéquats, comme de la vermiculite, du sable, de la terre ou de

l’argile, pour nettoyer le reste des liquides.

• Ne pas replacer les substances déversées dans leur contenant original.

• Ne pas évacuer la substance vers les égouts ni lui permettre de pénétrer les cours d’eau.

Section 7 : Manutention et entreposage

PRÉCAUTIONS POUR

UNE MANUTENTION

SÉCURITAIRE

Manutention • Cette substance est un accumulateur de charges statiques. Un liquide est typiquement considéré

comme étant un accumulateur de charges statiques non conducteur si sa conductivité est inférieure

à 100 pS/m (100x10E-12 Siemens par mètre) et comme étant un accumulateur de charges statiques

semi-conducteur si sa conductivité est inférieure à 10 000 pS/m. Qu’un liquide soit non conducteur

ou semi-conducteur, les précautions à prendre sont les mêmes. Un certain nombre de facteurs, par

exemple la température du liquide, la présence de contaminants, les additifs antistatiques et la filtration,

peuvent influer grandement sur la conductivité d’un liquide.

• Du sulfure d’hydrogène (H2

S) peut être émis lorsque la substance est chauffée.

• Tout le matériel utilisé pour la manipulation du produit doit être mis à la terre. Évitez le contact avec

la chaleur, les sources d’inflammation et les oxydants. Ne pas respirer la poussière, la vapeur ni

le brouillard. Ne pas utiliser dans des espaces non adéquatement ventilés. Ne pas utiliser d’outils

produisant des étincelles. Tenir éloigné de la chaleur, des étincelles et des flammes. Aucune flamme

nue, aucune étincelle et interdiction de fumer. Utiliser seulement avec une ventilation adéquate. Ne pas

utiliser ou entreposer à proximité de la chaleur ou d’une flamme nue. Tenir éloigné du feu, des étincelles

et des surfaces chaudes.

• L’utilisation d’équipement antidéflagrant est recommandée et peut être requise (se reporter aux codes

de prévention des incendies appropriés).

• L’utilisation de protection respiratoire appropriée est conseillée lorsque les concentrations dépassent

les seuils d’exposition établis.

• Prendre des mesures de précaution contre les décharges électrostatiques.

Manutention • Ne pas couper, percer, meuler ni souder les contenants vides, car ils peuvent contenir des résidus

explosifs.

• Demeurer en amont du vent et ventiler les trappes ouvertes avant le chargement.

• Éviter le contact avec la peau, les yeux et les vêtements.

• Avoir une bonne hygiène personnelle, incluant le retrait des vêtements souillés et le lavage personnel

rapide avec de l’eau et du savon.

• Porter de l’équipement de protection individuelle.

• Enlever et laver les vêtements contaminés avant de les porter de nouveau.

• Ne pas manger, boire ni fumer durant l’utilisation de ce produit.

• Ne pas ingérer la substance.

• Se laver à fond après la manutention.

• Les contenants vides représentent un danger potentiel d’incendie et d’explosion.

REDACTED COPY

Page 242: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 7 sur 14Fiche signalétique : pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)Date de révision : 19 avril 2015

CONDITIONS

D’ENTREPOSAGE

SÉCURITAIRE, INCLUANT

LES INCOMPATIBILITÉS

Entreposage • Ventiler les espaces clos.

• Entreposer le produit dans un endroit bien ventilé.

• Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Entreposer dans un endroit fermé à clé.

• Éviter les chocs, l’impact, la friction et la manutention brutale. Ne pas utiliser d’outils produisant des

étincelles.

• Entreposer dans un endroit frais/de basse température, bien ventilé et éloigné de sources de chaleur et

d’inflammation.

• Tenir éloigné des sources d’inflammation.

• Ne pas fumer.

• Ne pas entrer dans les espaces clos, comme les réservoirs et les fosses, sans suivre les procédures

d’entrée appropriées.

• Entreposer dans des contenants fermés adéquatement étiquetés et rangés dans un endroit frais et

bien ventilé.

• Des concentrations nocives de sulfure d’hydrogène (H2

S) gazeux peuvent s’accumuler dans les

excavations et les zones basses ainsi que dans l’espace prévu pour les vapeurs des compartiments

d’entreposage et de transport en vrac.

• Tenir éloigné des flammes nues, des surfaces chaudes et des sources d’inflammation.

• Tenir le produit et le contenant vide éloignés des sources de chaleur et d’inflammation.

• Les contenants d’entreposages devraient être mis à la terre et avoir une liaison équipotentielle.

• Les contenants d’entreposage fixes, les contenants de transfert et l’équipement connexe devraient

être mis à la terre et avoir une liaison équipotentielle afin de prévenir l’accumulation d’une charge

électrostatique.

• Entreposer à distance des matériaux incompatibles.

Produits incompatibles • Oxydants forts, comme les nitrates, les chlorates, les peroxydes et le chlore.

Section 8 : Contrôle de l’exposition/protection individuelle

PARAMÈTRES DE

CONTRÔLE : LIGNES

DIRECTRICES RELATIVES

À L’EXPOSITION

NOM CHIMIQUE ACGIH OSHA NIOSH

Benzène TLV 0,5 ppm

TLV 1,6 mg/m3

STEL 2,5 ppm

STEL 8 mg/m3

PEL 1 ppm

STEL 5 ppm

TWA 0,1 ppm

STEL 1 ppm

IDLH 500 ppm

Bitume TLV 0,5 mg/m3 – Plafond 5 mg/m3

Hexane TLV 50 ppm

TLV 176 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 1800 mg/m3

TWA 50 ppm

TWA 180 mg/m3

IDLH 1100 ppm

CONTRÔLES

TECHNIQUES

APPROPRIÉS

• Des systèmes de ventilation adéquats selon le besoin afin de maintenir les concentrations de contaminants en suspension dans l’air sous

les valeurs limites d’exposition applicables. Prévenir l’accumulation de vapeurs en fournissant une ventilation adéquate pendant et après

l’usage. Utiliser seulement du matériel électrique de classification appropriée.

MESURES DE

PROTECTION

INDIVIDUELLE

Yeux et visage • Porter un écran facial et des protecteurs oculaires.

Peau et corps • L’utilisation de gants (en nitrile ou en néoprène) est conseillée afin d’éviter le contact avec la peau et la

possibilité d’irritation.

• Porter des gants et des vêtements de protection et des protecteurs oculaires et faciaux. Porter des

vêtements à manches longues ou une combinaison de protection.

REDACTED COPY

Page 243: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 8 sur 14Fiche signalétique : pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)Date de révision : 19 avril 2015

Respiratoire • Se conformer aux règlements relatifs aux appareils respiratoires de l’OSHA trouvés dans

29 CFR 1910.134 ou dans la norme européenne EN 149. Utiliser un appareil respiratoire homologué

par NIOSH/MSHA ou conforme à la norme européenne EN 149 en cas de dépassement des limites

d’exposition ou si des symptômes sont présents.

Mesures d’hygiène générale • Manipuler en conformité avec les bonnes pratiques d’hygiène et de sécurité du travail.

Section 9 : Caractéristiques physiques et propriétés chimiques

DESCRIPTION DU

PRODUIT

État physique Liquide Odeur Odeur similaire à celle du

pétrole/de solvants

Type de substance Mélange Limite de détection olfactive Aucune donnée disponible

Apparence Noir

PROPRIÉTÉS pH Aucune donnée disponible Tension de vapeur De 12 à 21 kPa à 24 °C

(75,2 °F)

Point de fusion/

point de congélation

Aucune donnée disponible Densité de vapeur Aucune donnée disponible

Point d’ébullition/

limites d’ébullition

De 68 à 1049 °F

De 20 à 565 °C

Densité De 900 à 1200 kg/m³

à 15,5 °C (59,9 °F)

Point d’éclair < -0,4 à 60,8 °F

< -18 à 16 °C

(vase clos)

Solubilité dans l’eau Aucune donnée disponible

Taux d’évaporation Aucune donnée disponible Coefficient de parrtage :

n-octanol/eau

Aucune donnée disponible

Inflammabilité (solide, gaz) Aucune donnée disponible Température d’autoignition Aucune donnée disponible

Limite supérieure

d’inflammabilité

Aucune donnée disponible Température de

décomposition

Aucune donnée disponible

Limite inférieure

d’inflammabilité

Aucune donnée disponible Poids spécifique 0,94

Viscosité De 52 à 96 centistokes (cSt, cS)

ou mm2/sec à 38 °C

(100,4 °F)

REDACTED COPY

Page 244: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 9 sur 14Fiche signalétique : pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)Date de révision : 19 avril 2015

Section 10 : Stabilité et réactivité

RÉACTIVITÉ Dioxyde de chlore

STABILITÉ CHIMIQUE Stable à 70 °F, 760 mm pression Hg

POSSIBILITÉ DE RÉACTIONS DANGEREUSES Aucune lors d’un traitement normal

CONDITIONS À ÉVITER Chaleur excessive, sources d’inflammation, étincelles, flammes nues et accumulation d’électricité statique.

SUBSTANCES INCOMPATIBLES Oxydants forts, comme les nitrates, les chlorates et les peroxydes.

PRODUITS DE DÉCOMPOSITION DANGEREUX La combustion produit du monoxyde de carbone, des aldéhydes, du sulfure d’hydrogène, du dioxyde de

soufre, des aromatiques et d’autres hydrocarbures.

POLYMÉRISATION DANGEREUSE Ne se produira pas

Section 11 : Données toxicologiques

INFORMATION SUR

LES VOIES D’EXPOSITION

PROBABLES

Inhalation • Peut provoquer l’irritation des voies respiratoires. Peut causer la somnolence et des étourdissements.

Contact avec les yeux • Provoque une grave irritation des yeux.

Contact avec la peau • Provoque une irritation cutanée.

Ingestion • L’ingestion peut provoquer une irritation gastro-intestinale, des nausées, des vomissements et la diarrhée.

• Possibilité d’aspiration si le produit est avalé.

• L’aspiration peut causer un œdème pulmonaire et une pneumonite.

DONNÉES

TOXICOLOGIQUES

NOM CHIMIQUE DL50 (VOIE ORALE) DL50 (VOIE CUTANÉE) CL50 (INHALATION)

Benzène 1800 mg/kg (rat) – 13 050 - 14 380 ppm (rat) 4 h

Bitume > 5000 mg/kg (rat) – > 94,4 mg/m3 (rat)

Hexane = 25 g/kg (rat) = 3000 mg/kg (lapin) = 48 000 ppm (rat) 4 h

Soufre – – 1660 mg/m3 (mammifère)

SYMPTÔMES ASSOCIÉS

AUX PROPRIÉTÉS

PHYSIQUES, CHIMIQUES

ET TOXICOLOGIQUES

Benzène • L’exposition prolongée ou répétée au benzène à des concentrations supérieures à la valeur limite

d’exposition (TLV) peut causer des lésions graves aux organes hématopoïétiques. Il a été signalé

qu’une exposition chronique importante à la vapeur de benzène cause divers troubles sanguins, allant

de l’anémie à certaines formes de leucémie (cancer) chez les humains. Le benzène a produit des

tumeurs chez les rats et les souris lors d’étude sur toute la vie de la toxicité chronique, cependant, les

résultats ne sont pas cohérents entre les espèces, les souches, les sexes, les expositions ou les voies

d’exposition. Les études réalisées chez l’animal ont démontré une toxicité immunitaire, des aberrations

chromosomiques, des effets testiculaires et des altérations des cycles reproductifs ainsi que la toxicité

pour l’embryon et la fœtotoxicité, mais non la tératogénicité.

REDACTED COPY

Page 245: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 10 sur 14Fiche signalétique : pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)Date de révision : 19 avril 2015

Hexane • Ce produit peut contenir de l’hexane à un niveau supérieur à 1 %. Les études menées sur des animaux

de laboratoire ont produit une toxicité systémique dans le sang, dans la rate et dans les poumons. Une

fœtotoxicité a été observée à des concentrations d’hexane qui ont produit une toxicité maternelle. Il a été

démontré qu’une exposition à long terme à de hautes concentrations d’hexane a des effets testiculaires

et cause des lésions du système nerveux.

Sulfure d’hydrogène

gazeux (H2S)

• Toxique par inhalation. La respiration prolongée de 50 à 100 ppm de vapeurs de H2

S peut provoquer

une irritation des yeux et des voies respiratoires. De plus hautes concentrations (de 250 à 600 ppm)

respirées pendant de 15 à 30 minutes peuvent provoquer des maux de tête, des étourdissements, de

la nervosité, des nausées et un œdème pulmonaire ou une broncho-pneumonie. Des concentrations

supérieures à 1000 ppm provoqueront la perte de conscience immédiate et la mort par paralysie

respiratoire. L’exposition de rats et de souris à 80 ppm de H2

S, six heures par jour, cinq jours par semaine

pendant dix semaines, n’a pas produit de toxicité, à l’exception d’une irritation des voies nasales. Le H2

S

n’a pas eu d’effet sur la reproduction et le développement (anomalies congénitales ou neurotoxicité) des

rats exposés à des concentrations de 75 à 80 ppm ou de 150 ppm de H2

S, respectivement. Au fil des

ans, un certain nombre de cas aigus d’empoisonnement au H2

S ont été signalés. En règle générale, le

rétablissement est rapide et complet. Cependant, si l’exposition était suffisamment intense et prolongée

pour provoquer une hypoxie cérébrale (un manque d’oxygène dans le cerveau), des effets neurologiques,

comme l’amnésie, des tremblements intentionnels ou une lésion cérébrale, sont possibles.

EFFETS IMMÉDIATS

ET DIFFÉRÉS ET

ÉGALEMENT EFFETS

CHRONIQUES D’UNE

EXPOSITION À COURT ET

À LONG TERME

Sensibilisation • Aucun renseignement disponible.

Effets mutagènes • Peut causer des défauts génétiques

Cancérogénicité • Peut causer le cancer

INFORMATION

CANCÉROGÈNE

NOM CHIMIQUE ACGIH ACGIH SKIN

(PEAU)*

CIRA NTP OSHA

Benzène A1 X Groupe 1 Connu X

Bitume A4 – – – –

Hexane – X – – –

* La désignation « ACGIH Skin » (peau) se reporte à la contribution potentielle importante de l’exposition globale par voie cutanée, incluant les membranes muqueuses et les yeux, provenant de l’exposition par voie aérienne au gaz, à la vapeur au liquide OU par contact direct avec la peau.

TOXICITÉ POUR LA

REPRODUCTION

• Susceptible de nuire à la fertilité ou au fœtus.

TOXICITÉ POUR

CERTAINS ORGANES

CIBLES — EXPOSITION

UNIQUE

• Peut causer de la somnolence et des étourdissements.

TOXICITÉ POUR

CERTAINS ORGANES

CIBLES — EXPOSITIONS

RÉPÉTÉES

• A des effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition prolongée.

DANGER PAR

ASPIRATION

L’ingestion et la pénétration dans les voies respiratoires peuvent causer la mort. Risque de lésions graves aux poumons (par aspiration).

REDACTED COPY

Page 246: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 11 sur 14Fiche signalétique : pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)Date de révision : 19 avril 2015

Section 12 : Données écologiques

ÉCOTOXICITÉ

NOM CHIMIQUE TOXICITÉ POUR LES

ALGUES

TOXICITÉ POUR LES

POISSONS

DAPHNIA MAGNA (PUCE

D’EAU)

AUTRE TOXICITÉ

Benzène CE50 72 h : = 29 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CL50 96 h : 10,7-14,7 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : = 5,3 mg/L

dynamique (Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : = 22,49 mg/L

statique (Lepomis macrochirus)

CL50 96 h : = 28,6 mg/L statique

(Poecilia reticulata)

CL50 96 h : 22 330 - 41 160 μg/L

statique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 70 000 -

142 000 μg/L statique (Lepomis macrochirus)

CE50 48 h : 8,76-15,6 mg/L

statique (Daphnia magna)

CE50 48 h : = 10 mg/L

(Daphnia magna)

Hexane – CL50 96 h : 2,1-2,98 mg/L

dynamique

(Pimephales promelas)

CE50 24 h : > 1000 mg/L

(Daphnia magna)

Soufre – CL50 96 h : < 14 000 ug/l

(Lepomis macrochirus)

CE50 48 h : = > 5 000 000 ug/L

(Daphnia magna)

PERSISTANCE ET

DÉGRADABILITÉ

• Composant à faible masse moléculaire —biodégradabilité intrinsèque prévue

• Composant à haute masse moléculaire persistance prévue

POTENTIEL DE

BIOACCUMULATION

PRODUIT CHIMIQUE LOG POW

Benzène 1,83

Hexane 3,90

MOBILITÉ DANS LE SOL PRODUIT CHIMIQUE MOBILITÉ ATTENDUE DANS LE SOL

Benzène Élevée

Hexane Élevée

AUTRES EFFETS

NÉFASTES

• COV (EPA méthode 24) : 2 353 lb/gal

REDACTED COPY

Page 247: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 12 sur 14Fiche signalétique : pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)Date de révision : 19 avril 2015

Section 13 : Considérations relatives à l’élimination

MÉTHODES POUR

LE TRAITEMENT DES

DÉCHETS

Déchets • Ce produit, s’il doit être jeté, peut satisfaire aux critères de déchet dangereux, comme il est défini

par US EPA RCRA (40 CFR 261), par Environnement Canada et par d’autres règlements locaux,

provinciaux ou propres à un État. Si ce produit est classifié comme étant un déchet dangereux, les lois

fédérales exigent qu’il soit traité par une installation d’élimination de déchets dangereux autorisée.

• Ce produit pourrait aussi contenir du benzène à une concentration inférieure à 0,5 ppm et présenter

la caractéristique de toxicité (D018), comme il est déterminé par la « Toxicity Characteristic Leaching

Procedure » (TCLP) (méthode de lixiviation pour déterminer les caractéristiques de la toxicité).

• Cette substance pourrait devenir un déchet dangereux si elle est mélangée à un déchet dangereux

ou à une autre substance ou si elle est contaminée par un de ceux-ci.

• Il incombe à l’utilisateur de consulter les règlements locaux, fédéraux et propres à l’État relatifs aux

déchets afin de connaître les options d’élimination appropriées.

Déchets d’emballage • Le contenu des récipients devrait être entièrement utilisé et les récipients devraient être vidés avant de

les jeter.

• Le contenant pourrait être considéré comme un déchet dangereux en vertu de la RCRA et il doit être

éliminé avec soin et en conformité complète avec les règlements locaux, fédéraux et propres à l’État.

• Les contenants vides de grande taille, comme les fûts, devraient être retournés au distributeur ou à

une entreprise de remise à neuf des fûts.

• Afin d’assurer de l’élimination appropriée des plus petits contenants vides, consulter les règlements

locaux et propres à l’État et les autorités pertinentes.

Section 14 : Information relative au transport

**NOM DU TABLEAU** NUMÉRO

ONU

NOM OFFICIEL

D’EXPÉDITION

CLASSE DE

RISQUE

POUR LE

TRANSPORT

GROUPE

D’EMBALLAGE

DANGER POUR

L’ENVIRONNEMENT

DOT UN1993 LIQUIDES INFLAMMABLES, N.O.S. 3 I Numéro du guide

d’intervention en cas

d’urgence : 128

TDG UN1993 LIQUIDES INFLAMMABLES, N.O.S. 3 I Dispositions

particulière : 16

IMO/IMDG UN1993 LIQUIDES INFLAMMABLES, N.O.S. 3 I Nº EMS F-E, S-E

IATA/OACI UN1993 INTERDIT – – –

PRÉCAUTIONS

SPÉCIALES

POUR L’UTILISATEUR

• Aucune précisée

Section 15 : Information réglementaire

É.-U. — CERCLA/SARA

MATIÈRES

DANGEREUSES

ET QUANTITÉS

DÉCLARABLES

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Benzène 71-43-2 10 lb final RQ; 4,54 kg final RQ

Hexane 110-54-3 5000 lb final RQ; 2270 kg final RQ

REDACTED COPY

Page 248: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 13 sur 14Fiche signalétique : pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)Date de révision : 19 avril 2015

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

QUANTITÉS

DÉCLARABLES

DES SUBSTANCES

DANGEREUSES

DÉSIGNÉES

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Benzène 71-43-2 10 lb RQ

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

SUBSTANCES

DANGEREUSES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

Benzène 71-43-2 X

Bitume 8052-42-4 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

68919-39-1 Non répertorié

Soufre 7704-34-9 Non répertorié

X = Le composant est répertorié.

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

POLLUANTS

PRIORITAIRES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

Benzène 71-43-2 X

Bitume 8052-42-4 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

68919-39-1 Non répertorié

Soufre 7704-34-9 Non répertorié

X = Le composant est répertorié.

CANADA — SIMDUT —

CLASSIFICATIONS DES

SUBSTANCES

COMPOSANT N° CAS CLASSIFICATION

Benzène 71-43-2 B2, D2A, D2B

Bitume 8052-42-4 Non répertorié

Hexane 110-54-3 B2, D2A, D2B

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

68919-39-1 Non répertorié

Soufre 7704-34-9 B4

X = Le composant est répertorié.

REDACTED COPY

Page 249: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 14 sur 14Fiche signalétique : pétrole brut — Dilbit (bitume dilué)Date de révision : 19 avril 2015

CANADA — CONSEIL

CANADIEN DES

MINISTRES DE

L’ENVIRONNEMENT —

LIGNES DIRECTRICES

RELATIVES À LA QUALITÉ

DES EAUX POUR LES

ORGANISMES VIVANT EN

EAU DOUCE

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Benzène 71-43-2 370 μg/L

CANADA — CONSEIL

CANADIEN DES

MINISTRES DE

L’ENVIRONNEMENT —

LIGNES DIRECTRICES

RELATIVES À LA QUALITÉ

DES EAUX POUR LES

ORGANISMES VIVANT EN

MILIEU MARIN

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Benzène 71-43-2 110 μg/L

CANADA — URGENCES

ENVIRONNEMENTALES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

Benzène 71-43-2 X

Bitume 8052-42-4 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

68919-39-1 Non répertorié

Soufre 7704-34-9 Non répertorié

X = Le composant est répertorié.

Section 16 : Autre information

NFPA

3

2 0

Danger pour la santé : 2 Inflammabilité : 3 Instabilité : 0 Dangers physiques

et chimiques : X

HMIS Danger pour la santé : 2 Inflammabilité : 3 Instabilité : 0 Protection individuelle : X

DATE DE PUBLICATION 19 avril 2015

DATE DE RÉVISION 19 avril 2015

MISE EN GARDE • Les renseignements présentés dans ce document sont basés sur des données considérées comme étant exactes au moment de la

préparation de la présente fiche signalétique (FS). Cependant, une fiche signalétique ne peut pas être utilisée comme fiche technique

commerciale du fabricant ou du fournisseur. De plus, aucune garantie ni représentation, explicite ou implicite, n’est faite concernant

l’exactitude ou l’exhaustivité des données fournies aux présentes et de l’information sur la sécurité et aucune autorisation n’est donnée, ni

réputée être donnée, pour la mise en œuvre de toute invention brevetée sans licence. De plus, aucune responsabilité ne peut être assumée

par le fournisseur pour tout dommage ou toute blessure découlant d’une utilisation anormale, du défaut de se conformer aux pratiques

recommandées ou de tout danger inhérent à la nature du produit.

REDACTED COPY

Page 250: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 1 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

Fiche signalétique

Section 1 : Identification

IDENTIFICATEUR DU

PRODUIT

Pétrole brut — lourd

AUTRES MOYENS

D’IDENTIFICATION

Numéro ONU UN1267

Synonymes Pétrole lourd classique de première qualité (PCH), pétrole lourd classique (CHV)

Catégorie chimique Pétroles bruts — extrêmement inflammables

USAGE RECOMMANDÉ Aucun renseignement disponible.

RESTRICTIONS

RELATIVES

À L’USAGE

Aucun renseignement disponible.

RENSEIGNEMENTS SUR

LE FOURNISSEUR

Enbridge Pipelines Inc.

10201, avenue Jasper

Edmonton (Alberta) T5J 3N7

Canada

TÉL. : 1-780-420-5210

INFORMATION SUR

LES COORDONNÉES

D’URGENCE

CHEMTREC 1-800-424-9300 aux États-Unis

703- 527- 3887 à l’extérieur des États-Unis

CANUTEC (Transports

Canada)

613-996-6666

Section 2 : Identification des dangers

CLASSIFICATION Irritation cutanée

Irritation des yeux

Mutations dans les cellules germinales

Cancérogénicité

Toxicité pour la reproduction

Toxicité systémique particulière pour un organe précis (exposition

unique)

Toxicité particulière pour un organe précis (expositions répétées)

Toxicité par aspiration

Liquides inflammables

Catégorie 2

Catégorie 2

Catégorie 1B

Catégorie 1A

Catégorie 2

Catégorie 3

Catégorie 1

Catégorie 1

Catégorie 1

REDACTED COPY

Page 251: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 2 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

ÉLÉMENTS

D’ÉTIQUETAGE

Mot-indicateur Danger

Pictogrammes des dangers

Mentions des dangers • Provoque une irritation cutanée.

• Provoque une grave irritation des yeux.

• Peut provoquer des défauts génétiques.

• Peut causer un cancer.

• Susceptible de nuire à la fertilité ou au fœtus.

• Peut provoquer une irritation respiratoire.

• A des effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition prolongée.

• Peut être mortel en cas d’ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires.

• Liquide et vapeur extrêmement inflammables.

• Peut causer la somnolence ou des étourdissements.

CONSEILS DE

PRUDENCE

Prévention • Bien se laver le visage, les mains et la peau exposée après avoir manipulé le produit.

• Porter des gants et des vêtements de protection et des protecteurs oculaires et faciaux.

• Obtenir des instructions spéciales avant l’utilisation.

• Ne pas manipuler le produit avant d’avoir lu et compris toutes les consignes de sécurité.

• Utiliser de l’équipement de protection individuelle comme requis.

• Ne pas respirer les poussières, les émanations, les gaz, les brouillards, les vapeurs, ni les aérosols.

• Utiliser seulement le produit en plein air ou dans un endroit bien ventilé.

• Ne pas manger, boire ni fumer durant l’utilisation de ce produit.

• Tenir éloigné de la chaleur, des étincelles, des flammes nues et des surfaces chaudes.

• Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Ne pas fumer.

• Mettre à la terre/faire une liaison équipotentielle du contenant et du matériel de réception.

• Utiliser du matériel électrique, de ventilation et d’éclairage antidéflagrant.

• Utiliser seulement des outils à l’épreuve des étincelles.

• Prendre des mesures de précaution contre les décharges électrostatiques.

• En cas de ventilation insuffisante, porter un appareil de protection respiratoire.

Intervention • EN CAS d’EXPOSITION prouvée ou suspectée : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

• EN CAS D’INHALATION : Transporter la victime à l’extérieur et la maintenir au repos dans une position

où elle peut respirer confortablement.

• Appeler un CENTRE ANTIPOISON ou un médecin en cas de malaise.

• EN CAS D’INGESTION : Appeler immédiatement un CENTRE ANTIPOISON ou un médecin.

• Ne PAS faire vomir.

• EN CAS DE CONTACT AVEC LA PEAU (ou les cheveux) : Enlever immédiatement tout vêtement

contaminé. Rincer la peau avec de l’eau/prendre une douche et se laver avec du savon.

• En cas d’incendie : Utiliser du CO2

, de la poudre extinctrice ou de la mousse pour l’extinction.

• EN CAS DE CONTACT AVEC LES YEUX : Rincer soigneusement à l’eau pendant plusieurs minutes.

Enlever les lentilles de contact, le cas échéant, si elles peuvent l’être facilement. Continuer de rincer.

• En cas d’irritation CUTANÉE : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

• Si l’irritation OCULAIRE persiste : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Entreposage/élimination • Entreposer le produit dans un endroit fermé à clé et frais.

• Entreposer le produit dans un endroit bien ventilé. Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Éliminer le contenu et le contenant conformément aux règlements locaux, régionaux, nationaux et

internationaux.

AUTRE

INFORMATION

• En vertu des règlements des États-Unis (29 CFR 1910,1200 - Hazard Communication Standard), ce produit est considéré comme

dangereux.

• Très toxique pour la vie aquatique avec effets persistants.

REDACTED COPY

Page 252: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 3 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

Section 3 : Ingrédients (composition/renseignements)

NOM DU COMPOSANT NUMÉRO CAS POURCENTAGE (%)* NOTES

Distillat de pétrole (naphta) 8002-05-9 60-100

Condensats de gaz naturel (pétrole) 64741-47-5 60-100

Bitume 8052-42-4 50-90

Butane 106-97-8 0-10

Pentane 109-66-0 0-7

Octane 111-65-9 0-5

Nonane 111-84-2 0-5

Heptane 142-82-5 0-5

2-méthylbutane 78-78-4 0-5

Isobutane 75-28-5 0-5

Hexane 110-54-3 0-5

Décane 124-18-5 0-5

Benzène 71-43-2 0-2

Xylène 1330-20-7 0-1

Toluène 108-88-3 0-1

Éthylbenzène 100-41-4 0-1

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 0-1

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 0-1

* Les valeurs ne représentent pas les minimums et les maximums absolus; ces valeurs peuvent varier de temps à autre.

Section 4 : Premiers soins

DESCRIPTION DES

MESURES NÉCESSAIRES

Inhalation • EN CAS D’INHALATION : Transporter la victime à l’extérieur et la maintenir au repos dans une position

où elle peut respirer confortablement. Si l’irritation persiste : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Peau • EN CAS DE CONTACT AVEC LA PEAU : Laver avec beaucoup d’eau et de savon. En cas d’irritation

cutanée : Obtenir des soins/des conseils médicaux. Enlever les vêtements contaminés et les laver

avant de les porter de nouveau.

REDACTED COPY

Page 253: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 4 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

Yeux • EN CAS DE CONTACT AVEC LES YEUX : Rincer soigneusement à l’eau pendant plusieurs minutes.

Enlever les lentilles de contact,

le cas échéant, si elles peuvent l’être facilement. Continuer de rincer. Si l’irritation oculaire persiste :

Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Ingestion • Ne PAS faire vomir. Appeler un médecin ou un centre antipoison.

• Danger par aspiration en cas d’ingestion — peut pénétrer dans les poumons et causer des lésions.

PRINCIPAUX

SYMPTÔMES ET EFFETS,

AIGUS ET DIFFÉRÉS

Se reporter à la section 11 —

Données toxicologiques.

INDICATION DES SOINS

MÉDICAUX IMMÉDIATS

ET DES TRAITEMENTS

PARTICULIERS REQUIS,

LE CAS ÉCHÉANT

Note à l’intention du médecin • Danger par aspiration. Les symptômes peuvent être différés.

• L’épinéphrine et les autres drogues sympathomimétiques peuvent déclencher l’arythmie cardiaque

chez les personnes exposées à des concentrations élevées de cette substance (p. ex., dans des

espaces clos ou en cas d’abus intentionnel). L’emploi d’autres drogues présentant un moindre

potentiel arythmogénique devrait être envisagé. Si des drogues sympathomimétiques sont

administrées, surveiller le développement éventuel d’arythmie cardiaque chez le patient.

• S’assurer que le personnel médical est conscient des substances concernées et prend des mesures

pour se protéger et pour prévenir la propagation de la contamination.

Section 5 : Mesures de lutte contre les incendies

MOYENS D’EXTINCTION Moyens d’extinction

appropriés

• PETIT INCENDIE : poudre extinctrice, CO2

, eau pulvérisée ou mousse ordinaire.

• GRAND INCENDIE : eau pulvérisée, brouillard d’eau ou mousse ordinaire.

Moyens d’extinction non

appropriés

• MISE EN GARDE : L’utilisation d’eau pulvérisée lorsque la lutte contre l’incendie pourrait être

inefficace.

• Ne pas utiliser de jet plein.

PROCÉDURES DE LUTTE

CONTRE LES INCENDIES

• INCENDIE TOUCHANT DES RÉSERVOIRS OU DES CHARGEMENTS DE WAGONS/CAMIONS : S’éloigner immédiatement si le bruit

provenant des dispositifs de sécurité s’intensifie ou si le réservoir se décolore.

• INCENDIE TOUCHANT DES RÉSERVOIRS OU DES CHARGEMENTS DE WAGONS/CAMIONS : S’il est impossible d’éteindre

l’incendie, protéger les alentours et laisser le feu brûler jusqu’à son extinction.

• Demeurer en amont du vent.

• Aérer les espaces clos avant l’entrée.

• Les pompiers devraient porter un équipement de protection complet et un appareil respiratoire autonome.

• INCENDIE : Si un réservoir, un wagon ou un camion-citerne est touché par un incendie, procéder à un ISOLEMENT sur 1600 mètres

(1 mille) dans toutes les directions; envisager également une évacuation initiale sur 1600 mètres (1 mille) dans toutes les directions.

• INCENDIE : Lorsqu’une grande quantité de cette substance est touchée par un incendie majeur, envisager une évacuation initiale sur

300 mètres (1000 pieds) dans toutes les directions.

• Éloigner les conteneurs de la zone de l’incendie, s’il est possible de le faire sécuritairement.

• GRANDS INCENDIES : Utiliser de l’eau pulvérisée, ou un brouillard d’eau; ne pas utiliser de jet plein.

• GRANDS INCENDIES : Si l’approvisionnement en eau n’est pas suffisant, rabattre seulement les vapeurs. Si cela est impossible, s’éloigner

de la zone et laisser le feu brûler.

• GRANDS INCENDIES : Inonder la zone de l’incendie avec de grandes quantités d’eau tout en rabattant les vapeurs avec un brouillard

d’eau.

REDACTED COPY

Page 254: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 5 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

DANGERS

PARTICULIERS RELATIFS

À LA SUBSTANCE OU AU

MÉLANGE

• Les vapeurs peuvent se déplacer vers la source d’inflammation et provoquer un retour de flamme.

• Les mélanges d’air et de vapeur peuvent exploser s’ils s’enflamment.

• Les vapeurs peuvent s’accumuler dans les espaces clos (sous-sols, réservoirs, trémies, wagons-citernes, etc.).

• S’enflamme facilement par la chaleur, les étincelles et les flammes.

• Le ruissellement vers les égouts peut provoquer un incendie ou un risque d’explosion.

• Risque d’explosion des vapeurs à l’intérieur, à l’extérieur et dans les égouts.

• PEUT EXPLOSER ET PROJETER DES FRAGMENTS SUR UNE DISTANCE DE 1600 MÈTRES (1 MILLE) SI LE FEU ATTEINT LE

CHARGEMENT.

• Peut créer un risque d’explosion vapeur/air à l’intérieur, à l’extérieur et dans les égouts.

• La plupart des vapeurs sont plus lourdes que l’air. Elles se propageront le long du sol et s’accumuleront dans les zones basses ou les

espaces clos (égouts, sous-sols, réservoirs).

DONNÉES SUR LES

EXPLOSIONS

Produits de combustion

dangereux

• Monoxyde de carbone. Dioxyde de carbone (CO2

). Oxydes d’azote (NOx). Oxydes de soufre.

• Aldéhydes, aromatiques et autres hydrocarbures.

Sensibilité aux

aux chocs

• Aucune.

Sensibilité aux

décharges électrostatiques

• Oui.

ÉQUIPEMENT

ET MESURES DE

PROTECTION POUR LES

POMPIERS

• Comme pour tout incendie, porter un appareil respiratoire autonome régulateur d’oxygène MSHA/NIOSH (homologué ou équivalent) et

un équipement de protection complet.

• L’eau pulvérisée est recommandée pour refroidir ou protéger les matériaux exposés et les structures. L’eau pourrait être inefficace pour

l’extinction, sauf si elle est utilisée dans des conditions favorables par des pompiers expérimentés.

• Le dioxyde de carbone peut déplacer l’oxygène.

• Faire preuve de prudence lors de l’application de dioxyde de carbone dans des espaces clos.

• L’eau pulvérisée peut être utile pour minimiser ou disperser les vapeurs.

• Les incendies de longue durée touchant des diluants entreposés dans des réservoirs peuvent provoquer un débordement par

bouillonnement.

• Dans le cas des incendies ayant progressé au-delà de la phase de naissance, les intervenants d’urgence dans la zone de danger

immédiate devraient porter une tenue de feu.

Section 6 : Mesures à prendre en cas de déversement accidentel

PRÉCAUTIONS

INDIVIDUELLES,

ÉQUIPEMENT DE

PROTECTION ET

PROCÉDURES

D’URGENCE

Précautions personnelles • Évacuer le personnel vers des zones sécuritaires.

• Enlever toutes les sources d’inflammation.

• Refuser l’accès au personnel non autorisé et non protégé.

• Utiliser de l’équipement de protection individuelle.

• Éviter le contact avec la peau, les yeux et les vêtements.

• Arrêter la fuite s’il est possible de le faire sans danger.

• Tenir les personnes éloignées du déversement ou de la fuite et contre le vent.

• Ne pas toucher aux contenants endommagés ni à la substance déversée à moins de porter

des vêtements de protection appropriés.

• Ventiler les espaces clos.

• Ne pas marcher sur la substance déversée.

Équipement de protection • Porter un appareil respiratoire approprié (le cas échéant) et des vêtements de protection.

Procédures d’urgence • ÉLIMINER toutes les sources d’inflammation (ne pas fumer et éliminer les torches, les étincelles et les

flammes dans la zone immédiate) et tenir éloigné le personnel non autorisé. Évacuer la zone. Ne pas

pénétrer sans les zones basses. Arrêter la fuite s’il est possible de le faire sans danger.

• Signaler les déversements aux autorités locales ou fédérales, comme il convient ou comme il est

requis.

REDACTED COPY

Page 255: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 6 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

PRÉCAUTIONS

ENVIRONNEMENTALES

• Éviter le ruissellement vers les cours d’eau et les égouts. NE PAS évacuer la substance vers les égouts. Empêcher l’entrée dans les cours

d’eau, les égouts, les sous-sols et les espaces clos. Le ruissellement provenant de la lutte contre l’incendie peut produire une pollution.

MÉTHODES ET MATÉRIEL

DE CONFINEMENT ET DE

NETTOYAGE

Méthodes de confinement • Arrêter la fuite s’il est possible de le faire sans danger.

• Confiner et récupérer le liquide lorsque cela est possible.

• Une mousse de suppression de la vapeur peut être utilisée pour réduire les vapeurs.

• Construire une digue à une bonne distance du déversement; utiliser du sable sec pour maîtriser

l’écoulement de la substance; disposer des barrages pour contenir les déversements d’eau.

• Utiliser de l’eau pulvérisée pour réduire les vapeurs ou pour détourner la dérive du nuage de vapeur.

• De l’eau pulvérisée en fines gouttes à distance et directement sur le bord de la nappe de la substance

déversée peut être utilisée pour guider et maintenir un brûlage dirigé de la substance déversée.

Méthodes de nettoyage • Nettoyer immédiatement le déversement.

• DÉVERSEMENTS IMPORTANTS : NE PAS NETTOYER NI ÉLIMINER LA SUBSTANCE SAUF

SOUS LA SUPERVISION D’UN SPÉCIALISTE.

• PETITS DÉVERSEMENTS DE LIQUIDES : Utiliser un matériau non combustible, comme de la

vermiculite ou du sable, pour absorber le produit; le placer dans un contenant pour qu’il soit éliminé

plus tard.

• Utiliser l’équipement de protection individuelle approprié (ÉPI).

• Utiliser des outils propres à l’épreuve des étincelles pour ramasser la substance absorbée.

• Aspirer la substance déversée.

• Essayer de travailler en amont du vent pour nettoyer le déversement.

• Tout le matériel utilisé pour la manipulation du produit doit être mis à la terre.

• Récupérer et placer le produit libre dans des contenants appropriés.

• Utiliser des matériaux absorbants adéquats, comme de la vermiculite, du sable, de la terre ou de

l’argile, pour nettoyer le reste des liquides.

• Ne pas replacer les substances déversées dans leur contenant original.

• Ne pas évacuer la substance vers les égouts ni lui permettre de pénétrer les cours d’eau.

Section 7 : Manutention et entreposage

PRÉCAUTIONS POUR

UNE MANUTENTION

SÉCURITAIRE

Manutention • Tout le matériel utilisé pour la manipulation du produit doit être mis à la terre. Évitez le contact avec

la chaleur, les sources d’inflammation et les oxydants. Ne pas respirer la poussière, la vapeur ni

le brouillard. Ne pas utiliser dans des espaces non adéquatement ventilés. Ne pas utiliser d’outils

produisant des étincelles. Tenir éloigné de la chaleur, des étincelles et des flammes. Aucune flamme

nue, aucune étincelle et interdiction de fumer. Utiliser seulement avec une ventilation adéquate. Ne pas

utiliser ou entreposer à proximité de la chaleur ou d’une flamme nue. Tenir éloigné du feu, des étincelles

et des surfaces chaudes.

• L’utilisation d’équipement antidéflagrant est recommandée et peut être requise (se reporter aux codes

de prévention des incendies appropriés).

• L’utilisation de protection respiratoire appropriée est conseillée lorsque les concentrations dépassent

les seuils d’exposition établis.

• Prendre des mesures de précaution contre les décharges électrostatiques.

REDACTED COPY

Page 256: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 7 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

Manutention • Ne pas couper, percer, meuler ni souder les contenants vides, car ils peuvent contenir des résidus

explosifs.

• Demeurer en amont du vent et ventiler les trappes ouvertes avant le chargement.

• Éviter le contact avec la peau, les yeux et les vêtements.

• Avoir une bonne hygiène personnelle, incluant le retrait des vêtements souillés et le lavage personnel

rapide avec de l’eau et du savon.

• Porter de l’équipement de protection individuelle.

• Enlever et laver les vêtements contaminés avant de les porter de nouveau.

• Ne pas manger, boire ni fumer durant l’utilisation de ce produit.

• Ne pas ingérer la substance.

• Se laver à fond après la manutention.

• Les contenants vides représentent un danger potentiel d’incendie et d’explosion.

CONDITIONS

D’ENTREPOSAGE

SÉCURITAIRE, INCLUANT

LES INCOMPATIBILITÉS

Entreposage • Ventiler les espaces clos.

• Entreposer le produit dans un endroit bien ventilé.

• Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Entreposer dans un endroit fermé à clé.

• Éviter les chocs, l’impact, la friction et la manutention brutale. Ne pas utiliser d’outils produisant des

étincelles.

• Entreposer dans un endroit frais/de basse température, bien ventilé et éloigné de sources de chaleur et

d’inflammation.

• Tenir éloigné des sources d’inflammation.

• Ne pas fumer.

• Ne pas entrer dans les espaces clos, comme les réservoirs et les fosses, sans suivre les procédures

d’entrée appropriées.

• Entreposer dans des contenants fermés adéquatement étiquetés et rangés dans un endroit frais et

bien ventilé.

• Des concentrations nocives de sulfure d’hydrogène (H2

S) gazeux peuvent s’accumuler dans les

excavations et les zones basses ainsi que dans l’espace prévu pour les vapeurs des compartiments

d’entreposage et de transport en vrac.

• Tenir éloigné des flammes nues, des surfaces chaudes et des sources d’inflammation.

• Tenir le produit et le contenant vide éloignés des sources de chaleur et d’inflammation.

• Les contenants d’entreposages devraient être mis à la terre et avoir une liaison équipotentielle.

• Les contenants d’entreposage fixes, les contenants de transfert et l’équipement connexe devraient

être mis à la terre et avoir une liaison équipotentielle afin de prévenir l’accumulation d’une charge

électrostatique.

• Entreposer à distance des matériaux incompatibles.

Produits incompatibles • Oxydants forts, comme les nitrates, les chlorates, les peroxydes et le chlore.

Section 8 : Contrôle de l’exposition/protection individuelle

PARAMÈTRES DE

CONTRÔLE : LIGNES

DIRECTRICES RELATIVES

À L’EXPOSITION

NOM CHIMIQUE ACGIH OSHA NIOSH

Distillat de pétrole (naphta) – – TWA 350 mg/m3

IDLH 1100 ppm

Plafond 1800 mg/m3

Bitume TLV 0,5 mg/m3 Plafond 5 mg/m3

Butane STEL 1000 ppm – TWA 800 ppm

TWA 1900 mg/m3

REDACTED COPY

Page 257: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 8 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

Pentane TLV 600 ppm

TLV 1770 mg/m3

PEL 1000 ppm

PEL 2950 mg/m3

TWA 120 ppm

TWA 350 mg/m3

Plafond 610 ppm

Plafond 1800 mg/m3

IDLH 1500 ppm

Octane TLV 300 ppm

TLV 1401 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 2350 mg/m3

TWA 75 ppm

TWA 350 mg/m3

Plafond 385 ppm

Plafond 1800 mg/m3

IDLH 1000 ppm

Nonane TLV 200 ppm

TLV 1050 mg/m3

– TWA 200 ppm

TWA 1050 mg/m3

Heptane TLV 400 ppm

TLV 1640 mg/m3

STEL 500 ppm

STEL 2000 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 2000 mg/m3

TWA 85 ppm

TWA 350 mg/m3

Plafond 440 ppm

Plafond 1800 mg/m3

IDLH 750 ppm

2-méthylbutane TWA 600 ppm – –

Isobutane TWA 1000 ppm – –

Hexane TLV 50 ppm

TLV 176 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 1800 mg/m3

TWA 50 ppm

TWA 180 mg/m3

IDLH 1100 ppm

Décane – – –

Benzène TLV 0,5 ppm

TLV 1,6 mg/m3

STEL 2,5 ppm

STEL 8 mg/m3

PEL 1 ppm

STEL 5 ppm

TWA 0,1 ppm

STEL 1 ppm

IDLH 500 ppm

Xylènes TLV 100 ppm

TLV 434 mg/m3

STEL 150 ppm

STEL 651 mg/m3

PEL 100 ppm

PEL 435 mg/m3

TWA 100 ppm

TWA 435 mg/m3

STEL 150 ppm

STEL 655 mg/m3

IDLH 900 ppm

Toluène TLV 20 ppm

TLV 75 mg/m3

PEL 200 ppm

STEL 300 mg/m3

TWA 100 ppm

TWA 375 mg/m3

STEL 150 ppm

STEL 560 mg/m3

IDLH 500 ppm

Éthylbenzène TLV 20 ppm

TLV 87 mg/m3

PEL 100 ppm

PEL 435 mg/m3

TWA 100 ppm

TWA 435 mg/m3

STEL 125 ppm

STEL 545 mg/m3

IDLH 800 ppm

1,2,4-triméthylbenzène TWA 25 ppm – TWA 25 ppm

TWA 125 mg/m3

REDACTED COPY

Page 258: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 9 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

Sulfure d’hydrogène TLV 1 ppm

TLV 1,4 mg/m3

STEL 5 ppm

STEL 7 mg/m3

Plafond 20 ppm Plafond 10 ppm

Plafond 15 mg/m3

IDLH 100 ppm

CONTRÔLES

TECHNIQUES

APPROPRIÉS

• Des systèmes de ventilation adéquats selon le besoin afin de maintenir les concentrations de contaminants en suspension dans l’air sous

les valeurs limites d’exposition applicables. Prévenir l’accumulation de vapeurs en fournissant une ventilation adéquate pendant et après

l’usage. Utiliser seulement du matériel électrique de classification appropriée.

MESURES DE

PROTECTION

INDIVIDUELLE

Yeux et visage • Porter un écran facial et des protecteurs oculaires.

Peau et corps • L’utilisation de gants (en nitrile ou en néoprène) est conseillée afin d’éviter le contact avec la peau et la

possibilité d’irritation.

• Porter des gants et des vêtements de protection et des protecteurs oculaires et faciaux. Porter des

vêtements à manches longues ou une combinaison de protection.

Respiratoire • Se conformer aux règlements relatifs aux appareils respiratoires de l’OSHA trouvés dans

29 CFR 1910.134 ou dans la norme européenne EN 149. Utiliser un appareil respiratoire homologué

par NIOSH/MSHA ou conforme à la norme européenne EN 149 en cas de dépassement des limites

d’exposition ou si des symptômes sont présents.

Mesures d’hygiène générale • Manipuler en conformité avec les bonnes pratiques d’hygiène et de sécurité du travail.

Section 9 : Caractéristiques physiques et propriétés chimiques

DESCRIPTION DU

PRODUIT

État physique Liquide Odeur Odeur similaire à celle du

pétrole

Type de substance Mélange Limite de détection olfactive Aucune donnée disponible

Apparence Brun

PROPRIÉTÉS pH Aucune donnée disponible Tension de vapeur Aucune donnée disponible

Point de fusion/

point de congélation

Aucune donnée disponible Densité de vapeur De 2,5 à 5 air = 1

Point d’ébullition/

limites d’ébullition

De 34 à 260 °C

De 93,2 à 500 °F

Densité relative Aucune donnée disponible

Point d’éclair De -40 à 260 °C

De -40 à 500 °F

Solubilité dans l’eau Négligeable

Taux d’évaporation Aucune donnée disponible Coefficient de partage :

n-octanol/eau

Aucune donnée disponible

Inflammabilité (solide, gaz) Aucune donnée disponible Température d’autoignition Aucune donnée disponible

Limite supérieure

d’inflammabilité

Aucune donnée disponible Température de

décomposition

Aucune donnée disponible

Limite inférieure

d’inflammabilité

Aucune donnée disponible Poids spécifique 0,65-0,98

Viscosité Aucune donnée disponible

REDACTED COPY

Page 259: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 10 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

Section 10 : Stabilité et réactivité

RÉACTIVITÉ Dioxyde de chlore

STABILITÉ CHIMIQUE Stable à 70 °F, 760 mm pression Hg

POSSIBILITÉ DE RÉACTIONS DANGEREUSES Aucune lors d’un traitement normal

CONDITIONS À ÉVITER Chaleur excessive, sources d’inflammation, étincelles, flammes nues et accumulation d’électricité statique.

SUBSTANCES INCOMPATIBLES Oxydants forts, comme les nitrates, les chlorates, les peroxydes et le chlore.

PRODUITS DE DÉCOMPOSITION DANGEREUX La combustion produit du monoxyde de carbone, des aldéhydes, du dioxyde de soufre, des aromatiques et

d’autres hydrocarbures.

POLYMÉRISATION DANGEREUSE Ne se produira pas

Section 11 : Données toxicologiques

INFORMATION SUR

LES VOIES D’EXPOSITION

PROBABLES

Inhalation • Peut provoquer l’irritation des voies respiratoires. Peut causer la somnolence et des étourdissements.

Contact avec les yeux • Provoque une grave irritation des yeux.

Contact avec la peau • Provoque une irritation cutanée.

Ingestion • L’ingestion peut provoquer une irritation gastro-intestinale, des nausées, des vomissements et la diarrhée.

• Possibilité d’aspiration si le produit est avalé.

• L’aspiration peut causer un œdème pulmonaire et une pneumonite.

DONNÉES

TOXICOLOGIQUES

NOM CHIMIQUE DL50 (VOIE ORALE) DL50 (VOIE CUTANÉE) CL50 (INHALATION)

Bitume > 5000 mg/kg (rat) – > 94,4 mg/m3 (rat)

Butane – – 658 mg/L (rat) 4 h

Pentane > 2000 mg/kg (rat) – 364 g/cu (rat) 4 h

Octane – – = 118 g/m3 (rat) 4 h

= 25 260 ppm (rat) 4 h

Nonane – – = 3200 ppm (rat) 4 h

Heptane – = 3000 mg/kg (lapin) = 103 g/m3 (rat) 4 h

2-méthylbutane – – = 150 000 mg/m3 (rat) 2 h

Isobutane – – = 658 000 mg/m3 (rat) 4 h

Hexane = 25 g/kg (rat) = 3000 mg/kg (lapin) = 48 000 ppm (rat) 4 h

Décane > 5000 mg/kg (rat) > 2000 mg/kg (lapin) –

REDACTED COPY

Page 260: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 11 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

Benzène 1800 mg/kg (rat) – 13 050 - 14 380 ppm (rat) 4 h

Xylènes = 3500 mg/kg (rat) > 4350 mg/kg (lapin)

> 1700 mg/kg (lapin)

= 29,08 mg/L (rat) 4 h

= 5000 ppm (rat) 4 h

Toluène De 2,6 à 7,5 g/kg (rat) 14,1 ml/kg (lapin) –

Éthylbenzène = 3500 mg/kg (rat) = 15 400 mg/kg (lapin) = 17,2 mg/L (rat) 4 h

1,2,4-triméthylbenzène 5 g/kg (rat) – 18 000 mg/m3 (rat) 4 h

Sulfure d’hydrogène – – = 444 ppm (rat)

SYMPTÔMES ASSOCIÉS

AUX PROPRIÉTÉS

PHYSIQUES, CHIMIQUES

ET TOXICOLOGIQUES

Benzène • L’exposition prolongée ou répétée au benzène à des concentrations supérieures à la valeur limite

d’exposition (TLV) peut causer des lésions graves aux organes hématopoïétiques. Il a été signalé

qu’une exposition chronique importante à la vapeur de benzène cause divers troubles sanguins, allant

de l’anémie à certaines formes de leucémie (cancer) chez les humains. Le benzène a produit des

tumeurs chez les rats et les souris lors d’étude sur toute la vie de la toxicité chronique, cependant, les

résultats ne sont pas cohérents entre les espèces, les souches, les sexes, les expositions ou les voies

d’exposition. Les études réalisées chez l’animal ont démontré une toxicité immunitaire, des aberrations

chromosomiques, des effets testiculaires et des altérations des cycles reproductifs ainsi que la toxicité

pour l’embryon et la fœtotoxicité, mais non la tératogénicité.

Sulfure d’hydrogène

gazeux (H2S)

• Toxique par inhalation. La respiration prolongée de 50 à 100 ppm de vapeurs de H2

S peut provoquer

une irritation des yeux et des voies respiratoires. De plus hautes concentrations (de 250 à 600 ppm)

respirées pendant de 15 à 30 minutes peuvent provoquer des maux de tête, des étourdissements, de

la nervosité, des nausées et un œdème pulmonaire ou une broncho-pneumonie. Des concentrations

supérieures à 1000 ppm provoqueront la perte de conscience immédiate et la mort par paralysie

respiratoire. L’exposition de rats et de souris à 80 ppm de H2

S, six heures par jour, cinq jours par semaine

pendant dix semaines, n’a pas produit de toxicité, à l’exception d’une irritation des voies nasales. Le H2

S

n’a pas eu d’effet sur la reproduction et le développement (anomalies congénitales ou neurotoxicité) des

rats exposés à des concentrations de 75 à 80 ppm ou de 150 ppm de H2

S, respectivement. Au fil des

ans, un certain nombre de cas aigus d’empoisonnement au H2

S ont été signalés. En règle générale, le

rétablissement est rapide et complet. Cependant, si l’exposition était suffisamment intense et prolongée

pour provoquer une hypoxie cérébrale (un manque d’oxygène dans le cerveau), des effets neurologiques,

comme l’amnésie, des tremblements intentionnels ou une lésion cérébrale, sont possibles.

Hexane • Ce produit peut contenir de l’hexane à un niveau supérieur à 1 %. Les études menées sur des animaux

de laboratoire ont produit une toxicité systémique dans le sang, dans la rate et dans les poumons. Une

fœtotoxicité a été observée à des concentrations d’hexane qui ont produit une toxicité maternelle. Il a été

démontré qu’une exposition à long terme à de hautes concentrations d’hexane a des effets testiculaires

et cause des lésions du système nerveux.

Xylènes • Il a été signalé que la surexposition marquée ou les cas d’empoisonnement graves aux xylènes chez

les humains causent des lésions aux poumons, au foie, aux reins, au cœur et au cerveau ainsi que des

troubles neurologiques. Les animaux de laboratoire exposés à une haute dose de xylènes ont manifesté

des signes d’effets sur le foie, les reins, les poumons, la rate, le cœur et les glandes surrénales. L’exposition

de rates, de souris et de lapines pendant la période de gestation à des concentrations importantes de

xylènes a produit une toxicité fœtale, maternelle et développementale (retard osseux, fente palatine et

côtes ondulées) généralement à des doses materno-toxiques. Ces types d’effets fœtotoxiques ont été

associés à la toxicité maternelle. Il a été démontré que l’inhalation répétée de hautes concentrations de

xylènes cause l’altération des capacités de performance (tests de comportement) chez les animaux et

les humains. Les xylènes ont produit une perte auditive dans les fréquences basses chez les rats à la suite

d’une exposition subchronique à de hautes concentrations de xylènes.

REDACTED COPY

Page 261: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 12 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

Toluène Cancérogénicité : L’exposition des rats et des souris à des concentrations de toluène de 120 à

1200 ppm pendant deux ans n’a pas produit de signes de cancérogénicité. Le toluène n’est pas répertorié

comme étant un cancérogène par le CIRA.

Organes cibles : Les études épidémiologiques suggèrent qu’une surexposition occupationnelle

chronique au toluène peut nuire à la vision des couleurs. Des études portant sur l’inhalation chronique et

subchronique du toluène ont relevé des lésions aux reins et au foie, une perte auditive et des lésions du

système nerveux central (cerveau) chez les animaux de laboratoire. Il a été démontré qu’un mauvais usage

délibéré découlant de l’inhalation intentionnelle de hautes concentrations de toluène cause des lésions au

foie, aux reins et au système nerveux central, incluant des pertes auditives et des troubles de la vue.

Toxicité pour la reproduction : L’exposition au toluène pendant la grossesse a produit un nombre

limité de signes de toxicité sur le développement des animaux de laboratoire. Des études de toxicité par

inhalation et par voie orale ont révélé une réduction du poids corporel fœtal et une augmentation des

variations du squelette, mais seulement à des doses materno-toxiques. Aucune toxicité fœtale n’a été

observée à des doses n’étant pas toxiques pour la mère.

Une diminution du nombre de spermatozoïdes a été relevée chez les rats mâles en l’absence d’une

réduction de la fertilité. Il a été signalé que le toluène cause un retard de la croissance et mental chez les

enfants des abuseurs de solvants qui inhalent directement le toluène pendant la grossesse.

Éthylbenzène Cancérogénicité : Les rats et les souris exposés à 0, 75, 250 ou 750 ppm d’éthylbenzène lors d’une

étude d’inhalation de deux ans ont produit un nombre limité de signes de cancer des reins, du foie et des

poumons. L’éthylbenzène est répertorié comme étant un agent cancérogène possible pour les humains

par le CIRA.

Organes cibles : Chez les rats et les souris exposés à 0, 75, 250 ou 750 ppm d’éthylbenzène lors d’une

étude d’inhalation de deux ans, de légères lésions aux reins (hyperplasie tubulaire), au foie (foyers

éosinophiles, hypertrophie, nécrose), aux poumons (métaplasie de l’épithélium alvéolaire), à la thyroïde

(hyperplasie) et de nature pituitaire (hyperplasie) ont été relevées. Chez les modèles animaux (plus

particulièrement les rats), l’éthylbenzène a un effet sur la fonction auditive, principalement dans la plage

de fréquence cochléaire moyenne, et une ototoxicité a été observée à la suite d’une exposition combinée

au bruit et à l’éthylbenzène. Il n’a pas été démontré que l’exposition combinée au bruit et à l’éthylbenzène

provoque des pertes auditives ou une ototoxicité causée par l’éthylbenzène chez les travailleurs.

EFFETS IMMÉDIATS

ET DIFFÉRÉS ET

ÉGALEMENT EFFETS

CHRONIQUES D’UNE

EXPOSITION À COURT ET

À LONG TERME

Sensibilisation • Aucun renseignement disponible.

Effets mutagènes • Peut causer des défauts génétiques

Cancérogénicité • Peut causer le cancer

INFORMATION

CANCÉROGÈNE

NOM CHIMIQUE ACGIH ACGIH SKIN

(PEAU)*

CIRA NTP OSHA

Distillat de pétrole (naphta) A2 – Groupe 3 –

Bitume A4 – Groupe 2B Raisonnablement

prévisible

Hexane – X – – –

Benzène A1 X Groupe 1 Connu X

Xylènes A4 – Groupe 3 Évidence

Toluène A4 – Groupe 3 Évidence –

Éthylbenzène A3 – Groupe 2B Évidence X

* La désignation « ACGIH Skin » (peau) se reporte à la contribution potentielle importante de l’exposition globale par voie cutanée, incluant les membranes muqueuses et les yeux, provenant de l’exposition par voie aérienne au gaz, à la vapeur au liquide OU par contact direct avec la peau.

REDACTED COPY

Page 262: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 13 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

TOXICITÉ POUR LA

REPRODUCTION

• Susceptible de nuire à la fertilité ou au fœtus.

TOXICITÉ POUR

CERTAINS ORGANES

CIBLES — EXPOSITION

UNIQUE

• Peut causer de la somnolence et des étourdissements.

TOXICITÉ POUR

CERTAINS ORGANES

CIBLES — EXPOSITIONS

RÉPÉTÉES

• A des effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition prolongée.

DANGER PAR

ASPIRATION

L’ingestion et la pénétration dans les voies respiratoires peuvent causer la mort. Risque de lésions graves aux poumons (par aspiration).

Section 12 : Données écologiques

ÉCOTOXICITÉ

NOM CHIMIQUE TOXICITÉ POUR LES

ALGUES

TOXICITÉ POUR LES

POISSONS

DAPHNIA MAGNA (PUCE

D’EAU)

AUTRE TOXICITÉ

Distillat de pétrole (naphta) – CL50 : 258 mg/L

Salmo gairdneri 96 h statique

EC50 48 h : < 0,26 mg/L

Statique (Daphnia magna)

CE50 24 h : = 36 mg/L

(Daphnia magna)

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

– CL50 96 h : = 119 mg/L statique

(Alburnus alburnus)

CL50 96 h : = 82 mg/L statique

(Cyprinodon variegatus)

CE50 24 h : = 170 mg/L

(Daphnia magna)

Butane – – – –

Pentane – CL50 96 h : = 11,59 mg/L

(Pimephales promelas)

CL50 96 h : = 9,87 mg/L

(Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : = 9,99 mg/L

(Lepomis macrochirus)

CE50 48 h : 135 mmol/cu CL50 24 h : 165 mmol/cu

Artemia salina (crevette des

salines)

Octane – – CE50 48 h : = 0,38 mg/L

(puce d’eau)

CE50 48 h : = 0,02856 mg/L

(Daphnia magna)

CE50 = 890 mg/L 30 min

(microorganismes)

CE50 < 1,67 hr : 120 μg/l

Mytilus edulis

(moule bleue)

Heptane – CL50 96 h : = 375 mg/L

(cichlidé)

CE50 24 h : > 10 mg/L

(Daphnia magna)

2-méthylbutane CE50 48 h : = 2,3 mg/L

(Daphnia magna)

Hexane – CL50 96 h : 2,1-2,98 mg/L

dynamique

(Pimephales promelas)

CE50 24 h : > 1000 mg/L

(Daphnia magna)

REDACTED COPY

Page 263: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 14 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

ÉCOTOXICITÉ

NOM CHIMIQUE TOXICITÉ POUR LES

ALGUES

TOXICITÉ POUR LES

POISSONS

DAPHNIA MAGNA (PUCE

D’EAU)

AUTRE TOXICITÉ

Décane CE50 24 h : = 0,043 mg/L

(Chlorella vulgaris)

– CE50 48 h : = 0,029 mg/L

(Daphnia magna)

Benzène CE50 72 h : = 29 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CL50 96 h : 10,7-14,7 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : = 5,3 mg/L

dynamique (Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : = 22,49 mg/L

statique (Lepomis macrochirus)

CL50 96 h : = 28,6 mg/L statique

(Poecilia reticulata)

CL50 96 h : 22 330 - 41 160 μg/L

statique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 70 000 -

142 000 μg/L statique (Lepomis macrochirus)

CE50 48 h : 8,76-15,6 mg/L

statique (Daphnia magna)

CE50 48 h : = 10 mg/L

(Daphnia magna)

Xylènes CE50 72 h : = 11 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CL50 96 h : = 13,4 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 2,661-4,093 mg/L

statique (Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : 13,5-17,3 mg/L

(Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : 13,1-16,5 mg/L

dynamique

(Lepomis macrochirus)

CE50 48 h : = 3,82 mg/L

(puce d’eau)

CL50 48 h : = 0,6 mg/L

(Gammarus lacustris)

-

Toluène CE50 : > 433 mg/L

Pseudokirchneriella subcapitata

96 h

CE50 : 12,5 mg/L

Pseudokirchneriella subcapitata

72 h statique

CL50 : 15,22-19,05 mg/L

Pimephales promelas

96 h dynamique

CL50 : 12,6 mg/L

Pimephales promelas 96 h

statique

CL50 : 5,89-7,81 mg/L

Oncorhynchus mykiss

96 h dynamique

CL50 : 14,1-17,16 mg/L

Oncorhynchus mykiss

96 h statique

CL50 : 5,8 mg/L

Oncorhynchus mykiss

96 h semi-statique

CL50 : 11-15 mg/L

Lepomis macrochirus

96 h statique

CL50 : 54 mg/L Oryzias latipes

96 h statique

CL50 : 28,2 mg/L

Poecilia reticulata

96 h semi-statique

CL50 : 50,87-70,34 mg/L

Poecilia reticulata 96 h statique

CE50 48 h : 5,46-9,83 mg/L

statique (Daphnia magna)

CE50 48 h : = 11,5 mg/L

(Daphnia magna)

CE50 = 19,7 mg/L 30 min

(microorganismes)

REDACTED COPY

Page 264: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 15 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

ÉCOTOXICITÉ

NOM CHIMIQUE TOXICITÉ POUR LES

ALGUES

TOXICITÉ POUR LES

POISSONS

DAPHNIA MAGNA (PUCE

D’EAU)

AUTRE TOXICITÉ

Éthylbenzène CE50 72 h : = 4,6 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 96 h : > 438 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 72 h : 2,6-11,3 mg/L

statique (Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 96 h : 1,7-7,6 mg/L

statique (Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 72 h : = 11 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CL50 96 h : 11-18 mg/L statique

(Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : = 4,2 mg/L semi-

statique (Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : 7,55-11 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : = 32 mg/L statique

(Lepomis macrochirus)

CL50 96 h : 9,1-15,6 mg/L statique

(Pimephales promelas)

CL50 96 h : = 9,6 mg/L statique

(Poecilia reticulata)

CE50 48 h : 1,8-2,4 mg/L

(Daphnia magna)

CE50 = 9,68 mg/L 30 min

CE50 = 96 mg/L 24 h

(microorganismes)

1,2,4-triméthylbenzène – CL50 96 h : 7,72 mg/L

(Pimephales promelas)

CE50 48 h : 30 mmol/cu

(Daphnia magna)

CL50 24 h : 100 mmol/cu

Artemia salina (crevette des

salines)

Sulfure d’hydrogène – CL50 96 h : 49 μg/l

Oncorhynchus mykiss

(truite arc-en-ciel) œufs

CL50 24 h : 1059,7 μg/l

Pimephales promelas

(tête-de-boule)

CE50 48 h : 62 μg/l

Gammarus pseudolimnaeus

(puce de mer)

PERSISTANCE ET

DÉGRADABILITÉ

• Aucun renseignement disponible.

POTENTIEL DE

BIOACCUMULATION

PRODUIT CHIMIQUE LOG POW

Bitume 6,006

Butane 2,89

Pentane 3,39

Octane 5,18

Heptane 4,66

2-méthylbutane 2,72

Isobutane 2,76

Hexane 3,90

Décane 5,1

Benzène 1,83

Xylène 2,77 - 3,15

Toluène 2,65

Éthylbenzène 3,118

REDACTED COPY

Page 265: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 16 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

1,2,4-triméthylbenzène 3,78

Sulfure d’hydrogène 0,45

MOBILITÉ DANS LE SOL PRODUIT CHIMIQUE MOBILITÉ ATTENDUE DANS LE SOL

Distillat de pétrole (naphta) Élevée

Butane Faible

Pentane Élevée

Octane Immobile

Nonane Immobile

Heptane Modérée

2-méthylbutane Faible

Isobutane Très élevée

Hexane Élevée

Décane Immobile

Benzène Élevée

Xylène De très élevée à modérée

Toluène D’élevée à modérée

Éthylbenzène Faible

1,2,4-triméthylbenzène Faible

AUTRES EFFETS

NÉFASTES

• Aucun renseignement

disponible.

Section 13 : Considérations relatives à l’élimination

MÉTHODES POUR

LE TRAITEMENT DES

DÉCHETS

Déchets • Ce produit, s’il doit être jeté, peut satisfaire aux critères de déchet dangereux, comme il est défini

par US EPA RCRA (40 CFR 261), par Environnement Canada et par d’autres règlements locaux,

provinciaux ou propres à un État. Si ce produit est classifié comme étant un déchet dangereux, les lois

fédérales exigent qu’il soit traité par une installation d’élimination de déchets dangereux autorisée.

• Ce produit pourrait aussi contenir du benzène à une concentration inférieure à 0,5 ppm et présenter

la caractéristique de toxicité (D018), comme il est déterminé par la « Toxicity Characteristic Leaching

Procedure » (TCLP) (méthode de lixiviation pour déterminer les caractéristiques de la toxicité).

• Cette substance pourrait devenir un déchet dangereux si elle est mélangée à un déchet dangereux

ou à une autre substance ou si elle est contaminée par un de ceux-ci.

• Il incombe à l’utilisateur de consulter les règlements locaux, fédéraux et propres à l’État relatifs aux

déchets afin de connaître les options d’élimination appropriées.

REDACTED COPY

Page 266: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 17 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

Déchets d’emballage • Le contenu des récipients devrait être entièrement utilisé et les récipients devraient être vidés avant de

les jeter.

• Le contenant pourrait être considéré comme un déchet dangereux en vertu de la RCRA et il doit être

éliminé avec soin et en conformité complète avec les règlements locaux, fédéraux et propres à l’État.

• Les contenants vides de grande taille, comme les fûts, devraient être retournés au distributeur ou à

une entreprise de remise à neuf des fûts.

• Afin d’assurer de l’élimination appropriée des plus petits contenants vides, consulter les règlements

locaux et propres à l’État et les autorités pertinentes.

Section 14 : Information relative au transport

**NOM DU TABLEAU** NUMÉRO

ONU

NOM OFFICIEL

D’EXPÉDITION

CLASSE DE RISQUE

POUR LE

TRANSPORT

GROUPE

D’EMBAL-

LAGE

DANGER POUR

L’ENVIRONNEMENT

DOT UN1267 Pétrole brut 3 I Numéro du guide

d’intervention en cas

d’urgence : 128

TDG UN1267 Pétrole brut 3 I Polluant marin

IMO/IMDG UN1267 Pétrole brut 3 I Polluant marin

IATA/OACI UN1267 Pétrole brut 3 I Code ERG 3L

PRÉCAUTIONS

SPÉCIALES

POUR L’UTILISATEUR

• Aucune

Section 15 : Information réglementaire

É.-U. — CERCLA/SARA

MATIÈRES

DANGEREUSES

ET QUANTITÉS

DÉCLARABLES

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Distillat de pétrole (naphta) 8002-05-9 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Bitume 8052-42-4 Non répertorié

Butane 106-97-8 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

Heptane 142-82-5 Non répertorié

2-méthylbutane 78-78-4 Non répertorié

REDACTED COPY

Page 267: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 18 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 5000 lb final RQ; 2270 kg final RQ

Décane 124-18-5 Non répertorié

Benzène 71-43-2 10 lb final RQ; 4,54 kg final RQ

Xylène 1330-20-7 100 lb final RQ; 45,4 kg final RQ

Toluène 108-88-3 1000 lb final RQ; 454 kg final RQ

Éthylbenzène 100-41-4 1000 lb final RQ; 454 kg final RQ

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 100 lb final RQ; 45,4 kg final RQ

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

QUANTITÉS

DÉCLARABLES

DES SUBSTANCES

DANGEREUSES

DÉSIGNÉES

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Distillat de pétrole (naphta) 8002-05-9 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Bitume 8052-42-4 Non répertorié

Butane 106-97-8 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

Heptane 142-82-5 Non répertorié

2-méthylbutane 78-78-4 Non répertorié

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Décane 124-18-5 Non répertorié

Benzène 71-43-2 10 lb RQ

Xylène 1330-20-7 100 lb RQ

Toluène 108-88-3 1000 lb RQ

Éthylbenzène 100-41-4 1000 lb RQ

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 100 lb RQ

REDACTED COPY

Page 268: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 19 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

CRITÈRES

RECOMMANDÉS POUR

LA QUALITÉ DE L’EAU

— CCC POUR LES

ORGANISMES VIVANT EN

EAU DOUCE

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 2,0 μg/L CCC

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

CRITÈRES

RECOMMANDÉS POUR

LA QUALITÉ DE L’EAU

— CCC POUR LES

ORGANISMES VIVANT EN

EAU SALÉE

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 2,0 μg/L CCC

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

SUBSTANCES

DANGEREUSES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

Distillat de pétrole (naphta) 8002-05-9 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Bitume 8052-42-4 Non répertorié

Butane 106-97-8 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

Heptane 142-82-5 Non répertorié

2-méthylbutane 78-78-4 Non répertorié

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Décane 124-18-5 Non répertorié

Benzène 71-43-2 X

Xylène 1330-20-7 X

Toluène 108-88-3 X

Éthylbenzène 100-41-4 X

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 X

X = Le composant est répertorié.

REDACTED COPY

Page 269: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 20 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

POLLUANTS

PRIORITAIRES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

Distillat de pétrole (naphta) 8002-05-9 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Bitume 8052-42-4 Non répertorié

Butane 106-97-8 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

Heptane 142-82-5 Non répertorié

2-méthylbutane 78-78-4 Non répertorié

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Décane 124-18-5 Non répertorié

Benzène 71-43-2 X

Xylène 1330-20-7 Non répertorié

Toluène 108-88-3 X

Éthylbenzène 100-41-4 X

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 Non répertorié

X = Le composant est répertorié.

CANADA — SIMDUT —

CLASSIFICATIONS DES

SUBSTANCES

COMPOSANT N° CAS CLASSIFICATION

Distillat de pétrole (naphta) 8002-05-9 B2

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Bitume 8052-42-4 Non répertorié

Butane 106-97-8 A, B1

Pentane 109-66-0 B2

Octane 111-65-9 B2, D2B

Nonane 111-84-2 B2, D2B

REDACTED COPY

Page 270: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 21 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

Heptane 142-82-5 B2, D2B

2-méthylbutane 78-78-4 B2

Isobutane 75-28-5 A, B1 (répertorié sous méthyl-2 propane)

Hexane 110-54-3 B2, D2A, D2B

Décane 124-18-5 B3, D2B

Benzène 71-43-2 B2, D2A, D2B

Xylène 1330-20-7 B2, D2A, D2B

Toluène 108-88-3 B2, D2A, D2B

Éthylbenzène 100-41-4 B2, D2A, D2B

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 B3

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 A, B1, D1A, D2B

X = Le composant est répertorié.

CANADA — CONSEIL

CANADIEN DES

MINISTRES DE

L’ENVIRONNEMENT —

LIGNES DIRECTRICES

RELATIVES À LA QUALITÉ

DES EAUX POUR LES

ORGANISMES VIVANT EN

EAU DOUCE

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Éthylbenzène 100-41-4 90 μg/L

Toluène 108-88-3 2 μg/L

Benzène 71-43-2 370 μg/L

CANADA — CONSEIL

CANADIEN DES

MINISTRES DE

L’ENVIRONNEMENT —

LIGNES DIRECTRICES

RELATIVES À LA QUALITÉ

DES EAUX POUR LES

ORGANISMES VIVANT EN

MILIEU MARIN

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Éthylbenzène 100-41-4 25 μg/L

Toluène 108-88-3 215 μg/L

Benzène 71-43-2 110 μg/L

CANADA — URGENCES

ENVIRONNEMENTALES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

Distillat de pétrole (naphta) 8002-05-9 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Bitume 8052-42-4 Non répertorié

Butane 106-97-8 X

Pentane 109-66-0 X

Octane 111-65-9 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

REDACTED COPY

Page 271: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 22 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — lourdDate de révision : 4 mai 2015

Heptane 142-82-5 Non répertorié

2-méthylbutane 78-78-4 X

Isobutane 75-28-5 X

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Décane 124-18-5 Non répertorié

Benzène 71-43-2 X

Xylène 1330-20-7 X

Toluène 108-88-3 X

Éthylbenzène 100-41-4 X

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 X

X = Le composant est répertorié.

Section 16 : Autre information

NFPA

4

2 0

Danger pour la santé : 2 Inflammabilité : 4 Instabilité : 0 Dangers physiques

et chimiques : X

HMIS Danger pour la santé : 2 Inflammabilité : 4 Instabilité : 0 Protection individuelle : X

DATE DE PUBLICATION 4 mai 2015

DATE DE RÉVISION 4 mai 2015

MISE EN GARDE • Les renseignements présentés dans ce document sont basés sur des données considérées comme étant exactes au moment de la

préparation de la présente fiche signalétique (FS). Cependant, une fiche signalétique ne peut pas être utilisée comme fiche technique

commerciale du fabricant ou du fournisseur. De plus, aucune garantie ni représentation, explicite ou implicite, n’est faite concernant

l’exactitude ou l’exhaustivité des données fournies aux présentes et de l’information sur la sécurité et aucune autorisation n’est donnée, ni

réputée être donnée, pour la mise en œuvre de toute invention brevetée sans licence. De plus, aucune responsabilité ne peut être assumée

par le fournisseur pour tout dommage ou toute blessure découlant d’une utilisation anormale, du défaut de se conformer aux pratiques

recommandées ou de tout danger inhérent à la nature du produit.

REDACTED COPY

Page 272: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 1 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

Fiche signalétique

Section 1 : Identification

IDENTIFICATEUR DU

PRODUIT

Pétrole brut — non corrosif

AUTRES MOYENS

D’IDENTIFICATION

Numéro ONU UN1267

Synonymes Mélange non corrosif mixte (MSW), Pembina (P), Gibson Light (MGL), Joarcam (MLN), mélange Pembina

non corrosif (PSB), Rangeland non corrosif (RSW), Rainbow Light (RA), Federated (FD), Light Smiley

(MSY), Manitoba Sweet Tundra (MST)

Catégorie chimique Pétroles bruts — extrêmement inflammables

USAGE RECOMMANDÉ Aucun renseignement disponible.

RESTRICTIONS

RELATIVES

À L’USAGE

Aucun renseignement disponible.

RENSEIGNEMENTS SUR

LE FOURNISSEUR

Enbridge Pipelines Inc.

10201, avenue Jasper

Edmonton (Alberta) T5J 3N7

Canada

TÉL. : 1-780-420-5210

INFORMATION SUR

LES COORDONNÉES

D’URGENCE

CHEMTREC 1-800-424-9300 aux États-Unis

703- 527- 3887 à l’extérieur des États-Unis

CANUTEC

(Transports Canada)

613-996-6666

Section 2 : Identification des dangers

CLASSIFICATION Irritation cutanée

Irritation des yeux

Mutations dans les cellules germinales

Cancérogénicité

Toxicité pour la reproduction

Toxicité systémique particulière pour un organe précis (exposition

unique)

Toxicité particulière pour un organe précis (expositions répétées)

Toxicité par aspiration

Liquides inflammables

Catégorie 3

Catégorie 2

Catégorie 1B

Catégorie 1A

Catégorie 2

Catégorie 3

Catégorie 1

Catégorie 1

Catégorie 1

REDACTED COPY

Page 273: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 2 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

ÉLÉMENTS

D’ÉTIQUETAGE

Mot-indicateur Danger

Pictogrammes des dangers

Mentions des dangers • Provoque une irritation cutanée.

• Provoque une grave irritation des yeux.

• Peut provoquer des défauts génétiques.

• Peut causer un cancer.

• Susceptible de nuire à la fertilité ou au fœtus.

• Peut provoquer une irritation respiratoire.

• A des effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition prolongée.

• Peut être mortel en cas d’ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires.

• Liquide et vapeur extrêmement inflammables.

• Peut causer la somnolence ou des étourdissements.

CONSEILS DE

PRUDENCE

Prévention • Bien se laver le visage, les mains et la peau exposée après avoir manipulé le produit.

• Porter des gants et des vêtements de protection et des protecteurs oculaires et faciaux.

• Obtenir des instructions spéciales avant l’utilisation.

• Ne pas manipuler le produit avant d’avoir lu et compris toutes les consignes de sécurité.

• Utiliser de l’équipement de protection individuelle comme requis.

• Ne pas respirer les poussières, les émanations, les gaz, les brouillards, les vapeurs, ni les aérosols.

• Utiliser seulement le produit en plein air ou dans un endroit bien ventilé.

• Ne pas manger, boire ni fumer durant l’utilisation de ce produit.

• Tenir éloigné de la chaleur, des étincelles, des flammes nues et des surfaces chaudes.

• Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Ne pas fumer.

• Mettre à la terre/faire une liaison équipotentielle du contenant et du matériel de réception.

• Utiliser du matériel électrique, de ventilation et d’éclairage antidéflagrant.

• Utiliser seulement des outils à l’épreuve des étincelles.

• Prendre des mesures de précaution contre les décharges électrostatiques.

• En cas de ventilation insuffisante, porter un appareil de protection respiratoire.

Intervention • EN CAS d’EXPOSITION prouvée ou suspectée : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

• EN CAS D’INHALATION : Transporter la victime à l’extérieur et la maintenir au repos dans une position

où elle peut respirer confortablement.

• Appeler un CENTRE ANTIPOISON ou un médecin en cas de malaise.

• EN CAS D’INGESTION : Appeler immédiatement un CENTRE ANTIPOISON ou un médecin.

• Ne PAS faire vomir.

• EN CAS DE CONTACT AVEC LA PEAU (ou les cheveux) : Enlever immédiatement tout vêtement

contaminé. Rincer la peau avec de l’eau/prendre une douche et se laver avec du savon.

• En cas d’incendie : Utiliser du CO2

, de la poudre extinctrice ou de la mousse pour l’extinction.

• EN CAS DE CONTACT AVEC LES YEUX : Rincer soigneusement à l’eau pendant plusieurs minutes.

Enlever les lentilles de contact, le cas échéant, si elles peuvent l’être facilement. Continuer de rincer.

• En cas d’irritation CUTANÉE : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

• Si l’irritation OCULAIRE persiste : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Entreposage/élimination • Entreposer le produit dans un endroit fermé à clé et frais.

• Entreposer le produit dans un endroit bien ventilé. Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Éliminer le contenu et le contenant conformément aux règlements locaux, régionaux, nationaux et

internationaux.

AUTRE

INFORMATION

• En vertu des règlements des États-Unis (29 CFR 1910,1200 - Hazard Communication Standard), ce produit est considéré comme

dangereux.

• Très toxique pour la vie aquatique avec effets persistants.

REDACTED COPY

Page 274: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 3 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

Section 3 : Ingrédients (composition/renseignements)

NOM DU COMPOSANT NUMÉRO CAS POURCENTAGE (%)* NOTES

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 0-1

2-méthylbutane (sous forme liquide) 78-78-4 0-30

Benzène 71-43-2 0-3

Butane 106-97-8 0-5

Cyclohexane 110-82-7 0-5

Cyclopentane 287-92-3 0-5

Décane 124-18-5 0-5

Éthane 74-84-0 0-60

Éthylbenzène 100-41-4 0-5

Heptane 142-82-5 0-20

Hexane 110-54-3 0-20

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 0-1

Isobutane 75-28-5 0-5

Méthylcyclohexane 108-87-2 0-6

Méthylcyclopentane 96-37-7 0-6

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 0-100

Condensats de gaz naturel (pétrole) 64741-47-5 0-25

Nonane 111-84-2 0-6

Octane 111-65-9 0-15

Pentane 109-66-0 0-30

Pétrole 8002-05-9 0-100

Propane 74-98-6 0-60

Toluène 108-88-3 0-5

Xylène 1330-20-7 0-5

* Les valeurs ne représentent pas les minimums et les maximums absolus; ces valeurs peuvent varier de temps à autre.

REDACTED COPY

Page 275: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 4 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

Section 4 : Premiers soins

DESCRIPTION DES

MESURES NÉCESSAIRES

Inhalation • EN CAS D’INHALATION : Transporter la victime à l’extérieur et la maintenir au repos dans une position

où elle peut respirer confortablement. Si l’irritation persiste : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Peau • EN CAS DE CONTACT AVEC LA PEAU : Laver avec beaucoup d’eau et de savon. En cas d’irritation

cutanée : Obtenir des soins/des conseils médicaux. Enlever les vêtements contaminés et les laver

avant de les porter de nouveau.

Yeux • EN CAS DE CONTACT AVEC LES YEUX : Rincer soigneusement à l’eau pendant plusieurs minutes.

Enlever les lentilles de contact,

le cas échéant, si elles peuvent l’être facilement. Continuer de rincer. Si l’irritation oculaire persiste :

Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Ingestion • Ne PAS faire vomir. Appeler un médecin ou un centre antipoison.

• Danger par aspiration en cas d’ingestion — peut pénétrer dans les poumons et causer des lésions.

PRINCIPAUX

SYMPTÔMES ET EFFETS,

AIGUS ET DIFFÉRÉS

Se reporter à la section 11 —

Données toxicologiques.

INDICATION DES SOINS

MÉDICAUX IMMÉDIATS

ET DES TRAITEMENTS

PARTICULIERS REQUIS,

LE CAS ÉCHÉANT

Note à l’intention du médecin • Danger par aspiration. Les symptômes peuvent être différés.

• L’épinéphrine et les autres drogues sympathomimétiques peuvent déclencher l’arythmie cardiaque

chez les personnes exposées à des concentrations élevées de cette substance (p. ex., dans des

espaces clos ou en cas d’abus intentionnel). L’emploi d’autres drogues présentant un moindre

potentiel arythmogénique devrait être envisagé. Si des drogues sympathomimétiques sont

administrées, surveiller le développement éventuel d’arythmie cardiaque chez le patient.

• S’assurer que le personnel médical est conscient des substances concernées et prend des mesures

pour se protéger et pour prévenir la propagation de la contamination.

Section 5 : Mesures de lutte contre les incendies

MOYENS D’EXTINCTION Moyens d’extinction

appropriés

• PETIT INCENDIE : poudre extinctrice, CO2

, eau pulvérisée ou mousse ordinaire.

• GRAND INCENDIE : eau pulvérisée, brouillard d’eau ou mousse ordinaire.

Moyens d’extinction

non appropriés

• MISE EN GARDE : L’utilisation d’eau pulvérisée lorsque la lutte contre l’incendie pourrait être

inefficace.

• Ne pas utiliser de jet plein.

PROCÉDURES DE LUTTE

CONTRE LES INCENDIES

• INCENDIE TOUCHANT DES RÉSERVOIRS OU DES CHARGEMENTS DE WAGONS/CAMIONS : S’éloigner immédiatement si le bruit

provenant des dispositifs de sécurité s’intensifie ou si le réservoir se décolore.

• INCENDIE TOUCHANT DES RÉSERVOIRS OU DES CHARGEMENTS DE WAGONS/CAMIONS : S’il est impossible d’éteindre

l’incendie, protéger les alentours et laisser le feu brûler jusqu’à son extinction.

• Demeurer en amont du vent.

• Aérer les espaces clos avant l’entrée.

• Les pompiers devraient porter un équipement de protection complet et un appareil respiratoire autonome.

• INCENDIE : Si un réservoir, un wagon ou un camion-citerne est touché par un incendie, procéder à un ISOLEMENT sur 1600 mètres

(1 mille) dans toutes les directions; envisager également une évacuation initiale sur 1600 mètres (1 mille) dans toutes les directions.

• INCENDIE : Lorsqu’une grande quantité de cette substance est touchée par un incendie majeur, envisager une évacuation initiale sur

300 mètres (1000 pieds) dans toutes les directions.

• Éloigner les conteneurs de la zone de l’incendie, s’il est possible de le faire sécuritairement.

REDACTED COPY

Page 276: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 5 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

• GRANDS INCENDIES : Utiliser de l’eau pulvérisée, ou un brouillard d’eau; ne pas utiliser de jet plein.

• GRANDS INCENDIES : Si l’approvisionnement en eau n’est pas suffisant, rabattre seulement les vapeurs. Si cela est impossible, s’éloigner

de la zone et laisser le feu brûler.

• GRANDS INCENDIES : Inonder la zone de l’incendie avec de grandes quantités d’eau tout en rabattant les vapeurs avec un brouillard

d’eau.

DANGERS

PARTICULIERS RELATIFS

À LA SUBSTANCE OU AU

MÉLANGE

• Les vapeurs peuvent se déplacer vers la source d’inflammation et provoquer un retour de flamme.

• Les mélanges d’air et de vapeur peuvent exploser s’ils s’enflamment.

• Les vapeurs peuvent s’accumuler dans les espaces clos (sous-sols, réservoirs, trémies, wagons-citernes, etc.).

• S’enflamme facilement par la chaleur, les étincelles et les flammes.

• Le ruissellement vers les égouts peut provoquer un incendie ou un risque d’explosion.

• Risque d’explosion des vapeurs à l’intérieur, à l’extérieur et dans les égouts.

• PEUT EXPLOSER ET PROJETER DES FRAGMENTS SUR UNE DISTANCE DE 1600 MÈTRES (1 MILLE) SI LE FEU ATTEINT LE

CHARGEMENT.

• Peut créer un risque d’explosion vapeur/air à l’intérieur, à l’extérieur et dans les égouts.

• La plupart des vapeurs sont plus lourdes que l’air. Elles se propageront le long du sol et s’accumuleront dans les zones basses ou les

espaces clos (égouts, sous-sols, réservoirs).

DONNÉES SUR LES

EXPLOSIONS

Produits de combustion

dangereux

• Monoxyde de carbone. Dioxyde de carbone (CO2

). Oxydes d’azote (NOx). Oxydes de soufre.

• Aldéhydes, aromatiques et autres hydrocarbures.

Sensibilité aux

aux chocs

• Aucune.

Sensibilité aux

décharges électrostatiques

• Oui.

ÉQUIPEMENT

ET MESURES DE

PROTECTION POUR LES

POMPIERS

• Comme pour tout incendie, porter un appareil respiratoire autonome régulateur d’oxygène MSHA/NIOSH (homologué ou équivalent) et

un équipement de protection complet.

• L’eau pulvérisée est recommandée pour refroidir ou protéger les matériaux exposés et les structures. L’eau pourrait être inefficace pour

l’extinction, sauf si elle est utilisée dans des conditions favorables par des pompiers expérimentés.

• Le dioxyde de carbone peut déplacer l’oxygène. Faire preuve de prudence lors de l’application de dioxyde de carbone dans des espaces

clos.

• L’eau pulvérisée peut être utile pour minimiser ou disperser les vapeurs.

• Les incendies de longue durée touchant des diluants entreposés dans des réservoirs peuvent provoquer un débordement par

bouillonnement.

• Dans le cas des incendies ayant progressé au-delà de la phase de naissance, les intervenants d’urgence dans la zone de danger

immédiate devraient porter une tenue de feu.

Section 6 : Mesures à prendre en cas de déversement accidentel

PRÉCAUTIONS

INDIVIDUELLES,

ÉQUIPEMENT DE

PROTECTION ET

PROCÉDURES

D’URGENCE

Précautions personnelles • Évacuer le personnel vers des zones sécuritaires.

• Enlever toutes les sources d’inflammation.

• Refuser l’accès au personnel non autorisé et non protégé.

• Utiliser de l’équipement de protection individuelle.

• Éviter le contact avec la peau, les yeux et les vêtements.

• Arrêter la fuite s’il est possible de le faire sans danger.

• Tenir les personnes éloignées du déversement ou de la fuite et contre le vent.

• Ne pas toucher aux contenants endommagés ni à la substance déversée à moins de porter

des vêtements de protection appropriés.

• Ventiler les espaces clos.

• Ne pas marcher sur la substance déversée.

Équipement de protection • Porter un appareil respiratoire approprié (le cas échéant) et des vêtements de protection.

REDACTED COPY

Page 277: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 6 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

Procédures d’urgence • ÉLIMINER toutes les sources d’inflammation (ne pas fumer et éliminer les torches, les étincelles et les

flammes dans la zone immédiate) et tenir éloigné le personnel non autorisé. Évacuer la zone. Ne pas

pénétrer sans les zones basses. Arrêter la fuite s’il est possible de le faire sans danger.

• Signaler les déversements aux autorités locales ou fédérales, comme il convient ou comme il est

requis.

PRÉCAUTIONS

ENVIRONNEMENTALES

• Éviter le ruissellement vers les cours d’eau et les égouts. NE PAS évacuer la substance vers les égouts. Empêcher l’entrée dans les cours

d’eau, les égouts, les sous-sols et les espaces clos. Le ruissellement provenant de la lutte contre l’incendie peut produire une pollution.

MÉTHODES ET MATÉRIEL

DE CONFINEMENT ET DE

NETTOYAGE

Méthodes de confinement • Arrêter la fuite s’il est possible de le faire sans danger.

• Confiner et récupérer le liquide lorsque cela est possible.

• Une mousse de suppression de la vapeur peut être utilisée pour réduire les vapeurs.

• Construire une digue à une bonne distance du déversement; utiliser du sable sec pour maîtriser

l’écoulement de la substance; disposer des barrages pour contenir les déversements d’eau.

• Utiliser de l’eau pulvérisée pour réduire les vapeurs ou pour détourner la dérive du nuage de vapeur.

• De l’eau pulvérisée en fines gouttes à distance et directement sur le bord de la nappe de la substance

déversée peut être utilisée pour guider et maintenir un brûlage dirigé de la substance déversée.

Méthodes de nettoyage • Nettoyer immédiatement le déversement.

• DÉVERSEMENTS IMPORTANTS : NE PAS NETTOYER NI ÉLIMINER LA SUBSTANCE SAUF

SOUS LA SUPERVISION D’UN SPÉCIALISTE.

• PETITS DÉVERSEMENTS DE LIQUIDES : Utiliser un matériau non combustible, comme de la

vermiculite ou du sable, pour absorber le produit; le placer dans un contenant pour qu’il soit éliminé

plus tard.

• Utiliser l’équipement de protection individuelle approprié (ÉPI).

• Utiliser des outils propres à l’épreuve des étincelles pour ramasser la substance absorbée.

• Aspirer la substance déversée.

• Essayer de travailler en amont du vent pour nettoyer le déversement.

• Tout le matériel utilisé pour la manipulation du produit doit être mis à la terre.

• Récupérer et placer le produit libre dans des contenants appropriés.

• Utiliser des matériaux absorbants adéquats, comme de la vermiculite, du sable, de la terre ou de

l’argile, pour nettoyer le reste des liquides.

• Ne pas replacer les substances déversées dans leur contenant original.

• Ne pas évacuer la substance vers les égouts ni lui permettre de pénétrer les cours d’eau.

Section 7 : Manutention et entreposage

PRÉCAUTIONS POUR

UNE MANUTENTION

SÉCURITAIRE

Manutention • Tout le matériel utilisé pour la manipulation du produit doit être mis à la terre. Évitez le contact avec

la chaleur, les sources d’inflammation et les oxydants. Ne pas respirer la poussière, la vapeur ni

le brouillard. Ne pas utiliser dans des espaces non adéquatement ventilés. Ne pas utiliser d’outils

produisant des étincelles. Tenir éloigné de la chaleur, des étincelles et des flammes. Aucune flamme

nue, aucune étincelle et interdiction de fumer. Utiliser seulement avec une ventilation adéquate. Ne pas

utiliser ou entreposer à proximité de la chaleur ou d’une flamme nue. Tenir éloigné du feu, des étincelles

et des surfaces chaudes.

• L’utilisation d’équipement antidéflagrant est recommandée et peut être requise (se reporter aux codes

de prévention des incendies appropriés).

• L’utilisation de protection respiratoire appropriée est conseillée lorsque les concentrations dépassent

les seuils d’exposition établis.

• Prendre des mesures de précaution contre les décharges électrostatiques.

REDACTED COPY

Page 278: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 7 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

Manutention • Ne pas couper, percer, meuler ni souder les contenants vides, car ils peuvent contenir des résidus

explosifs.

• Demeurer en amont du vent et ventiler les trappes ouvertes avant le chargement.

• Éviter le contact avec la peau, les yeux et les vêtements.

• Avoir une bonne hygiène personnelle, incluant le retrait des vêtements souillés et le lavage personnel

rapide avec de l’eau et du savon.

• Porter de l’équipement de protection individuelle.

• Enlever et laver les vêtements contaminés avant de les porter de nouveau.

• Ne pas manger, boire ni fumer durant l’utilisation de ce produit.

• Ne pas ingérer la substance.

• Se laver à fond après la manutention.

• Les contenants vides représentent un danger potentiel d’incendie et d’explosion.

CONDITIONS

D’ENTREPOSAGE

SÉCURITAIRE, INCLUANT

LES INCOMPATIBILITÉS

Entreposage • Ventiler les espaces clos.

• Entreposer le produit dans un endroit bien ventilé.

• Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Entreposer dans un endroit fermé à clé.

• Éviter les chocs, l’impact, la friction et la manutention brutale. Ne pas utiliser d’outils produisant des

étincelles.

• Entreposer dans un endroit frais/de basse température, bien ventilé et éloigné de sources de chaleur et

d’inflammation.

• Tenir éloigné des sources d’inflammation.

• Ne pas fumer.

• Ne pas entrer dans les espaces clos, comme les réservoirs et les fosses, sans suivre les procédures

d’entrée appropriées.

• Entreposer dans des contenants fermés adéquatement étiquetés et rangés dans un endroit frais et

bien ventilé.

• Des concentrations nocives de sulfure d’hydrogène (H2S) gazeux peuvent s’accumuler dans les

excavations et les zones basses ainsi que dans l’espace prévu pour les vapeurs des compartiments

d’entreposage et de transport en vrac.

• Tenir éloigné des flammes nues, des surfaces chaudes et des sources d’inflammation.

• Tenir le produit et le contenant vide éloignés des sources de chaleur et d’inflammation.

• Les contenants d’entreposages devraient être mis à la terre et avoir une liaison équipotentielle.

• Les contenants d’entreposage fixes, les contenants de transfert et l’équipement connexe devraient

être mis à la terre et avoir une liaison équipotentielle afin de prévenir l’accumulation d’une charge

électrostatique.

• Entreposer à distance des matériaux incompatibles.

Produits incompatibles • Oxydants forts, comme les nitrates, les chlorates, les peroxydes et le chlore.

Section 8 : Contrôle de l’exposition/protection individuelle

PARAMÈTRES DE

CONTRÔLE : LIGNES

DIRECTRICES RELATIVES

À L’EXPOSITION

NOM CHIMIQUE ACGIH OSHA NIOSH

1,2,4-triméthylbenzène TWA 25 ppm – TWA 25 ppm

TWA 125 mg/m3

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

TWA 600 ppm – –

Benzène TLV 0,5 ppm

TLV 1,6 mg/m3

STEL 2,5 ppm

STEL 8 mg/m3

PEL 1 ppm

STEL 5 ppm

TWA 0,1 ppm

STEL 1 ppm

IDLH 500 ppm

REDACTED COPY

Page 279: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 8 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

Benzène, triméthyle- TLV 25 ppm – –

Butane STEL 1000 ppm – TWA 800 ppm

TWA 1900 mg/m3

Cyclohexane TLV 100 ppm

TLV 334 mg/m3

PEL 300 ppm

PEL 1050 mg/m3

TWA 300 ppm

TWA 1050 mg/m3

IDLH 1300 ppm

Cyclopentane TLV 600 ppm – TWA 600 ppm

TWA 1720 mg/m3

Éthane TLV 1000 ppm (répertorié

sous gaz d’hydrocarbures

aliphatiques : Alcane C1-C4)

– –

Éthylbenzène TLV 20 ppm

TLV 87 mg/m3

PEL 100 ppm

PEL 435 mg/m3

TWA 100 ppm

TWA 435 mg/m3

STEL 125 ppm

STEL 545 mg/m3

IDLH 800 ppm

Heptane TLV 400 ppm

TLV 1640 mg/m3

STEL 500 ppm

STEL 2000 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 2000 mg/m3

TWA 85 ppm

TWA 350 mg/m3

Plafond 440 ppm

Plafond 1800 mg/m3

IDLH 750 ppm

Hexane TLV 50 ppm

TLV 176 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 1800 mg/m3

TWA 50 ppm

TWA 180 mg/m3

IDLH 1100 ppm

Sulfure d’hydrogène TLV 1 ppm

TLV 1,4 mg/m3

STEL 5 ppm

STEL 7 mg/m3

Plafond 20 ppm Plafond 10 ppm

Plafond 15 mg/m3

IDLH 100 ppm

Isobutane TWA 1000 ppm

Méthylcyclohexane TLV 400 ppm

TLV 1610 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 2000 mg/m3

TWA 400 ppm

TWA 1600 mg/m3

IDLH 1200 ppm

Nonane TLV 200 ppm

TLV 1050 mg/m3

– TWA 200 ppm

TWA 1050 mg/m3

Octane TLV 300 ppm

TLV 1401 mg/m3

PEL 500 ppm

PEL 2350 mg/m3

TWA 75 ppm

TWA 350 mg/m3

Plafond 385 ppm

Plafond 1800 mg/m3

IDLH 1000 ppm

Pentane TLV 600 ppm

TLV 1770 mg/m3

PEL 1000 ppm

PEL 2950 mg/m3

TWA 120 ppm

TWA 350 mg/m3

Plafond 610 ppm

Plafond 1800 mg/m3

IDLH 1500 ppm

REDACTED COPY

Page 280: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 9 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

Propane TLV 1000 ppm (répertorié

sous gaz d’hydrocarbures

aliphatiques : Alcane C1-4)

TWA 1000 ppm

TWA 1800 mg/m3

TWA 1000 ppm

TWA 1800 mg/m3

Toluène TLV 20 ppm

TLV 75 mg/m3

PEL 200 ppm

STEL 300 mg/m3

TWA 100 ppm

TWA 375 mg/m3

STEL 150 ppm

STEL 560 mg/m3

IDLH 500 ppm

Xylènes TLV 100 ppm

TLV 434 mg/m3

STEL 150 ppm

STEL 651 mg/m3

PEL 100 ppm

PEL 435 mg/m3

TWA 100 ppm

TWA 435 mg/m3

STEL 150 ppm

STEL 655 mg/m3

IDLH 900 ppm

CONTRÔLES

TECHNIQUES

APPROPRIÉS

• Des systèmes de ventilation adéquats selon le besoin afin de maintenir les concentrations de contaminants en suspension dans l’air sous

les valeurs limites d’exposition applicables. Prévenir l’accumulation de vapeurs en fournissant une ventilation adéquate pendant et après

l’usage. Utiliser seulement du matériel électrique de classification appropriée.

MESURES DE

PROTECTION

INDIVIDUELLE

Yeux et visage • Porter un écran facial et des protecteurs oculaires.

Peau et corps • L’utilisation de gants (en nitrile ou en néoprène) est conseillée afin d’éviter le contact avec la peau et la

possibilité d’irritation.

• Porter des gants et des vêtements de protection et des protecteurs oculaires et faciaux. Porter des

vêtements à manches longues ou une combinaison de protection.

Respiratoire • Se conformer aux règlements relatifs aux appareils respiratoires de l’OSHA trouvés dans

29 CFR 1910.134 ou dans la norme européenne EN 149. Utiliser un appareil respiratoire homologué

par NIOSH/MSHA ou conforme à la norme européenne EN 149 en cas de dépassement des limites

d’exposition ou si des symptômes sont présents.

Mesures d’hygiène générale • Manipuler en conformité avec les bonnes pratiques d’hygiène et de sécurité du travail.

Section 9 : Caractéristiques physiques et propriétés chimiques

DESCRIPTION DU

PRODUIT

État physique Liquide Odeur Odeur similaire à celle du

pétrole

Type de substance Mélange Limite de détection olfactive Aucune donnée disponible

Apparence Liquide jaune/vert

à brun/noir

PROPRIÉTÉS pH Aucune donnée disponible Tension de vapeur De 10 à 103 kPa à 37,9 °C

Point de fusion/

point de congélation

Aucune donnée disponible Densité de vapeur > 1 Air = 1

Point d’ébullition/

limites d’ébullition

De -20 à 722 °C

De -4 à 1331,6 °F

Densité relative Aucune donnée disponible

REDACTED COPY

Page 281: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 10 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

Point d’éclair De -40 à 100 °C

De -40 à 212 °F

Solubilité dans l’eau Négligeable

Taux d’évaporation Aucune donnée disponible Coefficient de parrtage :

n-octanol/eau

Aucune donnée disponible

Inflammabilité (solide, gaz) Aucune donnée disponible Température d’autoignition Aucune donnée disponible

Limite supérieure

d’inflammabilité

Aucune donnée disponible Température de

décomposition

Aucune donnée disponible

Limite inférieure

d’inflammabilité

Aucune donnée disponible Poids spécifique 0,65-1,1

Viscosité Aucune donnée disponible

Section 10 : Stabilité et réactivité

RÉACTIVITÉ Dioxyde de chlore

STABILITÉ CHIMIQUE Stable à 70 °F, 760 mm pression Hg

POSSIBILITÉ DE RÉACTIONS DANGEREUSES Aucune lors d’un traitement normal

CONDITIONS À ÉVITER Chaleur excessive, sources d’inflammation, étincelles, flammes nues et accumulation d’électricité statique.

SUBSTANCES INCOMPATIBLES Oxydants forts, comme les nitrates, les chlorates, les peroxydes et le chlore.

PRODUITS DE DÉCOMPOSITION DANGEREUX La combustion produit du monoxyde de carbone, des aldéhydes, du dioxyde de soufre, des aromatiques et

d’autres hydrocarbures.

POLYMÉRISATION DANGEREUSE Ne se produira pas

Section 11 : Données toxicologiques

INFORMATION SUR

LES VOIES D’EXPOSITION

PROBABLES

Inhalation • Peut provoquer l’irritation des voies respiratoires. Peut causer la somnolence et des étourdissements.

Contact avec les yeux • Provoque une grave irritation des yeux.

Contact avec la peau • Provoque une irritation cutanée.

Ingestion • L’ingestion peut provoquer une irritation gastro-intestinale, des nausées, des vomissements et la diarrhée.

• Possibilité d’aspiration si le produit est avalé.

• L’aspiration peut causer un œdème pulmonaire et une pneumonite.

REDACTED COPY

Page 282: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 11 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

DONNÉES

TOXICOLOGIQUES

NOM CHIMIQUE DL50 (VOIE ORALE) DL50 (VOIE CUTANÉE) CL50 (INHALATION)

1,2,4-triméthylbenzène 5 g/kg (rat) – 18 000 mg/m3 (rat) 4 h

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

– – = 150 000 mg/m3 (rat) 2 h

Benzène 1800 mg/kg (rat) - – 13 050 - 14 380 ppm (rat) 4 h

Butane – – 658 mg/L (rat) 4 h

Cyclohexane > 5000 mg/kg (rat) > 2000 mg/kg (lapin) = 13,9 mg/L (rat) 4 h

Cyclopentane 11 400 mg/kg (rat) – 72 g/m3 (souris)

Décane > 5000 mg/kg (rat) > 2000 mg/kg (rat) –

Éthylbenzène = 3500 mg/kg (rat) = 15 400 mg/kg (lapin) = 17,2 mg/L (rat) 4 h

Heptane – = 3000 mg/kg (lapin) = 103 g/m3 (rat) 4 h

Hexane = 25 g/kg (rat) = 3000 mg/kg (lapin) = 48 000 ppm (rat) 4 h

Sulfure d’hydrogène – – = 444 ppm (rat)

Isobutane – – = 658 000 mg/m3 (rat) 4 h

Méthylcyclohexane > 3200 mg/kg (rat) – –

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

– – = 600 mg/m3 (rat)

Nonane – – = 3200 ppm (rat) 4 h

Octane – – = 118 g/m3 (rat) 4 h

= 25 260 ppm (rat) 4 h

Pentane > 2000 mg/kg (rat) – 364 g/cu (rat) 4 h

Pétrole > 4300 mg/kg (rat) – –

Propane – – > 800 000 ppm (rat) 15 min.

Sulfure d’hydrogène – – = 444 ppm (rat)

Toluène De 2,6 à 7,5 g/kg (rat) 14,1 ml/kg (lapin) –

Xylènes = 3500 mg/kg (rat) > 4350 mg/kg (lapin)

> 1700 mg/kg (lapin)

= 29,08 mg/L (rat) 4 h

= 5000 ppm (rat) 4 h

SYMPTÔMES ASSOCIÉS

AUX PROPRIÉTÉS

PHYSIQUES, CHIMIQUES

ET TOXICOLOGIQUES

Benzène • L’exposition prolongée ou répétée au benzène à des concentrations supérieures à la valeur limite

d’exposition (TLV) peut causer des lésions graves aux organes hématopoïétiques. Il a été signalé

qu’une exposition chronique importante à la vapeur de benzène cause divers troubles sanguins, allant

de l’anémie à certaines formes de leucémie (cancer) chez les humains. Le benzène a produit des

tumeurs chez les rats et les souris lors d’étude sur toute la vie de la toxicité chronique, cependant, les

résultats ne sont pas cohérents entre les espèces, les souches, les sexes, les expositions ou les voies

d’exposition. Les études réalisées chez l’animal ont démontré une toxicité immunitaire, des aberrations

chromosomiques, des effets testiculaires et des altérations des cycles reproductifs ainsi que la toxicité

pour l’embryon et la fœtotoxicité, mais non la tératogénicité.

REDACTED COPY

Page 283: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 12 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

Éthylbenzène Cancérogénicité : Les rats et les souris exposés à 0, 75, 250 ou 750 ppm d’éthylbenzène lors d’une

étude d’inhalation de deux ans ont produit un nombre limité de signes de cancer des reins, du foie et des

poumons. L’éthylbenzène est répertorié comme étant un agent cancérogène possible pour les humains

par le CIRA.

Organes cibles : Chez les rats et les souris exposés à 0, 75, 250 ou 750 ppm d’éthylbenzène lors d’une

étude d’inhalation de deux ans, de légères lésions aux reins (hyperplasie tubulaire), au foie (foyers

éosinophiles, hypertrophie, nécrose), aux poumons (métaplasie de l’épithélium alvéolaire), à la thyroïde

(hyperplasie) et de nature pituitaire (hyperplasie) ont été relevées. Chez les modèles animaux (plus

particulièrement les rats), l’éthylbenzène a un effet sur la fonction auditive, principalement dans la plage

de fréquence cochléaire moyenne, et une ototoxicité a été observée à la suite d’une exposition combinée

au bruit et à l’éthylbenzène. Il n’a pas été démontré que l’exposition combinée au bruit et à l’éthylbenzène

provoque des pertes auditives ou une ototoxicité causée par l’éthylbenzène chez les travailleurs.

Hexane • Ce produit peut contenir de l’hexane à un niveau supérieur à 1 %. Les études menées sur des animaux

de laboratoire ont produit une toxicité systémique dans le sang, dans la rate et dans les poumons. Une

fœtotoxicité a été observée à des concentrations d’hexane qui ont produit une toxicité maternelle. Il a été

démontré qu’une exposition à long terme à de hautes concentrations d’hexane a des effets testiculaires

et cause des lésions du système nerveux.

Sulfure d’hydrogène

gazeux (H2S)

• Toxique par inhalation. La respiration prolongée de 50 à 100 ppm de vapeurs de H2

S peut provoquer

une irritation des yeux et des voies respiratoires. De plus hautes concentrations (de 250 à 600 ppm)

respirées pendant de 15 à 30 minutes peuvent provoquer des maux de tête, des étourdissements, de

la nervosité, des nausées et un œdème pulmonaire ou une broncho-pneumonie. Des concentrations

supérieures à 1000 ppm provoqueront la perte de conscience immédiate et la mort par paralysie

respiratoire. L’exposition de rats et de souris à 80 ppm de H2

S, six heures par jour, cinq jours par semaine

pendant dix semaines, n’a pas produit de toxicité, à l’exception d’une irritation des voies nasales. Le H2

S

n’a pas eu d’effet sur la reproduction et le développement (anomalies congénitales ou neurotoxicité) des

rats exposés à des concentrations de 75 à 80 ppm ou de 150 ppm de H2

S, respectivement. Au fil des

ans, un certain nombre de cas aigus d’empoisonnement au H2

S ont été signalés. En règle générale, le

rétablissement est rapide et complet. Cependant, si l’exposition était suffisamment intense et prolongée

pour provoquer une hypoxie cérébrale (un manque d’oxygène dans le cerveau), des effets neurologiques,

comme l’amnésie, des tremblements intentionnels ou une lésion cérébrale, sont possibles.

Toluène Cancérogénicité : L’exposition des rats et des souris à des concentrations de toluène de 120 à

1200 ppm pendant deux ans n’a pas produit de signes de cancérogénicité. Le toluène n’est pas répertorié

comme étant un cancérogène par le CIRA.

Organes cibles : Les études épidémiologiques suggèrent qu’une surexposition occupationnelle

chronique au toluène peut nuire à la vision des couleurs. Des études portant sur l’inhalation chronique et

subchronique du toluène ont relevé des lésions aux reins et au foie, une perte auditive et des lésions du

système nerveux central (cerveau) chez les animaux de laboratoire. Il a été démontré qu’un mauvais usage

délibéré découlant de l’inhalation intentionnelle de hautes concentrations de toluène cause des lésions au

foie, aux reins et au système nerveux central, incluant des pertes auditives et des troubles de la vue.

Toxicité pour la reproduction : L’exposition au toluène pendant la grossesse a produit un nombre

limité de signes de toxicité sur le développement des animaux de laboratoire. Des études de toxicité par

inhalation et par voie orale ont révélé une réduction du poids corporel fœtal et une augmentation des

variations du squelette, mais seulement à des doses materno-toxiques. Aucune toxicité fœtale n’a été

observée à des doses n’étant pas toxiques pour la mère.

Une diminution du nombre de spermatozoïdes a été relevée chez les rats mâles en l’absence d’une

réduction de la fertilité. Il a été signalé que le toluène cause un retard de la croissance et mental chez les

enfants des abuseurs de solvants qui inhalent directement le toluène pendant la grossesse.

Xylènes • Il a été signalé que la surexposition marquée ou les cas d’empoisonnement graves aux xylènes chez

les humains causent des lésions aux poumons, au foie, aux reins, au cœur et au cerveau ainsi que des

troubles neurologiques. Les animaux de laboratoire exposés à une haute dose de xylènes ont manifesté

des signes d’effets sur le foie, les reins, les poumons, la rate, le cœur et les glandes surrénales. L’exposition

de rates, de souris et de lapines pendant la période de gestation à des concentrations importantes de

xylènes a produit une toxicité fœtale, maternelle et développementale (retard osseux, fente palatine et

côtes ondulées) généralement à des doses materno-toxiques. Ces types d’effets fœtotoxiques ont été

associés à la toxicité maternelle. Il a été démontré que l’inhalation répétée de hautes concentrations de

xylènes cause l’altération des capacités de performance (tests de comportement) chez les animaux et

les humains. Les xylènes ont produit une perte auditive dans les fréquences basses chez les rats à la suite

d’une exposition subchronique à de hautes concentrations de xylènes.

REDACTED COPY

Page 284: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 13 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

EFFETS IMMÉDIATS

ET DIFFÉRÉS ET

ÉGALEMENT EFFETS

CHRONIQUES D’UNE

EXPOSITION À COURT ET

À LONG TERME

Sensibilisation • Aucun renseignement disponible.

Effets mutagènes • Peut causer des défauts génétiques

Cancérogénicité • Peut causer le cancer

INFORMATION

CANCÉROGÈNE

NOM CHIMIQUE ACGIH ACGIH SKIN

(PEAU)*

CIRA NTP OSHA

Benzène A1 X Groupe 1 Connu X

Éthylbenzène A3 – Groupe 2B Évidence X

Hexane – X – – –

Toluène A4 – Groupe 3 Évidence –

Xylènes A4 – Groupe 3 Évidence –

* La désignation « ACGIH Skin » (peau) se reporte à la contribution potentielle importante de l’exposition globale par voie cutanée, incluant les membranes muqueuses et les yeux, provenant de l’exposition par voie aérienne au gaz, à la vapeur au liquide OU par contact direct avec la peau.

TOXICITÉ POUR LA

REPRODUCTION

• Susceptible de nuire à la fertilité ou au fœtus.

TOXICITÉ POUR

CERTAINS ORGANES

CIBLES — EXPOSITION

UNIQUE

• Peut causer de la somnolence et des étourdissements.

TOXICITÉ POUR

CERTAINS ORGANES

CIBLES — EXPOSITIONS

RÉPÉTÉES

• A des effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition prolongée.

DANGER PAR

ASPIRATION

L’ingestion et la pénétration dans les voies respiratoires peuvent causer la mort. Risque de lésions graves aux poumons (par aspiration).

REDACTED COPY

Page 285: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 14 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

Section 12 : Données écologiques

ÉCOTOXICITÉ

NOM CHIMIQUE TOXICITÉ POUR LES

ALGUES

TOXICITÉ POUR LES

POISSONS

DAPHNIA MAGNA

(PUCE D’EAU)

AUTRE TOXICITÉ

1,2,4-triméthylbenzène – CL50 96 h : 7,72 mg/L

(Pimephales promelas)

CE50 48 h : 30 mmol/cu

(Daphnia magna)

CL50 24 h : 100 mmol/cu

Artemia salina (crevette des

salines)

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

CE50 48 h : = 2,3 mg/L

(Daphnia magna)

Benzène CE50 72 h : = 29 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CL50 96 h : 10,7-14,7 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : = 5,3 mg/L

dynamique (Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : = 22,49 mg/L

statique (Lepomis macrochirus)

CL50 96 h : = 28,6 mg/L statique

(Poecilia reticulata)

CL50 96 h : 22 330 - 41 160 μg/L

statique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 70 000 -

142 000 μg/L statique (Lepomis macrochirus)

CE50 48 h : 8,76-15,6 mg/L

statique (Daphnia magna)

CE50 48 h : = 10 mg/L

(Daphnia magna)

Cyclohexane CE50 72 h : > 500 mg/L

(Desmodesmus subspicatus)

CL50 96 h : 3,96-5,18 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 23,03-42,07 mg/L

statique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 24,99-44,69 mg/L

statique (Lepomis macrochirus)

CL50 96 h : 48,87-68,76 mg/L

statique (Poecilia reticulata)

CE50 24 h : > 400 mg/L

(Daphnia magna)CE50 = 85,5 mg/L 5 min

CE50 = 93 mg/L 10 min

(microorganismes)

Cyclopentane CE50 48 h : 150 nmol/cu m

(Daphnia magna)

CL50 24 h : 280 mmol/cu m

Artemia salina (crevette des

salines)

Décane CE50 24 h : = 0,043 mg/L

(Chlorella vulgaris)

– CE50 48 h : = 0,029 mg/L

(Daphnia magna)

Éthylbenzène CE50 72 h : = 4,6 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 96 h : > 438 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 72 h : 2,6-11,3 mg/L

statique (Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 96 h : 1,7-7,6 mg/L

statique (Pseudokirchneriella subcapitata)

CE50 72 h : = 11 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CL50 96 h : 11-18 mg/L statique

(Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : = 4,2 mg/L semi-

statique (Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : 7,55-11 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : = 32 mg/L statique

(Lepomis macrochirus)

CL50 96 h : 9,1-15,6 mg/L statique

(Pimephales promelas)

CL50 96 h : = 9,6 mg/L statique

(Poecilia reticulata)

CE50 48 h : 1,8-2,4 mg/L

(Daphnia magna)

CE50 = 9,68 mg/L 30 min

CE50 = 96 mg/L 24 h

(microorganismes)

REDACTED COPY

Page 286: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 15 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

ÉCOTOXICITÉ

NOM CHIMIQUE TOXICITÉ POUR LES

ALGUES

TOXICITÉ POUR LES

POISSONS

DAPHNIA MAGNA

(PUCE D’EAU)

AUTRE TOXICITÉ

Heptane – CL50 96 h : = 375 mg/L

(cichlidé)

CE50 24 h : > 10 mg/L

(Daphnia magna)

Hexane – CL50 96 h : 2,1-2,98 mg/L

dynamique

(Pimephales promelas)

CE50 24 h : > 1000 mg/L

(Daphnia magna)

Sulfure d’hydrogène – CL50 96 h : 49 μg/l

Oncorhynchus mykiss

(truite arc-en-ciel) œufs

CL50 24 h : 1059,7 μg/l

Pimephales promelas

(tête-de-boule)

CE50 48 h : 62 μg/l

Gammarus pseudolimnaeus

(puce de mer)

Méthylcyclohexane – CL50 96 h : 72 mg/L

(mené jaune)

– –

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

– CL50 96 h : = 119 mg/L statique

(Alburnus alburnus)

CL50 96 h : = 82 mg/L statique

(Cyprinodon variegatus)

CE50 24 h : = 170 mg/L

(Daphnia magna)

Octane – – CE50 48 h : = 0,38 mg/L

(puce d’eau)

CE50 48 h : = 0,02856 mg/L

(Daphnia magna)

CE50 = 890 mg/L 30 min

(microorganismes)

CE50 < 1,67 hr : 120 μg/l

Mytilus edulis

(moule bleue)

Pentane – – CE50 48 h : 135 mmol/cu CL50 24 h : 165 mmol/cu

Artemia salina (crevette des

salines)

Toluène CE50 : > 433 mg/L

Pseudokirchneriella subcapitata

96 h

CE50 : 12,5 mg/L

Pseudokirchneriella subcapitata

72 h statique

CL50 : 15,22-19,05 mg/L

Pimephales promelas

96 h dynamique

CL50 : 12,6 mg/L

Pimephales promelas 96 h

statique

CL50 : 5,89-7,81 mg/L

Oncorhynchus mykiss

96 h dynamique

CL50 : 14,1-17,16 mg/L

Oncorhynchus mykiss

96 h statique

CL50 : 5,8 mg/L

Oncorhynchus mykiss

96 h semi-statique

CL50 : 11-15 mg/L

Lepomis macrochirus

96 h statique

CL50 : 54 mg/L Oryzias latipes

96 h statique

CL50 : 28,2 mg/L

Poecilia reticulata

96 h semi-statique

CL50 : 50,87-70,34 mg/L

Poecilia reticulata 96 h statique

CE50 48 h : 5,46-9,83 mg/L

statique (Daphnia magna)

CE50 48 h : = 11,5 mg/L

(Daphnia magna)

CE50 = 19,7 mg/L 30 min

(microorganismes)

REDACTED COPY

Page 287: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 16 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

ÉCOTOXICITÉ

NOM CHIMIQUE TOXICITÉ POUR LES

ALGUES

TOXICITÉ POUR LES

POISSONS

DAPHNIA MAGNA

(PUCE D’EAU)

AUTRE TOXICITÉ

Xylènes CE50 72 h : = 11 mg/L

(Pseudokirchneriella subcapitata)

CL50 96 h : = 13,4 mg/L

dynamique (Pimephales promelas)

CL50 96 h : 2,661-4,093 mg/L

statique (Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : 13,5-17,3 mg/L

(Oncorhynchus mykiss)

CL50 96 h : 13,1-16,5 mg/L

dynamique

(Lepomis macrochirus)

CE50 48 h : = 3,82 mg/L

(puce d’eau)

CL50 48 h : = 0,6 mg/L

(Gammarus lacustris)

-

PERSISTANCE ET

DÉGRADABILITÉ

• Aucun renseignement disponible.

POTENTIEL DE

BIOACCUMULATION

PRODUIT CHIMIQUE LOG POW

1,2,4-triméthylbenzène 3,78

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

2,72

Benzène 1,83

Butane 2,89

Cyclohexane 3,44

Cyclopentane 3

Décane 5,1

Éthane 1,81

Éthylbenzène 3,118

Heptane 4,66

Hexane 3,90

Sulfure d’hydrogène 0,45

Isobutane 2,76

Méthylcyclohexane 3,61

Méthylcyclopentane 3,37

Nonane 5,65

Octane 5,18

Pentane 3,39

Propane 2,36

Toluène 2,65

Xylène 2,77-3,15

REDACTED COPY

Page 288: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 17 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

MOBILITÉ DANS LE SOL PRODUIT CHIMIQUE MOBILITÉ ATTENDUE DANS LE SOL

1,2,4-triméthylbenzène Faible

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

Faible

Benzène Élevée

Butane Faible

Cyclohexane Modérée

Cyclopentane Modérée

Décane Immobile

Éthane Très élevée

Éthylbenzène Faible

Heptane Modérée

Hexane Élevée

Isobutane Très élevée

Méthylcyclopentane Faible

Nonane Immobile

Octane Immobile

Pentane Élevée

Propane Modérée

Toluène D’élevée à modérée

Xylène De très élevée à modérée

AUTRES EFFETS

NÉFASTES

• Aucun renseignement

disponible.

REDACTED COPY

Page 289: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 18 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

Section 13 : Considérations relatives à l’élimination

MÉTHODES POUR

LE TRAITEMENT DES

DÉCHETS

Déchets • Ce produit, s’il doit être jeté, peut satisfaire aux critères de déchet dangereux, comme il est défini

par US EPA RCRA (40 CFR 261), par Environnement Canada et par d’autres règlements locaux,

provinciaux ou propres à un État. Si ce produit est classifié comme étant un déchet dangereux, les lois

fédérales exigent qu’il soit traité par une installation d’élimination de déchets dangereux autorisée.

• Ce produit pourrait aussi contenir du benzène à une concentration inférieure à 0,5 ppm et présenter

la caractéristique de toxicité (D018), comme il est déterminé par la « Toxicity Characteristic Leaching

Procedure » (TCLP) (méthode de lixiviation pour déterminer les caractéristiques de la toxicité).

• Cette substance pourrait devenir un déchet dangereux si elle est mélangée à un déchet dangereux

ou à une autre substance ou si elle est contaminée par un de ceux-ci.

• Il incombe à l’utilisateur de consulter les règlements locaux, fédéraux et propres à l’État relatifs aux

déchets afin de connaître les options d’élimination appropriées.

Déchets d’emballage • Le contenu des récipients devrait être entièrement utilisé et les récipients devraient être vidés avant de

les jeter.

• Le contenant pourrait être considéré comme un déchet dangereux en vertu de la RCRA et il doit être

éliminé avec soin et en conformité complète avec les règlements locaux, fédéraux et propres à l’État.

• Les contenants vides de grande taille, comme les fûts, devraient être retournés au distributeur ou à

une entreprise de remise à neuf des fûts.

• Afin d’assurer de l’élimination appropriée des plus petits contenants vides, consulter les règlements

locaux et propres à l’État et les autorités pertinentes.

Section 14 : Information relative au transport

**NOM DU TABLEAU** NUMÉRO

ONU

NOM OFFICIEL

D’EXPÉDITION

CLASSE DE RISQUE

POUR LE

TRANSPORT

GROUPE

D’EMBALLAGE

DANGER POUR

L’ENVIRONNEMENT

DOT UN1267 Pétrole brut 3 I Numéro du guide

d’intervention en cas

d’urgence : 129

TDG UN1267 Pétrole brut 3 I Polluant marin

IMO/IMDG UN1267 Pétrole brut 3 I Polluant marin

IATA/OACI UN1267 Pétrole brut 3 I Code ERG 3L

PRÉCAUTIONS

SPÉCIALES

POUR L’UTILISATEUR

• Aucune

REDACTED COPY

Page 290: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 19 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

Section 15 : Information réglementaire

É.-U. — CERCLA/SARA

MATIÈRES

DANGEREUSES

ET QUANTITÉS

DÉCLARABLES

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 Non répertorié

Benzène 71-43-2 10 lb final RQ; 4,54 kg final RQ

Butane 106-97-8 Non répertorié

Cyclohexane 110-82-7 1000 lb final RQ; 454 kg final RQ

Cyclopentane 287-92-3 Non répertorié

Décane 124-18-5 Non répertorié

Éthane 74-84-0 Non répertorié

Éthylbenzène 100-41-4 1000 lb final RQ; 454 kg final RQ

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 5000 lb final RQ; 2270 kg final RQ

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 100 lb final RQ; 45,4 kg final RQ

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Pétrole 8002-05-9 Non répertorié

Propane 74-98-6 Non répertorié

Toluène 108-88-3 1000 lb final RQ; 454 kg final RQ

Xylène 1330-20-7 100 lb final RQ; 45,4 kg final RQ

REDACTED COPY

Page 291: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 20 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

QUANTITÉS

DÉCLARABLES

DES SUBSTANCES

DANGEREUSES

DÉSIGNÉES

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 Non répertorié

Benzène 71-43-2 10 lb RQ

Butane 106-97-8 Non répertorié

Cyclohexane 110-82-7 1000 lb RQ

Cyclopentane 287-92-3 Non répertorié

Décane 124-18-5 Non répertorié

Éthane 74-84-0 Non répertorié

Éthylbenzène 100-41-4 1000 lb RQ

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 100 lb RQ

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Pétrole 8002-05-9 Non répertorié

Propane 74-98-6 Non répertorié

Toluène 108-88-3 1000 lb RQ

Xylène 1330-20-7 100 lb RQ

REDACTED COPY

Page 292: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 21 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

CRITÈRES

RECOMMANDÉS POUR

LA QUALITÉ DE L’EAU

— CCC POUR LES

ORGANISMES VIVANT EN

EAU DOUCE

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 2,0 μg/L CCC

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

CRITÈRES

RECOMMANDÉS POUR

LA QUALITÉ DE L’EAU

— CCC POUR LES

ORGANISMES VIVANT EN

EAU SALÉE

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 2,0 μg/L CCC

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

SUBSTANCES

DANGEREUSES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 Non répertorié

Benzène 71-43-2 X

Butane 106-97-8 Non répertorié

Cyclohexane 110-82-7 X

Cyclopentane 287-92-3 Non répertorié

Décane 124-18-5 Non répertorié

Éthane 74-84-0 Non répertorié

Éthylbenzène 100-41-4 X

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 X

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Pétrole 8002-05-9 Non répertorié

REDACTED COPY

Page 293: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 22 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

Propane 74-98-6 Non répertorié

Toluène 108-88-3 X

Xylène 1330-20-7 X

X = Le composant est répertorié.

É.-U. — CWA

(CLEAN WATER ACT)—

POLLUANTS

PRIORITAIRES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 Non répertorié

Benzène 71-43-2 X

Butane 106-97-8 Non répertorié

Cyclohexane 110-82-7 Non répertorié

Cyclopentane 287-92-3 Non répertorié

Décane 124-18-5 Non répertorié

Éthane 74-84-0 Non répertorié

Éthylbenzène 100-41-4 X

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 Non répertorié

Isobutane 75-28-5 Non répertorié

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Pentane 109-66-0 Non répertorié

Pétrole 8002-05-9 Non répertorié

Propane 74-98-6 Non répertorié

Toluène 108-88-3 X

Xylène 1330-20-7 Non répertorié

X = Le composant est répertorié.

REDACTED COPY

Page 294: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 23 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

CANADA — SIMDUT —

CLASSIFICATIONS DES

SUBSTANCES

COMPOSANT N° CAS CLASSIFICATION

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 B3

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 B2

Benzène 71-43-2 B2, D2A, D2B

Butane 106-97-8 A, B1

Cyclohexane 110-82-7 B2, D2B

Cyclopentane 287-92-3 B2

Décane 124-18-5 B3, D2B

Éthane 74-84-0 A, B1

Éthylbenzène 100-41-4 B2, D2A, D2B

Heptane 142-82-5 B2, D2B

Hexane 110-54-3 B2, D2A, D2B

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 A, B1, D1A, D2B

Isobutane 75-28-5 A, B1 (répertorié sous méthyl-2 propane)

Méthylcyclohexane 108-87-2 B2

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Nonane 111-84-2 B2, D2B

Pentane 109-66-0 B2

Pétrole 8002-05-9 B2

Propane 74-98-6 A, B1

Toluène 108-88-3 B2, D2A, D2B

Xylène 1330-20-7 B2, D2A, D2B

X = Le composant est répertorié.

REDACTED COPY

Page 295: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 24 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

CANADA — CONSEIL

CANADIEN DES

MINISTRES DE

L’ENVIRONNEMENT —

LIGNES DIRECTRICES

RELATIVES À LA QUALITÉ

DES EAUX POUR LES

ORGANISMES VIVANT EN

EAU DOUCE

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Éthylbenzène 100-41-4 90 μg/L

Toluène 108-88-3 2 μg/L

Benzène 71-43-2 370 μg/L

CANADA — CONSEIL

CANADIEN DES

MINISTRES DE

L’ENVIRONNEMENT —

LIGNES DIRECTRICES

RELATIVES À LA QUALITÉ

DES EAUX POUR LES

ORGANISMES VIVANT EN

MILIEU MARIN

COMPOSANT N° CAS QUANTITÉ

Éthylbenzène 100-41-4 25 μg/L

Toluène 108-88-3 215 μg/L

Benzène 71-43-2 110 μg/L

CANADA — URGENCES

ENVIRONNEMENTALES

COMPOSANT N° CAS RÉPERTORIÉ

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 Non répertorié

2-méthylbutane

(sous forme liquide)

78-78-4 X

Benzène 71-43-2 X

Butane 106-97-8 X

Cyclohexane 110-82-7 X

Cyclopentane 287-92-3 Non répertorié

Décane 124-18-5 Non répertorié

Éthane 74-84-0 X

Éthylbenzène 100-41-4 X

Heptane 142-82-5 Non répertorié

Hexane 110-54-3 Non répertorié

Sulfure d’hydrogène 7783-06-4 X

Isobutane 75-28-5 X

Méthylcyclohexane 108-87-2 Non répertorié

Méthylcyclopentane 96-37-7 Non répertorié

Condensat de gaz naturel 68919-39-1 Non répertorié

Condensats de gaz naturel

(pétrole)

64741-47-5 Non répertorié

Nonane 111-84-2 Non répertorié

Octane 111-65-9 Non répertorié

Pentane 109-66-0 X

REDACTED COPY

Page 296: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 25 sur 25Fiche signalétique : pétrole brut — non corrosifDate de révision : 6 mai 2015

Pétrole 8002-05-9 Non répertorié

Propane 74-98-6 X

Toluène 108-88-3 X

Xylène 1330-20-7 X

X = Le composant est répertorié.

Section 16 : Autre information

NFPA

4

2 0

Danger pour la santé : 2 Inflammabilité : 4 Instabilité : 0 Dangers physiques

et chimiques : X

HMIS Danger pour la santé : 2 Inflammabilité : 4 Instabilité : 0 Protection individuelle : X

DATE DE PUBLICATION 6 mai 2015

DATE DE RÉVISION 6 mai 2015

MISE EN GARDE • Les renseignements présentés dans ce document sont basés sur des données considérées comme étant exactes au moment de la

préparation de la présente fiche signalétique (FS). Cependant, une fiche signalétique ne peut pas être utilisée comme fiche technique

commerciale du fabricant ou du fournisseur. De plus, aucune garantie ni représentation, explicite ou implicite, n’est faite concernant

l’exactitude ou l’exhaustivité des données fournies aux présentes et de l’information sur la sécurité et aucune autorisation n’est donnée, ni

réputée être donnée, pour la mise en œuvre de toute invention brevetée sans licence. De plus, aucune responsabilité ne peut être assumée

par le fournisseur pour tout dommage ou toute blessure découlant d’une utilisation anormale, du défaut de se conformer aux pratiques

recommandées ou de tout danger inhérent à la nature du produit.

REDACTED COPY

Page 297: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

1/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE

Nom du Produit :Utilisations : Charge de raffinage. Code Produit : 001D1777

Fabricant/Fournisseur : Shell Canada Products400 - 4th Avenue S.W Calgary AB T2P 0J4 Canada

Téléphone : (+1) 8006611600 Télécopie : (+1) 4033848345

Numéro d’appel d’urgence: Shell Canada: (+1) 800-661-7378

CANUTEC (24 hr): (+1) 613-996-6666

2. COMPOSITION/INFORMATIONS SUR LES COMPOSANTS

Description du mélange : Pétrole brut produit par un procédé de raffinage et contenant majoritairement des hydrocarbures aliphatiques, alicycliques et aromatiques. Peut aussi contenir de petites quantités de nitrogène, d’oxygène ou de composés sulfurés.

Synonymes : Husky Synthetic

Ingrédients contrôlés par le SIMDUT

Identité chimique CAS n° Conc. W/W Distillats moyens (pétrole), hydrotraités 64742-46-7 10.00- 30.00 % Naphta léger (pétrole), hydrotraité 64742-49-0 10.00- 30.00 % Gazoles (pétrole), hydrotraités, sous vide 64742-59-2 10.00- 30.00 % Gas-oils (pétrole), hydrodésulfurisés 64742-79-6 1.00- 5.00 % Gazole lourd (pétrole), atmosphérique 68783-08-4 5.00- 10.00 % Résidus de pétrole hydrocraqués 64741-75-9 5.00- 10.00 % Condensat de gaz naturel 64741-47-5 10.00- 30.00 % Naphta lourd (pétrole), hydrocraquage 64741-78-2 5.00- 10.00 % Distillats moyens (pétrole) de première distillation 64741-44-2 10.00- 30.00 % Naphta léger (pétrole), distillation directe 64741-46-4 5.00- 10.00 % Résidus (pétrole), sous vide 64741-56-6 5.00- 10.00 % Huiles clarifiées (pétrole), craquage catalytique 64741-62-4 1.00- 5.00 %

Contient du benzene, CAS n° 71-43-2.Contient du n-Hexane, CAS n° 110-54-3.Contient du sulfure d'hydrogène, CAS n° 7783-06-4.Contient du Xylène (Isomères mélangés) CAS n° 1330-20-7.Contient du toluene, CAS n° 108-88-3.Présence possible de sulfure d'hydrogène à la fois dans le liquide et lavapeur. La composition est complexe et varie suivant la source dupétrole brut.

REDACTED COPY

Page 298: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

2/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

Consulter le Chapitre 8 - Directives sur l'exposition en milieu de travail.

3. IDENTIFICATION DES DANGERS

Classe /Description SIMDUT

: Catégorie B2 Liquide inflammable Classe D2A Autres Effets Toxiques - Carcinogène/Mutagène Catégorie D2A Autres effets toxiques - Toxicité pour la Reproduction Catégorie D2B Autres effets toxiques - irritant cutané Catégorie D2B Autres effets toxiques - Effets narcotiques. Catégorie D2B Autres effets toxiques - Sang, Thymus., Foie..

Voies d'exposition : L'exposition peut avoir lieu par l'intermédiaire d'une inhalation, d'une ingestion, d'une absorption par la peau et par un contact avec les yeux ou la peau et par une ingestion accidentelle.

Dangers pour la santé : L'inhalation de vapeurs peut provoquer somnolence et vertiges. L'exposition répétée peut provoquer dessèchement ou gerçures de la peau. Modérément irritant pour les yeux.Nocif: risque d'effets graves pour la santé en cas d'exposition prolongée par contact avec la peau et par ingestion. Nocif: peut provoquer une atteinte des poumons en cas d'ingestion.Le sulfure d'hydrogène est hautement toxique et peut être mortel en cas d'inhalation. Du sulfure d'hydrogène (H2S), un gaz extrêmement inflammable et toxique, ainsi que d'autres vapeurs dangereuses peuvent se dégager et s'accumuler dans l'espace libre des réservoirs de stockage, ceux des navires ou d'autres conteneurs fermés. Un ou des composant(s) de ce produit peut (peuvent) causer le cancer. Ce produit contient du benzène qui peut provoquer une leucémie (LAM "leucémie aiguë myéloblastique"). Peut provoquer un SMD (syndrome myélodysplasique). Le sulfure d'hydrogène est hautement toxique et peut être mortel en cas d'inhalation. Du sulfure d'hydrogène (H2S), un gaz extrêmement inflammable et toxique, ainsi que d'autres vapeurs dangereuses peuvent se dégager et s'accumuler dans l'espace libre des réservoirs de stockage, ceux des navires ou d'autres conteneurs fermés.Peut amoindrir le sens olfactif, donc ne pas se fier à l'odeur comme indication de danger. H2S possède un large éventail d'effets selon la concentration atmosphérique et la durée de l'exposition : 0,02 ppm - seuil olfactif, odeur d'oeuf pourri ; 10 ppm - irritation des yeux et de l'appareil respiratoire ; 100 ppm - toux, céphalées, vertiges, nausées, irritation des yeux, perte de l'odorat en quelques minutes ; 200 ppm - possibilité d'œdème pulmonaire éventuel après plus de 20-30 minutes ; 500 ppm - évanouissement après de courtes expositions, possibilité

REDACTED COPY

Page 299: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

3/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

d'arrêt respiratoire éventuel ; plus de 1000 ppm - évanouissement immédiat, pouvant conduire rapidement à la mort, une réanimation cardio-respiratoire rapide peut être nécessaire. Ne pas se fier à l'odorat comme signe d'avertissement. H2S provoque une anesthésie olfactive rapide (engourdit l'odorat). Une accumulation de H2S dans le tissu corporel après une exposition répétée n'a pas été mise en évidence. L'exposition répétée peut provoquer dessèchement ou gerçures de la peau Un ou des composant(s) de ce produit peut (peuvent) causer le cancer. Ce produit contient du benzène qui peut provoquer une leucémie (LAM "leucémie aiguë myéloblastique"). Peut provoquer un SMD (syndrome myélodysplasique).

Signes et symptômes : Les signes et symptômes d'une dermatite délipidante peuvent comporter une sensation de brûlure et/ou un aspect sec/craquelé. Les signes et les symptômes d'irritation des yeux peuvent comporter une sensation de brûlure, des rougeurs, une tuméfaction et/ou une vision floue. Si le produit pénètre dans les poumons, les signes et les symptômes peuvent consister en une toux, une suffocation, une respiration sifflante, une respiration difficile, une oppression thoracique, le souffle court et/ou de la fièvre. L’apparition des symptômes respiratoires peut n'être effective que plusieurs heures après l'exposition. L'inhalation de concentrations élevées en vapeurs peut provoquer une dépression du système nerveux central (SNC), résultant en des étourdissements, des sensations de vertiges, des céphalées, des nausées et une perte de coordination. Une inhalation continue peut causer un évanouissement et la mort. H2S possède un large éventail d'effets selon la concentration atmosphérique et la durée de l'exposition : 0,02 ppm - seuil olfactif, odeur d'oeuf pourri ; 10 ppm - irritation des yeux et de l'appareil respiratoire ; 100 ppm - toux, céphalées, vertiges, nausées, irritation des yeux, perte de l'odorat en quelques minutes ; 200 ppm - possibilité d'œdème pulmonaire éventuel après plus de 20-30 minutes ; 500 ppm - évanouissement après de courtes expositions, possibilité d'arrêt respiratoire éventuel ; plus de 1000 ppm - évanouissement immédiat, pouvant conduire rapidement à la mort, une réanimation cardio-respiratoire rapide peut être nécessaire. Ne pas se fier à l'odorat comme signe d'avertissement. H2S provoque une anesthésie olfactive rapide (engourdit l'odorat). Une accumulation de H2S dans le tissu corporel après une exposition répétée n'a pas été mise en évidence.

Dangers physiques et chimiques

: Facilement inflammable. Peut s'enflammer sur les surfaces dont la température est supérieure aux températures d'auto-inflammation. Des vapeurs inflammables peuvent être présentes même à des températures inférieures au point éclair. Ce matériau est un accumulateur statique. Même avec une métallisation et une mise appropriées, ce matériau peut accumuler une charge électrostatique. L’accumulation d’une

REDACTED COPY

Page 300: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

4/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

charge suffisante peut entraîner une décharge électrostatique et l’inflammation des mélanges inflammables air-vapeur.

Dangers pour l’environnement

: Nocif pour les organismes aquatiques, peut entraîner des effets néfastes à long terme pour l'environnement aquatique.

InformationsComplémentaires

: Ce produit est destiné à être utilisé uniquement dans des installations confinées.

4: Premiers secours

Informations Générales : La vaporisation de H2S qui a été piégé dans les vêtements peut être dangereuse pour les sauveteurs. Maintenir une protection respiratoire pour éviter une contamination depuis la victime vers le sauveteur. Une ventilation mécanique doit être utilisée pour une ressuscitation si possible.

Inhalation : Transporter la victime à l'air libre. Si la victime ne se rétablit pas rapidement, l'amener au centre médical le plus proche pour un traitement additionnel.

Contact avec la peau : Retirer les vêtements contaminés. Rincer la peau immédiatement et abondamment à l'eau pendant au moins quinze minutes, puis si possible laver au savon et à l'eau, En cas de rougeurs, d'enflure, de douleurs et/ou de cloques transporter la personne à l'établissement médical le plus proche pour un traitement additionnel.

Contact avec les yeux : Rincer les yeux avec de l'eau tout en maintenant les paupières ouvertes. Laisser les yeux au repos pendant 30 minutes. En cas de rougeurs, de sensations de brûlure, de vue trouble ou de gonflements persistants, transporter la victime au centre médical le plus proche pour un traitement additionnel.

Ingestion : Ne pas faire vomir : transporter la personne à l'établissement médical le plus proche pour y recevoir des traitements supplémentaires. En cas de vomissement spontané, maintenir la tête plus basse que les hanches pour empêcher l'aspiration. Ne rien administrer par voie orale. Ne pas faire vomir. Si les signes et symptômes tardifs suivants apparaissent dans les 6 heures qui suivent l'ingestion, transporter le patient au centre médical le plus proche: une fièvre supérieure à 38.3°C, le souffle court, une oppression thoracique, de la toux ou une respiration sifflante continue.

Instructions pour le Médecin

: Sulfure d'hydrogène (H2S) - Asphyxiant du SNC (Système Nerveux Central) ; Peut provoquer une rhinite, une bronchite ou parfois un oedème pulmonaire après une exposition sévère. A CONSIDERER : oxygénothérapie - prendre conseil auprès d'un centre anti-poison. Une exposition à du sulfure d'hydrogène à des concentrations supérieures à la limite d'exposition professionnelle recommandée peut provoquer des maux de tête, des étourdissements, une irritation des yeux, des voies respiratoires supérieures, de la bouche et du tube digestif, des convulsions, une paralysie respiratoire, une perte de conscience, voire entraîner la mort. Appeler un médecin ou le centre antipoison pour obtenir des conseils. Potentialité de

REDACTED COPY

Page 301: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

5/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

générer des pneumonies.

5: Mesures de lutte contre l’incendie

Eloigner toute personne étrangère aux secours de la zone d'incendie.

Point d'éclair : < 23 °C / 73 °FLimitessupérieures/inférieures d’inflammabilité ou limites d’explosivité

: 0.6 - 8 %(V)

Température d’auto-inflammabilité

: > 220 °C / 428 °F

Produits de Combustion Dangereux et Dangers Spécifiques

: Les produits de combustion peuvent comprendre: Un mélange complexe dans l'air, formé de gaz (fumées) et de particules solides et liquides dans l'air. Dégagement possible de monoxyde de carbone en cas de combustion incomplète. Oxydes de soufre. Composés organiques et non-organiques non identifiés. Oxydes d'azote. Les vapeurs sont plus lourdes que l'air, se répandent au sol et peuvent s'enflammer à distance. Flotte et peut se réenflammer à la surface de l'eau. Des vapeurs inflammables peuvent être présentes même à des températures inférieures au point éclair. Du sulfure d'hydrogène (H2S) et d'autres oxydes de soufre toxiques peuvent être dégagés lorsque ce produit est chauffé. Ne pas se fier à l'odorat comme avertissement.

Agent extincteur approprié

: Mousse, eau pulvérisée ou en brouillard. Poudre chimique sèche, dioxyde de carbone, sable ou terre peuvent être utilisés uniquement pour les incendies de faible ampleur.

Moyens d'Extinction Déconseillés

: Ne pas utiliser d'eau en jets directement sur le produit en feu car cela pourrait provoquer une explosion de vapeur et propager l'incendie. L'utilisation simultanée de mousse et d'eau sur la même surface est à éviter, l'eau détruisant la mousse.

Équipement de protection pour les pompiers

: Un équipement de protection adapté comprenant des gants résistants aux produits chimiques doit être utilisé ; une combinaison résistante aux produits chimiques est conseillée en cas de contact prolongé avec le produit. Il est conseillé de porter un appareil respiratoire autonome en cas d'incendie dans un endroit clos. Portez une combinaison de pompier conforme à la norme en vigueur (par ex. en Europe : EN469).

Conseils Supplémentaires

: Si le feu ne peut être maitrisé, évacuer immédiatement. Refroidir les récipients à proximité en les arrosant d'eau. Si possible, retirer les conteneurs des zones dangereuses. Confiner le produit résiduel dans les zoens affectées pour en empêcher son infiltation dans les canalisations (égouts), les fossés et les cours d'eau.

6: Mesures à prendre en cas de déversement accidentel

Mesures de Protection : Peut s'enflammer sur les surfaces dont la température est supérieure aux températures d'auto-inflammation. Ne pas

REDACTED COPY

Page 302: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

6/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

respirer les fumées, les vapeurs. Ne pas faire fonctionner les équipements électriques. Arrêter les fuites, si possible sans prendre de risque. Eliminer toutes les causes possibles d'inflammation dans la zone environnante. Utiliser un confinement approprié (pour le produit et les eaux d'extinction) pour éviter toute contamination du milieu ambiant. Empêcher tout écoulement dans les égouts, les fossés ou les rivières en utilisant du sable, de la terre, ou d'autres barrières appropriées. Tenter de disperser les vapeurs ou de diriger leur écoulement vers un endroit sûr, par exemple par arrosage en brouillard. Prendre des mesures de précautions contre les décharges électrostatiques. S'assurer de la continuité électrique de tous les équipements par la continuité des masses et la mise à la terre.

Méthodes de Nettoyage : Récupérer les déversements importants (> 150 litres) par des moyens mécanisés tels qu'un camion de pompage par le vide vers une citerne dédiée à la récupération du produit ou son élimination en toute sécurité. Ne pas éliminer le reliquat par rinçage à l'eau . Le conserver comme déchet contaminé. Laisser les résidus s'évaporer ou les absorber avec un matériau absorbant approprié et les éliminer sans risques. Retirer le sol contaminé et l'éliminer sans risques. Récupérer les déversements de faible ampleur (< 150 litres) par des moyens mécanisés dans un récipient étiqueté, hermétiquement fermé et dédié à la récupération du produit ou à son élimination en toute sécurité. Laisser le reliquat s'évaporer ou l'absorber avec un matériau absorbant que l'on éliminera en toute sécurité. Oter les terres contaminées et les évacuer en toute sécurité.

Conseils Supplémentaires

: Informer les autorités si la population ou l'environnement sont exposés à ce produit ou pourraient l'être. Prévenir les autorités compétentes si des déversements significatifs ne peuvent être maîtrisés. Les déversements en mer doivent être traités comme stipulé dans le plan d'urgence de bord contre la pollution par hydrocarbures comme l'exige la convention MARPOL, annexe 1, règle 26. Pour le choix des équipement de protection individuels, se reporter au chapitre 8 de la FDS.Se reporter au chapitre 13 de la FDS en cas de déversement.

7: Manipulation et stockage

Précautions Générales : Utiliser les informations figurant sur cette fiche de données pour évaluer les risques liés aux conditions locales et déterminer les contrôles garantissant une manutention, un stockage et une élimination de ce produit dans de bonnes conditions de sécurité. Eliminer de manière adéquate tout chiffon ou matériau de nettoyage contaminé afin d'empêcher un incendie. Eviter les déversements. Consulter le fournisseur pour de plus amples conseils sur la manipulation, le transfert du produit, le stockage et le nettoyage des cuves.

Manipulation : Ne pas manger ni boire pendant l'utilisation. Eteindre les

REDACTED COPY

Page 303: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

7/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

flammes nues. Ne pas fumer. Eliminer toutes les causes d'inflammation. Eviter les étincelles. Ne jamais siphoner avec la bouche. Les vapeurs sont plus lourdes que l'air, se répandent au sol et peuvent s'enflammer à distance. Éviterl'exposition. Ne pas utiliser d’outils produisant des étincelles.En cas de risque d'inhalation de vapeurs, de brouillards ou d'aérosols, utiliser une extraction d'air. Les réservoirs de stockage en vrac doivent être endigués (en cuvette de rétention). Même avec une métallisation et une mise appropriées, ce matériau peut accumuler une charge électrostatique. L’accumulation d’une charge suffisante peut entraîner une décharge électrostatique et l’inflammation des mélanges inflammables air-vapeur. Soyez conscient des opérations de manipulation qui peuvent être à l’origine de risques supplémentaires dus à l’accumulation de charges statiques. Ces opérations incluent, sans s’y limiter, le pompage (particulièrement dans le cas d’écoulement turbulent), le mélange, le filtrage, le remplissage en pluie, le nettoyage et le remplissage des cuves et des récipients, l’échantillonnage, le rechargement, le jaugeage, les opérations des camions de pompage par le vide et les mouvements mécaniques. Ces activités peuvent être à l’origine de décharges statiques, p. ex., la formation d’étincelles. Limitez la vélocité d’écoulement lors du pompage afin d’éviter la génération de décharges électrostatiques (<= 1 m/s jusqu’à l’immersion du tuyau de remplissage à une profondeur égale au double de son diamètre, puis <= 7 m/s). Évitez le remplissage en pluie.N’utilisez PAS d’air comprimé pour les opérations de remplissage, de déchargement ou de manipulation.

Entreposage : Stockage en fûts et petits conteneurs: Conserver les récipients fermés en absence d'utilisation. Ne pas empiler plus de 3 fûts les uns sur les autres. Utiliser des conteneurs correctement étiquetés et qui peuvent être fermés. Le produit conditionné doit être gardé hermétiquement fermé et entreposé dans une aire de rétention (avec muret de protection) bien ventilée, à l'écart de toutes sources d'inflammation et de chaleur. Prendreles précautions qui s'imposent lors de l'ouverture de conteneurs hermétiquement clos, car la pression peut augmenter durant le stockage. Stockage en citerne: Lesréservoirs doivent être spécialement conçus pour pouvoir être utilisés avec ce produit. Les réservoirs de stockage en vrac doivent être endigués (en cuvette de rétention). Placer les réservoirs loin de toute source de chaleur et autres sources d'ignition. Le nettoyage, le contrôle et la maintenance des citernes de stockage sont des opérations de spécialistes qui nécessitent l'application de précautions et procédures strictes.Des charges électrostatiques seront générées lors du pompage. Les décharges électrostatiques peuvent causer un incendie. Vérifiez la continuité électrique en procédant à une métallisation et à la mise à la terre (mise à la masse) de tous les équipements afin de réduire le risque. Les vapeurs se

REDACTED COPY

Page 304: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

8/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

trouvant dans l’espace libre de la cuve de stockage peuvent se situer dans la zone d’inflammabilité/explosivité et être ainsi inflammables. Reportez-vous à la section 15 pour toute législation complémentaire spécifique concernant le conditionnement et le stockage de ce produit.

Transfert de Produit : Attendre 2 minutes après le remplissage du réservoir (pour des réservoirs comme ceux des camions citernes) avant d'ouvrir les trappes ou les regards. Attendre 30 minutes après le remplissage du réservoir (pour les grandes citernes) avant d'ouvrir les trappes ou les regards.

Éviter les éclaboussures lors du remplissage. Conserver les récipients fermés en absence d'utilisation. Ne pas utiliser l'air ou l'oxygène comprimé pour remplir, décharger ou manipuler.Une contamination résultant d'un changement de produit peut donner lieu à de légères vapeurs d'hydrocarbures au creux des réservoirs qui contenaient auparavant de l'essence. Ces vapeurs peuvent exploser en présence d'une source d'inflammation. Les conteneurs partiellement remplis présentent un plus grand danger que ceux qui le sont entièrement. Par conséquent les activités de manutention, de transfert et de prise d'échantillons doivent faire l'objet d'une attention particulière.

Se reporter aux directives dans la section Manipulation.Matériaux Recommandés : Pour les conteneurs ou leur revêtement interne, utiliser de

l'acier doux ou de l'acier inoxydable. L'aluminium peut également être utilisé s'il ne concourt pas inutilement au risque d'incendie. Exemples de matériaux appropriés : polyéthylène haute densité (PEHD), polypropylène (PP), chlorure de polyvinyle (PVC), fluorure de polyvinyle (PVDF), et fluoroélastomères (FKM), par exemple le Viton. La compatibilité de ces matériaux avec ce produit a fait l'objet de tests spécifiques. Pour le chemisage intérieur ou les revêtements, utiliser de l'Époxy (exempt d'amine), de l'Époxy Novolac, ou de l'Époxy Phénolique. Pour les joints et garnitures, utiliser des fluoroélastomères (FKM), par exemple du Viton A, B ou F, du Néoprène (CR), du nitrile (NBR, HNBR), du graphite, ou du PTFE expansé (par ex. du Gore-Tex).

Matériaux Déconseillés : Certains matériaux de synthèse peuvent se révéler inadéquats pour les conteneurs ou pour le chemisage de conteneurs, ce en fonction de la spécification du matériau et de l'usage prévu. Exemples de matériaux à éviter : caoutchouc naturel (NR), caoutchouc de propylène-éthylène (EPDM), méthacrylate de polyméthyle (PMMA), polystyrène, polyisobutylène. Toutefois, certaines de ces matières peuvent convenir pour les gants de protection.

Consignes concernant les récipients

: Ne pas découper, percer, broyer, souder ou réaliser des opérations semblables sur ou à proximité de conteneurs. Les récipients, même ceux qui ont été vidés, peuvent contenir des vapeurs explosives.

InformationsComplémentaires

: S'assurer que les installations de manipulation et de stockage sont conformes aux réglementations locales. Du sulfure

REDACTED COPY

Page 305: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

9/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

d'hydrogène (H2S) et d'autres oxydes de soufre toxiques peuvent être dégagés lorsque ce produit est chauffé. Ne pas se fier à l'odorat comme avertissement. Du sulfure d'hydrogène (H2S ou Gaz Sulfureux) peut être présent lors du chargement et du déchargement de citernes. Rester au vent et éloigné des trappes récemment ouvertes, et laisser ventiler complètement avant de manipuler le produit. On peut utiliser de la vapeur pour ventiler les trappes. Eloigner toutes les sources d'ignition de la zone de chargement. Voir le Code 655 de la National Fire Protection Association (NFPA) pour des informations spécifiques sur le concassage, le broyage, la pulvérisation ou la manipulation du soufre. Utiliser les détecteurs de sulfure d'hydrogène pour en déceler la présence.

Consultez des références supplémentaires sur les pratiques de manipulation en toute sécurité des liquides qui se sont avérés être des accumulateurs statiques : American Petroleum Institute 2003 (Protection Against Ignitions Arising out of Static, Lightning and Stray Currents [Institut américain du pétrole 2003 (Protection contre l’inflammation provoquée par l’électricité statique, la foudre et les courants vagabonds)] ou National Fire Protection Agency 77 (Recommended Practices on Static Electricity [Association nationale de protection contre les incendies 77 (Pratiques recommandées relatives à l’électricité statique)]. CENELEC CLC/TR 50404 [Electrostatics – Code of practice for the avoidance of hazards due to static electricity (Électrostatique - Code de bonne pratique pour la prévention des risques dus à l’électricité statique)].

8: Contrôles de l’exposition/protection individuelle

Si la valeur de l'ACGIH (Conference Américaine des Hygiénistes Industriels Gouvernementaux) est indiquée dans ce document, c'est uniquement à titre d'information.

Limites d'exposition sur le lieu de travail

Produit Source Type ppm mg/m3 Notation Benzène ACGIH TWA 0.5 ppm

ACGIH STEL 2.5 ppm

ACGIH SKIN_DES Peut être absorbé par la peau.

SHELL IS TWA 0.5 ppm 1.6 mg/m3

SHELL IS STEL 2.5 ppm 8 mg/m3

Hydrogen Sulphide

ACGIH TWA 1 ppm

REDACTED COPY

Page 306: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

10/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

ACGIH STEL 5 ppm

Éthylbenzène ACGIH TWA 20 ppm

n-hexane ACGIH TWA 50 ppm

ACGIH SKIN_DES Peut être absorbé par la peau.

Naphthalene ACGIH TWA 10 ppm

ACGIH STEL 15 ppm

ACGIH SKIN_DES Peut être absorbé par la peau.

Consulter l'administration locale en ce qui concerne les limites d'exposition acceptables qui relèvent de sa compétence.

InformationsComplémentaires

: SHELL IS est la Norme Interne de Shell. Risque de pénétration percutanée. Cette indication précise qu'une exposition significative peut également se produire par l'absorption du liquide à travers la peau ou l'absorption de vapeurs via les yeux ou les muqueuses.

Indice Biologique d'Exposition (IBE) Produit Déterminant Durée de

l'échantillonnage

Indicebiologique

d'exposition

Référence

Benzène Acide t,t-muconique in Créatinine urinaire

Temps d’échantillonnage : Fin de quart.

500 μg/g ACGIH BEL (2011)

Acide S-Phénylmercapturique in Créatinine urinaire

Temps d’échantillonnage : Fin de quart.

25 μg/g ACGIH BEL (2011)

REDACTED COPY

Page 307: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

11/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

Éthylbenzène Somme des acides mandélique et phénylglyoxylique in Créatinine urinaire

Temps d’échantillonnage : Fin de quart à la fin de la semaine de travail.

0.7 g/g ACGIH BEL (2011)

Éthylbenzène in Dernière portion d'air expiré

Temps d’échantillonnage : Non critique.

ACGIH BEL (2011)

n-hexane Hexane-2,5-dione, sans hydrolyse in Urine

Temps d’échantillonnage : Fin de quart à la fin de la semaine de travail.

0.4 mg/l ACGIH BEL (2011)

Contrôles de l’exposition : Le niveau de protection et la nature des contrôles nécessaires varient en fonction des conditions potentielles d'exposition. Déterminer les contrôles à effectuer après une évaluation des risques selon les circonstances du moment. Les mesures appropriées comprennent : Utiliser des systèmes étanches dans la mesure du possible. Ventilation antidéflagrante correcte pour contrôler les concentrations atmosphériques en dessous des recommandations/limites d'exposition. Uneextraction des gaz d'échappement est recommandée. Rince-yeux et douche en cas d'urgence. Il est conseillé d'utiliser des systèmes automatiques d'eau pour la lutte anti-incendie et d'arrosage en douche. Toujours observer les mesures appropriées d'hygiène personnelle, telles que le lavage des mains après la manipulation des matières et avant de manger, boire et/ou fumer. Nettoyer régulièrement la tenue de travail et l'équipement de protection pour éliminer les contaminants. Jeter les vêtements et les chaussures contaminés qui ne peuvent être nettoyés. Veiller au bon entretien des locaux.Définir les procédures pour une manipulation sûre et le maintien des contrôles. Former les travailleurs et leur expliquer les dangers et les mesures de contrôle relatives aux activités normales associées à ce produit. Assurer la sélection, les tests et l'entretien appropriés de l'équipement utilisé pour contrôler l'exposition, p. ex. l'équipement de protection personnelle, la ventilation par aspiration. Vidanger les dispositifs avant l'ouverture ou la maintenance de l'équipement. Conserver les liquides dans un stockage hermétiquement fermé jusqu'à leur élimination ou leur recyclage ultérieur.

Mesures de protection, telles que les équipements de protection individuelle

: Les équipement de protection individuelle (EPI) doivent être conformes aux normes nationales recommandées. A vérifier avec les fournisseurs d'EPI.

REDACTED COPY

Page 308: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

12/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

Protection Respiratoire

: Si les équipements en place ne permettent pas de maintenir les concentrations de produit en suspension dans l'air en dessous d'un seuil adéquat pour la santé, choisir un équipement de protection respiratoire adapté aux conditions spécifiques d'utilisation et répondant à la législation en vigueur.Vérifier avec les fournisseurs d'équipements de protection respiratoire. Là où les masques filtrants ne sont pas adaptés (par exemple lorsque les concentrations dans l'air sont élevées, qu'il existe un risque de manque d'oxygène ou dans un espace confiné) utiliser un appareil respiratoire à pression positive adapté. L'équipement de protection respiratoire et son utilisation doivent être conformes aux réglementations locales.Le pétrole brut est un mélange complexe contenant des composants à points d’ébullition faibles et élevés. Lors de l’utilisation d’un respirateur à filtre, il est recommandé d’accorder une attention particulière au délai de rupture. Si des respirateurs à filtration d'air sont convenables pour les conditions d'utilisation : Sélectionner un filtre adapté aux gaz et vapeurs organiques (Point d'Ebullition > 65 °C) (149°F). Dans des zones d’accumulation potentielle de vapeurs de sulfure d’hydrogène, l’utilisation d’un respirateur à adduction d’air à pression positive est recommandée.

Protection des Mains : Dans les cas où il y a possibilité de contact manuel avec le produit, l'utilisation de gants homologués vis-à-vis de normes pertinentes (par exemple Europe: EN374, US: F739), fabriqués avec les matériaux suivants, peut apporter une protection chimique convenable : PVC. Protection long terme:Caoutchouc nitrile. Contact accidentel/Protection contre les éclaboussures: Caoutchouc néoprénique. En cas de contact continu, le port de gants est recommandé, avec un temps de protection de plus de 240 minutes (de préférence > à 480 minutes) pendant lequel les gants appropriés peuvent être identifiés. En cas de protection à court-terme/contre les projections, notre recommandation est la même ; toutefois, nous reconnaissons que des gants adéquats offrant ce niveau de protection peuvent ne pas être disponibles. Dans ce cas, un temps de protection inférieur peut être acceptable à condition de respecter les régimes de maintenance et de remplacement appropriés. L'épaisseur des gants ne représente pas un facteur de prédiction fiable de la résistance du gant à un produit chimique, puisque cela dépend de la composition exacte du matériau du gant. La convenance et la durabilité d'un gant dépendent de l'usage qui en est fait, p.ex. la fréquence et la durée de contact, la résistance chimique du matériau du gant, la dextérité. Toujours demander conseil auprès des fournisseurs de gants. Il faut remplacer des gants contaminés.

Protection des yeux/du visage

: Lunettes de protection contre les projections de produits chimiques (Masque monobloc type Monogoogle ®) homologuées à la Norme UE EN166.

Vêtements de Protection

: Gants/gants à manchettes, bottes et tablier résistant aux substances chimiques.

REDACTED COPY

Page 309: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

13/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

Méthodes de Contrôle : Il peut être requis de surveiller la concentration des substances en zone de travail ou en milieu général pour vérifier la conformité avec la LEMT et que les moyens de contrôle de l'exposition sont adaptés. Pour certaines substances, une surveillance biologique peut également se révéler appropriée.Des méthodes validées de mesure de l'exposition doivent être appliquées par une personne qualifiée et les échantillons doivent être analysés par un laboratoire agréé. Des exemples de sources de méthodes conseillées de surveillance de l'air sont données ci-dessous, sinon contacter le fournisseur. Des méthodes nationales supplémentaires peuvent être disponibles.

National Institute of Occupational Safety and Health (NIOSH), USA: Manual of Analytical Methods http://www.cdc.gov/niosh/Occupational Safety and Health Administration (OSHA), USA: Sampling and Analytical Methods http://www.osha.gov/

Contrôles de l'exposition Environnementale

: Les directives locales sur les limites des rejets de composés volatils doivent être respectées lors du rejet à l'extérieur de l'air contenant des vapeurs. Prendre les mesures appropriées pour répondre aux exigences de la réglementation sur la protection de l’environnement. Eviter toute contamination du milieu ambiant en respectant les conseils indiqués en Section 6. Si nécessaire, éviter les rejets de substances non diluées dans le réseau des eaux usées. Les eaux usées devront être traitées dans une station d’épuration municipale ou industrielle avant tout rejet dans les eaux de surface.

9: Propriétés physiques et chimiques

Aspect : De brun à noir. Liquide visqueux.Odeur : Odeur possible d'œufs pourris et de soufre..Seuil olfactif : pH : Sans objetPoint initial d’ébullition et intervalle d’ébullition

: Données non disponibles

Point de congélation : Données non disponibles

Pression de vapeur : Données non disponiblesPoids spécifique : Données non disponiblesMasse volumique : < 1.010 g/cm3 à 15 °C / 59 °FSolubilité dans l'eau : Insoluble.Coefficient de partage : n-octanol/eau

: 2 - 6

Viscosité cinématique : 3 - 1,000 mm2/s à 40 °C / 104 °FDensité de vapeur (air=1) : Données non disponiblesConductivité électrique : Faible conductivité : < 100 pS/m, La conductivité de ce

matériau en fait un accumulateur statique., Un liquide est généralement considéré comme non conducteur si sa conductivité est inférieure à 100 pS/m. Il est considéré comme semi-conducteur si sa conductivité est inférieure à 10 000 pS/m., Les précautions sont les mêmes pour un liquide qu’il soit

REDACTED COPY

Page 310: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

14/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

non conducteur ou semi-conducteur., Un certain nombre de facteurs, tels que la température du liquide, la présence de contaminants et d’additifs antistatiques, peuvent avoir une grande influence sur la conductivité d’un liquide.

Taux d'évaporation (nBuAc=1)

: Données non disponibles

10: Stabilité et réactivité

Stabilité : Stable dans les conditions normales d'utilisation. Conditions à éviter : Eviter la chaleur, les étincelles, les flammes nues et d'autres

causes d'inflammation.Matières à Éviter : Agents fortement oxydants.Produits de décomposition dangereux

: Il ne devrait pas se former de produits de décomposition dangereux durant un stockage normal. Une décomposition thermique dépend grandement des conditions. Un mélange complexe de solides atmosphériques, de liquides et de gaz, y compris du monoxyde de carbone, du dioxyde de carbone, des oxydes de soufre et des composés organiques non identifiés, se dégagera lorsque ce matériau subira une combustion ou une dégradation thermique ou oxydative.

Polymérisation Dangereuse

: Non, aucune polymérisation exothermique dangereuse ne peut se produire.

Sensibilité aux impacts mécaniques

: Non, le produit ne deviendra pas auto-réactif.

Sensibilité aux décharges électrostatiques

: Oui, dans certains cas le produit peut s'enflammer du fait de l'électricité statique.

11: Informations toxicologiques

Base d'Évaluation : Les informations fournies sont basées sur les données des composants.

Voies d'exposition : L'exposition peut avoir lieu par l'intermédiaire d'une inhalation, d'une ingestion, d'une absorption par la peau et par un contact avec les yeux ou la peau et par une ingestion accidentelle.

Toxicité Orale Aiguë : Peut être nocif en cas d'ingestion LD50 > 2000 - <= 5000 mg/kg , Rat.

Toxicité Dermique Aiguë : Estimé faiblement toxique: LD50 > 5000 mg/kg , Lapin. Toxicité par inhalation aiguë

: Faible toxicité prévue si inhalé. (Hydrogen Sulphide)

Irritation de la Peau : Provoque une irritation de la peau.Irritation des Yeux : Considéré comme irritant pour les yeux. Irritation des Voies Respiratoires

: Non considéré comme un irritant respiratoire.

Sensibilisation : Non considéré comme un agent de sensibilisation.Doses Répétées de Toxicité

: L'exposition répétée peut provoquer dessèchement ou gerçures de la peau.

Risque présumé d'effets graves pour les organes à la suite d'expositions répétées ou d'une exposition prolongée. Moelleosseuse (Benzène)

Peut provoquer des lésions du foie. Foie: Une exposition

REDACTED COPY

Page 311: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

15/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

chronique à des concentrations élevées peut engendrer des atteintes hépatiques.

Mutagénicité : Peut provoquer des altérations génétiques héréditaires.(Benzène)

Cancérogénicité : Provoque un cancer chez l'animal de laboratoire.

Produit : Classification au plan de la cancérogénicité Crude Oil : IARC 3: Classification impossible à partir des données

actuelles. Crude Oil : GHS / CLP: Aucune classification relative à la cancérogénicité Essence naturelle : IARC 2B: Carcinogène possible. Essence naturelle : GHS / CLP: Aucune classification relative à la cancérogénicité n-hexane : GHS / CLP: Aucune classification relative à la cancérogénicité Benzène : ACGIH Group A1: Carcinogène humain confirmé. Benzène : NTP: Reconnu comme cancérogène pour l'homme. Benzène : IARC 1: Cancérogène pour l'homme. Benzène : GHS / CLP: Cancérogénicité Catégorie 1A Naphthalene : ACGIH Group A4: Non classifiable comme carcinogène

humain. Naphthalene : NTP: Raisonnablement anticipé comme cancérogène pour

l'homme. Naphthalene : IARC 2B: Carcinogène possible. Naphthalene : GHS / CLP: Cancérogénicité Catégorie 2 Éthylbenzène : ACGIH Group A3: Carcinogène animal confirmé avec

applicabilité à l'homme inconnue. Éthylbenzène : IARC 2B: Carcinogène possible. Éthylbenzène : GHS / CLP: Aucune classification relative à la cancérogénicité Sulphur : GHS / CLP: Aucune classification relative à la cancérogénicité

Toxicité pour l'appareil reproducteur et pour le développement

: Suspecté d'altérer la fertilité ou de produire des effects néfastes sur l'enfant pendant la grossesse.

InformationsComplémentaires

: Peut provoquer un SMD (syndrome myélodysplasique). Peut provoquer des lésions du foie. H2S possède un large éventail d'effets selon la concentration atmosphérique et la durée de l'exposition : 0,02 ppm - seuil olfactif, odeur d'oeuf pourri ; 10 ppm - irritation des yeux et de l'appareil respiratoire ; 100 ppm - toux, céphalées, vertiges, nausées, irritation des yeux, perte de l'odorat en quelques minutes ; 200 ppm - possibilité d'œdème pulmonaire éventuel après plus de 20-30 minutes ; 500 ppm - évanouissement après de courtes expositions, possibilité d'arrêt respiratoire éventuel ; plus de 1000 ppm - évanouissement immédiat, pouvant conduire rapidement à la mort, une réanimation cardio-respiratoire rapide peut être nécessaire. Ne pas se fier à l'odorat comme signe d'avertissement. H2S provoque une anesthésie olfactive rapide (engourdit l'odorat). Une accumulation de H2S dans le tissu corporel après une exposition répétée n'a pas été mise en évidence.

REDACTED COPY

Page 312: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

16/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

12: Informations écologiques

Des données écotoxicologiques incomplètes sur le produit sont disponibles. L'information fournie ci-dessous est en partie basée sur les connaissances sur les composés et sur l'écotoxicologie de produits similaires.Toxicité Aiguë : (LL/LE50 exprimés comme la quantité nominale de produit

nécessaire pour préparer un échantillon pour test aqueux.) Poissons : Estimé toxique: LL/EL/IL50 > 1 <= 10 mg/lCrustacés aquatiques : Estimé toxique: LL/EL/IL50 > 1 <= 10 mg/lAlgues/plantes aquatiques

: Estimé toxique: LL/EL/IL50 > 1 <= 10 mg/l

Micro-organismes : Estimé nocif : LL/EL/IL50 >10 <= 100 mg/l

Toxicité Chronique Poissons : Données non disponiblesCrustacés aquatiques : Données non disponibles

Mobilité : Flotte sur l'eau. Si le produit pénètre dans le sol, un ou plusieurs de ses composés sera/seront modérément mobile/s et risquera/risqueront de contaminer la nappe phréatique.

Persistance et dégradabilité

: S'oxyde rapidement par réactions photochimiques dans l'air. Facilement biodégradable.

Bioaccumulation : Contient des composants susceptibles de bioaccumulation.

Autres effets néfastes : Les pellicules se formant à la surface de l'eau peuvent affecter le transfert d'oxygène et nuire aux organismes.

13: Considérations relatives à l’élimination

Élimination du Produit : Si possible récupérer ou recycler. Le générateur de déchets est responsable de déterminer la toxicité et les propriétés physiques du matériau produit pour caractériser la classification du déchet et les méthodes d'élimination adéquates conformément aux réglementations applicables. Nepas rejeter dans l'environnement, dans les égouts ou les cours d'eau. Ne pas se débarrasser de l'eau contenue en fond de citerne en la laissant s'écouler dans le sol. Cela contaminerait le sol et les eaux souterraines. Les déchets provenant d'un déversement accidentel ou d'un nettoyage de cuves doivent être éliminés conformément aux réglementations en vigueur, de préférence par une entreprise de collecte ou de sous-traitance agréée. La compétence de cette entreprise doit être préalablement établie.

Emballage Souillé : Envoyer chez un récupérateur de fûts ou de métaux. Vidercomplètement le récipient. Après la vidange, ventiler dans un endroit sûr, loin de toute source d'étincelles ou de feu. Lesrésidus peuvent présenter un risque d'explosion s'ils sont chauffés au-dessus du point d'éclair. Ne pas percer, découper ou souder des fûts non nettoyés. Ne pas polluer le sol, l'eau ou

REDACTED COPY

Page 313: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

17/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

l'environnement avec le conteneur de déchets. Se conformer aux réglementations locales sur le recyclage ou l'élimination des déchets.

Législation locale : L'élimination des déchets doit être conforme aux lois et réglementations régionales, nationales et locales en vigueur.La réglementation locale peut être plus sévère que les exigences régionales ou nationales et doit être respectée.

14: Informations relatives au transport

Classification du Transport Canadien Routier et Ferroviaire

Numéros à UN/NA UN 1267 Désignation du produit PÉTROLE BRUTClasse Division 3 Groupe d’emballage II Description de la livraison PÉTROLE BRUT, Classe 3, UN 1267, PG II Informations Complémentaires Les règles de l'annexe 1 de la convention MARPOL

s'appliquent pour toute expédition en vrac par voie maritime.

15: Informations réglementaires

Les informations réglementaires fournies ne sont pas détaillées intentionnellement, d'autres réglementations pouvant s'appliquer à ce produit.Ce produit a été classé conformément aux critères de risques des Règlements sur les produits contrôlés et la FS (Fiche signalétique) contient tous les renseignements prescrits par les Règlements sur les produits contrôlés.

Classe /Description SIMDUT

: Catégorie B2 Liquide inflammable Classe D2A Autres Effets Toxiques - Carcinogène/Mutagène Catégorie D2A Autres effets toxiques - Toxicité pour la

Reproduction Catégorie D2B Autres effets toxiques - irritant cutané Catégorie D2B Autres effets toxiques - Effets narcotiques. Catégorie D2B Autres effets toxiques - Sang, Thymus., Foie..

État de l'inventaire

DSL : Tous les composants sont répertoriés.

:

16: Autres informations

Numéro de version de la Fiche de données de sécurité

: 1.0

Fiche de données de : 2013-07-25

REDACTED COPY

Page 314: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Version 1.0

Date d'entrée en vigueur 2013-07-25

Fiche de Données de Sécurité Conformément aux Réglements sur les Produits Contrôlés

18/18 Date d'impression 2014-11-11 000000034743

MSDS_CA

sécurité valide à partir du (date)

Révisions de la Fiche de données de sécurité

: Un trait vertical (I) dans la marge gauche indique une modification par rapport à la version précédente.

Réglementation relative à la fiche de données de sécurité

: Le contenu et le format de cette fiche technique santé-sécurité est conforme au Règlement sur les produits contrôlés.

Fiche de données de sécurité préparée par

: Shell Gestion Responsable Des Produits; 1-800-661-1600

Utilisations et Restrictions

: Ce produit ne doit pas être utilisé dans des applications autres que celles recommandées à la Section 1, sans avoir d'abord demandé conseil au fournisseur.

Distribution de la FDS : Les informations de ce document seront mises à la disposition de tout utilisateur du produit.

Avis : Les renseignements contenus dans les présentes sont basés sur nos connaissances actuelles et visent à décrire le produit à des fins de santé, de sécurité et d'environnement seulement. Aucune garantie expresse ou tacite n'est faite relativement à la précision des renseignements présentés dans ce document, aux propriétés particulières du produit ou aux résultats qui peuvent être obtenus de son utilisation.

REDACTED COPY

Page 315: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 1 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — synthétique légerDate de révision : 13 mai 2015

Fiche signalétique

Section 1 : Identification

IDENTIFICATEUR DU

PRODUIT

Pétrole brut — synthétique léger

AUTRES MOYENS

D’IDENTIFICATION

Numéro ONU UN1268

Synonymes Synthétique de première qualité (PSY), Hardisty synthétique brut (HSC), mélange synthétique non

corrosif (SYN).

Catégorie chimique Pétroles bruts — extrêmement inflammables

USAGE RECOMMANDÉ Aucun renseignement disponible.

RESTRICTIONS

RELATIVES

À L’USAGE

Aucun renseignement disponible.

RENSEIGNEMENTS SUR

LE FOURNISSEUR

Enbridge Pipelines Inc.

10201, avenue Jasper

Edmonton (Alberta) T5J 3N7

Canada

TÉL. : 1-780-420-5210

INFORMATION SUR

LES COORDONNÉES

D’URGENCE

CHEMTREC 1-800-424-9300 aux États-Unis

703- 527- 3887 à l’extérieur des États-Unis

CANUTEC (Transports

Canada)

613-996-6666

Section 2 : Identification des dangers

CLASSIFICATION Irritation cutanée

Irritation des yeux

Mutations dans les cellules germinales

Cancérogénicité

Toxicité pour la reproduction

Toxicité systémique particulière pour un organe précis (exposition

unique)

Toxicité particulière pour un organe précis (expositions répétées)

Toxicité par aspiration

Liquides inflammables

Catégorie 2

Catégorie 2

Catégorie 1B

Catégorie 1A

Catégorie 2

Catégorie 3

Catégorie 1

Catégorie 1

Catégorie 1

REDACTED COPY

Page 316: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 2 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — synthétique légerDate de révision : 13 mai 2015

ÉLÉMENTS

D’ÉTIQUETAGE

Mot-indicateur Danger

Pictogrammes des dangers

Mentions des dangers • Provoque une irritation cutanée.

• Provoque une grave irritation des yeux.

• Peut provoquer des défauts génétiques.

• Peut causer un cancer.

• Susceptible de nuire à la fertilité ou au fœtus.

• Peut provoquer une irritation respiratoire.

• A des effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition prolongée.

• Peut être mortel en cas d’ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires.

• Liquide et vapeur extrêmement inflammables.

• Peut causer la somnolence ou des étourdissements.

CONSEILS DE

PRUDENCE

Prévention • Bien se laver le visage, les mains et la peau exposée après avoir manipulé le produit.

• Porter des gants et des vêtements de protection et des protecteurs oculaires et faciaux.

• Obtenir des instructions spéciales avant l’utilisation.

• Ne pas manipuler le produit avant d’avoir lu et compris toutes les consignes de sécurité.

• Utiliser de l’équipement de protection individuelle comme requis.

• Ne pas respirer les poussières, les émanations, les gaz, les brouillards, les vapeurs, ni les aérosols.

• Utiliser seulement le produit en plein air ou dans un endroit bien ventilé.

• Ne pas manger, boire ni fumer durant l’utilisation de ce produit.

• Tenir éloigné de la chaleur, des étincelles, des flammes nues et des surfaces chaudes.

• Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Ne pas fumer.

• Mettre à la terre/faire une liaison équipotentielle du contenant et du matériel de réception.

• Utiliser du matériel électrique, de ventilation et d’éclairage antidéflagrant.

• Utiliser seulement des outils à l’épreuve des étincelles.

• Prendre des mesures de précaution contre les décharges électrostatiques.

• En cas de ventilation insuffisante, porter un appareil de protection respiratoire.

Intervention • EN CAS d’EXPOSITION prouvée ou suspectée : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

• EN CAS D’INHALATION : Transporter la victime à l’extérieur et la maintenir au repos dans une position

où elle peut respirer confortablement.

• Appeler un CENTRE ANTIPOISON ou un médecin en cas de malaise.

• EN CAS D’INGESTION : Appeler immédiatement un CENTRE ANTIPOISON ou un médecin.

• Ne PAS faire vomir.

• EN CAS DE CONTACT AVEC LA PEAU (ou les cheveux) : Enlever immédiatement tout vêtement

contaminé. Rincer la peau avec de l’eau/prendre une douche et se laver avec du savon.

• En cas d’incendie : Utiliser du CO2

, de la poudre extinctrice ou de la mousse pour l’extinction.

• EN CAS DE CONTACT AVEC LES YEUX : Rincer soigneusement à l’eau pendant plusieurs minutes.

Enlever les lentilles de contact, le cas échéant, si elles peuvent l’être facilement. Continuer de rincer.

• En cas d’irritation CUTANÉE : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

• Si l’irritation OCULAIRE persiste : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Entreposage/élimination • Entreposer le produit dans un endroit fermé à clé et frais.

• Entreposer le produit dans un endroit bien ventilé. Garder le contenant hermétiquement fermé.

• Éliminer le contenu et le contenant conformément aux règlements locaux, régionaux, nationaux et

internationaux.

AUTRE

INFORMATION

• En vertu des règlements des États-Unis (29 CFR 1910,1200 - Hazard Communication Standard), ce produit est considéré comme

dangereux.

• Très toxique pour la vie aquatique avec effets persistants.

REDACTED COPY

Page 317: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 3 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — synthétique légerDate de révision : 13 mai 2015

Section 3 : Ingrédients (composition/renseignements)

NOM DU COMPOSANT NUMÉRO CAS POURCENTAGE (%)* NOTES

1,2,4-triméthylbenzène 95-63-6 0 5

Benzène 71-43-2 0-5

Butane 106-97-8 0-5

Cyclohexane 110-82-7 0-5

Décane 124-18-5 0-10

Distillats (pétrole), moyens hydrotraités 64742-46-7 0-60

Éthylbenzène 100-41-4 0-5

Carburants, diesel, nº 2 68476-34-6 0-30

Gasoils, pétrole, hydrodésulfurés 64742-79-6 0-100

Heptane 142-82-5 0-7

Hexane 110-54-3 0-7

Méthylcyclohexane 108-87-2 0-7

Naphta (pétrole), léger hydrotraité 64742-49-0 0-7

Naphta (pétrole), lourd hydrotraité 64742-48-9 0-60

Octane 111-65-9 0-7

o-xylène 95-47-6 0-5

Distillat de pétrole (naphta) 8002-05-9 0-100

Toluène 108-88-3 0-5

Xylène 1330-20-7 0-5

* Les valeurs ne représentent pas les minimums et les maximums absolus; ces valeurs peuvent varier de temps à autre.

REDACTED COPY

Page 318: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 4 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — synthétique légerDate de révision : 13 mai 2015

Section 4 : Premiers soins

DESCRIPTION DES

MESURES NÉCESSAIRES

Inhalation • EN CAS D’INHALATION : Transporter la victime à l’extérieur et la maintenir au repos dans une position

où elle peut respirer confortablement. Si l’irritation persiste : Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Peau • EN CAS DE CONTACT AVEC LA PEAU : Laver avec beaucoup d’eau et de savon. En cas d’irritation

cutanée : Obtenir des soins/des conseils médicaux. Enlever les vêtements contaminés et les laver

avant de les porter de nouveau.

Yeux • EN CAS DE CONTACT AVEC LES YEUX : Rincer soigneusement à l’eau pendant plusieurs minutes.

Enlever les lentilles de contact,

le cas échéant, si elles peuvent l’être facilement. Continuer de rincer. Si l’irritation oculaire persiste :

Obtenir des soins/des conseils médicaux.

Ingestion • Ne PAS faire vomir. Appeler un médecin ou un centre antipoison.

• Danger par aspiration en cas d’ingestion — peut pénétrer dans les poumons et causer des lésions.

PRINCIPAUX

SYMPTÔMES ET EFFETS,

AIGUS ET DIFFÉRÉS

Se reporter à la section 11 —

Données toxicologiques.

INDICATION DES SOINS

MÉDICAUX IMMÉDIATS

ET DES TRAITEMENTS

PARTICULIERS REQUIS,

LE CAS ÉCHÉANT

Note à l’intention du médecin • Danger par aspiration. Les symptômes peuvent être différés.

• L’épinéphrine et les autres drogues sympathomimétiques peuvent déclencher l’arythmie cardiaque

chez les personnes exposées à des concentrations élevées de cette substance (p. ex., dans des

espaces clos ou en cas d’abus intentionnel). L’emploi d’autres drogues présentant un moindre

potentiel arythmogénique devrait être envisagé. Si des drogues sympathomimétiques sont

administrées, surveiller le développement éventuel d’arythmie cardiaque chez le patient.

• S’assurer que le personnel médical est conscient des substances concernées et prend des mesures

pour se protéger et pour prévenir la propagation de la contamination.

Section 5 : Mesures de lutte contre les incendies

MOYENS D’EXTINCTION Moyens d’extinction

appropriés

• PETIT INCENDIE : poudre extinctrice, CO2

, eau pulvérisée ou mousse ordinaire.

• GRAND INCENDIE : eau pulvérisée, brouillard d’eau ou mousse ordinaire.

Moyens d’extinction

inappropriés

• MISE EN GARDE : L’utilisation d’eau pulvérisée lorsque la lutte contre l’incendie pourrait être

inefficace.

• Ne pas utiliser de jet plein.

PROCÉDURES DE LUTTE

CONTRE LES INCENDIES

• INCENDIE TOUCHANT DES RÉSERVOIRS OU DES CHARGEMENTS DE WAGONS/CAMIONS : S’éloigner immédiatement si le bruit

provenant des dispositifs de sécurité s’intensifie ou si le réservoir se décolore.

• INCENDIE TOUCHANT DES RÉSERVOIRS OU DES CHARGEMENTS DE WAGONS/CAMIONS : S’il est impossible d’éteindre

l’incendie, protéger les alentours et laisser le feu brûler jusqu’à son extinction.

• Demeurer en amont du vent.

• Aérer les espaces clos avant l’entrée.

• Les pompiers devraient porter un équipement de protection complet et un appareil respiratoire autonome.

• INCENDIE : Si un réservoir, un wagon ou un camion-citerne est touché par un incendie, procéder à un ISOLEMENT sur 1600 mètres

(1 mille) dans toutes les directions; envisager également une évacuation initiale sur 1600 mètres (1 mille) dans toutes les directions.

• INCENDIE : Lorsqu’une grande quantité de cette substance est touchée par un incendie majeur, envisager une évacuation initiale sur

300 mètres (1000 pieds) dans toutes les directions.

• Éloigner les conteneurs de la zone de l’incendie, s’il est possible de le faire sécuritairement.

REDACTED COPY

Page 319: PLAN D’ACTION POUR INTERVENTION D’URGENCE

Enbridge Pipelines Inc. Page 5 sur 22Fiche signalétique : pétrole brut — synthétique légerDate de révision : 13 mai 2015

• GRANDS INCENDIES : Utiliser de l’eau pulvérisée, ou un brouillard d’eau; ne pas utiliser de jet plein.

• GRANDS INCENDIES : Si l’approvisionnement en eau n’est pas suffisant, rabattre seulement les vapeurs. Si cela est impossible, s’éloigner

de la zone et laisser le feu brûler.

• GRANDS INCENDIES : Inonder la zone de l’incendie avec de grandes quantités d’eau tout en rabattant les vapeurs avec un brouillard

d’eau.

DANGERS

PARTICULIERS RELATIFS

À LA SUBSTANCE OU AU

MÉLANGE

• Les vapeurs peuvent se déplacer vers la source d’inflammation et provoquer un retour de flamme.

• Les mélanges d’air et de vapeur peuvent exploser s’ils s’enflamment.

• Les vapeurs peuvent s’acc